Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

ETAT D'URGENCE

Le cadre légal : klik

****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****

Non à la loi renseignement

Infos : klik !

****
Retrouvez toutes

les brochures du C.L.A.P33

****
"Résistons Ensemble"


http://resistons.lautre.net/

****
Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

Notre flux Rss




https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

http://blog.cgtbayard.org/public/solidar.jpg


 

2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 15:10


http://a397.idata.over-blog.com/300x214/0/40/26/06/LogoCampagneDALO.jpg
Le 26 juin 2013.

Mardi 11 juin dernier, suite au rassemblement inter-associatif de soutien aux familles de demandeurs d’asile à la rue, place Pey Berland, le Préfet Hubert WEIGEL, délégué pour la défense et la sécurité (Sud-Ouest), s’était engagé à les reloger provisoirement et avait fait ouvrir le gymnase Palmer à Cenon.

Deux jours plus tard, le même Préfet est venu en personne faire fermer le gymnase, commander un bus et conduire tout le monde dans les locaux de l'association COS rue des Treuils à Bordeaux. (cf. ci-dessous).

Finalement, jeudi 13 juin 2013, à 22h, alors que de nombreuses familles dont certaines avec des enfants en bas âge, restaient sans solution, il a envoyé la police et la brigade canine pour rejeter ces dernières à la rue, sous la pluie.

Nous, associations et citoyens présents sur les lieux, déplorons la mascarade cruellement orchestrée par la préfecture au mépris du droit pour tous à l’hébergement d’urgence.

L’argument du manque de place et de moyens n’est pas recevable car il existe de multiples solutions sur la CUB.


Nos recommandations pour le respect des droits et de la dignité des demandeurs d’asile ainsi que de tous les démunis :

- La création de places en foyer et en Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile plutôt que l’hébergement onéreux et inadapté en chambre d’Hôtel.

- L’affectation des bâtiments publics vacants au logement des sans-abris.

- Le respect du droit à l’hébergement d’urgence de toute personne en détresse, reconnu comme liberté fondamentale par le Conseil d’Etat (arrêt du 10 février 2012).

- L’arrêt des décisions de reconduite à la frontière durant le recours devant la Cour Nationale du Droit d'Asile (CNDA) suite à une procédure prioritaire auprès de l'Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA).

Ligue des Droits de l'Homme 33 – Réseau Éducation Sans Frontières 33 – La Cimade Bordeaux – Droit Au Logement 33 – Association de Solidarité avec les Travailleurs Immigrés Bordeaux – Collectif égalité des droits

Contact Presse : 06.95.43.53.23

***

Vidéo du DAL33 :




Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Divers faits locaux
commenter cet article
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 15:32


http://www.annuaires.justice.gouv.fr/art_pix/Neuvic.jpg
Transmis par Hacktivismes, le 20 juin 2013.

Voilà quelques infos qui nous sont parvenues du centre de détention de Neuvic sur l'Isle (Dordogne) et témoignent du climat tendu qui y règne au mitard (QD ou quartier disciplinaire) et au QI (quartier d'isolement).

Selon plusieurs prisonniers, comme des observateurs associatifs extérieurs, les prisonniers de Neuvic seraient en grande partie cachetonnés et défoncés. C'est une manière bien pratique de gérer une détention et d'y avoir la paix. De plus, la plupart des détenus y ayant des peines relativement « courtes » (même si évidemment une peine d'enfermement sera toujours trop longue), ils attendent pour la plupart leur sortie prochaine, sans faire de vague. La direction semble donc n'avoir que peu l'habitude de faire face à des conflits avec des prisonniers.

Ceci dit, il y a aussi à Neuvic quelques prisonniers qui y sont envoyés de loin. Voilà leur punition : perdus au milieu d'une population carcérale avec laquelle ils ne partagent pas la même situation, éloignés de leurs proches et de prisonniers avec qui ils partageaient leurs expériences, notamment leurs insoumissions régulières.

