Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

LOIS LIBERTICIDES

Contester une amende
pour manif interdite

Juin 2019 : klik !

******

La censure
sur Internet

Avril 2019 : klik !

******
Etat d'urgence


Le cadre légal : klik


****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****
Notre Facebook

 

C'est par là :
facebook.com/clap33

*****

Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

 



https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

 


 

 

https://a4-images.myspacecdn.com/images04/10/085780129eb0413dbdf3961ab6da8567/full.jpg

 

 

27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 11:18

Le 19 mai 2015

Le ministère public veut également que soient renvoyées en correctionnelle huit autres personnes dans cette affaire de «ripoux» présumés qui avait ébranlé la police en 2011.

L'ancien «grand flic» Michel Neyret était-il un «ripou» qui renseignait le milieu? Le parquet de Paris a requis le 13 mai dernier le renvoi en correctionnelle, notamment pour corruption, de l'ancien numéro 2 de la PJ lyonnaise et de huit autres personnes, a confirmé au Figaro une source judiciaire.

Cette affaire débute avec une enquête de la PJ parisienne sur un réseau international de cocaïne. On est en novembre 2010. Des trafiquants sont parvenus à échapper aux Stups, alors que ces derniers procédaient à une saisie de drogue dans un appartement de Neuilly-sur-Seine. Les enquêteurs sont dès lors convaincus que l'un des leurs a informé les traficants de la descente à venir. Ils mettent en place des écoutes téléphoniques pour repérer cette taupe. Il s'avère que Michel Neyret n'est pas en cause dans cette affaire-là mais les enquêteurs découvrent d'embarrassantes conversations entre des malfrats et un de leurs collègues, haut responsable de la PJ lyonnaise. Au passage, les écoutes révèlent également les pratiques douteuses du commissaire dans d'autres affaires.

Soupçonné d'avoir accepté des cadeaux de voyous

Mais ce n'est qu'en septembre 2011 que le grand public découvre son nom, lorsque ce celui-ci est placé en garde à vue par la police des polices (IGS). Pour ce superflic de terrain reconnus par ses pairs, c'est la descente aux enfers. On lui reproche d'avoir accepté des cadeaux des voyous et pris des libertés avec les scellés de drogue pour payer ses informateurs alors que cette pratique est interdite par la loi depuis 2004. L'IGS le soupçonne également d'avoir livré à des trafiquants de drogue des informations confidentielles.

À l'issue de son interrogatoire, il est notamment mis en examen pour corruption, trafic d'influence et trafic de stupéfiants. Il passe plusieurs mois en détenion provisoire avant d'être remis en liberté en mai 2012, mais assigné à résidence et privé de permis de conduire. Quelques mois plus tard, il est révoqué de la police par Manuel Valls, alors ministre de l'Intérieur.

Dans le détail, l'enquête démontre que «Neyret rendait des services divers» à des membres présumés du milieu lyonnais, rapporte une source proche du dossier l'AFP. Il est ainsi soupçonné d'avoir communiqué à certains le «contenu de dossiers judiciaires traités par son service et par d'autres services de police». Les enquêteurs pensent aussi que Neyret se procurait de la résine de cannabis «ayant fait l'objet» de saisies pour la remettre à des personnes l'ayant revendue. Neyret admettra ses prélèvements pour récompenser ses informateurs, au nom de «la lutte contre les malfaiteurs».

Neyret réfute toute enrichissement personnel

Mais ses anciens confrères doutent de ses bonnes intentions. Ils relèvent que Michel Neyret a très peu utilisé sa carte de crédit, très peu retiré d'espèces durant la période considérée. L'épouse du policier a expliqué que des membres présumés du milieu donnaient «de-ci de-là des sommes de 1.000 euros à son mari», ce que le principal intéressé conteste. Il y a aussi ces voyages, dans des hôtels luxueux à Marrakech, Ajaccio ou Cannes, ces centaines d'euros de bons cadeaux ou même cette montre de prix, ces achats de vêtements évoqués dans des conversations téléphoniques entre membres du milieu. Dernière interrogation: ce compte ouvert en Suisse qui ne sera jamais abondé. Les enquêteurs se demandent s'il n'était pas destiné à recevoir des fonds versés par le milieu.

En face, Michel Neyret a concédé des «imprudences» en acceptant des «faveurs» en échange de renseignements sortis des fichiers de police mais a toujours réfuté toute idée d'enrichissement personnel. Aujourd'hui, l'information judiciaire est close. C'est au juge d'instruction de se prononcer sur le renvoi ou non de ces neuf personnes devant le tribunal correctionnel. Une décision qui pourrait intervenir dans quelques semaines.
Il risque jusqu'à 10 ans de prison et un million d'euros d'amende

Si le parquet devait être suivi, Michel Neyret, 59 ans, comparaîtrait pour violation de secret professionnel, corruption et trafic d'influence passifs par personne dépositaire de l'autorité publique, association de malfaiteurs, recel d'une montre de luxe, détournement de scellés de stupéfiants, détention, offre ou cession de ces produits.

La plus lourde peine étant retenue en droit français, l'ancien commissaire rique au maximum 10 ans d'emprisonnement et un million d'euros d'amende pour corruption et trafic d'influence passifs par personne dépositaire de l'autorité publique, selon le code pénal.

Outre l'ex-patron de la PJ lyonnaise, le parquet souhaite que soient jugés trois autres policiers, subordonnés de M. Neyret, l'épouse de ce dernier, un avocat lyonnais et trois membres présumés du milieu, dans cette affaire de «ripoux» présumés qui avait ébranlé la police en 2011.

En revanche, le ministère public a demandé un non-lieu pour un autre policier, patron de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de Lyon au moment des faits, ainsi que pour un douanier et un magistrat qui avaient été mis en examen.

Source :
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/05/19/01016-20150519ARTFIG00356-le-parquet-demande-un-proces-pour-l-ancien-grand-flic-michel-neyret.php

Partager cet article

Repost0

commentaires

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
le 19 Mars 2009 à Bordeaux !

Infos : klik !

******
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A