Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

ETAT D'URGENCE

Le cadre légal : klik

****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"


C'est par là : klik !

****
Agenda des luttes

 
http://demainlegrandsoir.org/IMG/arton913.png

  En ligne ici : klik !

*****

Non à la loi renseignement

Infos : klik !

****
Retrouvez toutes

les brochures du C.L.A.P33

***
"Résistons Ensemble"


http://resistons.lautre.net/

***

Et encore...

Notre flux Rss




https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

http://blog.cgtbayard.org/public/solidar.jpg


 

3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 18:01

  http://www.raidh.org/IMG/jpg/resistonsensemble.jpg           

Résistons Ensemble Octobre 2010

 

Bonjour,


Voici en pdf, le No 90, OCTOBRE 2010, du petit journal mobile recto-verso A4 "RESISTONS ENSEMBLE" du réseau contre les violences policières et sécuritaires.


Il est destiné à être photocopié et à être diffusé localement, si le journal vous plaît. Vous êtes invitEes à participer à son élaboration, à sa rédaction, à se joindre à l'équipe de rédaction. Nous attendons vos contributions, propositions, critiques ...


A bientôt.


L'équipe de réaction

++++++++++

Sommaire

- Quand la peur change de camps 


- [ R I P O S T E dans les quartiers populaires ]


Deux policiers percutés par une Mercedes à Beauvais 
/ Bataille rangée au quartier de Pontazen (Brest) 
/ C’est vraiment chaud dans le quartier de l’Argonne (Orléans, 45) 
/ La mort de Hakim Ajimi, du nouveau !

- [ C H R O N I Q U E D E L ’ A R B I T R A I R E ] 
Répression préventive 
/ En retrait 
/

Pour la justice, les flics « font leur travail » quand ils tirent et quand ils tuent / Volonté de vérité pour les « inculpés de Villiers le Bel » / 

La justice ne cède rien aux révoltés de 2005 


Outrage sur Internet et Prison ferme

- [ A G I R ]

Le procès de Tours 
 /

Appel : La Voix des Rroms /
Pétition Villiers-le-Bel /

Mobilisation à Montréal contre la brutalité policière

 

Lecture du bulletin ici :

http://resistons.lautre.net/spip.php?article463

 

Le pdf :

http://resistons.lautre.net/IMG/pdf/RE90_OCTOBRE_2010.pdf

  ************************************************************************************************************************************

 

http://quefaitlapolice.samizdat.net/wp-content/uploads/2007/08/1-que-fait-la-police.jpg

 

Que fait la Police ? Novembre 2010

 

Editorial : Quand le passé nous prend à la gorge

Par Maurice Rajsfus

Trop occupés à pourchasser les Roms, et à détruire leurs pauvres campements, nos policiers et gendarmes ont oublié, qu’en d’autres temps, leurs anciens se livraient tranquillement à la chasse aux Juifs, ne négligeant jamais de rafler des femmes en couche, des enfants et des vieillards grabataires. Ils ne faisaient alors qu’obéir aux ordres, expliqueront-ils, après la Libération. Certes, la situation n’était pas la même, et il faut prendre garde à la tentation de faire le moindre amalgame. Il n’en reste pas moins que les missions les plus nauséabondes sont toujours exécutées, avec l’obéissance à la consigne de rigueur, par des forces de l’ordre qui se revendiquent des valeurs républicaine. Sans oublier que la consigne est améliorée dans le mauvais sens. Acteur des actions répressives, le policier ou le gendarme mobile se veut sourd, muet et aveugle face à la détresse de ceux qu’il est chargé de marginaliser, au mieux, d’éliminer, au pire.

