Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

ETAT D'URGENCE

Le cadre légal : klik

****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****

Non à la loi renseignement

Infos : klik !

****
Retrouvez toutes

les brochures du C.L.A.P33

****
"Résistons Ensemble"


http://resistons.lautre.net/

****
Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

Notre flux Rss




https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

http://blog.cgtbayard.org/public/solidar.jpg


 

12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 09:32

 

http://www.combatenligne.fr/file/photo/article/146.jpg?m=1187868487
Le samedi 19 novembre, la famille d'Eric Blaise, tué au mitard de Fleury-Mérogis en novembre 2005, organise une manifestation, distribution de tract, rencontre avec les familles devant la maison d'arrêt de Fleury de 9 heures à 11 h 30.

Comme tous les ans depuis 2005, elle entend montrer ainsi qu'elle ne lâche rien, qu'elle ne baissera pas les bras devant le silence de la justice et de l'administration pénitentiaire, et qu'elle trouve important d'informer les familles de ce qui peut arriver à n'importe qui derrière les hauts murs.

Pour ceux qui veulent s'y rendre et ne disposent pas de véhicule, il suffit d'appeler l'Envolée les vendredis 11 ou 18 novembre entre 19 heures et 20h30 au 01 40 05 06 10.

Plus d'info sur Eric Blaise :
http://clap33.over-blog.com/article-prison-il-y-a-cinq-ans-eric-blaise-etait-retrouve-mort-au-mitard-61134614.html

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Agenda - Actions
commenter cet article
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 13:45

 

http://www.nicematin.com/media_nicematin/imagecache/article-taille-normale-nm/GRAXXQ414_XG_MANIF_AJIM_6220916_.jpg
Transmis par Hacktivismes

La date du procès de l’affaire Hakim Ajimi est désormais connue. L’audience de ce délicat dossier ayant connu plusieurs rebondissements est en effet fixée au mois de janvier prochain devant le tribunal correctionnel de Grasse.

Exactement du 16 au 20 janvier ont confirmé les avocats d’Hakim Ajimi et l’un des avocats des policiers. (1) Ce procès très médiatique se tiendra presque quatre ans après la mort de ce jeune Grassois de 22 ans, survenue le 8 mai 2008 à la suite d’une interpellation mouvementée.

Ce sont finalement sept membres des forces de l’ordre qui seront à la barre : deux policiers de la brigade anticriminalité, la BAC, seront jugés pour « homicide involontaire ». Un policier municipal et quatre fonctionnaires de police secours comparaîtront quant à eux pour «non-assistance à personne en danger.»

Les deux policiers de la Brigade anticriminalité avaient été mis en examen pour homicide involontaire fin 2009 et avaient été blanchis en mai 2010. Mais le parquet avait interjeté appel de cette décision et en septembre 2010, la cour d’appel d’Aix-en-Provence l’a suivi et décidé leur renvoi en correctionnelle.

Me Franck De Vita et Me Henri Leclerc pour la famille Ajimi et Me Joël Blumenkranz pour trois policiers dont les deux de la BAC.

Source :
http://www.nicematin.com/article/derniere-minute/mort-dhakim-ajimi-le-proces-en-janvier-a-grasse

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Agenda - Actions
commenter cet article
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 16:26

 

http://www.article11.info/spip/local/cache-vignettes/L270xH402/EnvolA_c_e_23_Page_01-3e242.jpg
Transmis par Résistons Rezo, le 1er novembre 2011

L'équipe parisienne du journal  l'Envolée est contente de vous inviter à la présentation du numéro 31 à la librairie Le Monte en l'Air, 71, avenue Ménilmontant, Paris XXe, le jeudi 10 novembre à 20 heures.

Nous y discuterons ensemble des 30 ans de la soi-disant abolition de la peine de mort, des révoltes dans les EPM, et des difficultés à tenir un outil radio et journal pour briser des séparations extérieur-intérieur de plus en plus efficaces.

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Agenda - Actions
commenter cet article
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 12:14

 

http://media04-ak.vivastreet.com/classifieds/72/2/25070707/large/1.jpg?dt=6ca7af673407b879df5d07c4afa2cd1a
Transmis par Infozone, le 25 octobre 2011

Karaoke ! Samedi 5 novembre 2011

20h pétante au CICP

21ter rue Voltaire

75011 Paris

Ce karaoké a pour objectif de récolter de l’argent pour deux compagnons en galère avec la justice.

