Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

LOIS LIBERTICIDES

Contester une amende
pour manif interdite

Juin 2019 : klik !

******

La censure
sur Internet

Avril 2019 : klik !

******
Etat d'urgence


Le cadre légal : klik


****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****
Notre Facebook

 

C'est par là :
facebook.com/clap33

*****

Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

 



https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

 


 

 

https://a4-images.myspacecdn.com/images04/10/085780129eb0413dbdf3961ab6da8567/full.jpg

 

 

22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 11:16

Le 7 octobre 2015

Affaire de la Bac à Lyon: Deux des policiers en garde à vue soupçonnés d'avoir commis des violences
Quatre hommes sont soupçonnés d’avoir falsifié un procès-verbal après une intervention musclée…

Entre la version des policiers et celle délivrée par des témoins de la scène, il y a plusieurs éléments qui ne collent pas. Et les images de vidéosurveillance exploitées depuis cette soirée de mai, où un contrôle de police mené à Lyon a dégénéré, ne plaident pas en faveur des fonctionnaires.

Depuis ce mercredi matin, quatre hommes de la Bac (Brigade anti criminalité) sont en garde à vue dans les locaux de l’Inspection générale de la police nationale à Villeurbanne. Tous, dans le cadre d’une enquête pour faux et usages de faux menée par la police des polices, et deux d’entre eux pour des faits de violences.

Des « coups de poing et de pieds » donnés par les policiers

Les policiers sont soupçonnés d’avoir falsifié le procès-verbal rédigé à la suite d’une intervention policière menée en mai dernier sur les berges du Rhône, au niveau du quai Augagneur, dans le 3e arrondissement de Lyon. Ce soir-là, les hommes de la Bac étaient intervenus pour contrôler un groupe qui était en train de manipuler dangereusement la nacelle d’un engin de chantier. L’opération avait dégénéré et conduit à l’arrestation d’un homme, poursuivit pour des violences sur les fonctionnaires.

Jugé à l’époque en comparution immédiate, il avait alors été condamné à de la prison avec sursis. « Il ne conteste pas ces violences, mais cet homme dit qu’il les a commises en réaction. Plusieurs personnes présentes lors de ce contrôle font état de coups de pied et de poing de la part de deux policiers », indique à 20 minutes une source judiciaire. Une version très différente de celle donnée par les policiers dans leur procès-verbal.

Un groupe de 15 personnes mentionné sur le PV

« Les éléments recueillis, que ce soient auprès du plaignant [qui a porté plainte pour violences policières] et les enregistrements de vidéosurveillance, tendent à établir que ce qui a été consigné dans le procès-verbal ne correspond pas à la réalité », ajoute une source proche de l’enquête. Dans le PV signé par les policiers, il est notamment indiqué que la Bac était intervenue à l’encontre d’un groupe d’une quinzaine de personnes au comportement hostile et violent. Des faits qui, là encore, ne correspondraient pas à la réalité.

La garde à vue des hommes de la Bac, décrits comme des fonctionnaires expérimentés, doit durer 48 heures.

Source :
http://www.20minutes.fr/lyon/1704103-20151007-affaire-bac-lyon-deux-policiers-garde-vue-soupconnes-avoir-commis-violences

Partager cet article

Repost0

commentaires

Richard 21/03/2016 21:28

Bonjour.
Voilà une petite mésaventure, de week-end, avec la BAC de Lyon.
Bonne soirée.
Richard Gallego.
-----------------------------------------------------------
Les cow boys sont de sortie !!
Avec le recul on va sûrement en rire, pour l’instant ce n’est pas le cas.
Ils deviennent pathétiques dans leurs agissements. Ces personnages représentants de l’ordre ne sont pas prêts d’avoir de bonnes relations avec les citoyens.
Pour une simple radio VHF dans la voiture, c’est la garde a vue direct, confiscation du matériel(quelle prise !!), une nuit en taule, provocations, accusations en tout genre, brutaux, perquisition au domicile avec toujours pleins de politesses et convocation au tribunal.
Etat d’urgence je veux bien, mais faut pas pousser mémé dans les orties surtout quand elle a pas de culotte.
Ils ont manifestement des capacités intellectuelles et de discernement(voir Larousse, ça fait peur) très limités.
Avec un soupçon d’humanité, mot inconnu dans leur vocabulaire, tout aurait très bien pu se passer.
Résultat des courses, une mère et un gamin de 19 ans choqués pour un bon moment.
Ces tristes personnages font partie de la BAC de Lyon.

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
le 19 Mars 2009 à Bordeaux !

Infos : klik !

******
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A