Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

LOIS LIBERTICIDES

Contester une amende
pour manif interdite

Juin 2019 : klik !

******

La censure
sur Internet

Avril 2019 : klik !

******
Etat d'urgence


Le cadre légal : klik


****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****
Notre Facebook

 

C'est par là :
facebook.com/clap33

*****

Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

 



https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

 


 

 

https://a4-images.myspacecdn.com/images04/10/085780129eb0413dbdf3961ab6da8567/full.jpg

 

 

13 mai 2019 1 13 /05 /mai /2019 13:37
m. & une pancarte du C.L.A.P33

Myriam, membre de notre collectif, est convoquée demain, mardi, à 14h au commissariat de Mériadeck à Bordeaux. On lui reproche d’ores et déjà les revendications de nos pancartes contre les violences policières, d'organiser des manifestations interdites. Voici son communiqué. Merci de faire suivre.
****
Communiqué de m.
Membre du collectif Contre Les Abus Policiers – C.L.A.P33
Membre de L’Orchestre Poétique d’Avant-guerre – O.P.A

Camarades,

Ce jeudi 9 mai 2019, je me suis rendue avec une amie au commissariat de Mériadeck, à Bordeaux, afin de récupérer des paires de lunettes et des masques de protection qui nous avait été confisqués par deux policiers, lors d’un contrôle, Cours d’Albret, avant la manifestation syndicale, déclarée et autorisée, du 1er mai dernier.

Le renseignement pris auprès d’une avocate était très clair : après cette saisie, soit il devait y avoir une procédure (les lunettes et le masque supposant que nous voulions nous cacher le visage…), soit le matériel devait nous être rendu.

Nous avons été reçues par deux policiers de la cellule « Gilets Jaunes », dont un à la retraite qui s’est présenté comme étant réserviste.

Nous avons réclamé nos lunettes. L’un des policiers s’est d’emblée montré très agressif, voulant faire pression en menaçant de convocation, de garde à vue.

A l’entendre, notre avocate ne connaissait pas son boulot, le policier qui nous avait contrôlées et qui nous avait lui-même dit que nous pourrions récupérer nos affaires au commissariat, non plus.

Profitant de ma présence en ce lieu, je demande au policier si par hasard, il savait où se trouvaient les pancartes du C.L.A.P qui avaient été saisies lors de la manifestation du 16 mars.

Ce jour-là, notre collectif rendait un hommage particulier aux victimes de violences policières, aux mort-e-s, en soutien à leur famille.

Cette action non-violente, nous la menons chaque mois de mars depuis 9 ans. Elle consiste à tenir dans nos mains des pancartes où sont inscrits le nom de certaines victimes pendant qu’une bande-son égrène le nom des personnes décédées depuis 2005 jusqu’à nos jours.
https://youtu.be/f30TCCHVGYM

Le policier n’avait pas l’air de savoir de quoi je lui parlais.

Son collègue réserviste revient alors des scellés où devaient se trouver nos lunettes et nos masques et nous signale qu’il n’a trouvé ni matériel, ni trace d’une procédure quelconque.

Voilà notre policier tout énervé qui redescend d’un cran et nous explique en gros qu’il va chercher où peut bien être la procédure et après avoir pris nos numéros de téléphone, il dit qu’il nous tiendra au courant dans la semaine à venir.

Cependant, dans le même après-midi, le policier en question m’appelle. Il me dit que les pancartes ont été détruites mais qu’il y a effectivement des vidéos où l’on me voit avec elles.

Il me dit que c’est de la discrimination. Ce à quoi je réponds non.

J’entends un collègue lui souffler : « Elle fait partie du C.L.A.P !»

Il me demande si je fais partie du C.L.A.P, ce à quoi, je réponds oui.

Il me dit que j’allais être convoquée, qu’il allait falloir que je m’explique. Et ce dès la semaine prochaine.

Cette éventuelle convocation, la possible garde à vue qui pourrait en découler, tout cela n’est rien face à la féroce répression qui s’abat sur nous, samedi après samedi, tout cela n’est rien quand on compte nos mutilé-e-s, nos blessé-e-s, nos gazé-e-s, nos nassé-e-s, nos emprisonné-e-s, no traumatisé-e-s, nos terrorisé-e-s, notre morte.

Cela en dit juste long, goutte après goutte, de l’autoritarisme sans borne de ce gouvernement ultra-droitier qui ne sait plus quoi faire pour tous nous museler.

Dénoncer les violences policières, aider les victimes, ne pas se laisser intimidé par des provocations d’uniformes, cela aujourd’hui – et déjà – a aussi un coût.

Ces pancartes portent le nom de leurs victimes. Elles sont nos frères, nos sœurs, nos pères, nos mères dont les chairs meurtries ou disparues ont créé des béances dans des vies qui n’en demandaient pas tant pour être éprouvées.

Qu’ils les prennent, qu’ils les brûlent, ma langue sera encore assez bien pendue pour raconter leur histoire.

Qu’ils me la coupent, j’écrirai toujours ces violences pour ne pas qu’on les oublie.

Qu’on m’arrache la main, c’est tout en dedans de moi que je continuerai à me souvenir, tout en dedans que je lutterai pour que vérité et justice leur soient un jour rendues. Pour la paix !

J’adresse à présent un salut fraternel à toutes celles et tous ceux qui – avec ou sans gilets – sont aujourd’hui entré-e-s en résistance.

Je reste encore et toujours époustouflée de notre courage face à un système qui ne peut plus cacher ce qu’il est : un engrenage mortifère où seul compte le profit de peu sur le dos de tous les autres ! Où toute contestation est réprimée !

La beauté de nos échanges et de nos rencontres, l’audace de nos luttes inventives, la force du lien renoué et qui veut s’étendre, propage en moi l’énergie dont j’ai cru un moment manqué après tant de combats menés.

Mais me voilà revigorée malgré la fatigue des longues marches, motivée et prête à en découdre !

Et pour me soutenir, une démarche d’ores et déjà possible pour les bordelais-e-s : rejoindre le C.L.A.P afin de pouvoir venir en aide à plus de personnes, afin de faire front face aux violences de l’Etat policier !

Voilà donc pourquoi, et entre autre, je continuerai de me tenir à vos côtés, sans faiblir, simplement avec la fierté de vous ressembler.

Près de vous,
Avec Amour et Rage !

m.
Le 9 mai 2019 - Bordeaux
collectif Contre Les Abus Policiers – C.L.A.P33
http://clap33.over-blog.com/
https://www.facebook.com/clap33/
L’Orchestre Poétique d’Avant-guerre – O.P.A
http://www.opa33.org/
https://www.facebook.com/LOrchestrePoetiqueDavantguerreopa/
Soutien à m.
https://www.facebook.com/soutien.m.opa/

Partager cet article
Repost0

commentaires

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
le 19 Mars 2009 à Bordeaux !

Infos : klik !

******
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A