Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

ETAT D'URGENCE

Le cadre légal : klik

****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****

Non à la loi renseignement

Infos : klik !

****
Retrouvez toutes

les brochures du C.L.A.P33

****
"Résistons Ensemble"


http://resistons.lautre.net/

****
Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

Notre flux Rss




https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

http://blog.cgtbayard.org/public/solidar.jpg


 

3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 18:04

http://quefaitlapolice.samizdat.net/wp-content/uploads/2007/08/1-que-fait-la-police.jpg

 

Editorial : Le policier et le pékin (suite et fin)

Le statut du policier ne peut que conduire l’homme (ou la femme) en uniforme à se sentir étranger dans le pays qu’il est chargé de contrôler. Pourquoi en irait-il différemment lorsque, de retour à la maison, il se dépouille de sa livrée ? D’où sans doute le nombre de divorces, même si les deux membres du couple sont également serviteurs de l’ordre. D’où également les suicides fréquents au sein du corps policier. Pour ceux-là, il faut bien admettre qu’ils ont peut-être pris conscience de leur appartenance à l’espèce humaine avec, peut-être, la désespérance de ne pouvoir s’y comporter convenablement, vue l’activité professionnelle qu’il ont choisie. Etant désormais irrécupérables pour la police et, dans le même temps, rejetés aussi bien par leurs proches que par leur entourage, ils peuvent décider de se supprimer. Dommage. S’ils s’étaient efforcés de rester à leur poste, peut-être auraient-ils pu convaincre leurs collègues de rester d’authentiques gardiens de la paix…

Dans les pays, dits de civilisation avancée, il est étonnant de constater le poids représenté par les forces de l’ordre. Déjà, utiliser ce terme de « forces de l’ordre » pourrait signifier qu’il y aurait désordre à craindre en permanence, à moins qu’il ne soit déjà installé. Ce qui nécessite de surveiller étroitement une population réticente à respecter les édits. D’où cette attention particulière portée aux policiers et aux gendarmes par des gouvernements pas toujours persuadés de leur légitimité. C’est là un constat qu’il est difficile de nier : moins un pouvoir est populaire, plus les hommes en arme chargés de le défendre sont nombreux. En ne nous intéressant qu’aux pays où la démocratie est censée être parfaite, les effectifs sont plutôt édifiants. Si l’on ajoute aux policiers et aux gendarmes, les polices municipales, les polices semi-privées comme celles de la SNCF et des transports en commun, sans oublier les douaniers, nous arrivons à un total de quelque 300 000 hommes (et femmes) habilités à jouer de la matraque et, le cas échéant, à ouvrir le feu. Soit environ 2% de la population de ce pays. La France est donc placée sous la haute surveillance d’une infime minorité de mercenaires disposant, par délégation, de pratiquement tous les pouvoirs sur les pékins. Y compris de tuer, en « légitime défense ». Même si la peine de mort a été abolie en octobre 1981.

Ce serait une erreur de négliger l’existence d’une armée professionnelle forte de 250 000 hommes (et femmes), fréquemment missionnée sur des territoires extérieurs ; dont certains chefs n’hésitent pas à susurrer, à l’occasion, que l’ennemi n’est pas forcément aux frontières. D’où cette réflexion allant de soi : l’armée serait également apte à combattre l’ennemi intérieur. Ce que le général de Gaulle avait déjà envisagé, en mai I968. Comme il n’y a pas de limite, en matière répressive, n’oublions pas que les 175 000 salariés des sociétés privées de sécurité sont parfaitement aptes à servir de supplétifs, si cela devait s’avérer nécessaire. Notre société démocratique est donc bien encadrée – à l’excès même. Peut-on dire que nos libertés fondamentales sont menacées par l’existence de ces cohortes armées ? Sans aucun doute ! Ce qui signifie clairement, quel que soit leur uniforme et leur autorité de tutelle, que tous ceux-là n’hésiteront jamais à utiliser les pires moyens pour protéger leurs maîtres du moment. Au nom d’un certain ordre, le pékin restera toujours un délinquant potentiel aux yeux du policier !


