Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

LOIS LIBERTICIDES

Contester une amende
pour manif interdite

Juin 2019 : klik !

******

La censure
sur Internet

Avril 2019 : klik !

******
Etat d'urgence


Le cadre légal : klik


****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****
Notre Facebook

 

C'est par là :
facebook.com/clap33

*****

Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

 



https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

 


 

 

https://a4-images.myspacecdn.com/images04/10/085780129eb0413dbdf3961ab6da8567/full.jpg

 

 

2 avril 2019 2 02 /04 /avril /2019 13:40

Le 30 mars 2019

Il faut dire ce qui est : on est le plus souvent réprimé dans un silence absolu.

Parfois, et c’est souvent contre notre gré, une fenêtre médiatique s’ouvre sur ce que nous vivons, nous éclaire le temps d’un buzz, puis se referme aussi vite qu’elle s’est ouverte, nous laissant seuls avec les conséquences de la répression qu’on a subi. Parfois cette fenêtre s’ouvre plusieurs fois. Et c’est aussi à cette occasion qu’on comprend combien le fait de ne pas être tout à fait inconnu protège. Ici je veux revenir sur les circonstances et raisons d’un acharnement.

Ce qu’être “fiché S” implique…

Lundi 25 mars 2019 à 18h05, je descendais d’un train au retour de Biarritz et Bayonne, où le collectif Oldartu et d’autres militants locaux m’avaient invités pour parler de contrôle des foules, d’armements policiers et d’autodéfense face aux violences d’Etat. Une présentation que je fais depuis plusieurs années pour informer, dans une perspective de lutte et d’éducation populaire.

En 2012, le collectif que j’ai participé à créer, Désarmons-les !, publiait une brochure intitulée « Les armements du maintien de l’ordre, mieux les connaître pour mieux s’en prémunir ». L’actualité des Gilets Jaunes a donné un sens particulier à cette formule. Au regard du bain de sang de ces derniers mois, beaucoup plus de gens ont été confrontés à ce que Mathieu Rigouste appelle l’enférocement répressif des forces de l’ordre et en trois mois, nous avons eu autant de personnes civiles mutilées par les forces de l’ordre qu’en 20 ans.

Dans le cadre de cette présentation, qu’on pourrait appeler pompeusement « conférence » si j’avais un statut universitaire quelconque, je trimballe avec moi une petite sacoche remplie de cadavres de munitions : 4 grenades lacrymogènes PLMP7, 1 grenade lacrymogène MP7, 1 grenade lacrymogène CM6, 2 grenades lacrymogènes CM3, 1 grenade lacrymogène MP3, 1 grenade de désencerclement DMP, 1 grenade lacrymogène instantanée GLI F4, 2 grenades lacrymogènes instantanées GM2L, 1 munition de Flash-ball, 4 munitions de LBD 40, ainsi qu’une série de propulseurs DPR de 56 et 40 mm.

Voir vidéo descriptive au bas de cet article.

Précisons que ces munitions sont toutes inertes, du fait que leurs systèmes pyrotechniques de mise à feu (mèche lente et détonateur) ont déjà été consumés et que leurs bouchons d’allumages sont dépourvus de leurs systèmes de percussion (percuteur et verrou). En l’occurrence, ce sont des déchets que les forces de l’ordre laissent abondamment sur le sol après chaque manifestation, sans que ça ne semble leur poser un problème de sécurité, sans parler des conséquences écologiques et sanitaires de ce type de pratique…

Ce 25 mars, je suis l’un des derniers voyageurs à quitter le train à son arrivée Gare Montparnasse. Au bout du quai, je vois des agents de la police ferroviaire qui contrôlent un couple de voyageurs. Je suis incapable de dire s’ils sont accompagnés d’un policier d’un autre service. L’un d’eux m’arrête au passage et me demande d’ouvrir ma valise. Je pense que ce contrôle était entièrement fortuit. Après avoir remué mes affaires personnelles, il s’intéresse à ma sacoche remplie de munitions. Je le préviens, afin qu’il n’aie pas une réaction stupide en découvrant les ogives de grenades. Je suis aussitôt contraint de les suivre au poste de police de la gare et empêché d’utiliser mon téléphone pour prévenir ma petite amie avec qui j’ai rendez-vous.

