Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

ETAT D'URGENCE

Le cadre légal : klik

****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"


C'est par là : klik !

****
Agenda des luttes

 
http://demainlegrandsoir.org/IMG/arton913.png

  En ligne ici : klik !

*****

Non à la loi renseignement

Infos : klik !

****
Retrouvez toutes

les brochures du C.L.A.P33

***
"Résistons Ensemble"


http://resistons.lautre.net/

***

Et encore...

Notre flux Rss




https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

http://blog.cgtbayard.org/public/solidar.jpg


 

26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 10:15

Le 21 avril 2016

Selon le procureur, les policiers agissaient en flagrant délit à la suite de violences sur un agent de la force publique, mais sans donner aucune précision sur leur nature.

Des policiers ont défoncé à coups de bélier la porte du local du syndicat de la Confédération nationale du travail (CNT, révolutionnaire) à Lille, mercredi.

Puis ils ont « saccagé le local », selon le syndicat, avant d’arrêter deux personnes.

C’était en fin d’après-midi, après la manif contre la loi travail.

Un voisin a filmé la scène depuis les étages de l’immeuble en face, rue d’Arras, dans le quartier populaire de Moulins.

On voit d’abord un policier, entouré d’une vingtaine d’agents en civil, brassard orange sur le bras, qui tente de défoncer la porte à coups de pied, puis tenter de la casser à coups d’épaule, puis à nouveau à coups de pied.

A l’intérieur, par la vitrine, on voit des militants se déplacer, bouger du matériel. Puis deux policiers utilisent un bélier, finissent par ouvrir, et se faufilent pour pousser la porte qui semble obstruée.

On voit ensuite des planches et des chaises valser à l’intérieur du local.

Trois personnes sont arrêtées et un policier en civil en désigne deux.

Le montage vidéo de la CNT se termine par des tracts éparpillés, des chaises en pagaille, du café renversé, un meuble au sol.

« Ce n’est pas clair »

Le syndicat raconte dans un communiqué : « Ils ont exigé de rentrer mais sans fournir aucun document légal […]. Les militants leur ont refusé pacifiquement l’accès. Les forces de l’ordre ont alors menacé de casser la vitrine […]. Elles ont fini par défoncer la porte au bélier, pénétrer dans le local, saccager une partie du matériel et procéder à une fouille en profondeur des lieux .»

Les deux militants arrêtés étaient encore en garde à vue jeudi, et elle devait être prolongée pour une comparution immédiate « probable » vendredi après-midi, indique par mail le procureur-adjoint de Lille, Pascal Marconville.

Et pourquoi être entré dans le local syndical sans aucune commission rogatoire ?

« Les policiers agissaient en flagrant délit après avoir constaté des violences commises par deux personnes sur un agent de la force publique, au cours d’une manifestation, répond-il. Ces personnes, après avoir pris la fuite, se sont réfugiées au siège de la CNT et ont refusé de sortir. »

Le procureur n’a pas répondu à nos questions sur la nature des violences. Il n’a pas non plus indiqué si elles ont été à l’origine d’une incapacité temporaire de travail du policier.

A la CNT, on dit ne pas comprendre ce que la police est venue faire dans un local syndical. Thomas Barrier, secrétaire de l’union régionale CNT : « Les policiers n’ont pas dit pourquoi ils étaient là. Ils sont entrés et ils ont arrêté deux personnes sans qu’on sache ce qu’on leur reprochait. Si quelque chose s’est passé, ça reste à caractériser. Il doit y avoir des témoins, des gens qui filment, des portables qui sortent. Et si c’est un flagrant délit, pourquoi avoir traversé tout Lille ? Ce n’est pas clair. »

Nuit debout « solidaire »

Selon la presse locale, les violences auraient eu lieu rue de l’Hôpital-militaire, soit à 1,6 kilomètre du local de la CNT.

« Je m’étonne que la police pénètre ainsi dans un local syndical, continue Thomas Barrier. Elle est restée entre une demi-heure et une heure, a consulté des documents confidentiels, sur des travailleurs que nous défendons. C’est grave et nouveau. On a passé un cap dans la répression. »

Pendant la manifestation, une vitrine de Printemps a volé en éclats, l’Apple Store a été aspergé de peinture et un manifestant a abîmé une caméra de France 3, qui va « porter plainte ».

Mais aucun de ces éléments n’est reproché aux militants arrêtés.

Le syndicat Sud et le mouvement Nuit debout de Lille ont dit leur « solidarité ».

Source :
http://www.liberation.fr/france/2016/04/21/lille-la-police-defonce-la-porte-du-local-de-la-cnt_1447770

Suite au saccage de ses locaux syndicaux à Lille : lettre ouverte de la CNT à Monsieur Bernard Cazeneuve, Ministre de l’intérieur
http://www.cnt-f.org/59-62/2016/04/lettre-ouverte-de-la-cnt-au-ministre-de-l-interieur/

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

****
Bordeaux - 18 mars 2017

Journée contre

les violences policières

Notre appel : klik !

*****
Violences Policières

France - Trois rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
 le 19 Mars 2009 à Bordeaux !
 
Infos :  klik !
 

 

L'oeil de Pancho

D'autres dessins de Pancho : klik

Retour à la page d'accueil