Maurice Rajsfus

 

Lire le bulletin :

http://quefaitlapolice.samizdat.net/?p=313

Repost 0
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 17:47

 


Un documentaire sur l'insécurité. L'insécurité ? oui celle que l'on a inventé pour que les gens aient peur. Brave gens n'ayez plus peur un reportage sur les pratiques médiatiques pour nous faire craindre l'inconnu et ainsi mieux nous diviser.

Ce reportage est en libre téléchargement sur le site des auteurs:
http://www.collectifpanic.org/

Beaucoup d'autre reportage sur mon site !
http://thefdm.wifeo.com/

Repost 0
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 17:51

 

Repost 0
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 19:27

http://quefaitlapolice.samizdat.net/wp-content/uploads/2007/08/1-que-fait-la-police.jpg

 

Que fait la police – Bulletin d’information anti-autoritaire – Nouvelle série – numéro 42 – août/septembre 2010


Editorial : Le policier et le Pékin (suite de l’éditorial du numéro 41)

Il va de soi que la police n’a jamais été constituée d’enfants de cœur mais il faut bien constater que les rapports police/citoyens ne font que se détériorer. Il est vrai que les uns et les autres n’utilisent pas le même langage ou, tout au moins, le même vocabulaire. Face à un intellectuel, le policier ordinaire se sent tellement stupide que cela peut le rendre vulgaire. Dans le jargon policier, chaque mot ressemble à un ordre impératif qu’il faut sur tout bien se garder de ne pas prendre au sérieux. Lorsque l’on se considère comme le régulateur d’une société risquant de partir à la dérive, il faut bien que se manifeste un minimum d’autorité !

Faute de quoi, où irions-nous ? C’est à ce niveau de réflexion que se situent deux questions essentielles :
- Est-il possible de vivre harmonieusement sans police ?
- Les policiers seraient-ils en mesure d’exercer leur activité s’ils ne bénéficiaient que de pouvoirs limités ?

A cette double interrogation, il est possible de répondre par une autre question : la société a-t-elle besoin d’être mise constamment sous haute surveillance ? De façon modérée, il est possible de dire que, lorsque le policier cessera de considérer ses concitoyens comme des « individus », le climat social ne pourra que s’en trouver amélioré. Si cela pouvait être envisagé, le défenseur de la veuve et de l’orphelin aurait changé de nature.

 

Pourtant, à aucun moment, le serviteur de l’ordre public ne peut imaginer qu’il fait partie de la communauté des citoyens.

 

Bien sûr, il paraît semblable à ceux qu’il côtoie, hors du service, mais ses tuteurs, en école de police, n’ont cessé de lui expliquer qu’il se doit d’être policier 24 heures sur 24.

 

D’où cette raideur obligée, qui le fait considérer comme un être insensible. Il est peut-être marié, et père d’adorables enfants, mais nous croyons savoir qu’à l’intérieur du foyer familial, les rapports ne sont pas vraiment ce qu’ils devraient être. Mentalement, le policier ne sort jamais de son commissariat et offre à ses proches ce visage revêche qui le fait reconnaitre immédiatement par ceux qu’il croise dans la rue.

 

Même en civil, tout dans son comportement révèle le policier, toujours aux aguets, constamment méfiant, prêt à bondir sur une proie possible. D’où cette difficulté à communiquer paisiblement avec ceux dont il est chargé d’assurer la sécurité. (A suivre)


Maurice Rajsfus

 

Lire le bulletin d'infos :

http://quefaitlapolice.samizdat.net/?p=309

Repost 0
29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 14:23

QUE FAIT LA POLICE ? – Bulletin d’information anti-autoritaire – Nouvelle
série – numéro 40 – mai 2010

Le dernier numéro de Que fait la police ? est disponible en ligne sur

http://quefaitlapolice.samizdat.net/?p=299

L'ensemble des numéros en ligne est disponible sur

http://quefaitlapolice.samizdat.net

Editorial : Le temps passe, les forces de l’ordre ne changent pas !