Arrêtés en janvier 2011 pour avoir recouvert de tags le quartier de Belleville en solidarité avec les soulèvements en cours au Maghreb et ailleurs et contre toute autorité. Ils ont fait trois mois de prison.

Ils étaient déjà mis en examen dans le cadre d’une campagne de solidarité avec les inculpés de l’incendie de la prison pour étrangers de Vincennes.

Depuis leur sortie, ils sont sous contrôle judiciaire et doivent payer à la justice 2000 € chacun.

Ils nous font chanter...

Pour toute suggestion de vidéo de karaoke, envoyez un mail à
kalikaraoke@yopmail.com

http://www.non-fides.fr/IMG/pdf/kalikaraoke.pdf

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Agenda - Actions
commenter cet article
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 14:25

 

http://www.cnt-f.org/sante-social.rp/aff-fetelasociale2.jpg
Transmis par Bruno le 17 octobre 2011

Bonsoir

Ci dessous le lien de présentation de la fête de "La Sociale" au cours de laquelle nous débattrons des questions d’évaluations au travail mais également pour celles et ceux qui cherchent un travail ou même tout simplement qui cherchent à se loger à se loger. Nous n'oublierons pas l’évaluation des enfants, qui commence de plus en plus tôt et dont les stigmates durent parfois très longtemps.

On vous attend pour en discuter le dimanche 23 octobre 2011 à la CNT, 33 rue des Vignoles 75020 Paris (métro Avron ou Buzenval).

http://www.cnt-f.org/sante-social.rp/fetelasociale-oct2011.htm

Bruno, pour le syndicat santé social CT de la région parisienne

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Agenda - Actions
commenter cet article
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 01:11

 

http://www.alterinfo.net/photo/art/default/2528598-3562771.jpg?v=1291628434
Pioché sur Indymedia Paris

Le 16octobre 2011

Tous à la marche silencieuse en solidarité avec Djamal, Sa famille, ses proches, son quartier, Le Luth à Gennevilliers !

La famille et les proches de Djamal, décédé vendredi dernier, ont décidé d’organiser une marche silencieuse.

Cette marche de solidarité silencieuse permettra d’exprimer qu’un certains nombres de doutes subsiste autour de son décès.

Djamal n’est malheureusement pas le premier jeune -ou moins jeune- à partir alors qu’il était incarcéré. Pas le premier à décédé et dont il est affirmé que cela fait suite à un suicide.

Le quartier de Djamal a l’intention de faire corps autour de la famille dans ce combat pour la vérité et pour mettre fin à ces disparitions aux conditions inacceptables.

La lutte est longue c’est pourquoi il est important de participé et soutenir chacune des actions menés dans le sens de la solidarité des familles et proches de défunts dans des conditions obscures et dont l’Etat lui-même doit répondre de son attitude face à ces "suicides" répétés, trop nombreux et souvent incompréhensible pour les proches endeuillés.

Solidarité, Vérité et justice pour Djamal.

Tous à la Marche Samedi 22 Octobre à 13h30 au Luth face au Penny
-  Metro 13 les Courtilles.

—  http://lmsi.net/spip.php?article1072#auteur360

06/23/70/97/39 RIR QP : (Collectif Réseaux Intervention Réflexion Quartier Populaire)

Source :
http://paris.indymedia.org/spip.php?article8779

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Agenda - Actions
commenter cet article
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 08:16


http://gironde.demosphere.eu/files/import-images/resized-fb8e7f47dc0069696558cd6bd844e29e.png
Lundi 17 octobre 2011 20h30

Projection en avant-première à Utopia Bordeaux (Place Camille Jullian) "Ici on noie les Algériens (17 octobre 1961)"

Débat avec la participation de Mathieu Rigouste, auteur de "L'Ennemi Intérieur" (Editions La Découverte).
Lire ici :
http://www.article11.info/spip/Mathieu-Rigouste-Il-existe-des

La réalisatrice et le scenario

Née en France de parents algériens, Yasmina Adi a été sensibilisée très jeune aux relations passionnées et ambiguës qu'entretiennent la France et l'Algérie. Au coeur de cette histoire commune, la répression du 17 octobre 1961 l'a interpellée. Aujourd'hui encore, les Français et les enfants d'Algériens appréhendent difficilement cette page sombre de l'histoire longtemps passée sous silence.

