Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

LOIS LIBERTICIDES

Contester une amende
pour manif interdite

Juin 2019 : klik !

******

La censure
sur Internet

Avril 2019 : klik !

******
Etat d'urgence


Le cadre légal : klik


****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****
Notre Facebook

 

C'est par là :
facebook.com/clap33

*****

Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

 



https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

 


 

 

https://a4-images.myspacecdn.com/images04/10/085780129eb0413dbdf3961ab6da8567/full.jpg

 

 

16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 11:21

Le 6 décembre 2016

Plusieurs associations européennes de défense des consommateurs s’inquiètent des risques liés à l’utilisation de deux jouets connectés, la poupée Cayla et le robot I-Que. Les associations dénoncent des failles de sécurité, des CGU douteuses et le matraquage publicitaire visant les enfants.

Noël approche et les fabricants de jouets font feu de tout bois. Évidemment, pas question aujourd’hui de passer à côté de la vague des objets connectés et les poupées et robots « intelligents » devraient trouver leur place sous le sapin.

Mais si les constructeurs se lancent sur ce nouveau terrain, il va falloir également qu’ils se coltinent les travers de l’industrie, notamment les failles de sécurité.

C’est en substance ce que dénonce l’UFC Que Choisir dans un communiqué visant deux modèles particuliers, la poupée Cayla (proposée par Toy Quest) et le robot I-Que fabriqué par Genesis.
Lire ici :
https://www.quechoisir.org/action-ufc-que-choisir-jouets-connectes-alerte-sur-la-securite-et-les-donnees-personnelles-n23355/

Pour l’association de défense des consommateurs, ces produits présentent plusieurs failles et problèmes qui invitent à la plus grande prudence.

L’UFC s’appuie sur une étude technique menée par Forbrukerradet, leur homologue finlandais qui les avait déjà aidés à travailler sur l’application Happn en début d’année.
Lire ici :
http://www.zdnet.fr/actualites/happn-l-ufc-que-choisir-alerte-la-cnil-sur-l-exploitation-des-donnees-privees-maj-39832040.htm

Du point de vue de la sécurité, l’association explique ainsi que ces jouets connectés utilisent le bluetooth pour établir une communication entre le jouet et l’application mobile utilisée pour interagir avec eux.

Mais l’implémentation de cette technologie ne convient pas à l’association : « si les sociétés ont fait le choix d’une connexion simple et rapide, aucun code d’accès ou procédure d’association entre ces jouets et les téléphones/tablettes n’est exigé avant la connexion au jouet. (…)

Résultat : un tiers situé à 20 mètres du jouet peut s’y connecter par Bluetooth et entendre ce que dit votre enfant à sa poupée ou à son robot, sans même que vous en soyez averti » précise ainsi l’association.

L’UFC Que Choisir dénonce également les conditions générales d’utilisation de ces jouets, qui autorisent une collecte des données vocales sans aucun consentement exprès des utilisateurs.

Cerise sur le gâteau, l’UFC dénonce le « matraquage publicitaire » que permettent ces jouets : « L’étude a ainsi révélé que Cayla et i-Que prononcent régulièrement des phrases préprogrammées, faisant la promotion de certains produits - notamment des produits Disney ou des références aux dessins animés de Nickelodeon. »

Dans sa politique de confidentialité affichée sur son site, la société Genesis qui commercialise le robot I-Que semble confirmer les points soulevés par l'UFC-Que Choisir.

La charte de confidentialité confirme ainsi l'existence de programmes de publicités ciblés et de disposition de transfert de données personnelles à l'étranger.
Lire ici :
http://ique-robot.fr/privee

La charte de confidentialité semble en effet avoir une vision particulière de la notion de consentement exprès.

Extrait de la charte de confidentialité affichée sur le site de I-Que. La notion de consentement exprès retenue par l'entreprise fait sourire.

En conséquence, l’organisation invite les parents à la plus grande prudence pour leurs courses de Noël et annonce avoir saisi la CNIL et la CCRF afin que les deux autorités se penchent sur le sujet.

« Loin d’être des cas isolés, Cayla et i-Que reflètent un problème général de sécurité et de données personnelles des jouets connectés » ajoute l’UFC que Choisir, qui profite de l’occasion pour mettre en garde les éventuels acheteurs.

Un élément à prendre au compte si vous ne voulez pas que vos chères têtes blondes se retrouvent avec un cadeau empoisonné au pied du sapin.

Source :
http://www.zdnet.fr/actualites/jouets-connectes-l-ufc-que-choisir-denonce-des-cadeaux-plus-qu-empoisonnes-39845628.htm

Partager cet article

Repost0

commentaires

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
le 19 Mars 2009 à Bordeaux !

Infos : klik !

******
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A