Face aux quelques détenus qui ouvrent leur gueule, réclament, ne se laissent pas faire, pètent parfois les plombs par désespoir, la direction emploie la manière forte et met de l'huile sur le feu. Pour une broutille à la base, les conflits entre détenus et surveillants et/ou AP s'enflamment. Cercle vicieux : la stratégie de la direction face aux tensions semble être de taper toujours plus fort.

Lire la suite :
http://lelaboratoire.over-blog.com/article-dordogne-a-chauffe-au-mitard-du-centre-de-detention-de-neuvic-dordogne-118590211.html

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Divers faits locaux
commenter cet article
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 07:44


http://www.decell.com/images/police.jpg
Le 8 mai 2013.

L’attaché militaire israélien au Mexique a élaboré avec le Ministère de la Sécurité publique et de la Protection civile (SSPyPC), un programme d’assistance à la police du Chiapas.

 

Les Israéliens assureraient la formation des policiers du Chiapas, notamment à l’utilisation de nouvelles technologies policières.

Source :
http://www.secoursrouge.org/Mexique-Israel-formera-la-police

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Divers faits locaux
commenter cet article
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 13:03


http://www.sudouest.fr/images/2013/05/07/le-19-janvier-2009-un-incendie-s-etait-declare-au-centre-de_1184924_460x306.jpg
Le 7 mai 2013.

L'acte vraisemblablement volontaire est survenu en pleine cérémonie d'hommage aux policiers morts pour la France

Alors que la cérémonie en hommage aux policiers commençait à peine, vers 11h30 ce mardi, un Égyptien d'une vingtaine d'années actuellement placé au Centre de rétention administratif situé au sous-sol du commissariat central de Bordeaux a mis le feu dans sa chambre.

Une alarme s'est déclenchée et un des fonctionnaires de police a sorti le retenu de sa chambre dans laquelle il s'était enfermé. Le policier est parvenu à l'en sortir non sans respirer la fumée provoquée par l'incendie. Il a été légèrement blessé du fait de ces émanations.

Le retenu à quant à lui été brûlé au visage et intoxiqué. Très rapidement sur place, les pompiers ont fini de circonscrire le feu. Les lieux ont été ventilés. Le CRA avait été refait à neuf après un incendie qui l'avait ravagé il y a quelques années.

Source :
http://www.sudouest.fr/2013/05/07/bordeaux-un-retenu-met-le-feu-a-sa-chambre-du-centre-de-retention-administratif-1046940-2780.php

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Divers faits locaux
commenter cet article
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 10:17


http://www.sudouest.fr/images/2013/04/29/l-association-40-millions-d-automobilistes-a-recense-72_1174645_460x306.jpg
Le 29 avril 2013

L'association 40 millions d'automobilistes a mené une vaste étude sur les radars. Bilan : selon elle, 72 ressemblent plus à des "pièges" qu'à des outils de prévention.

Si l'on en croit la vaste étude baptisée "Raconte moi ton radar" menée par l'association 40 millions d'automobilistes, Le Sud-Ouest compte six radars "pièges".

Charente-Maritime :
le radar d'Aytré, sur la RN 137 (90 km/h).

Gironde :
le radar en sortie du pont d'Aquitaine, dans le sens Paris-Bordeaux (70 km/h).

Landes :
le radar de Labouheyre, sur la N 10-A 63 (90 km/h).

Pyrénées-Atlantiques :
le radar sur l'autoroute entre Pau et Bayonne (110 km/h).

Pyrénées-Atlantiques :
le radar de Saint-Jean-de-Luz sur l'A 63, dans le sens France-Espagne (110 km/h).

Gers :
le radar situé sur la RN 124 entre Pujaudan et l'Isle-Jourdain (90 km/h).

 La France compte 72 radars "pièges" selon 40 millions d'automobilistes. Mais qu'est ce qu'un radar "piège" ? Pour le déterminer, l'association a lancé un audit participatif. Elle a recueilli 67.000 témoignages. Éliminant les réactions "antiradars" peu constructives, l'association de défense des automobilistes a pu établir dix types de pièges :

1 - L'incohérence.