 Parmi les pays qui se targuent d’être à la pointe de la démocratie, la
France est au premier rang en matière de forces de l’ordre. Comme si cela
ne suffisait pas, nos policiers et gendarmes s’avèrent être les plus
rugueux pour utiliser un mot acceptable. Disposant d’un arsenal offensif
redoutable, nos défenseurs de l’ordre public sont sans doute ceux qui
utilisent volontiers cet armement qui ne devrait être que défensif. Il
est vrai que, malgré leur nombre, tout comme leur capacité de nuire, les
protecteurs actifs des institutions républicaines s’estiment être
constamment en situation de légitime défense. Bien sûr, de temps à autre,
il faut déplorer la mort d’un policier ou d’un gendarme. C’est un métier
à risque limité, pourtant, car les bavures habituelles sont bien plus
meurtrières. Comment ne pas constater que ces deux institutions sont en
guerre contre les citoyens d’un pays, considérés comme globalement
suspects. En témoignent ces nombreux fichiers policiers et,
particulièrement ce STIC (Système de traitement des infractions
constatées), qui rassemble près de 30 millions de noms, où l’on trouve
côte è côte des coupables, des suspects, des témoins et des victimes,
tous réunis dans une même machine à réprimer.

Ce constat n’a rien d’étonnant et, sans confondre les périodes et la
finalité de la répression, les forces de l’ordre sont tout aussi pugnaces,
tout aussi xénophobes, qu’elles pouvaient l’être, de l’été 1940 à l’été
1944. (Il est important de préciser quand même que, durant ces années
noires, nos policiers et gendarmes, étaient également au service d’une
abominable politique raciale). De nos jours, les cerbères de la République
se contentent de pourchasser les sans papiers et les Roms. Ils trouvent
cela normal puisqu’ils se contentent d’obéir sans défaillir aux ordres de
leur hiérarchie. Expliquant même qu’ils ne font que leur devoir, comme
tout fonctionnaire se doit de le faire. Sauf que la très grande majorité
des fonctionnaires ne sont pas au service de la répression.

C’est à ce niveau qu’il ne faut pas manquer de rappeler que les dérives de
nos forces de l’ordre n’ont jamais été jugées pour leurs forfaits. C’est
ainsi qu’après la Libération, le procès de la police, qui s’ était mise au
service de la Gestapo, n’a jamais eu lieu, de même après les massacres du
17 octobre 1961, avec des algériens pour victimes, et du 8 février 1962, à
la station de métro Charonne. Comme les policiers ne sont jamais
responsables, et pas davantage coupables, il n’y a jamais eu de
repentance. On nous rappelle régulièrement au devoir de mémoire. Alors,
n’oublions jamais ce passé répressif, tout en restant vigilant sur un
présent préoccupant…

Maurice Rajsfus

Lire la suite sur

http://quefaitlapolice.samizdat.net/?p=299

Dans ce numéro

- Sus aux sans papiers !

Le 25 mars, un Angolais sans papiers était enfermé, pour la troisième
fois, au centre de rétention administrative de Lyon. [...]

- Liberté de manifester

Le 28 mars, à Paris, plusieurs centaines de personnes manifestaient près
de la maison de la Santé pour protester contre la surpopulation carcérale.
[...]

- La mort en scooter

On se souvient que, le 20 janvier 2010, à Woipy (Moselle), deux
adolescents, circulant sans casque sur une moto, avaient été grièvement
blessés, lors d’une course-poursuite avec les policiers municipaux de
cette petite ville, leur camarade, qui pilotait le deux roues, étant mort
dans l’accident qui s’en était suivi. [...]

- Ca va pêter ?

I1 ne fait pas bon s’insurger contre un licenciement collectif. Le 1er
avril, les salariés de l’usine Sudimatex, spécialisée, dans la fabrication
de moquettes pour voitures, implantée à Crépy-en-Valois (Oise), menaçait
de faire sauter leur usine, avec des bombonnes de gaz, si la direction
continuait à refuser de négocier un véritable plan social. [...]

- Fouille au corps devant témoin

C’est avec le plus grand étonnement que l’habitué d’un square du 18ème
arrondissement de Paris a pu voir les forces de l’ordre faire leur devoir.
[...]