Yasmina Adi a voulu faire ce film pour que la vérité remplace les non-dits et pour faire émerger la dimension politique et humaine de cet épisode trop longtemps tu.

Mêlant histoire et mémoire, passé et présent, le film sera construit comme un thriller.

Faisant se répondre les témoignages de ceux qui ont vécu ces évènements de l'inteérieur (Français et Algériens) et les archives, le film éclairera cet épisode de notre histoire récente et permettra de le porter à la connaissance du grand public à l'occasion du 50e anniversaire de cette répression, en octobre 2011.

L'ennemi intérieur la généalogie coloniale et militaire de l'ordre sécuritaire dans la France contemporaine De Mathieu Rigouste

Retraçant l'évolution des représentations de l'ennemi intérieur dans la pensée d'État depuis les années 1960, ce livre magistral et rigoureusement documenté explique comment, des territoires colonisés d'hier aux quartiers populaires d'aujourd'hui, la Ve République a régénéré un modèle de domination fondé sur la désignation d'un bouc émissaire socio-ethnique et la gestion de la peur dans la population.

À travers l'étude minutieuse des étapes de la lutte contre l'immigration et de la structuration de l'antiterrorisme, il révèle l'effrayante évolution du contrôle intérieur, de sa dimension médiatique et la fonction des imaginaires de l'ethnicité dans la mise en oeuvre du nouvel ordre sécuritaire dans la France contemporaine.

Une présentation en librairie à 18 h le même jour est en discussion.

(vraisemblablement à La Machine à Lire, place du Parlement - Bordeaux )

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Agenda - Actions
commenter cet article
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 08:28

 

http://www.medias-inrocks.com/typo3temp/pics/ffe751e1cd.jpg
Transmis par Hacktivismes depuis Les Inrockuptibles

Du 28 septembre au 26 décembre, les Archives nationales exposent un siècle de fichage des populations par la police, l’employeur et l’administration.

Prendre du recul donne parfois le vertige. A la sortie de l’exposition “Fichés?”, une cabine Photomaton© installée dans la cour des Archives nationales propose d’immortaliser la visite en se tirant le portrait, développé sur une fiche-souvenir. A vrai dire, on n’a plus vraiment envie.

Le parcours débute aux prémices de la photographie, vers 1860, et se termine dans les années 1960. Après cette date, les archives sont trop récentes pour être communiquées, et surtout l’arrivée des fichiers informatiques dématérialise les obsolètes feuilles cartonnées utilisées jusque là. En un petit siècle, l’exposition parvient tout de même à mettre en résonance l’évolution des techniques (miniaturisation des appareils-photos, baisse du niveau technique requis pour s’en servir), la standardisation des procédures d’identification et la volonté étatique d’un contrôle généralisé.

Toutes les pièces présentées - registres de police, archives d’entreprise, talons de demandes de passeport, etc. - auraient dû être détruites et ne jamais nous parvenir. Pour diverses raisons, oubliées dans un tiroir ou conservées pour leur valeur patrimoniale, elles ont survécu. Le plus ancien fichier de police présenté a survécu à l’incendie de la préfecture de police pendant la Commune de 1871 : ce gros cahier répertorie les “courtisanes”, décrites et identifiées par des photos, volées dans leurs affaires ou récupérées sur leurs cartes de visite.

Encore balbutiant, l’usage de la photographie à des fins policières prend un virage scientifique avec le “système Bertillon”. En 1879, cet employé de la préfecture de police élabore une système de classement anthropométrique des individus par neuf mesures du corps. Allié aux photos face et profil, le bertillonnage s’exporte dans toute l’Europe et fait encore référence aujourd’hui.