 

Lire lasuite et le bulletin :

http://quefaitlapolice.samizdat.net/?p=315

Repost 0
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 19:27

http://quefaitlapolice.samizdat.net/wp-content/uploads/2007/08/1-que-fait-la-police.jpg

 

Que fait la police – Bulletin d’information anti-autoritaire – Nouvelle série – numéro 42 – août/septembre 2010


Editorial : Le policier et le Pékin (suite de l’éditorial du numéro 41)

Il va de soi que la police n’a jamais été constituée d’enfants de cœur mais il faut bien constater que les rapports police/citoyens ne font que se détériorer. Il est vrai que les uns et les autres n’utilisent pas le même langage ou, tout au moins, le même vocabulaire. Face à un intellectuel, le policier ordinaire se sent tellement stupide que cela peut le rendre vulgaire. Dans le jargon policier, chaque mot ressemble à un ordre impératif qu’il faut sur tout bien se garder de ne pas prendre au sérieux. Lorsque l’on se considère comme le régulateur d’une société risquant de partir à la dérive, il faut bien que se manifeste un minimum d’autorité !

Faute de quoi, où irions-nous ? C’est à ce niveau de réflexion que se situent deux questions essentielles :
- Est-il possible de vivre harmonieusement sans police ?
- Les policiers seraient-ils en mesure d’exercer leur activité s’ils ne bénéficiaient que de pouvoirs limités ?

A cette double interrogation, il est possible de répondre par une autre question : la société a-t-elle besoin d’être mise constamment sous haute surveillance ? De façon modérée, il est possible de dire que, lorsque le policier cessera de considérer ses concitoyens comme des « individus », le climat social ne pourra que s’en trouver amélioré. Si cela pouvait être envisagé, le défenseur de la veuve et de l’orphelin aurait changé de nature.

 

Pourtant, à aucun moment, le serviteur de l’ordre public ne peut imaginer qu’il fait partie de la communauté des citoyens.

 

Bien sûr, il paraît semblable à ceux qu’il côtoie, hors du service, mais ses tuteurs, en école de police, n’ont cessé de lui expliquer qu’il se doit d’être policier 24 heures sur 24.

 

D’où cette raideur obligée, qui le fait considérer comme un être insensible. Il est peut-être marié, et père d’adorables enfants, mais nous croyons savoir qu’à l’intérieur du foyer familial, les rapports ne sont pas vraiment ce qu’ils devraient être. Mentalement, le policier ne sort jamais de son commissariat et offre à ses proches ce visage revêche qui le fait reconnaitre immédiatement par ceux qu’il croise dans la rue.

 

Même en civil, tout dans son comportement révèle le policier, toujours aux aguets, constamment méfiant, prêt à bondir sur une proie possible. D’où cette difficulté à communiquer paisiblement avec ceux dont il est chargé d’assurer la sécurité. (A suivre)


Maurice Rajsfus

 

Lire le bulletin d'infos :

http://quefaitlapolice.samizdat.net/?p=309

Repost 0
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 15:18

Contribution à la défense de La Rumeur

Lors du procès le président n’a cessé de répéter que l’affaire s’arrête en 2002, comme s’il n’y avait pas une continuité dans la violence, parfois meurtrière de la police.

Et pourtant elle continue.

Ce mois-ci c’était le tour d’Abdelakim Ajimi, mort étranglé à Grasse et de Joseph Guerdner, tué menotté de 7 balles dans le dos dans le Var. Leurs morts viennent s’ajouter à une liste qui est loin d’être complète. Et cette liste ne contient que les morts qui ont été portées à notre connaissance et qui sont parues depuis 2002 dans les bulletins de Résistons ensemble. Car qui connaît réellement le nombre et l’identité de toutes les victimes des «bavures» policières et pénitentiaires ?

La justice n’admet que très exceptionnellement la responsabilité directe ou indirecte des policiers, des gendarmes ou des matons dans les balles perdues ou tirées sans raison, dans des accidents cardiaques, cérébraux, des noyades, des suicides, des accidents de motos non éclairés, des morts dans les commissariats, dans la rue ou dans les prisons.