- La police, en lieu et place de la justice ?

Interrogée sur le projet de nouveau mode de procédure pénale, qui ne
pourrait qu’accroître la confusion, une importante juriste, professeure au
Collège de France témoigne de son inquiétude sur le rôle prépondérant
bientôt dévolu au parquet, Mireille Delmas-Marty, auteure d’un livre
récent, Liberté et sûreté dans un monde dangereux, estime que le parquet
sera concurrencé par la police pour le contrôle des enquêtes. [...]

- Les policiers de Villiers-le-Bel mis en examen

En novembre 2007, à Villiers-le-Bel (93), un accident mortel s’était
produit, suite au « contact » entre une mini-moto, avec deux adolescents à
bord et un véhicule de police. [...]

- Police nouvelle, vieilles pratiques

Certaines informations tardent à nous parvenir, mais elles arrivent
toujours à percer le mur du silence. Ainsi, lors de l'évacuation par la
police des sans papiers qui occupaient un immeuble de la rue du Regard,
dans le 6ème arrondissement de Paris, cette opération a été nettement plus
musclée que la relation qui en a été faite par la presse écrite et
audiovisuelle. [...]

- Un commissariat très glissant

Dans la soirée du 13 avril, un citoyen, prénommé Philippe, se présente au
commissariat de la rue de Clignancourt, dans le 18è arrondissement de
Paris. Né au Sénégal il est visiblement noir. L’homme veut porter plainte
pour « usurpation d’identité ». Le comité d’accueil doit être de qualité
puisque, d’abord malmené, il est ensuite conduit au commissariat de la
Goutte-d’Or (connu comme un trois étoiles répressif). [...]

etc

La suite sur

http://quefaitlapolice.samizdat.net/?p=299

Informations nécessaires

Depuis notre passage du bulletin papier à Internet, l'audience de Que fait
la police ? s'est considérablement développée mais, dans le même temps,
votre courrier n’a fait que se tarir. N'oubliez pas que les coupures de la
presse régionale sur les bavures et les dérives de la police et de la
gendarmerie nous sont précieuses car nombre de ces « faits divers » ne
sont pas relatés dans la pesse nationale. Nous vous rappelons notre
adresse : Observatoire des libertés publiques, C/O NSP-Agora, 20, rue
Courat. 75020 Paris.



       -------

Ceux qui savent ne parlent pas, ceux qui parlent ne savent pas.
Le sage enseigne par ses actes, non par ses paroles.
Lao-Tseu

       -------

Repost 0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 18:59

QUE FAIT LA POLICE ? numéro 39 – avril 2010

 

Le dernier numéro de Que fait la police ? est disponible en ligne sur http://quefaitlapolice.samizdat.net/?p=290

L'ensemble des numéros en ligne est disponible sur

http://quefaitlapolice.samizdat.net

 

Editorial : Démocratie policière

Il était admis que les militaires et les policiers ne faisaient pas de politique. Cette vérité première est visiblement contredite depuis la candidature de Bruno Beschizza, comme tête de liste UMP en Seine-Saint-Denis, lors des élections régionales des 14 et 21 mars derniers. Nous avons d’ailleurs pu constater la qualité de ses
propositions lors de cette campagne électorale. (Se reporter à Que fait la Police ?, mars 2010) Ce n’est pourtant qu’un petit fait divers si l’on se reporte aux années passées, et à l’arrivée en politique de grosses
pointures comme Charles Pasqua. Lequel avait tout appris de son métier au SAC (Service d’action civique) au cours des années I960. Il en allait de même de son bras droit au ministère de l’Intérieur, Robert Pandraud, qui
demandait à ses inspecteurs de ne jamais rater leur cible, lorsqu’il était directeur général de la police nationale. Pandraud nous a quitté récemment mais Pasqua, toujours parmi nous devrait être en mesure de relater tous
les coups tordus auxquels la police ne manque jamais de participer.
Revenons rapidement au commandant Beschizza qui, jusqu’à ces derniers jours était encore secrétaire général du syndicat Synergie des officiers de police. Il ne serait pas exclu que lui-même, ou certains de ses
collègues, aient fourni aux candidats UMP du Val d’Oise les informations calomnieuses concernant le candidat socialiste Ali Soumaré -les renseignements fallacieux ayant été péchés illégalement dans le sinistre fichier STIC.