Complète et complexe, l’expo mérite de s’attarder sur les petits détails, comme la mention “bon démagogue” sur la fiche d’Adolf Hitler dressée par le contre-espionnage dans les années 1920... Ou les renseignements demandés aux Algériens en 1960 sous prétexte de “recensement” : photo tête nue, empreintes digitales, en plus des habituels noms, prénoms et lieu de résidence. Le parcours appelle plusieurs lectures, selon que l’on s’intéresse au public fiché, aux techniques utilisées ou au détournement de certains fichiers pour d’autres usages.

Même si elle s’arrête en 1960, l’exposition met l’accent sur des tendances lourdes, toujours actuelles. D’abord l’extension permanente des fichiers au-delà de leur vocation initiale. Comme aujourd’hui le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG), créé par le gouvernement Jospin pour éviter la récidive des criminels sexuels et désormais alimenté par toute sorte de petits délits. Ou comme le Stic, truffé d’erreurs et utilisé pour des enquêtes de moralité.

Autre phénomène de long terme, l’encartement, conçu pour ceux que l’Etat considère comme “déviants” - traditionnellement les nomades, les étrangers, les anarchistes, les prostituées - s’est généralisé à l’ensemble de la population, chaque étape trouvant sa justification dans un état de guerre. C’est ainsi que la Première Guerre mondiale rend obligatoire la carte d’identité pour les étrangers. Vichy l’imposera à tous les Français (elle est désormais facultative). De nos jours la “guerre contre le terrorisme” donne lieu à la fourniture d’informations “biométriques” insérées dans les papiers d’identité.

Faire réfléchir, souligner la routinisation des pratiques de fichage, l’objectif est atteint. En 1931, le chef de bataillon Charles de Gaulle et sa femme Yvonne omettent de fournir une photographie pour leur demande de passeport. Aujourd’hui, ils devraient en donner deux chacun et accepter le relevé de leurs empreintes digitales.

Camille Polloni

“Fichés ?”, Photographie et identification du Second Empire aux années soixante, Archives nationales - Hôtel de Soubise, du 28 septembre au 26 décembre 2011

Source :
http://www.lesinrocks.com/actualite/actu-article/t/70700/date/2011-09-26/article/expo-fiches-archives-nationales/

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Agenda - Actions
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 07:04


http://img5.maimage.com/Maimage____r_69163992535.jpg
Pantin

Vendredi 14 octobre 2011

Centre Indépendant de Gestion "Petite Couronne"

de la Fonction Publique Territoriale

157, avenue Jean Lolive

Les fichiers, recueils de données, statistiques…sur les populations vulnérabilisées se généralisent

Leurs objectifs sont toujours présentés comme un symbole de modernité, de meilleure efficacité, ils permettraient en effet :

>>> « D’avoir une meilleure connaissance du profil sociodémographique des problématiques des ménages reçus et des interventions faites par les travailleurs sociaux » 1 ;

>>> de « simplifier les démarches d’accès à l’hébergement et au logement » (SIAO 2) ;

>>> ou encore « l’amélioration de la connaissance des populations prises en charge » (RIMP 3).

Ils préparent la mise en place de la LOLF 4, la RGPP 5 en facilitant la mise en œuvre d’« objectifs de performance avec indicateurs », puis de « dispositifs d’évaluation » afin de pouvoir « contrôler l’efficacité de la dépense publique » et de « mesurer le coût des différentes actions de l’administration ». Pourtant, des résistances s’organisent face à des fichages considérés comme dangereux, subjectifs, inexploitables et
mettant en cause les libertés.

Pour les professionnels chargés de recueillir ces données, une réflexion s’impose

• De tels fichiers sont-ils indispensables au travail social, à quelles finalités répondent-ils ?

• Comportent-ils un danger pour les usagers, les utilisateurs ?

• Quels impacts sur les pratiques professionnelles et sur le secret professionnel ?

****
PROGRAMME DE LA JOURNEE

9h00 : Accueil des participants

9h30 :  Introduction par Rémy ADELL (FSU, Conseil général 93)

9h40 : Intervention de Jean-Claude VITRAN (Ligue des Droits de l’Homme) qui évoquera le recours accru aux fichiers, l’extension du fichage et du contrôle, le rôle de la cnil et le droit des usagers.

