Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

ETAT D'URGENCE

Le cadre légal : klik

****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"


C'est par là : klik !

****
Agenda des luttes

 
http://demainlegrandsoir.org/IMG/arton913.png

  En ligne ici : klik !

*****

Non à la loi renseignement

Infos : klik !

****
Retrouvez toutes

les brochures du C.L.A.P33

***
"Résistons Ensemble"


http://resistons.lautre.net/

***

Et encore...

Notre flux Rss




https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

http://blog.cgtbayard.org/public/solidar.jpg


 

20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 16:39

Retour sur la bavure de Bergson où un lycéen s'était vu asséner un coup de poing en pleine face de la part d'un policier.

Le 19 septembre 2016

« Libération » a eu accès à l’enquête de l’IGPN qui pointe l’intervention inappropriée des policiers à l’encontre de lycéens parisiens en mars.

Jeudi 24 mars au matin, lycée Henri-Bergson dans le XIXe arrondissement de Paris, à quelques pas du parc des Buttes-Chaumont. Les élèves organisent une journée d’action contre le projet de loi travail.

Mais ce jour-là, c’est l’action de la police qui va marquer les esprits.

Les vidéos postées sur les réseaux sociaux alerteront jusqu’au ministre de l’Intérieur sur la brutalité de certains agents.

Ce recours démesuré de la force sera le point de départ d’une nouvelle revendication de la mobilisation sociale : «l’arrêt des violences policières».

Libération, qui a eu accès aux enquêtes réalisées par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), revient sur cette intervention policière permettant de saisir les dysfonctionnements individuels mais aussi structurels d’une opération de maintien de l’ordre désastreuse.

Que s’est-il passé à Bergson le 24 mars ?

Vers 8 heures, les lycéens sont environ 200 à être rassemblés devant leur lycée.

La grille d’entrée de l’établissement est bloquée par un amas de poubelles tandis que Patrick Hautin, proviseur à Bergson depuis six ans, est à l’extérieur pour garantir l’accès aux collégiens de la cité scolaire.

Dans ses déclarations à la police des polices, il revient sur le blocus précédent : « Le jeudi 17 mars, il y a eu un premier blocage qui a été relativement tendu entre les élèves […], la proviseure adjointe a reçu du gaz lacrymogène. »

Le 24 mars, Patrick Hautin décrit dans un premier temps une situation « calme », tout comme l’un des policiers présents devant l’établissement.

Mais à 8h24, un appel radio fait état de premiers jets d’œufs et de farine en direction des policiers.

A 9 heures, un lycéen est interpellé.

Des renforts du commissariat du XIXe arrondissement arrivent équipés de casques et boucliers.

Rapidement, la situation dégénère.

Sous les ordres du commandant responsable de l’opération, les policiers font une « avancée pédagogique », c’est-à-dire qu’ils se positionnent en ligne et font face aux lycéens.

« Nous étions environ quinze », se souvient le commandant.

Malgré leur faible nombre, ils décident de procéder à d’autres interpellations pour les jets d’œufs.

La suite est erratique.

Les policiers se déplacent au milieu des lycéens après avoir repéré leurs cibles tandis que d’autres prennent en chasse des élèves qui tentent d’échapper à une charge dans les rues adjacentes.

Peu après 10 heures, un feu de poubelles est allumé sur le bitume dans la rue devant l’établissement. Les forces de police interviennent une dernière fois pour disperser les lycéens.

L’histoire aurait pu s’arrêter là sans une vidéo postée sur les réseaux sociaux.

Visionnées plus de 2 millions de fois, les images sont sans équivoque : un lycéen de 15 ans qui est déjà maîtrisé par des agents et qui n’oppose aucune résistance reçoit un violent coup de poing au visage.

« Les policiers ont manqué de discernement, agissant avec le même comportement face aux lycéens agressifs et ceux plus pacifistes », estimera le proviseur du lycée.

Que dit l’IGPN ?

La police des polices, saisie dès le lendemain par Bernard Cazeneuve, détaille la scène : « Le jeune était rattrapé par un policier, qui le plaquait au sol. […] Alors qu’il était relevé par le policier, celui-ci lui portait un violent coup de poing au visage. Le jeune homme basculait en arrière et tombait lourdement à terre sur le dos. »

Résultat : une incapacité totale de travail (ITT) de six jours.

Pourtant, aucun des quatre policiers participant à l’interpellation n’a « été témoin du coup porté au visage du lycéen » relève l’IGPN.

Tous l’ont « découvert » après, en visionnant la vidéo, assurent-ils aux enquêteurs.

Le jeune homme est embarqué, le nez en sang.

Un brigadier qui a participé à son interpellation explique avoir cru à une « défaillance physique » en le voyant chuter d’un coup.

Il déclare ne pas remarquer sa blessure au visage, raison pour laquelle il n’informe pas l’officier de police judiciaire présent au commissariat après avoir emmené la victime.

Le jeune homme repart finalement libre de toute charge. Il est mineur, mais ses parents ne sont pas avertis.

Le lycéen rentre chez lui et ne dit rien.

C’est un appel de la police des polices qui alertera sa famille.

Interrogé dans l’enquête, le policier auteur du coup de poing tente de se justifier par le contexte « dangereux » et la malchance.

