Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

LOIS LIBERTICIDES

Contester une amende
pour manif interdite

Juin 2019 : klik !

******

La censure
sur Internet

Avril 2019 : klik !

******
Etat d'urgence


Le cadre légal : klik


****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****
Notre Facebook

 

C'est par là :
facebook.com/clap33

*****

Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

 



https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

 


 

 

https://a4-images.myspacecdn.com/images04/10/085780129eb0413dbdf3961ab6da8567/full.jpg

 

 

3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 11:57


Carlo Giuliani

Quatorze ans après le G8 de Gênes, la justice européenne condamne l'Italie

15 avril 2015 |  Par salvatore palidda

Quiconque a eu une connaissance directe ou indirecte de ce qui est arrivé au sommet du G8 de Gênes ne peut qu’être ahuri par les différents commentaires après la condamnation de l'Italie par la Cour européenne des droits de l'homme pour des « actes de torture » commis au cours de ce sommet néfaste.

Pire est ce que dit le préfet De Gennaro, défendu par Renzi mais aussi par le député PD Mucchetti et M. Cantone (Haute Autorité contre la corruption), qui ferait bien d'apprendre à parler de ce qu'il connaît plutôt que de défendre les force de police en disant aussi une chose très grave : « Elles sont très populaires ». Même Mussolini, Hitler et bien d’autres dictateurs étaient populaires, et puis où a-t-il mesuré cette popularité ? Il est utile de rappeler certains aspects, renvoyant aussi à quelques recherches déjà publiées (voir la bibliographie à la fin).

Lors du G8 de Gênes fut établie une suspension de l’Etat de droit démocratique qui n'a aucun fondement juridique (cela a été déclaré même par Amnesty International et nombre d'éminents juristes).

Bien évidemment, on ne peut pas assimiler cet événement à une sorte d'état de guerre, que, de fait, les autorités américaines auraient imposé à l'Italie, comme toujours servile.

L’alors secrétaire d'Etat Condoleezza Rice, dans son rapport au Congrès sur l'attaque du 11-Septembre, disait que déjà au G8 de Gênes, les Etats-Unis craignaient des attaques terroristes. De là, une campagne médiatique monstrueuse a forgé un climat de terreur.

La population de Gênes a été invitée, sinon forcée, de s’en aller, du moins les jours désignés « chauds ».

Les policiers étaient bombardés des plus terrorisantes pseudo-informations venant des services secrets (voir Infra) et encouragés à donner une « leçon finale aux poux rouges ».

Pour cette « guerre contre les rouges» à Gênes, furent sélectionnés des personnels de polices pour leurs inclinations personnelles fascisantes et n’ont pas manqué ceux habitués à endosser une tenue et des armes illicites (rappelons-nous les tortures des garçons à la Diaz et à Bolzaneto ou même dans la rue en criant des slogans fascistes - lire ici). Le dispositif de la police, et encore plus du renseignement, non seulement italien, a été modelé sur les caractéristiques du théâtre de guerre.

Comme dit aujourd'hui M. Sabella, alors à la tête de l’Administration des prisons et envoyé à Gênes :
« Bien avant, on m’a convoqué pour m'expliquer le plan des arrestations préventives. L'objectif, m'a-t-on expliqué, étaient double : rejeter à la frontière le plus possible de méchants ; commencer à arrêter dès le 15 juillet (5 jours avant le début du sommet) tous les manifestants qui auraient été pris avec des cagoules ou casquettes noirs, des battes de baseball et toutes sortes d'armes. Et les maintenir en garde à vue ... jusqu'à la fin du sommet avec interdiction de s'entretenir avec un avocat. Un plan fou d'abord parce qu’on ne peut pas mettre des gens en prison sans preuve ... ils avaient décidé de fermer les deux prisons de la ville et de créer deux prisons temporaires à Forte San Giuliano et Bolzaneto ... J'ai eu l'idée que derrière il y avait une direction politique... Je ne sais pas laquelle. Il est possible que quelqu'un à Gênes voulait la mort, mais c'était sans doute un flic, pas un manifestant, pour pouvoir criminaliser la place et la faire taire une fois pour toutes. »

A la question : « Au lendemain des massacres, vous avez défendu vos hommes », il répond: « Je pensais qu'ils avaient été corrects. Quand j’ai découvert ce qu'ils ont fait, j’était dégouté de moi même ».

Lire la suite :
http://blogs.mediapart.fr/blog/salvatore-palidda/150415/quatorze-ans-apres-le-g8-de-genes-la-justice-europeenne-condamne-litalie

Partager cet article

Repost0

commentaires

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
le 19 Mars 2009 à Bordeaux !

Infos : klik !

******
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A