Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

ETAT D'URGENCE

Le cadre légal : klik

****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****

Non à la loi renseignement

Infos : klik !

****
Retrouvez toutes

les brochures du C.L.A.P33

****
"Résistons Ensemble"


http://resistons.lautre.net/

****
Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

Notre flux Rss




https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

http://blog.cgtbayard.org/public/solidar.jpg


 

12 mai 2016 4 12 /05 /mai /2016 10:48

Le 7 mai 2016

Alors que de plus en plus de communes se tournent vers la vidéosurveillance, le chercheur au CNRS Laurent Mucchielli estime que les objectifs poursuivis ne sont plus les mêmes qu'avant

Sociologue et directeur de recherches au CNRS, Laurent Mucchielli a étudié le fonctionnement des systèmes de vidéosurveillance dans les communes du sud-est de la France. Publiée en début d'année, son enquête de terrain balaie les fantasmes et confirme l'abandon progressif des objectifs initiaux de lutte contre la délinquance

Pourquoi les élus locaux choisissent-ils d'équiper leurs communes en systèmes de vidéosurveillance ?

Sur un territoire, il suffit que deux ou trois maires se lancent dans la vidéoprotection pour que les autres soient « sommés » de se positionner. Ils ressentent une pression de conformisme qui s'exerce sur eux et qui est relayée par certains petits segments de la population, des lobbys locaux comme les forces de police, l'association des commerçants du centre ville…

Le sentiment d'insécurité étant répandu, l'idée s'est banalisée d'une demande accrue de sécurité de la part de la population.

C'est souvent très vague, très émotionnel.

Et il y a un calcul politique assez simple : dire à a population que l'on va lancer de la vidéosurveillance est plutôt rentable pour un élu, ça se voit tout de suite. On peut dire « levez les yeux, regardez, on ne peut plus nous reprocher de ne pas l'avoir fait ».

Mais quand on discute avec les élus en privé, ils sont les premiers à reconnaître qu'ils ne savent pas exactement à quoi ça sert, si ce n'est d'aider la police ou la gendarmerie dans des proportions très modestes et peut-être pas à hauteur du coût financier que cela représente.

Vous dites qu'il n'y aurait pas d'effet « magique » à espérer de la vidéosurveillance en temps réel ?

Il faut se débarrasser de ce fantasme, de cette croyance qu'il existe un effet magique de l'élucidation ou du flagrant délit et donc de la nécessité d'embaucher des gens pour regarder des écrans à longueur de journée. C'est là qu'est la gabegie pour les finances publiques.

Dans mon enquête réalisée auprès d'une commune moyenne de 20 000 habitants, l'activité en direct est tellement minime - et certains jours elle est tout simplement nulle – que les opérateurs s'ennuient à mourir.

Ces gens-là feraient bien mieux d'être sur le terrain. Installer des caméras, pourquoi pas, à condition que leur positionnement résulte d'un diagnostic précis de la délinquance locale avec la police et la gendarmerie, pas au gré des lobbys et des demandes de la population.

Oui, il y a une utilité modeste mais réelle en matière d'appui aux enquêtes de police judiciaire que peuvent mener la gendarmerie ou le commissariat local, mais n'allez pas embaucher des gens pour regarder à longueur de journée des écrans où ils ne voient rien.

Progressivement, le système serait donc détourné de son rôle de prévention de la délinquance ?

Une fois que les gens ont été embauchés par les mairies et que l'on s'aperçoit qu'il faut les occuper, on trouve des usages détournés : on leur fait observer les entrées et sorties d'école si une caméra se trouve dans l'axe, on leur fait observer la circulation pour repérer les voitures mal garées, ils suivent à l'écran le policier qui relève l'horodateur, ils surveillent la circulation… toutes choses qui n'ont rien à voir avec la délinquance. Ce n'est absolument pas rationnel.

La rationalité c'est de positionner des caméras à des endroits stratégiques, qui enregistrent des images au cas où les gendarmes viendraient à faire une réquisition d'image. Mais ça s'arrête là.

Vous avez donc constaté un détournement progressif des objectifs de la vidéosurveillance ?

Dans les plus grandes villes qui ont généralement les dispositifs les plus importants, le principal détournement qui a lieu, c'est la vidéo-verbalisation, parce que cela rapporte aussi de l'argent au service public.

Dans le cas de Marseille qui dispose de 700 caméras, plus de 90% de l'activité en matière de lutte contre la délinquance vise en réalité le stationnement gênant !

Mais ni la mairie ni la police municipale ne communiquent là-dessus, car ce n'est ni l'objectif annoncé ni le rêve entretenu du système ! C'est une autre façon de montrer l'écart qu'il y a entre la réalité et les fantasmes.