Il s'agit d'une route limitée par exemple à 90 km/h dans un sens et à 70 km/h dans l'autre. Et un radar est implanté dans le sens limité à 70 km/h. Dans le chapitre incohérences, 40 millions d'automobilistes range également les radars calibrés à 90 km/h ou 110 km/h en fonction de l'heure, ou encore les zones où l'on compte 12 radars sur 18 kilomètres.

2 - La vitesse à respecter est-elle vraiment adaptée ?

Peu de témoignages se plaignent des radars implantés sur les autoroutes limitées à 130 km/h. Mais recevoir une amende pour une vitesse de 50 km/h au lieu de 50 km/h, agace particulièrement les automobilistes.

3 - Le radar en descente,

alors que même avec régulateur de vitesse, la voiture a naturellement tendance à légèrement accélérer... Comme celui du pont d'Aquitaine.

4 - Le radar caché.

5 - Le radar dans une zone courte de changement de vitesse.

Une spécialité dans le Sud-Ouest.

6 - Le radar sur une route dont la vitesse a été abaissée.

Il s'agit des radars qui flashaient par exemple à 110 km/h sur une 2x2 voies. Puis cette route devient limitée à 90 km/h, et tous ceux qui roulaient jusque-là à 110 se font dorénavant flasher.

7 - Le radar loin des derniers panneaux de signalisation.

Quand le doute plane et que le conducteur se dit "dois-je rouler à 130 km/h ici ou est la vitesse est-elle passée à 110 km/h sans que je m'en rende compte ?"

8 - Le radar après le danger.

9 - Le radar en zone de dépassement,

quand vous pensiez pouvoir prendre votre élan pour doubler un camion et que... non

10 - Le radar en entrée ou sortie d'agglomération.

Car si les conducteurs ne remettent pas en cause la limitation à 50 km/h, ils aiment bien qu'on leur laisse le temps de freiner ou ne pas se faire flasher en accélération.

**
40 millions d'automobilistes ne remet pas en cause pour autant l'implantation de radars pour faire respecter les limitations de vitesse, mais prône une meilleure utilisation. L’association propose quelques alternatives :

- Rappeler la vitesse à respecter au niveau du panneau avertisseur de radar.

- Doubler les panneaux de signalisation de limitation de vitesse quand la route le permet.

- Trouver une alternative aux radars en fin de descente.

- Supprimer les litiges de signalisation à l'approche des radars.

- Une règle de temps d'adaptation lors d'un abaissement de la vitesse.

- Supprimer les radars cachés.

- Améliorer l'usage des radars pédagogiques.

Source :
http://www.40millionsdautomobilistes.com/

Site "40 millions d'automobilistes"
http://www.40millionsdautomobilistes.com/

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Divers faits locaux
commenter cet article
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 14:52


http://www.sudouest.fr/images/2013/05/04/1043800_1213271_460x306.jpg
Le 4 mai 2013

Sa photo avait été diffusée sur Internet et remise à la police par des habitants du quartier Saint-Paul à Bordeaux.

C’est acté en procédure. Si ce Floiracais de 45 ans était jugé hier par le tribunal correctionnel de Bordeaux dans le cadre d’une procédure de comparution immédiate, c’est parce que son visage et sa dégaine ont été reconnus dans la rue. Par un policier qui avait eu accès à sa photo, postée il y a plusieurs semaines sur Facebook à la demande d’habitants ou commerçants du quartier Saint-Paul à Bordeaux.

Ce « concours photo » avait défrayé la chronique il y a un mois. Appelée « Deal Safari », cette opération de dénonciation lancée par des « habitants du quartier fâchés, pas fachos » avait pour but de chasser les dealers du secteur.

Mercredi 1er mai, des policiers à VTT patrouillaient rue Buhan à Bordeaux. Ils ont repéré le comportement suspect de deux hommes et ont reconnu le prévenu grâce à un cliché. S’approchant, ils ont pu constater qu’ils interrompaient une transaction de Subutex.

