Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

ETAT D'URGENCE

Le cadre légal : klik

****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"


C'est par là : klik !

****
Agenda des luttes

 
http://demainlegrandsoir.org/IMG/arton913.png

  En ligne ici : klik !

*****

Non à la loi renseignement

Infos : klik !

****
Retrouvez toutes

les brochures du C.L.A.P33

***
"Résistons Ensemble"


http://resistons.lautre.net/

***

Et encore...

Notre flux Rss




https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

http://blog.cgtbayard.org/public/solidar.jpg


 

2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 10:06

Depuis Médiapart le 26 mai 2016

Suite aux événements récents survenus à Rennes, plusieurs universitaires se penchent sur le degré de répression et de criminalisation du mouvement contre la loi « travail(le) » et dénoncent le fait qu'aujourd'hui « notre République, si fière de ses libertés, repose désormais un peu plus chaque jour sur la surveillance, la répression et l'enfermement de prisonniers politiques ».

Le degré de répression et de criminalisation du mouvement contre la loi « travail(le) » a franchi ces derniers jours un nouveau seuil. Un seuil que beaucoup auraient jugé inacceptable avant novembre dernier.

Après tout, c'est l'état d'urgence, et lorsqu'il y a urgence, le temps n'est plus celui de la réflexion.

Il s'agit donc de suivre nos dirigeants et de prendre pour argent comptant le tissu de mensonges dans lequel ils cherchent à noyer le mouvement contre la loi « travail(le) ».

Il faut notamment fermer les yeux sur cet état de fait : notre République, si fière de ses libertés, repose désormais un peu plus chaque jour sur la surveillance, la répression et l'enfermement de prisonniers politiques.

Il est toujours difficile pour un État qui se veut démocratique d'avouer que ses prisons sont remplies de personnes dont la faute est d'être en désaccord radical avec le cours des choses.

Il est tout aussi difficile d’admettre que cet État met en place une série de techniques de répression et de mesures de privation de liberté arbitraires à destination de tous ceux qui amorcent un refus de s’y soumettre entièrement (mutilations de manifestants, assignations à résidences, interdictions de manifester, arrestations sans aucun élément de preuve de prétendus incendiaires de voiture de police, de lanceurs de mottes de terres ou de micros - jusqu’au recours au 49.3).

Il faut alors tout un travail pour convertir ces manœuvres politiques en opérations policières.

Dissoudre les évidences et propager la peur

Tout d'abord, il faut habituer chacun à ne plus faire de différence entre des actes qui vont indistinctement être désignés comme « violents ».

Il y a des « casseurs », nous dit-on, et ceux-ci sont violents parce qu'ils cassent des vitrines de banque ou de boîtes d'intérim, ou parce qu'ils bloquent la circulation.

On parle aussi de la violence de la police, et le fait qu'un même terme circule occulte ce qui devrait pourtant être évident aux yeux de tous : que les violences qui causent des blessures ou des morts (Zyed et Bouna, Rémi Fraisse et bien d’autres) ne sont pas de même nature que celles dont on accuse les « casseurs ».

Combien de vitrines de banque vaut un œil crevé, un crâne ouvert ou une main brisée ?

Cette question absurde devrait rappeler l'incommensurabilité qui existe entre ces « violences ».

Qu'on le veuille ou non, c'est la police française qui éborgne et qui tue.

C'est elle qui tire flash-balls ou grenades lacrymogènes à hauteur de visage, de ventres ou de poitrines.

C'est d'ailleurs elle, aussi, qui s'est fait récemment rappeler à l'ordre sur ses pratiques et ses dérives, à l'occasion d'un rapport étrangement passé sous silence dans la plupart des médias, et pourtant rédigé par le Comité contre la torture de l'ONU.

Lire la suite :
https://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/260516/lamnesie-et-la-peur-rennes-comme-ailleurs

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

****
Bordeaux - 18 mars 2017

Journée contre

les violences policières

Notre appel : klik !

*****
Violences Policières

France - Trois rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
 le 19 Mars 2009 à Bordeaux !
 
Infos :  klik !
 

 

L'oeil de Pancho

D'autres dessins de Pancho : klik

Retour à la page d'accueil