Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

LOIS LIBERTICIDES

Contester une amende
pour manif interdite

Juin 2019 : klik !

******

La censure
sur Internet

Avril 2019 : klik !

******
Etat d'urgence


Le cadre légal : klik


****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****
Notre Facebook

 

C'est par là :
facebook.com/clap33

*****

Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

 



https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

 


 

 

https://a4-images.myspacecdn.com/images04/10/085780129eb0413dbdf3961ab6da8567/full.jpg

 

 

8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 15:11

 

http://colleges.ac-rouen.fr/manneville/eleves/local/cache-vignettes/L351xH360/logo-emmaus-61e28.jpg

 

Transmis depuis Bellaciao

 

De CGT EMMAUS

Mercredi 22 décembre

INEDIT

LA DIRECTION DE L’ASSOCIATION EMMAÜS FAIT EVACUER LES AFGHANS PAR LES FORCES DE L’ORDRE !

Mardi 21 décembre, à 7 heures du matin, une trentaine d’afghans regroupés au sein de l’association AWARA - soutenus par le Comité des sans logis et la section syndicale CGT de l’association – et qui occupaient, depuis la veille, une salle de réunion au siège de l’association ont été délogés manu militari par la force publique sur la demande expresse de la direction d’Emmaüs. Comble du cynisme et/ou de la mauvaise foi, cette dernière prétend être solidaire des revendications portées par les migrants sans-abri. Votre solidarité en képi nous n’en voulons pas ! Face à ce passage à l’acte inqualifiable nous appelons l’ensemble des acteurs du mouvement Emmaüs et plus largement des associations du champ social à interpeller la direction de l’association Emmaüs pour refuser ces dérives idéologiques insidieuses. Plus jamais ça !

Par deux fois, en dix jours, l’association AWARA a interpellé la direction de l’association Emmaüs pour soutenir une liste de 73 afghans à la rue depuis plusieurs semaines. Par deux fois, la direction a refusé de prendre en compte cette liste laissant tout ce petit monde (une soixantaine d’afghans) sur le trottoir et dans le froid. Seule concession : la prise en charge de 3 afghans déjà suivis par le kiosque (géré conjointement par France terre d’asile et Emmaüs). Une indifférence, voire un mépris, d’autant plus mal vécu au sein du collectif des afghans que l’association Emmaüs s’était fortement mobilisée l’an dernier pour porter leurs revendications. Une mobilisation prise aujourd’hui d’une étrange extinction de voix au sein d’Emmaüs : quid du pouvoir d’interpellation de l’association ? Et de son devoir d’indignation ?

En réaction, le collectif a pris la décision d’occuper lundi 20 décembre la salle de réunion du 1er étage au siège de l’association Emmaüs. Une délégation – composée de membres de l’association AWARA, du CDSL et de la section CGT d’Emmaüs – a été reçue dans l’après-midi par la direction sans qu’aucune proposition concrète ne débouche.

Aujourd’hui, les couloirs de l’association bruissent d’une supposée instrumentalisation par la section CGT de la cause défendue par les afghans. Pire la direction refuse de porter à la connaissance des salariés les communiqués de la CGT sur cette affaire (reniant ainsi ses propres engagements écrits lors du protocole de fin de conflit). Pourtant il nous semble légitime de soutenir leur combat non pas dans un affrontement du tout ou rien mais bien dans un esprit de construction de réponses concrètes et réalisables. La direction a toujours refusé de s’inscrire dans cette dynamique. Nous réitérons ici les revendications que nous portons :

• L’arrêt du bricolage hivernal, la mise en place de places pérennes.

• La réquisition immédiate des places encore disponibles dans les centres pour accueillir les afghans.

• La possibilité de les intégrer dans le dispositif hivernal (ouverture du centre de Montparnasse de 100 places).

• Le strict respect de l’article 4 de la loi DALO qui prévoit le maintien de l’hébergement jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée et de l’article L 111-2 du code de l’action sociale et des familles qui ne pose aucune condition de régularité de séjour dans les CHRS.

• L’embauche d’un médiateur pour le respect des droits des résidents dans les centres de l’association.

• L’arrêt des quotas de sans papiers dans les CHRS et les centres de stabilisation d’urgence.

• Le refus de cantonner les sans papiers dans des centres d’urgence précaires

Pour tout contact, bureau de la section syndicale CGT :
Latifa ABED DS CGT : (06.83.56.34.57) ou
Philippe CABANES RS CGT : (06.37.74.44.61).


http://bellaciao.org/fr/spip.php?article111876

Partager cet article

Repost0

commentaires

cgt 15/01/2011 23:04


La rue, la police et la porte !
DELIT DE SOLIDARITE POUR LES AFGHANS
ET
REPRESSION ANTI-SYNDICALE

Suite au soutien apporté à l’association AWARA, le 20 décembre 2010, par la section syndicale CGT, la direction de l’association engage une procédure de licenciement à l’encontre des deux
responsables de la section CGT (Latifa Abed déléguée syndicale et Philippe Cabanes représentant syndical au CE) et d’une collègue éducatrice spécialisée (Yasmina Naak) candidate sur la liste CGT
aux dernières élections professionnelles de novembre 2010.


Après avoir fait intervenir la police le 21 décembre au petit matin pour faire évacuer une trentaine d’afghans de l’association AWARA qui s’étaient réfugiés au chaud dans une salle de réunion du 32
rue des Bourdonnais, la direction engage une procédure de licenciement contre les responsables syndicaux CGT. Un régime de double peine pour notre collègue et déléguée syndicale qui se voit
assortie d’une mise à pied conservatoire. Deux poids, deux mesures pour deux responsables syndicaux et une salariée ayant apporté un même soutien. Ne soyons pas dupe ! La décision de faire appel
aux forces de l’ordre est un acte inqualifiable qui remet en cause les valeurs de solidarité, de générosité et de partage prônées par le mouvement Emmaüs.

En s’attaquant à la section syndicale CGT, elle a trouvé des boucs émissaires idéaux pour mieux masquer et se dédouaner de ses propres responsabilités dans cette affaire. Ainsi par deux fois, le 16
décembre au siège de l’association Emmaüs puis le 17 décembre devant le centre d’hébergement de Péreire à l’occasion de son inauguration, alors même que des températures négatives frappaient
l’Ile-de-France, l’association Awara a interpellé la direction de l’association Emmaüs sur la détresse vécue par ces personnes à la rue depuis plusieurs semaines Par deux fois, Mme Sylvie Bonniot,
déléguée générale des services, a refusé de prendre en considération l’urgence de leur situation.

Face à cette indifférence, la section syndicale CGT a pris la décision de soutenir l’association AWARA et le comité des sans-logis dans un cadre de médiation. Oui la section syndicale CGT de
l’association Emmaüs assume pleinement son soutien. Elle continuera à porter concrètement les valeurs humaines d’Emmaüs dans un esprit de solidarité et de justice sociale. Elle dénonce les dérives
d’une politique de répression anti-syndicale qui vise à museler une section syndicale qui dérange.


Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
le 19 Mars 2009 à Bordeaux !

Infos : klik !

******
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A