Au poste, une demie douzaine de policiers s’agglutinent autour de mon bagage et prennent en photo les munitions avec leurs téléphones personnels après les avoir étalées sur une table. On me pose des questions sur la raison de leur présence dans mes bagages. J’évoque les conférences, mais refuse d’en dire davantage sans présence de mon avocate.

En moins de 10 minutes, je suis embarqué et transféré au commissariat du 7ème arrondissement, où je suis aussitôt placé en garde-à-vue pour « port d’arme prohibée de catégorie A » et « non respect d’un contrôle judiciaire ». Je suis méticuleusement fouillé et on me dit « vous êtes très connu de nos services, votre fiche est un livre ».

La suite, c’est une garde-à-vue tout ce qu’il y a de plus classique. Les cellules sont infectes, la France n’a toujours pas instauré de kit d’hygiènes contrairement à ses voisins européens, c’est toujours l’entreprise “Bocage” qui fournit l’innommable bouffe des gardés-à-vue et la plupart des co-détenus sont là pour des « Infractions à la Législation sur les Stupéfiants (ILS) ».

Autour de 23 heures, je vois mon avocate avant d’être auditionné. On m’interroge sur la provenance et la nature de ces munitions, ainsi que l’usage que j’en fais. Je réitère ma première déclaration et conserve le silence lorsque l’Officier de Police Judiciaire cherche à me mettre en défaut en posant la grenade DMP sur son bureau entre lui et moi. Il est évident qu’il s’agit d’une vulgaire maquette reconstituée avec de la super glue, ce qui sera précisé par mon avocate en fin d’audition.

A ce moment précis, l’OPJ confie dans un souffle que l’état major lui met la pression depuis deux heures concernant cette affaire, et je me rend compte que les autres OPJ sont tous sur mon dossier en plus des autres affaires (stup et défaut de permis).

Ce qu’il se passe entre mon placement en garde-à-vue et la fin de la perquisition le lendemain, je vais vous le dire, parce que j’ai désormais une triste expérience de ces pratiques, qu’un journaliste du Point ou de LCI doit certainement connaître s’il n’est pas juste une triste marionnette à la solde de la Préfecture de Police.

Les activités des services de renseignement sont essentiellement celles d’une police politique. Et notamment les pôles chargés de surveiller les « extrémismes violents », aussi appelés « division des faits religieux et mouvances contestataires », qu’on retrouve aussi bien à la Direction des Renseignements de la Préfecture de police de Paris (DRPP), au Service Central du Renseignement Territorial (SCRT) ou à la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI). Les uns et les autres alimentent des fiches inscrites au Fichier des Personnes Recherchées (FPR) et portant diverses mentions, « S » pour « Sûreté de l’Etat » (méchant-e et dangereux/se), « J » pour « Judiciaire » (soumis-e à un contrôle judiciaire), « E » pour « Étranger » (en infraction à la loi sur les étrangers), etc.

Et il faut savoir que nombre d’agents des services de renseignements sont nourris d’idées toutes faites sur l’histoire et la société, bercés d’un anti-communisme et de sentiments islamophobes primaires, mais aussi et surtout, sont complètement dévoués à protéger les intérêts de l’État, quand bien même celui-ci deviendrait totalitaire. Par conséquent, mes engagements politiques, vieux d’une douzaine d’années, n’ont sans doute pas échappés aux yeux de ce Big Brother, comme pour nombre d’autres militant-es politiques radicaux/les.

Durant la période 2009-2011, mon chemin croise celui d’un agent local de la Sous-Direction de l’Information Générale (SDIG, ancêtre du SCRT), Philippe Patisson (voir ici : https://juralib.noblogs.org/2012/04/15/un-bon-flic-est-un-flic-qui-demissionne-aujourdhui-on-est-totalement-discredites/), qui travaille à déstabiliser les groupes politiques que je fréquente à l’époque. Puis, fin 2014, je suis piétiné dans une petite rue par une équipe de bras cassés de la Brigade d’Information de la Voie Publique (BIVP, renseignements de terrain de la Préfecture de Paris). Je porte plainte contre eux et l’enquête est confiée à l’IGPN, qui me confronte avec mes agresseurs au printemps 2015.