En fait, les institutions policières n’ont jamais été neutres en politique. N’évoquons que pour mémoire l’actuel président de la République, qui avait utilisé le poste de ministre de l’Intérieur pour accéder à la magistrature suprême. Plus préoccupant encore, l’arrivée au rôle de numéro 2 de l’État de Claude Guéant, lui aussi ancien directeur de
la police nationale, puis chef du cabinet de Nicolas Sarkozy au ministère de l’Intérieur. Secrétaire général de la présidence de la République, Claude Guéant, qui n’a jamais bénéficié du moindre mandat électif, est en
situation de donner des leçons aux ministres, de morigéner et de critiquer ceux d’entre eux qui s’éloigneraient de la ligne décidée en haut lieu.

Peu à peu, les citoyens de ce pays s’habituent à cette situation. D’autant plus qu’il est suggéré aux gros naïfs qu’ils ne doivent jamais hésiter à faciliter les dures tâches des forces de l’ordre. Tout comme les travailleurs sociaux et les enseignants sont incités à se faire les auxiliaires actifs de la police. Attention, est-il précisé : que les uns et les autres soient bien convaincus qu’il s’agirait là d’un comportement civique bien naturel. C’est ainsi que l’on s’oriente peu à peu vers l’avènement d’une société policière bien tempérée. Bien sûr, ce ne serait pas l’Etat policier car nous sommes toujours en démocratie, n’est-ce pas.
Nous n’en vivons pas moins sous la haute surveillance d’une police qui s’est toujours affirmée républicaine. Faut-il être rassurés pour autant ? Ce n’est pas évident. Comme le suggèrent nos philosophes de banlieue : « La
police nous protège, mais qui nous protège de la police ? »

Maurice Rajsfus

 

Lire la suite sur http://quefaitlapolice.samizdat.net/?p=290

Dans ce numéro

- Petits profits

Le 5 février, deux CRS étaient mis en examen, à Metz, pour « corruption passive » et suspendus de leur fonction. [...]

- Milices patronales

Le 19 février, à Paris 32 intérimaires sans papiers, en grève, manifestaient pacifiquement devant les locaux de leur employeur, l’agence Multipro. Ils étaient aussitôt agressés par des nervis casqués. [...]

- Le Conseil constitutionnel retoqué ...

Le 25 février, le Conseil constitutionnel a censuré une disposition de la loi sur la vidéo surveillance, intégrée dans le cadre de la loi sur les bandes, qui lui a semblé contraire au respect de la vie privée. [...]

- Difficile retour de bâton

Le 14 octobre 2008, après le caillassage d’un fourgon de police, à Montfermeil (93), les forces de l’ordre déclenchaient une opération punitive dans les immeubles du quartier. [...]

- La bande, ennemie numéro 1

Le Journal officiel daté du 3 mars a publié la loi sur les bandes. Rédigée en 2009, cette loi prévoit des peines de 1 an de prison et 15.000 euros d’amende pour toute personne qui « participerait sciemment à un groupement
en vue de la préparation de violences volontaires. » [...]

- Encore le flash-ball

Le 8 juillet 2009, à Montreuil (93) un manifestant pacifique perdait un oeil suite à un tir de flash-ball. Le 9 mars 2010, la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS) a finalement réagi dans un rapport
sévère, avec la recommandation de « ne pas l’utiliser lors des manifestations sur la voie publique, hors de cas très exceptionnels qu’il conviendrait de définir strictement. » [...]

etc

http://quefaitlapolice.samizdat.net/?p=290

Informations nécessaires

Depuis notre passage du bulletin papier à Internet, l'audience de Que fait la police ? s'est considérablement développée mais, dans le même temps, votre courrier n’a fait que se tarir. N'oubliez pas que les coupures de la
presse régionale sur les bavures et les dérives de la police et de la gendarmerie nous sont précieuses car nombre de ces « faits divers » ne sont pas relatés dans la pesse nationale. Nous vous rappelons notre
adresse : Observatoire des libertés publiques, C/O NSP-Agora, 20, rue Courat. 75020 Paris.