Regard triste et cheveux en bataille, le prévenu s’embrouille. Il a « papillonné à travers le code pénal », selon les termes du président Alain Reynal, qui égrène les condamnations inscrites au casier judiciaire. Il se serait trouvé au mauvais endroit au mauvais moment.

Trois mois de prison

« Le quartier est bien connu des services de police et de justice comme un lieu habituel de vente de drogue, gronde le vice-procureur Philippe Jaegler. L’initiative de riverains a eu le mérite de donner un coup de projecteur sur le secteur et la problématique mais, bien avant, il y avait déjà des réponses par le biais des comparutions immédiates. » Dit autrement, police et justice reprennent la main. Et même si le prévenu n’est pas le « véritable trafiquant mais un intermédiaire qui a voulu gratter un billet », son activité était illicite et le produit échangé dangereux en l’absence de suivi médical. Il requiert six mois de prison et un maintien en détention.

Pour la défense, Me Alexandre Novion ne veut pas épiloguer sur le « Deal Safari », qu’il ne cautionne nullement. Il préfère décrire la personnalité de son client, parler des problèmes qui ont escorté sa vie. « Il est de ces gens à qui tout arrive et qui n’arrivent à rien, plaide-t-il. Il est le garçon de village que tout le monde connaît et aime bien dans le quartier. Car oui, il traîne souvent là-bas, boit, ne présente pas bien, mais il n’est pas un dealer au vrai sens du terme. »

Après en avoir délibéré, le tribunal a condamné le distributeur de Subutex à trois mois de prison et l’a maintenu en détention.

Source :
http://www.sudouest.fr/2013/05/04/condamne-a-la-suite-du-deal-safari-1043800-2780.php

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Divers faits locaux
commenter cet article
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 12:54


http://www.sudouest.fr/images/2013/04/20/trois-jeunes-filles-et-deux-jeunes-hommes-sont-accuses_1163236_460x306.jpg
Le 20 avril 2013

A l'aide d'un pochoir, ils avaient tagué plusieurs supports. Ils sont toujours en garde à vue au commissariat central.

A quelques heures de la manifestation anti-mariage pour tous, qui est prévue ce samedi après-midi à partir de 15 heures à Bordeaux, cinq jeunes de 19 et 20 ans ont été interpellés cette nuit (de vendredi à samedi) vers 2h40, allée de Tourny à Bordeaux, par les policiers du groupe de sécurité de proximité.

Trois jeunes filles et deux jeunes hommes étaient occupés à taguer un panneau de signalisation en rose et bleu.

Munis d'un pochoir laissant apparaître le message "touche pas au mariage", ils avaient déjà apposé cette inscription en plusieurs endroits, notamment rue Sainte-Catherine. Sur du mobilier urbain, des marches d'accès à des magasins, des jardinières en béton, la devanture d'un établissement ou aux abords d'un arrêt de tramway.

Ils ont été placés en garde à vue à la permanence judiciaire au commissariat central de Bordeaux.

Source :
http://www.sudouest.fr/2013/04/20/cinq-jeunes-interpelles-a-bordeaux-pour-des-tags-anti-mariage-pour-tous-1030758-2780.php

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Divers faits locaux
commenter cet article
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 08:37


http://www.sudouest.fr/images/2013/04/19/le-radar-fixe-de-trensacq-dans-les-landes-fait-partie-des_1169732_460x306.jpg
Le 27 avril 2013

Radars automatiques, radars de feu, radars tronçons, SudOuest.fr a réalisé une carte interactive des radars en service dans les huit départements suivants : Charente, Charente-Maritime, Dordogne, Gers, Gironde, Landes, Lot-et-Garonne et Pyrénées-Atlantiques.

Vous pouvez choisir le ou les type(s) de radars que vous voulez afficher et sélectionner le ou les département(s) qui vous intéresse. Pour chaque radar, cliquez sur la balise pour connaître l'emplacement, la direction, la vitesse limitée.