Description des BIVP (Note N°24 / 2016) : « Ils sont les interfaces avec les services d’enquête et sont susceptibles d’établir un certain nombre d’actes judiciaires ou de recueillir des renseignements ou informations utiles pour les officiers de police judiciaire (OPJ) »

Fin 2015 je suis assigné à résidence sur la seule base de « notes blanches » rédigées par les renseignements. Nous ne saurons jamais quel(s) service(s) rédige(nt) ces notes blanches et si la BIVP y contribue.

J’avais publié un récit sur Paris-luttes.info en décembre 2015 :
https://paris-luttes.info/les-bonnes-pratiques-des-services-4607

Début 2016, je suis interpellé à deux reprises alors que je suis juste présent en manifestation. Accusé de violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique, je suis mis en examen et placé sous contrôle judiciaire. D’abord « interdit de manifester », j’obtiens la modification de mon CJ par la chambre de l’instruction en mai 2016, qui décide cyniquement de l’alourdir, en m’interdisant de « me rendre sur Paris ». Je reste donc interdit de Paris durant plusieurs mois jusqu’à la levée du CJ, qui interviendra début 2017.

Pour autant, la « fiche J » du FPR ne sera jamais mise à jour. Oui, le FPR peut ne pas être à jour, de la même façon qu’un journaliste du Point ou de LCI. A l’été 2017, je serai donc placé une vingtaine d’heures en « rétention judiciaire » suite à un simple contrôle d’identité en marge d’une manifestation, les policiers estimant que j’étais toujours « interdit de manifester ».

Pour certains, un simple contrôle reste un simple contrôle, pour d’autres, c’est une angoisse quotidienne et ça peut amener très vite à perdre 24 heures de sa vie.

Au cours du printemps 2016, des policiers m’apportent à domicile, à plusieurs reprises, jusqu’à cinq « interdictions administratives de paraître » (dites « interdictions de manifester »), justifiées par des notes blanches qui s’appuient sur l’assignation à résidence, donc sur d’autres notes blanches, mais également sur le fait que j’ai été arrêté et mis en examen à deux reprises en début de mobilisation contre la Loi Travail, et alors que l’instruction est en cours et que je suis censé bénéficier de la présomption d’innocence. Ce n’est pas la première fois que des mesures administratives, et donc les services de renseignements, esquivent le juge judiciaire pour juger de la culpabilité d’une personne.

Voilà comment se construit la figure d’un « leader de l’ultragauche » (formulation antérieure à la création de la DGSI) ou de la « mouvance contestataire radicale » (nouvelle formulation depuis la création de la DGSI). Étonnamment, notre appellation varie avec les réformes des services de renseignements…

Le mardi 26 mars 2019 au matin, j’assiste à l’exploitation de mon téléphone. Il est éteint et je n’ai pas de codes à leur donner. Pareil pour mon ordinateur. Pour autant, des images sont copiées depuis la carte micro SD de mon téléphone. On y voit des selfies devant les cicatrices des Champs Elysées, clichés pris bien après la fin des manifestations, mais également des photos touristiques du Pays Basque, ainsi que des certificats médicaux de personnes mutilées par la police, des images de violences policières téléchargées sur internet et les copies d’écran de deux conversations dans lesquelles Désarmons-les ! a été menacé par des gens qui n’apprécient pas la liberté de ton de certaines de nos publications.

On m’annonce ensuite qu’on va procéder à une perquisition de mon domicile en début d’après-midi, suite à quoi je serai auditionné à deux reprises sur les images copiées depuis mon téléphone et sur la perquisition.

Titre anxiogène du Point, 26 mars 2019 à 13h5

J’apprendrai après ma sortie de garde-à-vue qu’entre-temps, deux journaflics du Point et de LCI ont eu accès à mes fiches de renseignement et au contenu de l’enquête, ce qui est passible de correctionnelle : violation du secret de l’enquête pour la taupe policière, recel pour les journalistes qui révèlent ces informations. Pour couronner le tout, les chiens de garde qui d’habitude se contentent de titrer “un individu” balancent un prénom et l’initiale d’un nom pour me désigner, comme s’il était normal et entendu de jeter une personne bénéficiant de la présomption d’innocence en pâture à ses lecteurs (les lecteurs fascisants du Point qui réclament à corps et cris sévérité, peine de mort et retour aux camps de travail, se sont d’ailleurs empressés de me souhaiter tout ce que leur sadisme pouvait imaginer de pire).