Repost 0
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 21:57

http://cinema.blog.lemonde.fr/files/2009/11/lechkowalski.1258143535.gif
Lech Kowalski

Lech Kowalski, cinéaste, Police Force Ouvrière, 12’40’’ - France

Entretien avec Lech Kowalski : «Aborder l'affaire du point de vue policier»

Il participe au collectif d'artistes qui a réalisé des courts métrages contre les violences policières.

Le site du collectif :
http://www.outragerebellion.org/

**
La démarche d'un film collectif était évidente ?

D'un point de vue théorique, l'idée de ce film collectif me plaisait bien. Mais en même temps, j'étais nerveux, parce que je ne voulais pas reproduire un esprit de corps, en l'occurrence d'un groupe d'extrême gauche (left wing gang mentality), qui consisterait à systématiquement attaquer la police. De mon point de vue, ce serait une perte de temps de faire ce genre de choses.

Lire la suite, voir la vidéo :
http://www.mediapart.fr/content/police-force-ouvriere
Repost 0
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 00:26




Transmis depuis La Cause du Peuple

Les caméras et autres méthodes pour fliquer les gens se multiplient mais certains ne se laissent pas faire, dénoncent le système, le piratent, le détournent... une nouvelle forme de résistance pour la préservation des libertés.

Des associations, des collectifs, des fondations émergent un peu partout à travers le monde pour dénoncer les risques d'atteinte aux libertés individuelles. Unis dans leur opposition aux nouveaux moyens de traçage et de fichage, ils forment un étrange univers composé d'altermondialistes, d'anarchistes rodés à la désobéissance civile, de vieux hippies libertaires, de jeunes hackers de génie...

À Paris, le collectif « Souriez vous êtes filmés » s'est donné comme but le retrait des caméras de vidéosurveillance ; à Berlin, les « hacktivistes » du groupe Quintessenz montrent comment pirater les réseaux de la police ; à Los Angeles, Ian Clarke a inventé le Freenet, une toile cryptée et anonyme...

Documentaire Arte (France, 2006, 27 mn)
Réalisateur : David Carr-Brown
Auteur : Xavier Muntz, Bruno Fay
Producteur : Novaprod Owl

 



Repost 0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 23:56
Repost 0
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 11:19

 

 

 

Retour sur le Traité de Lisbonne et la Charte Européenne des Droits de l'Homme.

Repost 0
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 16:33
Transmis depuis Regarde à vue : http://regardeavue.com/

Parce que la répression syndicale touche tous les milieux et qu’il convient tout particulièrement de museler ceux qui occupent des postes clés comme dans la police, un témoignage contre les catégorisations faciles, les analyses simplificatrices qui s’adressent à toutes et à tous.

Un témoignage qui éclaire aussi sur une des réalités de l’application des politiques sécuritaires mises en oeuvre par les derniers gouvernements.

 

Ce témoignage a été tourné à la suite d’une rencontre. Lors d’une de ces conférences sur la politique sécuritaire et ses dérives. Vers la fin, un homme s’est levé. Il a déclaré qu’il venait de quitter la police, que la plupart des dérives que l’on venait d’évoquer n’était pas le fruit du hasard mais bien le résultat d’une politique élaborée au plus au niveau et transmise, ensuite, de manière pyramidale à travers la hiérarchie policière. Il avait réussi à s’en sortir, au prix d’un changement de carrière complet, là où la plupart de ses collègues avait fini par plier l’échine ou par « craquer ». Des mois, des années de lutte, pour ne pas se faire broyer administrativement et humainement par un système d’autant plus puissant qu’il a quasiment éliminé toutes formes de contestation en son sein.


Vous pouvez visualiser ci-dessous la version courte de l'interview  (21')

Repost 0

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
 le 19 Mars 2009 à Bordeaux !
 
Infos :  klik !
 

 

L'oeil de Pancho

D'autres dessins de Pancho : klik

Retour à la page d'accueil