Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

LOIS LIBERTICIDES

Contester une amende
pour manif interdite

Juin 2019 : klik !

******

La censure
sur Internet

Avril 2019 : klik !

******
Etat d'urgence


Le cadre légal : klik


****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****
Notre Facebook

 

C'est par là :
facebook.com/clap33

*****

Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

 



https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

 


 

 

https://a4-images.myspacecdn.com/images04/10/085780129eb0413dbdf3961ab6da8567/full.jpg

 

 

22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 21:35

 

http://media.paperblog.fr/i/176/1769500/demandeurs-dasile-conditions-materielles-dacc-L-2.jpeg

 

Transmis par Selena

 

Hier 17 novembre, une trentaine de flics débarqués de 5 ou 6 cars ont encerclé le pauvre bivouac des demandeurs d'asiles frigorifiés, Place André Meunier.

 

Repoussant sans aménité les quelques bénévoles qui s'acharnent à leur procurer aides et réconfort, ils ont procédé à une fouille en règle des toiles précaires et passablement trempées qui leur servent d'abri d'infortune. Bien entendu les pandores n'ont pas manqué de "sur-ficher" tous les demandeurs d'asile présents, tous dûment enregistrés en Préfecture depuis des semaines.

 

Ainsi, la Préfecture maintes et maintes fois condamnée par le tribunal administratif pour manquement caractérisé à son obligation "légale" d'hébergement des demandeurs d'asile-sanctions qu'elle ignore délibérément-a lâché ses chiens. A défaut d'héberger on fait donner la meute.

 

Les enfants de l'exil ont pris peur devant un tel déploiement d'uniformes. Les parents aussi, qui ont ce soir les traits tirés.A la situation inadmissible que subissent déjà ces familles, situation engendrée par la seule impéritie d'un état qui méprise ouvertement le droit d'asile, s'ajoute désormais la menace d'une évacuation musclée.

 

ça commence à déranger le camping improvisé dans la cité de Juppé. Les demandeurs d'asile s'accrochent à l'espoir d'une solution décente.

 

De nombreuses voix s'élèvent.

 

Saurons-nous élargir leur tessiture ?

 

**

Note C.L.A.P33

 

Depuis les demandeurs d'asile ont été relogés. Nous avons reçu le communiqué suivant du Collectif Asile en date du 19 novembre 2010.

 

Bonjour,

Vendredi matin, vers 7H30, nous avons été avertis par une militante présente sur la place André Meunier de l'intervention 8 CRS alors que 4 fourgons remplis de policiers stationnaient aux abords du campement. Les policiers ont repoussé la militante, se montrant assez brusques et rudes avec tout le monde. Est arrivée la directrice du CAIO qui manifestement avait été mise au courant de l'opération de police. Des militants du Collectif Asile venus très vite entourer les familles ont permis que le dialogue puissent enfin s'installer et que l'opération, qui consistait en fait à reloger les familles, se passe sans autre intervention policière. Nous notons aussi la présence d'une personne représentant la Cohésion Sociale.

Nous condamnons la violence psychologique et la démesure (2 à 3 policiers par campeur !) avec laquelle a opéré la police. Déjà le mercredi précédent, vers 14h, 30 CRS et policiers de la BAC étaient aussi intervenus avec la même brutalité et sans prévenir. Au vu des persécutions qu'ont subies dans leur pays certaines de ces familles avec enfants, de la perte de ce qui avait été leur vie, de la cruauté que l'Etat français et ses instances administratives leur font subir en les laissant illégalement dans la rue, ces derniers n'hésitent pas, sans le moindre scrupule, à en rajouter une couche. Quand nous avons interrogé le bureau du commissariat principal sur cette action du mercredi, un officier nous a répondu qu'ils étaient à la recherche d'un roumain; ce qui était donc sans rapport.

Au final, vendredi, toutes les familles ont été relogées, certaines à l'hôtel, certaines (sans enfant, relevant du 115) en foyer, d'autres dans une maison qui a été généreusement prêtée à titre privé (au même moment dans la matinée, certains militants étaient ailleurs en dialogue avec le prêteur). La police s'est montrée par la suite coopérante. Toutes les tentes ont été démontées et récupérées par ceux qui les avaient données.

La mobilisation ne doit pas diminuer pour autant car la situation est devenue plus critique pour les nouveaux demandeurs d'asile qui arriveront certainement très prochainement. Il n'est plus possible de camper place André Meunier en raison d'importants travaux sur une longue période. Nous sommes à la recherche d'alternatives pour loger ceux que la préfecture continuerait à refuser d'héberger malgré les rappels de la justice. Soulignons que le préfet dédaigne réquisitionner un bâtiment qu'une députée propose de mettre à disposition comme structure d'accueil d'urgence pour les demandeurs d'asile. Si une ou plusieurs solutions concrètes se présentent, nous convoquerons en réunion les membres du Collectif Asile pour réfléchir ensemble à la mise en œuvre.

Antoine Baluze
pour le Collectif Asile

Partager cet article

Repost0

commentaires

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
le 19 Mars 2009 à Bordeaux !

Infos : klik !

******
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A