Plus de précisions sur les fuites du Point et de LCI, avec l’article de réponse publié durant ma garde-à-vue : https://desarmons.net/index.php/2019/03/26/les-chiens-de-garde-et-le-pilori/

L’article du Point paraît à 13h56. Ces révélations dans la presse à petits potins et à grands scandales ont du passablement énerver des gens à la préfecture de Police, qui n’avaient toujours rien de très concret à offrir au lectorat de la presse poubelle pour alimenter le sensationnalisme de Zemouri et Brenier. A 15 heures, c’est donc pour mes détracteurs la perquisition de la dernière chance : l’état major espère certainement y trouver un sac de grenades en état de marche, des stocks de TNT et autres explosifs, histoire de ne pas perdre la face.

Raté, la perquisition est négative. Mon domicile, intégralement sniffé par Fenzy, un chien renifleur d’explosifs, ne leur livrera aucun secret subversif. Et ce ne sont certainement pas les trois débiles de la BAC qui auraient aidé à quoi que ce soit, trop occupés à faire des commentaires sur mon standing de vie après avoir fait des blagues sur les chinois et la conduite à risque du conducteur pendant tout le trajet.

A mon retour au commissariat, l’affaire est classée sans suite en un temps record (moins de deux heures) et les policiers renoncent même à me faire passer les auditions promises (c’est pourtant le protocole après avoir copié des images et documents privés depuis mon téléphone).

A 17h30, mes avocates déposent une plainte contre X pour “violation du secret de l’enquête” visant le policier à l’origine de la fuite et une plainte pour “recel” visant le journaliste qui a récupéré et diffusé les informations me concernant.

A 18h15 pétante, on me fait signer un étonnant rappel à la loi pour « port d’arme de catégorie C » (quand on sait que d’autres vont parfois en prison pour un opinel) et on me rend mon dangereux arsenal, après avoir vérifié que j’avais bien pris mon dernier repas (sic). L’OPJ, très sympa (si si), me dit qu’il regrette que le FPR n’aie pas été mis à jour et m’assure qu’il a demandé au magistrat de faire les démarches nécessaires. Sur le bureau, un dossier à mon nom gros comme une ramette de papier, avec l’enquête et les photos en couleur de mon téléphone.

« Le magistrat s’en fout » me dit l’OPJ avant de me laisser partir. Pour autant, je sais comment ça marche : ce dossier n’ira pas au pilon. Je ne serai pas étonné qu’il serve à alimenter d’autres investigations, ou les petits papiers glissés dans la poche d’un journaliste du Point ou de LCI.

Aziz, tu veux bien me filer la copie intégrale de mon dossier, en commençant par le PV d’interpellation ? Visiblement t’as plus d’info que moi, alors si j’oublie les codes d’accès à mon ordi, jt’appellerai.

Je crois que la préfecture de police et le Parquet ont rétropédalé pour s’éviter un nouveau scandale ou un fiasco judiciaire. Je remercie infiniment toutes les personnes qui ont contribué à ne pas laisser la répression s’accomplir en silence et qui ont réagi rapidement pour remettre les choses à leur place, me soutenir et m’accueillir à ma sortie de garde-à-vue.

Ne laissons pas les autorités nous intimider par leurs pratiques mafieuses. Continuons le combat.

Désarmons-les! existe parce que vous luttez. Force à toutes celles et ceux qui ne se laissent pas faire.

P.S. : l’un des policiers de la BIVP qui m’ont tabassé le 8 novembre 2014 passe en comparution au TGI de Paris le 18 avril prochain. Vous êtes vivement invités à lui souffler à l’oreille que vous trouvez son travail formidable.

Source :
https://desarmons.net/index.php/2019/03/30/ianb-revient-plus-precisement-sur-son-arrestation-des-25-et-26-mars-2019-et-sur-une-partie-de-lacharnement-repressif-dont-il-fait-lobjet/

Partager cet article

Repost0

commentaires

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
le 19 Mars 2009 à Bordeaux !

Infos : klik !

******
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A