10h30 : Table ronde sur le recueil des données et l’informatisation des services sociaux avec Michelle FLANDRE (assistante de service social, CGT, Conseil général du 91), Keltoum BRAhNA, Elsebeth DUPONT et Muriel BOMBARDI (assistantes de service social, FSU-SUD, Conseil général 93) : quelles informations collecter, pour quels usages, que doit-on informatiser ? Comment résister à de potentielles dérives ?

Les intervenantes exposeront leur expérience, leur analyse de l’impact du recueil de données et de l’informatisation sur les pratiques des travailleurs sociaux et ses conséquences sur le secret professionnel.

Elles évoqueront également le risque d’une politique gestionnaire visant à quantifier l’activité.

11h30 : Echange avec la salle

12h30/14h00
Pause déjeuner

14h00 : Interventions de Delphine SERRE (sociologue, maîtresse de conférences à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et d’Anne MARchAND (chercheuse en sciences sociales).

En s’appuyant sur deux enquêtes de terrain qu’elles ont menées dans des services sociaux différents, elles nous restitueront les effets du recours au chiffre et de la recherche d’indicateurs de performance sur l’exercice du métier d’assistante sociale.

14h45 : Interventions de Michel POULET (assistant social en CHRS, FO 67) sur le siao et du Dr Olivier LABOURET (psychiatre, vice-président de l’Union Syndicale de la Psychiatrie) sur le rimp :

Présentation de ces fichiers, analyse et mise en évidence des dangers pour les usagers et les professionnels.

15h30 : Echange avec la salle

16h30 : Conclusion par Didier BOURGOIN(secrétaire général du SNUCLIAS FSU)

1. Termes repris pour justifier une enquête sur des personnes reçus dans les services sociaux d’un Conseil général.
2. Système intégré d’accueil et d’orientation.
3. Recueil d’informations médicalisées en psychiatrie.
4. Loi organique relative aux finances.
5. Révision générale des politiques publiques.

****
Pratique

Pour y participer, vous devez vous inscrire auprès de la section FSU du Conseil général.

Par mail :
sdu93-fsu@cg93.fr

Par téléphone :
01 43 93 91 72

Par courrier :
sduclias 93 FSU 93006 Bobigny Cedex.

Pour vous inscrire, vous devez également faire une demande de formation auprès de votre employeur, au moins un mois avant la date de formation.

Tout agent (même non-syndiqué) de la fonction publique a droit à des jours de congés pour formation syndicale dans la limite de 12 jours par an,sous réserve de nécessités de service.

La demande de congé pour formation syndicale doit être adressée à votre employeur selon le modèle ci-dessous, à adapter à votre situation :

Madame, Monsieur,

J’ai l’honneur de solliciter de votre bienveillance l’octroi d’un congé pour formation syndicale,

Pour la fonction publique d’Etat, indiquez ensuite :
conformément à l’article 34 de la loi n°84-16 du 11 janvier 1984 et au décret n°84-474 du 15 juin 1984

afin de participer à une session organisée par le SDU CLIAS 93-FSU sous l’égide de l’INFA-CCO organisme agréer pour les trois fonctions publiques. La gestion administrative et pédagogique est assurée par sduclias 93 FSU.

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, mes salutations distinguées.

Pour la fonction publique territoriale, indiquez ensuite :
conformément à l’article 57 de la loi n°84-53 du 26 janvier 1984 et au décret n°85-552 du 22 mai 1985

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Agenda - Actions
commenter cet article
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 08:12

 

http://www.lanouvellerepublique.fr/var/plain_site/storage/images/nouvelle-republique.fr/actualite/economie/social/l-antirepression-au-salon/111625564/12467316-1-fre-FR/111625564_reference.jpg
Transmis par Le Comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux

Le 27 septembre 2011

Bonjour,

Le Comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux compte organiser à Poitiers, le week-end des 26-27 novembre prochains, un forum antirépression auquel il aimerait associer des collectifs existant ailleurs.

Le forum que nous avons tenu, l’an dernier à la même époque, avec une dizaine d’autres comités a été pour nous un succès, non seulement par la richesse de ses échanges et son ambiance très conviviale, mais parce qu’il a débouché sur une action commune, la Journée contre les violences policières du 19 mars 2011.

