Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

LOIS LIBERTICIDES

Contester une amende
pour manif interdite

Juin 2019 : klik !

******

La censure
sur Internet

Avril 2019 : klik !

******
Etat d'urgence


Le cadre légal : klik


****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****
Notre Facebook

 

C'est par là :
facebook.com/clap33

*****

Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

 



https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

 


 

 

https://a4-images.myspacecdn.com/images04/10/085780129eb0413dbdf3961ab6da8567/full.jpg

 

 

13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 20:01

 

http://storage.canalblog.com/73/81/295434/56572407.jpg

 

Hortefeux chiffre la « délinquance roumaine » et crée un précédent

Pioché sur Rue 89

 

Au delà de la confusion délibérée qu'elle établit entre Roms et Roumains, l'annonce du ministre de l'Intérieur d'une augmentation de 259% de la « délinquance roumaine » à Paris révèle l'existence de statistiques par nationalité, jusqu'ici inédites. Et issues des fameux fichiers Stic.

Lors d'une conférence de presse lundi 30 août sur les « évacuations de camps illicites » le ministre de l'Intérieur a affirmé que les actes de délinquance perpétrés par des Roumains à Paris ont augmenté de 259% en dix-huit mois.

« Il n'y a pas de statistiques sur la délinquance par communauté, mais il y a des statistiques par nationalité », a-t-il tenu à justifier, indiquant comme origine de ces données « une étude des services de police ».
Tous les Roms ne sont pas roumains, et inversement

En chiffrant la délinquance roumaine, le ministre prétend expliquer la réalité nationale de la politique d'expulsion des Roms. Or les statistiques ne concernent que l'agglomération parisienne. Mais surtout, délinquance roumaine et délinquance des Roms ne sont pas synonymes.

Les Roms de France sont, pour la plupart, de nationalité roumaine ou bulgare. Tous les Roms ne sont pas roumains. Et tous les Roumains ne sont pas roms. Brice Hortefeux anticipe la confusion habituelle des deux termes par son auditoire.

L'étude provient par ailleurs des « services de police ». Des chiffres donc soumis à une logique propre aux statistiques de la délinquance : elles dépendent des effectifs et des moyens consacrés à la lutte contre telle ou telle délinquance, comme l'analyse Maitre Eolas sur son blog :

    « La méthode de récolement des données n'a rien de scientifique et n'a jamais eu la prétention de l'être (…).

    Le gouvernement estime que l'opinion publique est particulièrement remontée contre les vols à la tire (les pickpockets) ou à l'arraché dans les transports en commun (…). Le commissaire de police va recevoir cette instruction et va redistribuer ses effectifs (…). Voilà la méthodologie qui préside à la confection de ces statistiques. »

Autrement dit, pour que de tels chiffres soient atteints, il n'est pas exclu que, sur la période de l'étude, la police ait concentrée son activité sur un contrôle accru concernant la délinquance roumaine.

 

Lire la suite :

http://www.rue89.com/2010/08/31/comment-hortefeux-a-sorti-les-statistiques-de-delinquance-roumaine-164747?page=7#comment-1742891

 

**

L'école et le repérage des familles voyageuses

Pioché sur le site de la LDH Toulon

 

L’actualité nous invite à revenir sur une information révélée en juillet dernier par le Collectif national de résistance à base élèves – le Cnrbe –, mais à laquelle il n’a pas été prêté l’attention qu’elle mérite.

En effet dans un communiqué du 23 juillet 2010, le Cnrbe s’est inquiété de la possibilité que des fichiers de l’Education nationale soient utilisés pour localiser des familles de Roms ou de Gens du voyage.

A peu près simultanément, Nicolas Sarkozy lançait sa grande offensive anti-Roms de l’été, ce qui donnait une acuité particulière au problème soulevé par le Cnrbe.

Une nouvelle illustration du danger pour les libertés que représente le fichage des enfants à l’école. Sans oublier que l’utilisation du fichier « Base élèves » à des fins de recherche de personnes fait porter une telle suspicion sur l’école que cela ne manquera pas d’entraîner des phénomènes de déscolarisation ou de non-scolarisation d’enfants, portant par là atteinte au droit à l’éducation [1].

 

Suite, note et source :

http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article4031

Partager cet article

Repost0

commentaires

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
le 19 Mars 2009 à Bordeaux !

Infos : klik !

******
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A