Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

LOIS LIBERTICIDES

Contester une amende
pour manif interdite

Juin 2019 : klik !

******

La censure
sur Internet

Avril 2019 : klik !

******
Etat d'urgence


Le cadre légal : klik


****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****
Notre Facebook

 

C'est par là :
facebook.com/clap33

*****

Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

 



https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

 


 

 

https://a4-images.myspacecdn.com/images04/10/085780129eb0413dbdf3961ab6da8567/full.jpg

 

 

28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 11:43


http://static.ladepeche.fr/content/photo/biz/2011/11/29/201111291758_w350.jpg
Transmis par Corinne depuis La Dépêche

Le 29 novembre 2011

Quatre policiers du commissariat de Tarbes viennent de déposer plainte auprès du procureur de la République pour « harcèlement moral » contre Brigitte Pommereau, directrice départementale de la sécurité publique, et son adjoint, François Frémaux.

« Si l'on s'engage dans cette procédure, c'est que l'on sait où l'on va. On a des preuves de ce que l'on avance. »

Quatre policiers du commissariat de police de Tarbes viennent de déposer plainte - le 17 novembre auprès du procureur de la République - pour « harcèlement moral » contre Brigitte Pommereau, directrice départementale de la sécurité publique (DDSP), et son adjoint le commandant François Frémaux. C'est extrêmement rare, dans la police, que des policiers, qui plus est de la base, attaquent au pénal leur hiérarchie. Ce n'est pas le genre de la maison où, en général, on règle les différends en interne. « On aurait préféré que les choses se règlent autrement », indiquent les policiers, mais, selon eux, devant le refus de dialoguer de la hiérarchie, ils n'avaient pas d'autres choix que la voie judiciaire.

Décisions du parquet contestées

Les quatre policiers - tous officiers de police judiciaire - qui se rebiffent appartiennent au Groupe d'appui judiciaire (le GAJ), une nouvelle unité créée le 1er avril dernier et qui traite le « petit judiciaire » : petits vols, violences légères, etc. Ils sont six dans le groupe. Ils dénoncent la politique du chiffre de la hiérarchie et la pression qu'elle exerce sur les fonctionnaires pour y parvenir et ainsi gonfler le « fameux taux d'élucidation ».

L'un d'eux raconte : « Quand nous traitons une affaire, nous informons le parquet qui décide ou non de poursuivre. Quand le parquet classe sans suite, le commandant Frémaux nous demande parfois d'effectuer des actes complémentaires. Il conteste la décision du parquet ». Pris entre le marteau et l'enclume, les policiers ne savent plus quoi faire.

Autre cas de figure. « On nous pousse à faire des comptes rendus d'enquête (CRE). En principe, on ne fait un CRE que lorsque l'auteur des faits est identifié. Le problème, si l'on écoute notre hiérarchie, c'est qu'une personne va se retrouver fichée dans le système de traitement des infractions constatées (STIC) alors qu'il n'est pas prouvé qu'elle a fait quoi que ce soit. Tout cela parce que les CRE boostent le taux d'élucidation ».
Demandes de modifications de procédures

Les policiers portent ensuite des accusations plus graves contre leur hiérarchie. « Pour qu'une affaire tienne devant le parquet, on nous demande - ce que nous avons toujours refusé de faire - de modifier des procédures, de reprendre des P.V. d'interpellation par exemple, ce qui équivaudrait à faire des faux ». Les membres du Groupe d'appui judiciaire expliquent que ces « ordres » ne se font, bien sûr, « jamais par écrit ».

Joints par nos soins, Brigitte Pommereau et François Frémaux, tenus par le devoir de réserve, n'ont pas souhaité s'exprimer sur ce dossier délicat.

La plainte est sur le bureau de Chantal Firmigier-Michel, procureur de la République, qui devrait probablement saisir sans tarder l'Inspection générale de la police nationale (IGPN).

******
L'Unsa soutient la démarche des policiers

« Ce n'est pas une manœuvre syndicale », indique, en préambule, Cédric Delage, secrétaire régional UNSA police. « Les quatre policiers qui ont porté plainte appartiennent tous à un syndicat différent. »

Cédric Delage souligne « le courage » de ces fonctionnaires qui osent mettre en cause leur hiérarchie, avec les conséquences que cela peut avoir sur leur carrière.

Pour lui, cela illustre le malaise de la police nationale en proie notamment aux manques de moyens et à la politique du résultat.

Il explique que cette démarche libère la parole au commissariat de Tarbes.

Un fonctionnaire d'un autre service s'apprête également à déposer plainte contre la hiérarchie.

« Nous soutenons cette démarche et serons très attentifs à ce dossier. Nous souhaitons qu'il y ait une enquête de l'IGPN, et à l'issue de cette enquête, notre organisation syndicale prendra ses responsabilités vis-à-vis des autorités tarbaises », indique Cédric Delage.

Source :
http://www.ladepeche.fr/article/2011/11/29/1227334-tarbes-plainte-de-4-policiers-pour-harcelement.html

Partager cet article

Repost0

commentaires

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
le 19 Mars 2009 à Bordeaux !

Infos : klik !

******
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A