Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

LOIS LIBERTICIDES

Contester une amende
pour manif interdite

Juin 2019 : klik !

******

La censure
sur Internet

Avril 2019 : klik !

******
Etat d'urgence


Le cadre légal : klik


****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****
Notre Facebook

 

C'est par là :
facebook.com/clap33

*****

Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

 



https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

 


 

 

https://a4-images.myspacecdn.com/images04/10/085780129eb0413dbdf3961ab6da8567/full.jpg

 

 

21 juillet 2019 7 21 /07 /juillet /2019 09:46

Le 12 juillet 2019

« Libération » révèle des images et des témoignages sur l’intervention des forces de l’ordre, le 21 juin quai Wilson, où a disparu Steve Caniço. Ils permettent de retracer de manière plus précise le déroulé des événements.

Comment s’est déroulée l’intervention policière qui a mené à la chute de plusieurs personnes dans la Loire, le soir de la Fête de la musique sur le quai Wilson, à Nantes ? C’est à cette question que deux enquêtes doivent répondre.

L’une administrative, menée par l’Inspection générale de la police nationale, l’autre par le Défenseur des droits.

Libération révèle de nouveaux témoignages et des vidéos inédites de cette intervention. Il s’agit de fichiers originaux, qui permettent d’en exploiter les métadonnées, et donc de les horodater à la seconde près.

Les images montrent une scène confuse et un usage constant de lacrymos par les policiers, et ce durant une vingtaine de minutes. Pendant tout ce temps, des personnes les alertent de la proximité avec la Loire puis, très vite, du fait qu’il y a eu des chutes de plusieurs fêtards dans l’eau.

On voit également les forces de l’ordre utiliser des grenades de désencerclement, leurs matraques, ainsi qu’un Taser.

L’avancée des policiers, en ligne, à partir de 4h31, casqués et armés, ne laisse pas de place au doute : contrairement à ce qui est affirmé depuis par les autorités - elles auraient répliqué à des jets de projectiles -, il s’agit bien d’une charge préparée, qui a pour but de disperser le rassemblement festif.

Bien avant d’en arriver au déclenchement de cette charge, en début de soirée, un petit groupe de policiers fait une première ronde, prévenant la dizaine de DJ qu’il faudra couper le son à 4 heures.

A l’heure dite, les forces de l’ordre reviennent. La plupart des sonos acceptent de faire silence.

A l’exception d’un irréductible, collé à droite de la façade sud du « bunker », le seul bâtiment du quai. C’est autour de ce cube de béton que se déroule ensuite le gros de l’intervention policière - et c’est dans cette zone que Steve Caniço a été aperçu pour la dernière fois, en train de se reposer entre deux sound systems.

Le DJ récalcitrant finit, à force d’explications tendues avec des policiers, par couper le son. Les agents s’éloignent.

Or c’est à ce moment-là, et après une courte pause, que deux témoins racontent à Libé que la musique repart. Le son a été baissé, et il ne s’agit plus de techno, mais de la chanson Porcherie des Bérurier noir - celle que le groupe de punk conclut un jour en concert en martelant «la jeunesse emmerde le Front national».

Ensuite, les premières lacrymos sont lancées.

Impossible, pour l’heure, de savoir avec certitude si elles ont été envoyées en réponse à un ou des jets de projectiles de la part des fêtards comme l’affirment les autorités ou si elles les ont devancés, ce qu’assurent tous les témoins à qui nous avons parlé. Voici un récit minuté des vidéos que nous nous sommes procurées.

4h31 : Coup de Taser

Des policiers portant casques et boucliers, accompagnés d’un maître-chien, franchissent les rochers qui les séparent du terrain vague du quai Wilson. Un fêtard, qui enjambe ces mêmes rochers, reçoit un coup de Taser à l’arrière de la cuisse gauche, alors même qu’il s’éloignait du policier auteur de la décharge.

4h32 : « Y a la Loire derrière ! »

Début de la charge. Une dizaine d’agents en tenue de maintien de l’ordre avancent vers le sound system. Ils sont en ligne et progressent ensemble. « Y a de l’eau derrière », « y a la Loire derrière ! » leur crient les fêtards à plusieurs reprises.

Les policiers n’arrêtent pas leur avancée vers la foule et dépassent le bunker, où est installé le sound system.

4h34 : « Y a des mecs à l’eau »

La plupart des policiers ont arrêté d’avancer et se regroupent à quelques mètres du bunker. Au fond, encore plus à l’ouest, là où se trouvait auparavant le reste de la foule, un nuage de lacrymogène se déplace lentement. A plusieurs reprises, des personnes crient « y a des mecs à l’eau », « y a des mecs dans la Loire ». La charge a débuté depuis à peine deux minutes.

Malgré ces avertissements, de nouvelles lacrymos sont tirées en direction de la route, mais aussi de la Loire. « Il va y avoir un drame, arrêtez », plaide un jeune auprès des policiers.

Un agent rétorque : « Qu’ils arrêtent de nous caillasser alors. » Les forces de l’ordre reçoivent effectivement plusieurs projectiles lors de cette séquence.

4h35 : Nuages de gaz lacrymo

En contrechamp, depuis l’extrémité ouest du quai Wilson, une vaste foule s’éloigne du bunker et de l’endroit où se trouvent les forces de l’ordre. Des personnes toussent, d’autres insultent les policiers. Des nuages de gaz lacrymogène se dessinent en fond.
 

4h37 : Coups de matraque

Retour près du bunker. Les policiers se replient vers la route. Plusieurs agents donnent des coups de matraque et de pied à des personnes à terre. Une grenade lacrymogène est aussi jetée. En arrière-plan, une grenade de désencerclement explose.

4h38 : De nouveaux projectiles

Les policiers repassent derrière les rochers, en ligne, et reculent. « Y a des mecs qui ont sauté dans la Loire à cause des lacrymos, s’emporte un fêtard. Vous allez les chercher maintenant ! » Si les policiers n’avancent plus en direction du sound system et sont revenus à leur position initiale, la situation est loin d’être apaisée.

De nouveaux projectiles d’un côté, et de nouvelles grenades de l’autre, sont jetés.

4h52 : Fin des vidéos

D’autres lacrymos sont lancées en direction du quai Wilson et de la Loire. Les vidéos de la scène que nous nous sommes procurées s’arrêtent à cette heure précise.

Durant plus de vingt et une minutes, les policiers ont donc utilisé continuellement des grenades lacrymogènes en direction du fleuve.

Pourtant, les autorités ont été averties dès le début de la charge du risque encouru, puis du fait que des personnes étaient tombées à l’eau.

Ces informations sont-elles remontées à la salle de commandement ? Le préfet ou, à défaut, son directeur de cabinet ont-ils suivi l’opération ? Ont-ils ordonné l’usage de gaz lacrymogène en grande quantité ? Ont-ils approuvé le recours au Taser, aux grenades de désencerclement, au LBD40 (dont l’emploi a été officiellement reconnu) ?

Malgré nos relances, le préfet de Loire-Atlantique, Claude d’Harcourt, a refusé de répondre à nos sollicitations.

Ces questions sont pourtant essentielles, pour saisir comment Steve Caniço, 24 ans, a pu disparaître le soir de Fête de la musique.

Source :
https://www.liberation.fr/france/2019/07/12/charge-policiere-a-nantes-la-version-des-autorites-contredite-par-des-videos_1739763

Partager cet article
Repost0

commentaires

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
le 19 Mars 2009 à Bordeaux !

Infos : klik !

******
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A