Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

LOIS LIBERTICIDES

Contester une amende
pour manif interdite

Juin 2019 : klik !

******

La censure
sur Internet

Avril 2019 : klik !

******
Etat d'urgence


Le cadre légal : klik


****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****
Notre Facebook

 

C'est par là :
facebook.com/clap33

*****

Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

 



https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

 


 

 

https://a4-images.myspacecdn.com/images04/10/085780129eb0413dbdf3961ab6da8567/full.jpg

 

 

19 mars 2020 4 19 /03 /mars /2020 18:51
Screen Video @TaoualitAmar

Le 18 mars 2020

Hier, près de Barbès, une jeune femme s’est violemment faite interpeller et maintenir à terre par une dizaine de policiers sous prétexte de non-respect des règles du confinement.

Une répression policière insensée, qui s'inscrit dans les pratiques habituelles de la police dans les quartiers populaires.

Dans une vidéo publiée sur Twitter par Amar Taoualit, on voit une jeune femme, n’opposant apparemment pas de résistance, maintenue au sol par trois policiers, dont l’un est assis sur son torse.

D’après l’auteur de la vidéo, elle serait sortie sans attestation sur l’honneur de déplacement, et aurait refusé de payer l’amende.

Sa mère, à côté des policiers, leurs crie qu’elle « n’a que 17 ans ». Loin de s’arrêter ils font signe à la mère de reculer et entourent la jeune femme maintenue au sol.

Si le confinement apparaît aujourd’hui comme une mesure inévitable pour endiguer l’épidémie, cette vidéo montre le caractère répressif que lui donne sa gestion policière, avec évidemment une violence particulière dans les quartiers populaires.

Ces scènes qui risquent inévitablement de se reproduire rappellent la nécessité de ne pas baisser la garde face à la répression dans cette période, et dénoncer les attaques spécifiques que subissent pendant le confinement les habitants des quartiers populaires, les plus précaires, les SDF, ou encore les migrants, qui sont aussi ceux qui sont les plus exposé au virus – par manque de protections, obligation de prendre les transports en commun, de travailler…

Les amendes, dont le coût est actuellement fixé entre 135€ et 375€, sont particulièrement élevées pour les populations les plus précaires, qui se trouvent bien souvent dans l’incapacité de les payer.

Ces amendes dépassant la centaine d’euros en cas d’absence d’attestation s’inscrivent dans une gestion répressive, qui vise à faire peser la responsabilité de l’épidémie sur la population alors même qu’il y a peu Macron allait au théâtre pour inciter à sortir malgré le coronavirus.

Source :
https://revolutionpermanente.fr/Jeune-femme-plaquee-au-sol-la-repression-policiere-se-dechaine-pendant-le-confinement

Partager cet article

Repost0

commentaires

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
le 19 Mars 2009 à Bordeaux !

Infos : klik !

******
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A