Cette carte est réactualisée à chaque mise en service d'un nouveau radar.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour y accéder :
http://www.sudouest.fr/carte-des-radars/

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Divers faits locaux
commenter cet article
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 13:04


http://fr.academic.ru/pictures/frwiki/66/Bordeaux_The_Regent_Grand_Hotel_Bordeaux.JPG
Le 13 avril 2013.

Le 23 septembre dernier, il s’était retrouvé sur le toit du Régent Grand Hôtel de Bordeaux, aménagé en bar-terrasse. À l’invitation peut-être intéressée d’un avocat étranger qui séjournait dans l’établissement.

« À la fermeture de la boîte de nuit d’à-côté, il a proposé d’aller fumer une cigarette sur le toit et d’aller dans sa chambre où il avait de l’alcool à disposition pour un dernier verre », explique à la barre du tribunal correctionnel un enseignant 30 ans qui assure n’avoir rien compris à la suite de l’histoire.

Il n’a vu aucun sous-entendu sexuel et a pourtant été traité comme un gigolo n’ayant rien à faire dans un hôtel de ce standing. C’est d’ailleurs la direction qui a appelé la police. « Dès leur arrivée, les policiers m’ont alpagué, bousculé, ils m’ont demandé si je m’appelais bien Marc Dubourg, un nom que leur a donné un portier. Je ne comprenais pas ce qu’on me reprochait, j’ai eu peur d’être fiché, je n’ai pas répondu. »

C’est aussi pour cette raison qu’il refusera qu’on prélève son ADN, ce qui lui valait de comparaître hier pour usurpation du nom d’un tiers et refus de prélèvement génétique.

Le droit de garder le silence

Rapidement pourtant, les policiers trouvent ses papiers d’identité et donc ses vrais noms et prénoms. « Mais jusqu’au bout, ils m’ont appelé Marc Dubourg dans la procédure, devant le médecin aussi », explique le prévenu qui s’est enfermé dans un mutisme sans faille devant les policiers.

Pour le vice-procureur, Jean-Louis Rey, l’enseignant a bien pris le nom d’un tiers et laisse le tribunal « dans un flou artistique désagréable ».

« Il a juste exercé un droit fondamental qui est celui de garder le silence », a répliqué Me Jean-Baptiste Bordas, pour la défense. « Cela fait deux ans que c’est inscrit dans la loi française et on voulait faire entrave à ce droit. » L’avocat espère un changement de mentalité et d’habitude.

« Il a décidé de ne pas collaborer, car il estimait que ses interlocuteurs ne voulaient rien entendre et ne cherchaient qu’un moyen de justifier le placement en garde à vue. » L’avocat voulait la relaxe, mais souhaitait aussi que soit « sanctionnée l’irrégularité de cette procédure du début à la fin ». Il a obtenu gain de cause et l’État devra verser la somme de 1 000 euros à son client.

Source :
http://www.sudouest.fr/2013/04/13/le-tribunal-reconnait-et-redit-le-droit-au-silence-en-garde-a-vue-1023678-2780.php

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Divers faits locaux
commenter cet article
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 15:17


http://www.sudouest.fr/images/2013/04/08/apres-deux-ans-de-bataille-un-automobiliste-girondin-n-aura_1144543_460x306.jpg
Le 8 avril 2013.

Le tribunal administratif a annulé une décision d’invalidation du permis d’un automobiliste, estimant qu’il n’avait pas reçu les « informations » relatives à ses infractions.

 Il n’aura pas besoin de repayer des leçons de conduite ni de repasser son code. David, quadragénaire d’Artigues-près-Bordeaux (Gironde) va récupérer son permis de conduire, après deux ans de bataille devant le tribunal administratif de Bordeaux. Le ministère de l’Intérieur a un mois pour recréditer « trois points illégalement retirés » sur son permis.

Un soulagement pour cet automobiliste girondin qui avait dû « se débrouiller » durant la procédure. Le seul fait d’engager un recours ne lui permettait pas de recouvrer le droit de conduire. Il n’a donc pas pris le risque de conduire sans permis et de se retrouver devant le tribunal correctionnel pour un délit.

