Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

LOIS LIBERTICIDES

Contester une amende
pour manif interdite

Juin 2019 : klik !

******

La censure
sur Internet

Avril 2019 : klik !

******
Etat d'urgence


Le cadre légal : klik


****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****
Notre Facebook

 

C'est par là :
facebook.com/clap33

*****

Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

 



https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

 


 

 

https://a4-images.myspacecdn.com/images04/10/085780129eb0413dbdf3961ab6da8567/full.jpg

 

 

29 mars 2016 2 29 /03 /mars /2016 08:39

Le 12 février 2016

« Une série contre l’oubli, pour la vigilance. Parce que le pouvoir a toujours les mêmes reflexes. Et que nous, malheureusement, nous les avons perdus…».

Alors que l’inscription de l’état d’urgence dans la constitution a été votée lundi soir à l’Assemblée nationale, Rodney Passave donne la parole à ceux qui ont vécu l’état d’urgence de 1955, mis en place juste après sa création. Un coup d’œil dans le rétro pour éclairer notre présent.

L’état d’urgence, une situation rare, pour faire face à des événements exceptionnels. Avant les attentats de Paris, cet état avait été appliqué pour la première fois en France en 1955, dans un contexte bien différent. Dans un pays colonialiste, en perte de vitesse, la loi est voté le 3 avril 1955 pour faire face aux attentats qui se succèdent en Algérie depuis 1954 et aux violences à répétition qui secouent l’hexagone.

 A mi-chemin entre le droit commun et l’état de siège

En fait, il s’agit d’une décision prise par un gouvernement qui ne sait pas comment faire face à une situation qui lui échappe de plus en plus. Le chef du conseil des ministres, Edgar Faure, souhaite surtout éviter de déclarer l’état de siège, qui transfère alors tous les pouvoirs à l’armée.

Le gouvernement a besoin de garder du contrôle sur les réseaux, notamment celui du FLN. Sylvie Thénaud, historienne, explique : « L’état d’urgence est introduit dans le droit français en tant que nouvel état juridique à mi-chemin entre le droit commun (qui caractérise la paix) et l’état de siège qui caractérise la guerre. »

Il faut dire que l’état d’urgence présentait alors beaucoup d’avantages pour contrôler d’une main de fer ce qui se passait dans l’ombre. Instauration d’un couvre-feu, interdiction des réunions, fermetures des salles et des cafés, perquisitions sans contrôle judiciaire, et contrôle des médias, sans oublier les fameuses assignations à résidence.

Deux visages pour une histoire commune

Cette situation, Henri Benoits syndicaliste et militant anticolonialiste et Khelifa Mouterfi, militant du FLN l’ont tous les deux connue.

Leurs témoignages reviennent sur leurs implications dans le besoin urgent de voir la fin de l’oppression française en Algérie. Une urgence qui se fait de plus en plus pressante dès 1945, expliquent-ils. Le pluriel « états d’urgences » prend alors tout son sens.

L’histoire d’Henri Benoits est celle d’un militant ouvrier investi dans le soutien public et clandestin aux Algériens. Il a vu et vécu le départ de la quasi-totalité des militants algériens du PCF vers le FLN. Il a vu les intrusions policières, il est le témoin actif d’une époque qui résonne encore aujourd’hui.

Quand à Khelifa Mouterfi, il est originaire de Kabylie. Il est arrivé en France en 1952 à l’âge de 18 ans. Il a connu les bidonvilles de Nanterre, Gennevilliers, Villeneuve-la-Garenne… Après avoir vendu « [ses] bras pour reconstruire la France », il est devenu technicien puis «ingénieur maison dans [son] entreprise à coups de cours du soir ».

Militant du FLN, Khelifa a pris le métro jusqu’aux Grands Boulevards le 17 octobre 1961 pour manifester à Paris, il a vécu lui aussi les heures les plus sombres d’un état d’urgence, de non droit, qu’il avait déjà senti venir quelques années avant.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
le 19 Mars 2009 à Bordeaux !

Infos : klik !

******
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A