Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

LOIS LIBERTICIDES

Contester une amende
pour manif interdite

Juin 2019 : klik !

******

La censure
sur Internet

Avril 2019 : klik !

******
Etat d'urgence


Le cadre légal : klik


****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****
Notre Facebook

 

C'est par là :
facebook.com/clap33

*****

Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

 



https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

 


 

 

https://a4-images.myspacecdn.com/images04/10/085780129eb0413dbdf3961ab6da8567/full.jpg

 

 

1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 14:53

 

http://i1.trekearth.com/photos/93713/que_fait_la_police.jpg
Transmis par Gérard depuis La Dépêche du Midi

Le 26 octobre 2011

Marc, originaire de Tarbes, a été arrêté, menotté et placé en garde à vue par erreur, par les policiers de Bordeaux, où il fait ses études en alternance. Il a déposé plainte.

C'est une histoire bien regrettable qui est arrivée à Marc, un jeune homme de 19 ans originaire de Tarbes, qui suit un BTS en alternance à Bordeaux.

Vendredi, vers 3 heures du matin, Marc rentre d'une soirée avec des amis, à Vélib', après son travail dans un restaurant bordelais, lorsqu'il est arrêté par la police, près de son domicile, rue Judaïque.

« Des policiers m'ont dit que j'avais volé le Vélib' et que le vol avait été enregistré par une caméra de vidéosurveillance.
Mais je l'avais loué avec ma carte bleue et le lieu qu'ils ont cité ne correspondait pas du tout à l'endroit où j'avais retiré le Vélib'.

Ils m'ont ordonné de les suivre au poste. J'ai refusé d'obéir et je me suis débattu. Ils m'ont menotté et m'ont plaqué au mur à trois ou quatre policiers. On aurait dit des cow-boys.

Au commissariat, ils m'ont fait souffler à l'éthylotest et comme j'avais bu deux verres, j'avais 0,49 mg (NDLR : par litre d'air expiré).

Ils m'ont mitraillé de questions et, comme je leur ai un peu mal parlé, plusieurs policiers ont essayé de me faire peur, l'un d'eux m'a même dit sur un ton humiliant : « Vous ressemblez à Superman sans les muscles et sans les pouvoirs ».

Ils m'ont photographié, ils ont pris mes empreintes ADN, ils m'ont fait enlever chaussures, bracelets et montre et m'ont enfermé pour la nuit dans une cellule.

Le lendemain matin, un autre policier m'a reçu pour me dire finalement que ce n'était pas moi qui avais volé le vélo et que je pouvais rentrer chez moi, mais sans excuses.

Au lieu de cela, il m'a signifié que je devais faire un stage de sensibilisation à la sécurité routière qui coûte 200 € et m'a laissé une lettre de convocation devant le délégué du procureur pour le 11 juin 2012.

Je lui ai répondu : « Ce n'est pas plus dangereux une personne qui rentre à vélo à une heure de circulation dense alors qu'il n'a pas dormi de la nuit qu'une personne qui rentre à vélo à 3 heures du matin dans les rues désertes avec deux verres d'alcool ? Il a acquiescé et m'a dit que si je le souhaitais, je pouvais rester dormir au commissariat ».

Pascal Pallas, chargé de communication de la direction départementale de la sécurité publique de la Gironde, donne sa version des faits :
« Les policiers ont été prévenus par un témoin digne de foi qui a aperçu un jeune homme dont le comportement laissait supposer qu'il avait volé un vélo. Il s'est avéré qu'il avait consommé de l'alcool et qu'il avait un comportement agressif. Sur le moment, les policiers n'avaient pas les moyens de vérifier s'il avait volé le vélo. Ils n'avaient pas d'autre solution que de l'interpeller et de le garder à disposition pour suspicion de vol de vélo d'autant plus qu'il était alcoolisé avec un taux de plus de 0,40 mg par litre d'air expiré. Ils en avaient tout à fait le droit sur la base de la théorie de l'apparence. Tout a été fait dans les règles. Le lendemain, après vérification, il s'est avéré que ce jeune homme n'avait pas volé le vélo. Nous l'avons libéré aussitôt avec une convocation devant le délégué du procureur pour conduite sous l'empire de l'état alcoolique. Si les policiers ont commis une faute, ils seront sanctionnés, tout comme s'il y a dénonciation calomnieuse de la part du jeune homme ou de son père, elle pourrait être retenue à leur encontre ».

Le jeune homme a déposé plainte à l'hôtel de police de Bordeaux.

Source :
http://www.ladepeche.fr/article/2011/10/26/1201541-un-tarbais-porte-plainte-contre-la-police.html#xtor=EPR-1

Partager cet article

Repost0

commentaires

Nans 26/02/2015 19:47

Bonjour, j'ai moi aussi été placé en garde à vue, et cela a été plus loin, car sous la pression des policiers j'ai malgré moi changer de version, et cela me coute cher.

Je souhaiterais avoir quelques conseil ou du soutien dans mon affaire.

Merci

C.L.A.P33 27/02/2015 10:28

Bonjour,
Merci de nous joindre là : collectif.clap33@gmail.com pour plus de détail et voir comment nous pourrions t'aider.
Myriam pour le C.L.A.P33

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
le 19 Mars 2009 à Bordeaux !

Infos : klik !

******
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A