Xavier Dem, tué par balle à Dammarie-les-Lys (77) [mai 2002]

Mohamed Berrichi, mort en scooter lors d’une poursuite à Dammarie-les-Lys (77) [mai 2002]
Georges Mondésir, mort plaqué au sol à Châtenay-Malabry [septembre 2002]

Ricardo Barrientos, étouffé à Roissy dans un avion lors d’une expulsion [décembre 2002]

Getu Hagos, Éthiopien, mort lors d’une expulsion dans un avion [janvier 2003]

Manikkavasakar Kanavathipphillai, mort lors d’une garde à vue Saint-Ayber [février 2003]

Mourad Belmokhtar, 17 ans, une balle dans la nuque à Nîmes [mars 2003]
Aurélien Joux, 24 ans, meurt tué par balle à Feurs (Gers) [mars 2003]

Léon, 50 ans, meurt pendant qu’il est «maitrisé» sur le trottoir [août 2003]
Sofian, 18 ans, meurt dans la prison de Pontet (Vaucluse) [décembre 2003]

Abdelkarim, meurt dans un commissariat de Marignan [février 2004]

Un jeune de 20 ans, meurt dans la maison d’arrêt d’Elsau [mars 2004]

Hassan, mort d’une balle dans la tête à Strasbourg [mars 2004]

Mickaël, grapheur de 19 ans, noyé dans la Marne (94) lors d’une poursuite [avril 2004]

Ibrahim Diakite, 7 ans, meurt d’une balle à Paris [juin 2004]

Abdelhafid Rouag, mort après un passage dans le commissariat de Paris17e [octobre 2004]

Abou Bakari Tandia, meurt des suites de sa garde à vue au commissariat de Courbevoie [janvier 2005]

Un jeune de 17 ans, tué en scooter lors d’une poursuite à Aubervilliers (93) [avril 2005]

Samir Abbache, 26 ans, meurt à la prison de Mulhouse [octobre 2005]

Zied et Bouna, morts électrocutés dans un transformateur à Clichy-sous-Bois [octobre 2005]

Éric Blaise, meurt dans des conditions plus que suspects au mitard de Fleury-Mérogis [novembre 2005]

Éric Mourier, 28 ans, mort au mitard de la prison Saint-Joseph [janvier 2006]

Nicolas Billotet, 23 ans, tué par balle à Lyon [mars 2003]

Nourredine, poursuivi par la police, sa moto aura percuté un mur à Montpellier [mai 2006]

Fethi Traoré, 31 ans, noyé dans la Marne (94) lors d’une poursuite [juin 2006]

Vilhelm Covaci, 20 ans, noyé dans le canal de Saint-Denis (93) lors d’une poursuite [juin 2006]

Deux réfugiés, un Afghan et un Érythréen poursuivis, écrasés sur une autoroute à Calais [juillet 2006]

Jonathan, 24 ans, grapheur, meurt en tombant d’un toit voulant échapper à la police à Montpellier [janvier 2007]

Deux jeunes de 15 et 17 ans, meurent lors d’une poursuite à Saint-Fons, près Lyon [février 2007]

Un homme de 58 ans, mort dans la cellule de dégrisement du commissariat à Bordeaux [juin 2007]

Lamine Dieng, 25 ans, trouvé mort entre les mains de la police, Paris 20e [juin 2007]

Nelson, 14 ans, fauché par une voiture de police sur un passage clouté à Marseille [juin 2007]

Elmi Mohammed, 23 ans, poursuivi par la police, se noie dans la Saône [juin 2007]

 Ait Brahim Moulay Mohamed, 27 ans, a été retrouvé pendu dans les douches du centre de rétention administrative, au commissariat à Bordeaux [juillet 2007]

Un homme de 37 ans, meurt lors de sa garde à vue à Rouen [juillet 2007]

Un Algérien de 45 ans, tué de six coups de feu à la gare du Nord, Paris [août 2007]

Un homme de 48 ans, mort dans la cellule de dégrisement au commissariat de Dieppe [septembre 2007]

Chulan Liu, sans papiers de 51 ans, saute par la fenêtre à l’arrivée de la police [septembre 2007]

Larami et Mushin, meurent à Villiers-le-Bel suite à un choc avec une voiture de la BAC [novembre 2007]

Lucilia, 28 ans, décède à la prison de Fresnes suite à un refus de soins [janvier 2008]
Reda Semmoudi, sans-papiers tombé du 9e étage lors d’une perquisition [janvier 2008]

Baba, Malien de 29 ans, se noie dans la Marne (94), poursuivi par la police [avril 2008].

 

2009 :

Mercredi 8 avril, un homme de 22 ans meurt lors de sa garde à vue au commissariat de Rouen (Seine-Maritime).

