Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

ETAT D'URGENCE

Le cadre légal : klik

****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"


C'est par là : klik !

****
Agenda des luttes

 
http://demainlegrandsoir.org/IMG/arton913.png

  En ligne ici : klik !

*****

Non à la loi renseignement

Infos : klik !

****
Retrouvez toutes

les brochures du C.L.A.P33

***
"Résistons Ensemble"


http://resistons.lautre.net/

***

Et encore...

Notre flux Rss




https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

http://blog.cgtbayard.org/public/solidar.jpg


 

15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 16:28


http://www.oaklandcopwatch.com/Home_files/562452.jpg
Tansmis depuis Le Jura Libertaire, le 13 février 2012

Copwatch : victoire en demi-teinte pour Guéant

Le ministre a obtenu le blocage d’un seul site sur 35 pour lesquels il demandait l’interdiction de certaines pages. Il annonce que « l’action judiciaire n’est pas finie. »

Si le ministre de l’Intérieur a salué une « victoire pour l’ensemble des forces de sécurité dont l’honneur et la réputation ont été honteusement salis par des individus utilisant l’anonymat et le mensonge », cette victoire n’est pas totale.

Le tribunal de grande instance de Paris a en effet ordonné vendredi 10 février le blocage du site Copwatch (copwatchnord-idf.eu.org) accusé de diffamer les policiers et de diffuser, pour certains, des informations personnelles (nom, prénom, fonction, téléphone…) susceptibles de les mettre en danger. Le site est toujours accessible lundi matin.

Le contenu d’un site jugé « illicite »

Le juge des référés a jugé son contenu « illicite », évoquant entre autres infractions « la diffusion de données à caractère personnel, ainsi qu’une atteinte caractérisée au droit à l’image des policiers. » Il a ordonné aux FAI (fournisseurs d’accès à Internet) le blocage total du site, et non celui des seules pages incriminées comme le demandait le ministre, le filtrage partiel étant techniquement difficile à mettre en place.

Mais Claude Guéant avait demandé le blocage des pages de 35 sites soupçonnés de relayer les contenus incriminés, et, s’il a obtenu la fermeture d’un des deux sites « principaux » (l’autre étant copwatchnord-idf.meta.gd), il a fait chou blanc pour les 34 « sites miroirs » qui, selon lui, reproduisaient les contenus.

« Rien ne permet de vérifier que les éditeurs et les hébergeurs de ces 34 autres sites seraient les mêmes que ceux du site https://copwatchnord-idf.eu.org qui n’a pu être identifié » explique à ce sujet le juge dans sa décision.

Pas de blocage des « sites futurs », et la note au ministre

Le ministre de l’Intérieur n’a pas non plus obtenu gain de cause concernant sa demande de blocage des « sites futurs », unanimement et vivement dénoncée par les FAI (fournisseurs d’accès à Internet). Lors de l’audience mardi 7 février, le ministère public s’y était déjà « fermement opposé », estimant la demande « hautement problématique » autant « qu’inconcevable ».

Dans sa décision, le juge a également précisé que le ministre devra régler la note. Il « devra rembourser aux FAI les coûts afférents aux dites mesures, y compris en terme de maintenance, de supervision et de gestion d’éventuelles difficultés sur présentation des factures correspondant aux dits coûts ».

Les syndicats de police Synergie Officiers et Alliance police s’étaient joints à l’action du ministre. Le secrétaire général d’Alliance police Jean-Claude Delage espère à présent que le ministère « arrivera à identifier les responsables de ce site ». Auquel cas il « portera plainte contre eux ».

L’Intérieur : « l’action judiciaire n’est pas terminée »

Contacté lundi 13 février par Le Nouvel Observateur, le ministère de l’Intérieur se félicite du nouveau blocage du site qu’il qualifie « d’excellente chose ». Il affirme toutefois que « l’action judiciaire n’est pas terminée », confiant que le ministère « étudie actuellement comment interdire également l’accès aux pages incriminées sur les sites miroirs ». Déterminé, il déclare aussi qu’il « continuera à mener toutes les actions judiciaires possibles pour faire cesser ce genre de dérive ».

À la demande, déjà, du ministre de l’Intérieur, le tribunal de Paris avait jugé le site « injurieux » le 14 octobre dernier et avait ordonné le blocage complet du site. Il avait entre-temps refait surface.

Leur presse (Céline Rastello, tempsreel.nouvelobs.com, 13 février 2012)

Source :
http://juralib.noblogs.org/2012/02/13/nique-la-censure-copwatch/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

****
Bordeaux - 18 mars 2017

Journée contre

les violences policières

Notre appel : klik !

*****
Violences Policières

France - Trois rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
 le 19 Mars 2009 à Bordeaux !
 
Infos :  klik !
 

 

L'oeil de Pancho

D'autres dessins de Pancho : klik

Retour à la page d'accueil