En effet, face à la multiplication des intimidations, interpellations, condamnations de toutes sortes qui dessinent un peu partout un ordre policier généralisé, est sortie des discussions l’idée de cette mobilisation en France contre les politiques sécuritaires en cours ou à venir, et une quinzaine de comités au moins ont, là où ils étaient investis, mené sur ce thème des actions décidées localement.

Cette année, nous vous proposons :

• le samedi 26 novembre

- en début d’après-midi, un premier temps consacré au massacre des Algérien-ne-s à Paris qui a eu lieu le 17 octobre 1961, avec la projection du "Silence du fleuve", suivi d’un débat sur l’immigration – en présence de Mehdi Lallaoui, réalisateur du film, ainsi que de collectifs de sans-papiers ;

- en soirée, une « table ronde » entre les divers groupes antirépression représentés, afin de confronter nos expériences et de construire une mobilisation contre toutes les formes de répression, en arrêtant si possible une nouvelle action commune.

• le matin du dimanche 27 novembre

- un atelier d’autodéfense juridique, pour mettre là encore en commun nos expériences, informations, points de vue et analyses en matière d’interpellation, de garde à vue, de procès, etc., de façon à favoriser la résistance contre les méthodes de répression utilisées.

Nous espérons que ce programme vous attirera nombreuses et nombreux, et attendons vos remarques et propositions pour l’enrichir éventuellement.

Une restauration sera assurée tout au long du forum. Nous vous préciserons dès que possible le lieu où il se tiendra, ainsi que les modalités d’accueil et d’hébergement en fonction de votre participation.

Merci de diffuser massivement autour de vous !

Le Comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux

http://www.antirep86.fr/

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Agenda - Actions
commenter cet article
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 15:31

 

http://www.alterinfo.net/photo/art/default/2205967-3076513.jpg?v=1290017774
Transmis par Janos, le 29 septembre 2011

Le 25 novembre 2007, Lakhamy et Moushin, deux adolescents de Villiers-le-Bel, décèdent suite à la collision de leur moto avec une voiture de police.

Plusieurs nuits de révoltes éclatent, laissant s’exprimer la colère de centaines d’habitants qui refusent de croire à la version policière d’un accident. Des dizaines de policiers sont blessés, notamment par des tirs d’armes à feu. La répression judiciaire succède à la pacification policière.

Le 21 juin 2010, a eu lieu le procès des tireurs présumés.

Un procès pour l’exemple, au terme duquel cinq habitants de Villiers-le-Bel seront condamnés à des peines allant de 3 à 15 ans de prison, en l’absence de preuves, et essentiellement sur la base de témoignages anonymes.

Le procès en appel des tireurs présumés s’ouvrira le 4 octobre 2011 au tribunal de Nanterre.

Solidarité !

Soyons-y nombreux !

Reseau RESISTONS ENSEMBLE

Pour consulter le site : 
http://resistons.lautre.net

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Agenda - Actions
commenter cet article
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 10:14

 

http://4.bp.blogspot.com/_Zl30kmKdHQM/TPPiRLpGO0I/AAAAAAAAD0Q/PE-wYsYJ5EA/s1600/incendie-cra-vincennes_348.jpg
Transmis par Romain, le 26 septembre 2011

Du 6 octobre au 4 novembre prochains, tous les jeudi et vendredi après-midi (à 13h30) se tiendra le procès en appel des inculpés de l'incendie du camp de rétention de Vincennes de juin 2008, contestant les peines de prison ferme qu'ils ont prises en mars 2010, allant de 8 mois à 3 ans.

Rdv à la cour d'appel du Tribunal de Grande Instance de Paris, métro Cité.

Faites tourner l'info et ramenez-vous !!!

***
Lundi 19 septembre 2011 au soir, 8 retenus du bâtiment 3 se sont évadés du Centre de  rétention de Vincennes.

L’un d’eux a été rattrapé. Les flics sont intervenus plusieurs fois dans la semaine dans les différents bâtiments  du centre.

Des retenus du CRA 2 refusent de regagner leurs chambres et sortent  leurs matelas pour dormir dehors, le 23 septembre ils ont refusé de manger et ont rédigé une lettre avec l’ASSFAM.