Jeudi 21 mai, un homme de 19 ans en moto meurt en tentant d’échapper à un contrôle de police municipale à Amiens (Somme).

Mardi 9 juin, Ali Ziri,un homme de 69 ans meurt à la suite d’un contrôle policier à Argenteuil (Val-d’Oise).

Dimanche 14 juin, Rabah Bouadma, un homme de 38 ans meurt à la suite d’une garde à vue à Delle (Territoire de Belfort).

Mercredi 8 juillet, Mohamed Benmouna, un homme de 21 ans meurt à la suite d’une garde à vue au commissariat de Firminy (Loire).

Vendredi 10 juillet, Jason, un homme de 18 ans en mini-moto meurt à un barrage de gendarmerie à Louviers (Eure).

Dimanche 9 août, Yacou Sanogo, un homme de 18 ans en moto meurt en tentant d’échapper à un contrôle de police à Bagnolet (Seine-Saint-Denis).
Jeudi 24 septembre, Hakim Djelassi, un homme de 31 ans meurt à la suite d’un transport en fourgon de police à Lille (Nord).

Dimanche 25 octobre, Mohamed El Matari, un homme de 21 ans en moto meurt en tentant d’échapper à un contrôle routier à Fréjus (Var).

Dimanche 1er novembre, un homme de 22 ans en voiture meurt en tentant d’échapper à un contrôle de gendarmerie à Gray (Haute-Saône).

Jeudi 12 novembre, Mohamed Boukrourou, un homme de 41 ans meurt dans un fourgon de police à Valentigney (Doubs).

 

Rédigé par Résistons Ensemble.
resistons.lautre.net

Transmis par samizdat.net

Relayé par Hacktivismes - Relais associatif - Informations de l'autre monde - 33 (Fr)

Le site de La Rumeur :

http://www.la-rumeur.com/

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Crimes policiers
commenter cet article
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 20:49
Le 11 septembre 2009 sur la dalle d'Argenteuil dans le Val d'Oise avait lieu un rassemblement en mémoire d'Ali Ziri, retraité algérien sans histoire, tué par les forces de police le 9 juin 2009.

Sur place une équipe de Télé Liberté a recueilli le témoignage d'un tout jeune adulte, victime lui aussi de la brutalité insupportable de la police.
 
Repost 0
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 03:11

Transmis par Siryne

Communiqué du collectif Justice pour Hakim de Lilles, 23 Octobre 2009

Hakim a demandé Hélène en mariage, ils vivent ensemble depuis un an. Il est sept heures du matin, ce jeudi 24 septembre 2009, le couple a une dispute. Jusque là, rien qui ne regarde qui que ce soit d’autre qu’eux. Mais ce jour là la chambre que le petit couple partage n’a pas la discrétion d’un pavillon ni l’intimité d’une chambre nuptiale, ils sont au Mister Bed à Lille.

Alors des clients se plaignent au réceptionniste, qui monte pour faire cesser le tapage, trouve une table renversée et Hakim en colère l’envoie promener. Il appelle la police. Cinq minutes plus tard, la police sort le jeune homme de 31 ans de sa chambre et l’embarque, menotté, en caleçon et pieds nus, l’emportant tel un ballot jusqu’au fourgon.

Les policiers ont refuser à Hélène sa demande de revêtir son compagnon. Hakim est sorti du fourgon de police un quart d’heure plus tard, peut-être plus, pour être déchoqué à l’hôpital Saint-Vincent suite à un arrêt cardiaque. Nous savons tous que les secondes sont précieuses et qu’en de pareils moments tout geste d’assistance aux premiers secours est décisif et engage le pronostic vital.

On a d’abord fait signer Hélène, 19 ans de deux initiales au bas du PV de police, sans le comprendre, parce qu’elle sait à peine lire et écrire. Aucune double ne lui a été remis.

En arrivant à l’hôpital Hakim était déjà dans le coma avant d’être accueilli par un responsable de l’hôpital. Suite aux premiers soins, le coeur après plus de 5 minutes 10 secondes d’inactivité, est reparti. Ce même responsable a aussitôt appelé le légiste pour faire les premières constatations rédigées. C’est aussi lui, qui a pris les photos du corps meurtri d’Hakim. Après 48h entre la vie et la mort, Hakim Djelassi décède à l’hôpital, le 26 septembre au matin.