Voulant tenir à distance le lycéen pourtant déjà immobilisé par lui-même et deux de ses collègues, il explique : « Lorsque mon bras s’est lancé, la tête s’est baissée et c’était trop tard pour s’arrêter. »

Il assure avoir voulu viser le « plexus ».

« Confronté aux enregistrements vidéo qui mettaient à mal sa relation des événements », le policier campe d’abord sur sa position avant de changer de version.

« A l’issue de nouvelles auditions, le gardien de la paix reconnaissait […] avoir usé à tort d’une force disproportionnée », conclut l’IGPN.

Si cette vidéo du coup de poing est la plus regardée dans les jours qui suivent, c’est pourtant l’attitude d’un autre agent qui a le plus choqué les lycéens et personnels de l’établissement.

Là aussi, l’Inspection générale de la police nationale va construire son enquête sur des preuves vidéo.

Matraque dans une main, bombe lacrymo dans l’autre, un policier en civil, capuche sur la tête et visage masqué, fait une « balayette » à un jeune qui ne présente pas plus de résistance que le premier plaignant, puis traîne un autre élève sur une trentaine de mètres en le serrant fermement par le cou.

Il termine son œuvre par plusieurs coups de matraque à des lycéens qui marchaient de dos.

Interrogé par les enquêteurs, il tente de justifier son comportement : « J’ai dû user de la gomme, en faisant des balayages hauts et bas dans le but de les effrayer et de les faire reculer. »

La gomme, en termes policiers, c’est une matraque souple utilisée pour le maintien de l’ordre.

L’agent reconnaît tout juste un coup « involontaire » dans le mollet d’un lycéen.

Là encore, l’IGPN décrypte les images à sa disposition et estime, au vu du « geste du policier et de l’attitude du jeune homme, que l’arme avait pu s’abattre dans le dos de celui-ci ».

C’est lors de la confrontation avec la victime que le policier finit par reconnaître qu’il a bien infligé un coup dans le haut du corps du lycéen, mais là encore, « involontaire », prétend-il.

Pour la scène de la  « balayette », la police des polices constate que l’environnement autour du fonctionnaire « paraissait très calme » et qu’aucune « hostilité » n’émanait des lycéens.

L’agent justifie son geste en disant que le jeune homme était « arrogant » avant d’admettre que sa réaction était « illégitime ».

Il va aussi invoquer son inexpérience : il est agent de police administrative, un corps chargé de surveiller des manifestants et d’établir des « physionomies ».

Sa fiche de poste pour le 24 mars détaille plusieurs missions dont la « détection de groupes à risques ».

Et une consigne : « Eviter tout contact avec les manifestants. »

Ce sont donc en partie des agents non formés au maintien de l’ordre - un savoir-faire à part dans la police - qui ont eu pour mission d’interpeller des manifestants.

Un formateur de la police nationale interrogé par l’IGPN juge effectivement « anarchiques » les gestes du fonctionnaire.

Le commandant de l’opération, lors de son audition, assume après coup la responsabilité en expliquant aux enquêteurs que les policiers ont agi conformément à ses ordres.

Quelles sont les suites judiciaires ?

Pour être auditionnés, les deux policiers ont été placés en garde à vue. Après la clôture des enquêtes, le parquet de Paris a décidé de les renvoyer en correctionnelle pour violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique.

Le premier policier, auteur du coup de poing, sera jugé le 10 novembre. La comparution du second devant le tribunal correctionnel est fixée au 14 octobre.

Il est renvoyé à la suite de la plainte d’une de ses victimes, mais aussi pour toutes les violences repérées dans les vidéos par l’Inspection générale de la police nationale.

Arié Alimi, avocat de plusieurs familles de jeunes, explique que « l’identification des autres victimes est en cours afin qu’elles puissent se constituer partie civile, si elles le souhaitent ».

Mais le défenseur des lycéens annonce qu’il compte demander le renvoi des deux policiers à une seule et même audience le 10 novembre.

Ceci à titre « symbolique » pour un procès sur les violences contre les élèves du lycée Bergson.

Deux autres enquêtes préliminaires sont d’ailleurs encore en cours, dont l’une concerne des violences présumées en garde à vue.

Jeudi dernier, lors d’une journée de rentrée contre la loi travail, adoptée définitivement par le Parlement pendant l’été, un cortège de lycéens s’est rendu devant l’établissement parisien.

Là encore, un feu de poubelles a été allumé dans la rue et des aérosols jetés dans les flammes pour provoquer des explosions. Cette fois-ci, les élèves sont partis à l’arrivée de la police.

Source :
http://www.liberation.fr/france/2016/09/19/bavures-a-bergson-quand-mon-bras-s-est-lance-il-etait-trop-tard_1503133

***
Le 10 novembre 2016

Devant le tribunal, la défense maladroite du policier qui avait frappé un lycéen à Paris

Le procureur a requis six mois de prison avec sursis contre le gardien de paix qui avait donné un coup de poing à un élève du lycée Bergson, en mars, lors du mouvement contre la loi travail.
http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/11/10/devant-le-tribunal-la-defense-maladroite-du-policier-qui-avait-frappe-un-lyceen-a-paris_5029161_1653578.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

****
Bordeaux - 18 mars 2017

Journée contre

les violences policières

Notre appel : klik !

*****
Violences Policières

France - Trois rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
 le 19 Mars 2009 à Bordeaux !
 
Infos :  klik !
 

 

L'oeil de Pancho

D'autres dessins de Pancho : klik

Retour à la page d'accueil