L'évaluation et le contrôle indépendants des systèmes de vidéoprotection semblent aussi quasi-inexistants…

Par définition, une évaluation doit être confiée à un tiers indépendant, on ne demande pas à un policier d'évaluer des problèmes de police, c'est évident !

De nombreuses communes, pour des raisons financières, se contentent de réaliser un petit audit « maison » au risque de ne faire que confirmer que ce que l'on sait déjà.

L'autre situation très fréquente consiste à confier cette tâche à des sociétés privées de sécurité, ce qui pose d'autres problèmes : elles travaillent très vite, trop vite, de façon superficielle car chaque jour est facturé à la commune.

Et dans certains cas il y a même des problèmes de conflits d'intérêt avec les fabricants ou les revendeurs de technologies de sécurité.

Je préconise, lorsque la ressource existe à proximité, de se tourner vers des universitaires qui ont des méthodologies, des savoir-faire pour réaliser l'évaluation. Cela coûte moins cher aux communes et apporte un regard dénué de conflits d'intérêt.

Le côté « Big Brother » de la vidéosurveillance serait aussi un fantasme selon vous ?

Je suis parfois interpellé par des associations qui militent plutôt contre la vidéosurveillance, je leur dis que si la loi est respectée dans ses moindres détails, le « Big Brother », c'est un fantasme.

Par contre, l'ensemble des règles administratives, judiciaires et des contrôles prévus ne sont pas nécessairement réalisés.

Dans toutes les chartes de bonne pratique il est prévu de mettre en place un comité de déontologie locale dans lequel il y a des représentants de la municipalité mais aussi des associations d'habitants par exemple.

En pratique peu d'élus réunissent régulièrement ce comité et ils ne lui fournissent que rarement des données précises. Ce qui nous ramène au manque de transparence du système.

Mais souvent les élus ne sont-ils pas tout aussi démunis face à ces questions ?

C'est l'objet du livre que je viens de publier au terme d'une expérience inédite menée pendant 5 ans en région PACA où nous avons créé un observatoire régional de la délinquance.

Dans les conclusions de ce livre, je fais le constat qu'il n'existe pas de service public d'accompagnement et de conseil des politiques locales de sécurité.

Les organismes nationaux ne s'intéressent pas du tout à l'échelon local et c'est donc délégué au marché privé ou à des audits internes.

Notre expérience a été jugée exemplaire, mais cette culture là est vraiment peu présente en France.

J'inclus un mea culpa des universitaires qui restent aussi trop cloisonnés dans leur monde.

Votre enquête publiée en janvier est le fruit d'une immersion au sein des systèmes de vidéosurveillance des collectivités locales. Pourquoi les travaux universitaires sur le sujet sont-ils encore si rares ?

Aujourd'hui en France, le nombre d'universitaires travaillant sur le sujet se compte sur les doigts d'une main. Les chercheurs confirmés, c'est 4 ou 5 personnes.

A ma connaissance il n'y a que deux thèses en cours autour de la vidéoprotection.

C'est un sujet d'étude qui reste peu développé pour deux raisons : déjà, la sociologie de la délinquance en tant que domaine scientifique n'est pas très développée en France, comparée à d'autres domaines.

Autant ces questions sont extrêmement médiatisées et politisées, autant les connaissances scientifiques restent faibles.

La deuxième raison, c'est que la plupart des institutions, que ce soit l'état ou les communes, ne jouent pas nécessairement le jeu de la transparence et ne souhaitent pas ouvrir leurs portes pour que l'on puisse regarder qui fait quoi, à quoi ça sert, combien ça coûte, etc.

C'est très différent d'un pays comme l'Angleterre qui s'est lancé dans la vogue de la vidéosurveillance 10 ans avant nous mais où l'équivalent du ministère de l'Intérieur français avait tout de suite lancé des programmes d'évaluation et s'était adressé massivement aux chercheurs.

En France ce n'est pas le cas.

Lorsque le plan massif d'équipement a été lancé en 2007 après l'élection de Nicolas Sarkozy - dont c'était la principale mesure en terme de sécurité tel que c'est écrit dans les discours de l'époque - c'était en fait très politique.

Il n'y a jamais eu de programme d'évaluation indépendant prévu malgré les centaines de millions d'euros mis dans le FIPD, le fonds interministériel créé pour subventionner et inciter les communes à s'équiper.

Et comme le sujet est très politique depuis le départ, raison de plus pour faire silence.

Lorsque l'on ne sait rien de précis, on peut continuer à dire tout et n'importe quoi.

Source :
http://www.sudouest.fr/2016/05/04/quand-les-communes-detournent-l-usage-de-la-videosurveillance-2350964-710.php

Le blog de Laurent Mucchielli
http://www.laurent-mucchielli.org/

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
 le 19 Mars 2009 à Bordeaux !
 
Infos :  klik !
 

 

L'oeil de Pancho

D'autres dessins de Pancho : klik

Retour à la page d'accueil