Il y a quelques jours, une émeute a éclaté suite à plusieurs tentatives de suicide de retenus au CRA de Bobigny, plusieurs retenus ont été transférés à Vincennes.
 
Témoignage téléphonique depuis la prison pour étrangers de Vincennes, vendredi 23 septembre 2011.
 
« C’est une vie de merde, on est dans une cage, la bouffe, c’est de la merde.

Il y a 8 personnes qui ont voulu s’évader, un qui a été rattrapé, ils étaient au bloc 3 nous, au bloc 1, on a essayé hier, ça n’a pas marché. Hier soir c’était chaud, ils ont ramené les troupes d’interventions, les CRS, ils ont frappé à peu près tout le monde à coups de boucliers, il y a eu quelques portes de cassées, y en a qui sont partis en garde à vue. Zarma, ils auraient cassé la porte, ils les ont pris au hasard.
 
On est solidaires entre nous, on s’aide pour les clopes pour tout.

Y a un chinois, je trouve qu’il est malade, ça fait trois nuits, il dort dehors, il prend son matelas alors qu’il fait froid, ils en ont rien à foutre. Y en a un qui a mis une corde, il a voulu se suicider, j’ai parlé avec le policier, il m’a répondu, j’en ai rien à foutre qu’il crève.

Des mots comme ça, ça se dit pas.

Le système pour nous, en situation irrégulière, c’est « Ferme ta gueule ou crève. » C’est la merde totale,ce qui compte c’est de mettre les gens dans des avions, les chiffres, quoi, c’est ça qui compte.
 
Moi ils m’ont attrapé avec mon passeport, je peux rien faire, ça fait 22 ans que j’habite en France. Ils m’ont mis une interdiction de  territoire, ça fait presque deux semaines que je suis ici. On m’a mis l’avion aujourd’hui, et j’ai refusé : je suis allé jusqu’à l’aéroport et je suis revenu. Le commandant de bord m’a demandé si je voulais partir, j’ai dit non. Le problème, c’est que tu risques la prison.

Tellement j’aimais la France, maintenant ce mot me fait horreur.

Ils nous forcent à faire des problèmes dès qu’on veut demander quelque chose. Quand tu demandes à voir le chef, il est jamais là, mais dès que y a un petit problème de rien du tout entre les retenus, il arrive en deux secondes.

Deux retenus de Bobigny sont arrivés au CRA 1, il y a eu un problème là-bas, ils auraient essayé de mettre le feu. Ils ont été transférés, quelques-uns ici, les autres je sais pas. Ils ont fait une tentative de suicide, le premier est sorti, l’autre est à l’hôpital. Les mecs qui sont venus ici disent que c’est une histoire de bouffe.
 
Ils nous poussent à détester le mot France.»
 
fermeturetention@yahoo.fr

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Agenda - Actions
commenter cet article
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 08:14

 

http://4.bp.blogspot.com/-qSpA2tPrDXk/Te2FAiiyR2I/AAAAAAAAANQ/15j0aoIMjSM/s1600/desobeissance+gp2.jpg
Transmis par B.Bec

Le 14 septembre 2011

Amis désobéissants

Tous à Grigny (Rhône) le 8 octobre !

Il y sera question de :

DÉSOBÉISSANCE INDIVIDUELLE,
PROFESSIONNELLE, INSTITUTIONNELLE

Forum national co-organisé par la ville de Grigny (Rhône) et le Sarkophage

C'est au Centre Edouard Brenot (rue Waldeck Rousseau) à Grigny (Rhône)

9h à 17h (accueil 8 heures)

Ligne de bus : BUS 101 direction Givors Peillon,  descendre à Grigny à l'arrêt Centre Chervet
Entrée libre pour le colloque, librairie, Buvette

Réservation obligatoire pour le repas « Bio et local »  avant le 26 septembre 2011 :
cabinetdumaire@mairie-grigny69.fr    - Prix du repas : 15 euros

TEXTE D’APPEL

Face aux atteintes portées à la démocratie  par une oligarchie toujours plus agressive,

Face aux remises en cause du pacte social et notamment des services publics,

Face à la nécessité de renforcer le répertoire d’action des citoyens, des salariés, des chômeurs, des consommateurs,  de tous les sans (logement, papier etc.),

La question de la désobéissance est posée  par des acteurs sociaux les plus divers et toujours plus nombreux.
Ces actes de désobéissance ne sont en rien un retour au vieil illégalisme. Ils en appellent à la désobéissance au nom d’une conception plus haute du droit.

