Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

ETAT D'URGENCE

Le cadre légal : klik

****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"


C'est par là : klik !

****
Agenda des luttes

 
http://demainlegrandsoir.org/IMG/arton913.png

  En ligne ici : klik !

*****

Non à la loi renseignement

Infos : klik !

****
Retrouvez toutes

les brochures du C.L.A.P33

***
"Résistons Ensemble"


http://resistons.lautre.net/

***

Et encore...

Notre flux Rss




https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

http://blog.cgtbayard.org/public/solidar.jpg


 

18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 10:43

Le 8 août 2016

On avait vu partout l’image de sa blessure, mais pas encore entendu sa voix. Alain Roth, le manifestant de 23 ans gravement blessé lors d’une manifestation contre la loi Travail en juin dernier s’est exprimé pour la première fois dans le journal dominical de Suisse romance Le Matin dimanche.

 "J'ai cru mourir". Premier témoignage du suisse blessé par une grenade lacrymogène durant la #manif14juin.

“J’ai cru mourir”, raconte le jeune homme au journal suisse. Pour rappel, il avait été gravement blessé à la nuque.

Dans un premier temps, des soupçons s’étaient portés sur les forces de l’ordre, et plusieurs témoins avaient évoqué l’utilisation d’une grenade lacrymogène lancée en tir tendu.

Mais selon une source policière interrogée par l’AFP, confirmant une information de Libé, il s’agissait en fait d’un “engin artisanal” lancé par les manifestants – ce que ne mentionne pas Le Matin dimanche.

“Je ne pouvais plus bouger. J’ai perdu beaucoup de sang. Gravement brûlé, j’ai été opéré en urgence à Paris, relate Alain Roth. Les médecins craignaient que les blessures ne s’infectent encore plus et atteignent la moelle épinière. Je risquais de finir hémiplégique.”

Toujours soigné à domicile

Le jeune homme est toujours soigné à domicile, après plusieurs semaines passées à l’hôpital, à Paris, puis en Suisse.

Dans un article publié le 15 juin, Buzzfeed retraçait le cours des événements par le biais de différents points de vues de manifestants ou reporters présents au moment des faits.

Le préfet de police de Paris, Michel Cadot, assurait alors qu’il “n’y avait pas la moindre présence des forces de l’ordre à proximité”.

Une assertion contredite par les nombreuses vidéos et photos prises lors de l’événement, ainsi que les témoignages récoltés sur place.

Un manifestant expliquait notamment à Buzzfeed que les “street medics”, ces soignants qui viennent en aide aux blessés lors des manifestations, étaient “effarés par le fait que pendant 5 minutes où les gens s’occupaient des blessés, les CRS ont continué à gazer vers eux, alors que plusieurs personnes tentaient d’expliquer aux forces de l’ordre qu’il y avait des blessés.”

Un témoignage corroboré par une vidéo du photo-reporter Nnoman, qui a filmé la scène.

Un scandale politique

Si en France la polémique a rapidement enflé dans le contexte de nombreuses violences policières, en Suisse, elle a pris des proportions bien différentes.

Alain Roth s’avère être le président des Jeunes socialistes de Haute-Argovie, un arrondissement administratif du nord du pays.

Avant cet événement, il était également candidat aux élections locales.

Masqué et ganté lors de la manifestation, ses motivations ont été questionnées. On l’accuse notamment d’avoir voulu participer à des dégradations.

Et pas question pour le Parti Socialiste suisse d’être associé à ces manifestants masqués, à qui on a prêté, à tort ou non, de nombreuses violences lors des manifestations contre la loi Travail.

Le parti a donc rapidement demandé au jeune militant de se retirer de la liste, en un coup de fil particulièrement insensible, comme le raconte Alain Roth :
“Vous êtes à l’hôpital, vous avez peur de ne plus pouvoir jamais marcher et on vous appelle sans même vous demander comment vous allez, ou votre avis.”

Fin juin, l’ex-candidat annonçait au Matin son intention de démissionner du Parti socialiste, sans toutefois tourner le dos à la politique qu’il fait par “solidarité”.

Les jeunes socialistes de Haute-Argovie ont quant à eux soutenu leur président sur Facebook, assurant qu’il avait simplement “fait usage de ses droits démocratiques” et défendu une cause “même au-delà de nos frontières”.

Source :
http://www.lesinrocks.com/2016/08/news/jai-cru-mourir-premier-temoignage-manifestant-blesse-a-paris-14-juin/

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

****
Bordeaux - 18 mars 2017

Journée contre

les violences policières

Notre appel : klik !

*****
Violences Policières

France - Trois rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
 le 19 Mars 2009 à Bordeaux !
 
Infos :  klik !
 

 

L'oeil de Pancho

D'autres dessins de Pancho : klik

Retour à la page d'accueil