Solde de points nul

« Il est inadmissible qu’il ait fallu attendre deux ans pour avoir un jugement », commente son avocat, Me Christian Blazy, rompu à ce genre de dossiers. En février 2011, suite à une énième infraction au Code de la route - essentiellement des petits excès de vitesse et un défaut de ceinture de sécurité - son client avait reçu un courrier à en-tête du ministère de l’Intérieur.

Le fameux formulaire 48 SI l’informant de l’invalidation de son permis de conduire pour solde de points nul. David savait son permis en danger, mais pas… à ce point. Il se souvenait vaguement de retraits successifs de « deux ou trois » points au fil des années, mais n’avait pas d’idée précise de son solde (1).

« Sans quoi, il aurait fait un stage de récupération de points », assure son avocat, Me Christian Blazy. Son client pensait même que certains lui avaient été réattribués au bout de trois ans en l’absence de nouvelle infraction. L’avocat bordelais a d’abord tenté une procédure d’urgence après cette invalidation. Mais le référé suspension a échoué. Les juges administratifs ne lui ont pas donné raison sur l’urgence de la démarche, mais sur le fond.

Lire la suite :
http://www.sudouest.fr/2013/04/08/la-justice-lui-rend-son-permis-de-conduire-1017862-7.php

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Divers faits locaux
commenter cet article
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 15:34


http://www.sudouest.fr/images/2013/04/02/la-gironde-est-le-departement-ou-les-automobilistes-se-font_1136597_460x306.jpg
Le 3 avril 2013.

Le radar du Pont d'Aquitaine à Bordeaux reste l'appareil le plus "efficace" avec 187 flashs par jour. La Gironde étant le 11e département de France en nombre de contrôles.

Lundi 1er avril, et ce n'était pas un poisson, le magazine Auto Plus a livré son palmarès des radars les plus actifs de France.

Un top 100 qui présente les appareils de l'Hexagone par nombre de flashs exécutés dans l'année 2012, avec la moyenne quotidienne.

Attention, si chaque flash est synonyme d'un dépassement de la vitesse autorisée, il ne correspond pas à chaque fois à l'envoi d'une amende.

Sur 21,2 millions de flashs générés en France en 2012 sur les 4047 radars que compte le pays, seuls 12,5 millions se concrétisent en avis de contravention.

Ce hit-parade met en relief six appareils de la région, dont trois en Gironde, deux dans les Pyrénées-Atlantiques et un dernier en Charente.

Le radar le plus efficace de France envoie 444 amendes par jour.

Sans surprise, la cabine la plus "performante" est celle du Pont d'Aquitaine, dans le sens Paris-Bordeaux (vitesse à respecter 70km/h), avec un total de 68 212 flashs en 2012, soit une moyenne de 187 excès constatés par jour. 

Ce radar est ainsi le 26e de France, très très loin du leader situé en Indre-et-Loire, sur l'A10 et la commune de Tours (sens Bordeaux - Paris) avec 162 154 flashs en 2012, soit une moyenne de 444 amendes par jour.  Un "vrai piège à permis", c'est presque 2,5 fois la moyenne de la cabine girondine, et cela correspond à un flash toutes les trois minutes.

Auto Plus précise également que la prudence doit être de mise sur l'Autoroute A10. C'est en effet sur l'axe Bordeaux - Paris que se trouvent les deux cabines-radars qui flashent le plus, la première à Tours, la seconde à Janvry (Essonne).

La Gironde 11e département de France où l'on flashe le plus

Pour la première fois, l'hebdomadaire consacré à l'automobile a collecté le nombre total de flashs effectués par les radars et a ramené ce chiffre à chaque département.

Ce classement présente la Gironde comme étant le département de la région où les amendes par radars automatiques sont les plus nombreuses avec une 11e place nationale (le 1er département étant le Rhône) et un total de 491 104 excès constatéspar les radars en 2012.