Après deux jours d’angoisse, c’est un électrochoc qui parcourt le secteur Winston Churchill où vit la famille Djelassi, dans le vieux Lille. Personne ne doute que le jeune homme, en bonne santé, n’ait été victime d’une bavure.

Le quartier ne parle que de cela, la tension monte ; Hakim y était connu comme un jeune homme sans histoires. Le soir, avec la nouvelle de sa mort, et les infos qui circulent, la colère éclate au pied des tours.

Car le secteur Churchill, c’est un bouquet d’HLM coincé contre le périphérique, entre la caserne Kleber et un centre de gérontologie. A l’autre bout de l’Avenue du peuple belge, c’est le vieux Lille cossu, sa cathédrale gothique, l’Hospice Comtesse, les restos, les boites de nuit. Sur cette avenue trône le palais de justice.

C’est samedi soir. Entre les deux, le dispositif policier, rapidement mis en place, pose un couvercle étanche sur le secteur où une cinquantaine de jeunes en groupes éparts se voient isolés. D’un coté, une soixantaine de policiers casqués, dont les BAC, font masse, de l’autre une demi compagnie de CRS ferment le blocus.

La police se contente de quelques charges de dispersion, elle laissera le quartier bouillir jusqu’à deux heures du matin, là elle ratissera les lieux pour ramasser ce qui y traine encore. Malgré sa détresse, le père d’Hakim appelle au calme et à la dignité, autour de lui, des amis et les acteurs associatifs locaux s’organisent pour relayer son message auprès des jeunes.

Le dimanche 27 septembre, le secteur Churchill est toujours bouclé par la police. Malgré les craintes, l’agitation ne gagnera les autres quartiers de Lille et de la métropole, et les agitateurs de l’extérieur ne seront pas les bienvenus. Le mardi 29, une marche blanche fut organisée, regroupant 250 personnes en procession silencieuse jusqu’au palais de justice, pour qu’une délégation y soit reçue par le procureur de la république. Ce fut l’occasion de voir revenir in extrémis l’avocat qui avait laissé tomber la famille la veille de la manifestation silencieuse, Me Guilhem d’Humières, pour qui le dossier semblait clos mais qui réclame aujourd’hui 3500 euros à la Famille Djelassi.

Ce ne fut pas l’occasion de voir Walid Hanna, adjoint au maire PS, bien qu’il l’ait promis à la famille, la veille, en venant lui apporter son soutien. Pour l’adjoint à la politique de la ville, en effet, le secteur Churchill est à la pointe du travail d’intégration urbaine des quartiers de Lille.

On a d’abord fait signer Hélène, 19 ans de deux initiales au bas du PV de police, sans le comprendre, parce qu’elle sait à peine lire et écrire, et on lui a fait croire que ce n’était qu’une formalité pour l’hôpital.

Comment un homme de 31 ans en bonne santé, peut-il passer un quart d’heure en caleçon et pieds nus dans un fourgon de police et en sortir les deux pieds devant ?

Le préfet et le procureur sont nouveaux dans leurs fonctions. Aux marches du palais de justice, on ne s’attend pas à ce qu’ils soient prompts à bousculer les services de police pour faire toute la lumière sur les circonstances de ce drame.

Aujourd’hui la famille d’Hakim continue son combat pour la justice avec un autre avocat.

Nous avons besoin de toutes et de tous sans exclusive.

Rejoignez-nous au sein du collectif : ENSEMBLE NOUS SERONS PLUS FORT !

Le Collectif Justice/ 23 octobre 09

Si vous souhaitez nous rejoindre au sein du collectif envoyez nous un mail à : collectif.justice@yahoo.fr

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Crimes policiers
commenter cet article

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

****
Bordeaux - 18 mars 2017

Journée contre

les violences policières

Notre appel : klik !

*****
Violences Policières

France - Trois rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
 le 19 Mars 2009 à Bordeaux !
 
Infos :  klik !
 

 

L'oeil de Pancho

D'autres dessins de Pancho : klik

Retour à la page d'accueil