Désobéissance individuelle pour échapper à l’idéologie du système et à ses engrenages : réseaux anti-pub, collectifs d’accueil des étrangers en situation irrégulière, RESF, faucheurs volontaires, bilinguisme régional, semences paysannes, lanceurs d’alerte, refus de la télévision, des JO, réquisition de locaux (DAL, Jeudi Noir), etc.

Désobéissance professionnelle pour échapper à la casse des services publics, aux logiques de privatisation du vivant, avec les enseignants désobéisseurs, les médecins solidaires, les postiers qui refusent d’être transformés en VRP, les électriciens qui rétablissent le courant, les travailleurs sociaux qui refusent de devenir des auxiliaires de police, l’appel des cinéastes à désobéir, les mouvements pour défendre les services publics (EGSP), le droit à l’avortement, le refus du travail
dominical et des nocturnes commerciaux, etc.

Désobéissance institutionnelle avec des collectivités territoriales qui refusent les expulsions, qui contournent les interdits en matière de services publics gratuits, qui se proclament territoires sans OGM, villes hors AGCS, qui pratiquent des semis désobéissants, admettent de l’habitat léger, refusent l’implantation de grandes surfaces, revendiquent la désobéissance européenne, etc.

PROGRAMME

Accueil du public à partir de 8h
service au bar en continu

9h, Ouvertures croisées :
René Balme, maire de Grigny
Paul Ariès, directeur de la rédaction du Sarkophage

Animation des débats par Simon Lecomte
Intermèdes musicaux par Hervé Magnin

Principes généraux de la désobéissance

Approche philosophique : Jean-Marie Muller (MAN)

Actualité : réseaux citoyens-résistants, Didier Magnin

Désobéissance individuelle/collective
Objectif : échapper aux lois illégitimes, échapper à l’idéologie du système

- 1) Faucheurs volontaires, Christian Foilleret ; semences paysannes, Raoul
- Jacquin (sous réserve)
- 2) Mouvement anti-pub, Yvan Gradis
- 3) Mouvement anti-ADN, François Vaillant
- 4) Accueil des étrangers en situation irrégulière, Marc Fromentin, GISTI
- 5) Planning familial, Marie Pierre Martinet
- 6) Bilinguisme régional, association Démocratie pour le pays basque ; Txetx Etcheverry, Fondation Manu Robles-Arangiz
- 7) Réquisition de logements, Manuel Domergue, collectif Jeudi Noir
- 8) Mouvement anti-TV, Michel Desmurget, directeur recherche INSERM
- 9) Emmaüs Pau, Germain Sahry


12h-14h déjeuner sur place pour celles et ceux qui ont réservé
Bar et librairie pour les autres

Approche juridique : cadre juridique, Gilles Sainati, magistrat ; le procès comme instrument politique, Nicolas Galon, avocat

Désobéissance professionnelle
Objectif : refuser des ordres contraires au bien commun

- 1) Collectifs des enseignants désobéisseurs, Alain Refalo
- 2) Collectif des médecins solidaires, Didier Poupardin
- 3) Collectif Sciences citoyennes, Jacques Testart
- 4) Désobéissance salariale, Elisabeth Weissman

Désobéissance institutionnelle
Villes contre expulsion, Semis désobéissants, Villes anti-AGCS , etc.

Désobéissance civile, Yves Baverel, M'PEP.
Didier Paillard, maire de Saint-Denis ; Bernard Genin, maire de Vaulx en Velin ; René Balme, maire de Grigny (Rhône) ; Alain Beaud, président de la communauté de communes Autour d'Anduze

Peut-on former à la désobéissance ?
Xavier Renou, Collectif des désobéissants

Conclusions
Paul Ariès et René Balme

http://www.desobeir.net/

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Agenda - Actions
commenter cet article

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
 le 19 Mars 2009 à Bordeaux !
 
Infos :  klik !
 

 

L'oeil de Pancho

D'autres dessins de Pancho : klik

Retour à la page d'accueil