Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

LOIS LIBERTICIDES

Contester une amende
pour manif interdite

Juin 2019 : klik !

******

La censure
sur Internet

Avril 2019 : klik !

******
Etat d'urgence


Le cadre légal : klik


****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****
Notre Facebook

 

C'est par là :
facebook.com/clap33

*****

Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

 



https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

 


 

 

https://a4-images.myspacecdn.com/images04/10/085780129eb0413dbdf3961ab6da8567/full.jpg

 

 

21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 09:27

Le 13 mai 2015

La contrôleuse générale des lieux de privation de liberté dénonce, mercredi, "des atteintes graves aux droits fondamentaux des personnes détenues" et plusieurs cas de "traitement inhumain et dégradant" observés dans cette prison.

C'est une procédure rare, justifiée par une "violation grave des droits fondamentaux" des prisonniers. La contrôleuse générale des lieux de privation de liberté, Adeline Hazan, a décidé de rendre publique une série de recommandations en urgence, mercredi 13 mai, relatives à la maison d'arrêt de Strasbourg (Bas-Rhin). L'ancienne élue socialiste annonce avoir alerté le gouvernement de plusieurs cas de "traitement inhumain et dégradant" observés dans cette prison, où les conditions de détention se sont sérieusement détériorées ces cinq dernières années.

Lors de leur visite, effectuée du 9 au 13 mars, les contrôleurs ont découvert des cellules froides et humides, aux murs dégradés et aux matelas "dévorés par les moisissures". Faute de mieux, de nombreux détenus se chauffent avec leurs plaques de cuisine, maintenues allumées en permanence. Et ils ne peuvent pas espérer se réchauffer lors de l'une des trois douches hebdomadaires : "L'eau est glaciale, tant au quartier des hommes qu'au quartier des femmes".

Accolée depuis 1988 à l'autoroute A35, dans un quartier du sud-ouest de Strasbourg délaissé par les commerces, la maison d'arrêt de l'Elsau est plus récente, et pourtant plus dégradée que la moyenne des prisons françaises. Rongeurs et pigeons y pullulent dans une cour "remplie de détritus", jetés depuis les cellules et visibles depuis les airs, comme en atteste l'image satellite ci-dessous. En 2009, déjà, les contrôleurs déploraient un "vieillissement prématuré, lié à la médiocre qualité de l'infrastructure et au défaut de maintenance".

"Ce constat ne nous surprend pas, indique à francetv info François Bès, coordinateur de l'Observatoire international des prisons. Nous recevons régulièrement des courriers de détenus pointant la vétusté de l'établissement, due aussi bien au surpeuplement qu'au manque de moyens attribués à l'entretien." Au 1er avril, la maison d'arrêt accueillait 726 prisonniers pour 445 places (soit un surpeuplement de 163%), selon les chiffres officiels. "Nous avons aussi des alertes ponctuelles mais régulières sur le ton employé, ou sur des violences commises par des surveillants", ajoute François Bès.

Le travail d'une partie du personnel est d'ailleurs remis en cause par l'équipe d'Adeline Hazan, qui juge l'encadrement des surveillants "défaillant". "La détention est apparue livrée à elle-même", résume-t-elle, indiquant que des sièges ont été retrouvés "en position de sieste" dans des miradors. Les contrôleurs ont aussi relevé une "violation manifeste de la confidentialité des correspondances", à partir de témoignages de prisonniers concernant des "courriers régulièrement ouverts et non acheminés par des personnels de surveillance". Des personnes détenues ont d'ailleurs hésité à se confier aux contrôleurs, "par crainte de représailles".

Des caméras chez les psychiatres

Lors de son passage au sein du service de psychiatrie de la maison d'arrêt de Strasbourg, la délégation a aussi découvert des caméras de surveillance dans deux salles d'ateliers thérapeutiques. Déplorant "une atteinte grave au secret médical et à l'indépendance des soignants en milieu pénitentiaire", Adeline Hazan recommande d'urgence le retrait de ce dispositif, et met le gouvernement dans l'embarras.

Dans sa réponse aux recommandations, le ministère de la Justice assure, en effet, que le médecin chef du service et la direction de l'hôpital de rattachement avaient donné leur accord à ce dispositif. Problème : le ministère de la Santé évoque, lui, une "décision unilatérale de l'autorité pénitentiaire" à laquelle les soignants n'ont "pu s'opposer".


Une caméra de surveillance installée au-dessus de la porte au fond de cette salle du service de psychiatrie de la maison d'arrêt de Strasbourg.

Pas d'opposition, ou presque. Trois personnels infirmiers ont bien tenté de riposter en obstruant des caméras avec des inscriptions "secret médical". Pour cet acte de rébellion, ils ont perdu, en janvier, leur habilitation au sein de la maison d'arrêt. Contactée par francetv info, la direction de l'établissement public de santé Alsace Nord confirme avoir "pris acte" de cette "décision émanant de la maison d'arrêt". Et la ministre de la Santé, Marisol Touraine, indique que les caméras sont toujours "installées".

Taubira conteste toute atteinte aux droits fondamentaux

Plus globalement, la ministre de la Justice, Christiane Taubira, estime que l'existence d'"atteintes graves aux droits fondamentaux" n'est pas "démontrée" dans ces recommandations. La garde des Sceaux assure que des travaux ont été entrepris depuis la visite de la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté en mars.


Un trou creusé dans une cellule de la maison d'arrêt des hommes.

La ministre reconnaît toutefois que l'installation d'eau chaude de la prison, dont la capacité de production est basée sur un effectif théorique de 445 personnes hébergées, ne peut "absorber" une surpopulation de 163%, sans espoir d'amélioration prochaine dans les douches. Quant à l'humidité, elle est due à des "problèmes d'infiltration" résultant du manque d'étanchéité des toitures. Là aussi, Christiane Taubira appelle à la patience : seules des "études préalables" aux travaux sont prévues cette année.

Source :
http://www.francetvinfo.fr/societe/justice/lits-moisis-douches-froides-encadrement-defaillant-la-prison-de-strasbourg-livree-a-elle-meme_901039.html

Partager cet article

Repost0

commentaires

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
le 19 Mars 2009 à Bordeaux !

Infos : klik !

******
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A