Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

LOIS LIBERTICIDES

Contester une amende
pour manif interdite

Juin 2019 : klik !

******

La censure
sur Internet

Avril 2019 : klik !

******
Etat d'urgence


Le cadre légal : klik


****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****
Notre Facebook

 

C'est par là :
facebook.com/clap33

*****

Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

 



https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

 


 

 

https://a4-images.myspacecdn.com/images04/10/085780129eb0413dbdf3961ab6da8567/full.jpg

 

 

17 juin 2020 3 17 /06 /juin /2020 05:14

Le 16 juin 2020
Toujours opposés au ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, les fonctionnaires de police préfèrent ironiser sur leur situation avec des animations étonnantes.

La musique enfantine d’un générique dessin animé et un attroupement d’enfants aux anges. Non, cette scène n’est pas celle du passage du glacier au cœur de l’été, mais une opération de police dans les rues de Roubaix, dans le Nord. Enfin presque. 

Depuis que la question des violences policières s’est mondialisée avec la mort de George Floyd et les derniers rebondissements de l’affaire Adama Traoré, une partie de la police française est brouillée avec son ministre, Christophe Castaner. 

Au point qu’ils retournent désormais quotidiennement dans la rue. Quand ils ne jettent pas les menottes

Et pour cause : les policiers ont l’impression de ne pas avoir les moyens d’accomplir leur mission.

”À force de vouloir être dans un monde parfait où tout est rose et où tout va bien, la police ne peut plus faire son travail”, explique au HuffPost Denis Jacob, le secrétaire général du syndicat Alternative, la branche police de la CFDT. 

Le “monde magique” de la police “bisounours”

Alors son organisation a décidé de tourner la situation en ridicule, présentant un écusson rose avec licorne et arc-en-ciel, idoine pour les “Forces de l’ordre dans un monde magique”, comme se moque le slogan qui y est inscrit. La “police Bisounours”, comme aime à l’appeler Denis Jacob. 

“On a l’impression qu’avec les dernières annonce et la volonté de nous retirer les moyens de travailler, on devra bientôt aller sur le terrain avec des bouquets de fleurs”, déplore encore le responsable syndical.

Et d’ajouter que les responsables politiques “ne vivent pas le quotidien” des fonctionnaires. 

Or son idée a inspiré d’autres fonctionnaires et d’autres syndicats.

Ce mardi 16 juin, dans les rues de Saint-Denis, des policiers ont par exemple distribué des bonbons à la population, devançant plusieurs véhicules décorés de ballons colorés.
Voir ici :
https://twitter.com/MadjidFalastine/status/1272876499201335296

Avec là encore -en plus de ravir les plus jeunes- un objectif politique. “Malheureusement, les médias diffusent surtout des images de nous ‘en violence’”, explique le délégué local de l’organisation, Benoit Aristidou.

“Donc cet après-midi, on s’est dit ‘pourquoi pas aller distribuer des glaces’.” 

“Que le politique prenne ses responsabilités”

Une “opération réussie”, se félicite le fonctionnaire dans la vidéo publiée par Unité SGP Police, puisque l’affluence était au rendez-vous.

“Puisque notre ministre ne nous répond pas favorablement, on lui fait voir qu’on va travailler différemment aujourd’hui...” 

Une manière d’ironiser sur les demandes “inatteignables” du ministre de l’Intérieur, mais aussi de renouer avec la population.

“Plutôt que de stigmatiser notre travail, on voudrait que le politique prenne ses responsabilités, qu’il assume d’avoir abandonné certains quartiers”, insiste Denis Jacob, d’Alternative Police.

“Dans les années 80, on avait des commissariats de quartier, on connaissait la population, et quand un gamin faisait une connerie, on ne l’emmenait pas au commissariat, on allait chez ses parents et ça se réglait comme ça.” 

Pour lui, le discours politique choisit aujourd’hui de “tout faire retomber sur les policiers qui ne feraient pas bien leur boulot à cause de certaines techniques d’intervention” au lieu d’assumer ses responsabilités.

Et Denis Jacob de finir avec l’exemple de la clé d’étranglement.

“Le ministre de l’Intérieur est revenu sur ses déclarations, mais ce n’est pas une véritable avancée. Soit on nous dit de continuer à l’utiliser, soit on nous l’interdit. Là ce qu’on nous dit, c’est de continuer, mais que s’il y a un problème.... Bah démerdez-vous.” 

Source :
https://www.huffingtonpost.fr/entry/police-operations-bisounours-castaner_fr_5ee8cac6c5b6881c929128a0

Partager cet article
Repost0

commentaires

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
le 19 Mars 2009 à Bordeaux !

Infos : klik !

******
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A