Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

LOIS LIBERTICIDES

Contester une amende
pour manif interdite

Juin 2019 : klik !

******

La censure
sur Internet

Avril 2019 : klik !

******
Etat d'urgence


Le cadre légal : klik


****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****
Notre Facebook

 

C'est par là :
facebook.com/clap33

*****

Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

 



https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

 


 

 

https://a4-images.myspacecdn.com/images04/10/085780129eb0413dbdf3961ab6da8567/full.jpg

 

 

29 mars 2019 5 29 /03 /mars /2019 15:35

Le 29 mars 2019

Le maire de Bordeaux a décrété la ville "ville morte" ce samedi. Nicolas Florian appelle tous les commerçants à baisser le rideau, et invite les Bordelais à rester chez eux.

Il s'inquiète de la venue de plusieurs centaines de casseurs en marge de la 20e journée de mobilisation des Gilets jaunes.

A quoi faut-il s'attendre pour le  20 e samedi de mobilisation des Gilets Jaunes ? D'après la mairie et la préfecture, cette manifestation s'annonce plus violente encore que les actes précédents.

Interrogé en marge de la restitution du projet Bordeaux 2050, le maire de Bordeaux Nicolas Florian a appelé les commerçants à baisser le rideaux et les habitants à rester chez eux.

"Centaines de casseurs"

Une manifestation commune avec les Gilets jaunes toulousains est annoncée, ainsi qu'un rassemblement de la CGT "pour la liberté de manifester". Mais c'est surtout la venue  de très nombreux casseurs qui inquiète les autorités.

"Plusieurs appels sur les réseaux sociaux appellent à la convergence sur Bordeaux, et laissent prévoir la présence de centaines de Blackblocks ou d'individus déjà identifiés comme particulièrement violents", nous précise-t-on.

La Préfecture a renforcé le dispositif de sécurité

Dans un communiqué, la Préfecture de Nouvelle-Aquitaine a également indiqué prendre très au sérieux la "volonté manifeste de certains groupes, violents et très déterminés, de provoquer d’importants troubles à l’ordre public et des dégradations" et a indiqué avoir renforcé son dispositif de sécurité pour la journée du samedi 30 mars. 

Un arrêté préfectoral a d’ores et déjà été pris pour samedi élargissant encore les lieux où il sera interdit de défiler. La place de la Victoire en fait désormais partie.

"Pour l’heure, aucune déclaration de manifestation de « gilets jaunes » n’a été déposée en préfecture, à l’exception du village citoyen devant la maison éco-citoyenne de Bordeaux. Comme chaque semaine, plusieurs appels circulent sur les réseaux sociaux qui invitent à se rassembler et à manifester samedi dans le centre-ville de Bordeaux. Face à la volonté manifeste de certains groupes, violents et très déterminés, de provoquer d’importants troubles à l’ordre public et des dégradations ce samedi dans le centre ville, et de se confronter aux forces de l’ordre, le dispositif de sécurité et de secours sera renforcé afin de limiter tout risque d’atteintes aux personnes et aux biens… Au regard des risques avérés de dégradations et de violences, la préfecture en coordination avec la ville de Bordeaux appelle les commerçants du centre-ville à prendre des mesures de précaution particulières pour cette journée de samedi. Il leur est notamment demandé de retirer tout élément extérieur pouvant faire office de projectile (tables, chaises, poubelles, présentoirs…). En cas d’agitation sur la voie publique ou de menace de troubles, il est vivement conseillé de fermer les issues et d’abaisser les moyens de protection des commerces (rideau, grille, …)" indique notamment le communiqué. 

Avec précision, les cortèges, défilés et rassemblements sont ainsi interdits le 30 mars : rue Condillac, rue J-J-Roussseau, rue Buffon, rue Montesquieu, rue Franklin, rue Voltaire, rue Mautrec, place des Grands-Hommes, rue Michel-Montaigne, rue Diderot, rue Mably, rue J-J-Bel, place et impasse du Chapelet, passage Sarget, rue Martignac, place de la Comédie, cours du Chapeau-Rouge, rue Esprit-des-Lois, rue Saint-Rémi, cours de l’Intendance, rue Vital-Carles, rue Saite-Catherine (de la place de la Comédie à l’intersection avec le cours Alsace-et-Lorraine), rue de la Porte-Dijeaux, rue Montbazon, rue des Trois-Conils, cours Alsace-et-Lorraine, place Pey-Berland, place Jean-Moulin, rue de l’Hôtel de ville, place Rohan, rue Elisée Reclus, rue Duffour Dubergier, cours Pasteur, cours Victor-Hugo et place de la Victoire.

Les zones rouges seront interdites aux manifestants le 30 mars

Plus de 200 blessés

Depuis  le début de la mobilisation des Gilets jaunes,  Bordeaux est une place forte pour les manifestants. De nombreuses dégradations ont eu lieu dans le centre-ville et des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont déjà occasionné de nombreux blessés.

Depuis le 24 novembre, en Gironde,  217 personnes (manifestants et forces de l'ordre) ont été blessées au cours d'affrontements, et 755 personnes interpellées, précise l'arrêté de la préfecture.

Sources :
https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/gironde/bordeaux/gilets-jaunes-bordeaux-decretee-ville-morte-maire-nicolas-florian-ce-samedi-1646664.html
https://www.sudouest.fr/2019/03/29/gilets-jaunes-et-black-blocs-a-bordeaux-le-maire-appelle-a-une-ville-morte-samedi-5941931-2780.php

Partager cet article

Repost0

commentaires

KrissBass 30/03/2019 09:10

Absurde!!
Dans Wikipédia:
France
Article détaillé : État d'urgence en France.
L'état d'urgence en France permet aux autorités administratives de prendre des mesures restreignant les libertés comme l’interdiction de la circulation ou la remise des armes. Les mesures les plus sévères sont les assignations à résidences, la fermeture de certains lieux, l’interdiction de manifester et les perquisitions de jour et de nuit. Ainsi, il dessaisit la justice de certaines de ses prérogatives. Contrairement à l'état de siège, il n'implique pas les forces armées.

Historiquement voté pour faire face aux événements liés à la guerre d'Algérie, l'état d'urgence a été appliqué sept fois entre 1955 et 2015, et une huitième fois, décrétée par le Président de la République le 14 novembre 2015 sur tout le territoire national en raison des attentats du 13 novembre 2015. Il a depuis été prolongé à deux reprises, le 19 novembre, le 16 février et a été reconduit jusqu'à l'été, en raison notamment de l'organisation du Championnat d'Europe de football 2016 à Paris et du Tour de France16,17. Il devait prendre fin le 26 juillet 2016 mais à la suite des attentats qui ont touché Nice la nuit du 14 juillet durant les feux d'artifices de la fête nationale, le président de la République prend la décision de prolonger l'état d'urgence de 6 mois en plus. La droite demande une deuxième prolongation de 3 mois qui ferait durer l'état d'urgence jusqu'en janvier 201718. Le mardi 13 décembre 2016, l'assemblée vote la prolongation de l'état d'urgence de 7 mois supplémentaires pour mener au 15 juillet 2017, après les élections présidentielles ainsi que les législatives de juin19, le sénat valide cette prolongation par son vote le 15 décembre 201620. Après une nouvelle prolongation21, l'état d'urgence prend fin le 1er novembre 2017.

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
le 19 Mars 2009 à Bordeaux !

Infos : klik !

******
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A