Lire la suite :
http://www.sudouest.fr/2013/04/02/palmares-des-radars-sept-appareils-de-la-region-dans-le-top-100-1012899-4755.php

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Divers faits locaux
commenter cet article
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 17:04


http://www.sudouest.fr/images/2013/04/08/1017791_940752_460x306.jpg
Le 8 avril 2013.

Le radar au feu du boulevard Pierre-1er flashe de manière intempestive. Les conducteurs s’inquiètent.

On ne compte plus les automobilistes surpris d’avoir été flashés alors qu’ils sont arrêtés au feu rouge du boulevard Pierre-1er, à l’angle de l’avenue de Tivoli, en direction de Ravezies, à Bordeaux. Sur les forums sur la Toile, les commentaires abondent au quotidien.

« Je n’ai pas grillé le feu et pourtant j’ai été flashée », écrit Lindy 33. « J’espère ne pas avoir la mauvaise surprise d’une amende et de points en moins car si c’est le cas, je vais contester. C’est vraiment abuser ! »

Comme cette automobiliste, des dizaines de conducteurs s’inquiètent après avoir été surpris de voir dans leur rétroviseur deux éclairs violents.

« Nous recevons de plus en plus de contestations », confirme Yves Albert, directeur de l’Automobile club du Sud-Ouest (Acso). « Mais nous rassurons ces usagers car ils ne recevront pas d’amende à payer et n’auront pas de retrait de points.

Si tel est le cas, c’est qu’ils ont vraiment franchi le feu au rouge. Pour en avoir la confirmation, nous demandons les photographies au centre automatisé de constatation des infractions routières à Rennes. Avec les images, il ne peut pas y avoir d’erreur ».

Cinq voitures en 15 minutes

Alors pour quelle raison le radar flashe-t-il de manière intempestive aussi souvent ? Tout simplement parce qu’une zone de 4 mètres réservée uniquement aux deux-roues a été matérialisée avant le feu.

À chaque fois qu’une autre catégorie de véhicule stoppe dans cet espace et passe donc sur les deux capteurs magnétiques enfouis dans le sol, le flash s’emballe. « Nous sommes revenus à pied et avons constaté qu’en quinze minutes cinq voitures ont été flashées sans avoir franchi le feu », dit encore un Internaute. « Il devrait y avoir un réglage adapté. ».

Lire la suite :
http://www.sudouest.fr/2013/04/08/le-radar-s-emballe-vite-1017791-2735.php

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Divers faits locaux
commenter cet article
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 13:30


http://www.sudouest.fr/images/2013/03/09/989506_22854680_460x306.jpg
Le 9 mars 2013

Suite à la bagarre de jeudi, des regroupements de jeunes ont été dispersés vendredi place Stalingrad.

Seules certitudes : la rixe a tourné court et aucune plainte n'a été déposée. Jeudi après-midi entre 70 et 80 adolescents s'étaient rassemblés place Stalingrad à Bordeaux. Venus des deux rives de la Garonne, à pied et en tramway, comme répondant à un appel, ils s'étaient visiblement donné rendez-vous pour en découdre. Une scène courte mais impressionnante pour les témoins.

Sans voir qu'un contrôle de police se déroulait justement sur les quais. Ce qui explique que les policiers aient été si rapidement et si nombreux sur place pour empêcher la bagarre de devenir générale.

Le calme revenu, c'est le temps de l'enquête et des questions. Le Bordelais de 17 ans, légèrement blessé, qui s'était réfugié au Mégarama, est convoqué aujourd'hui au commissariat. Ses premières paroles n'avaient pas éclairé les enquêteurs.

Dispositif d'alerte

Pas plus que les explications de jeunes contrôlés par les CRS à l'issue de ce mouvement de foule. Il n'y aurait apparemment pas de logique de territoire, puisque ces adolescents viennent de différentes villes de l'agglomération. Il se pourrait même que l'échauffourée ait débuté aux abords de la fête foraine, pour un motif futile.

Hier après-midi, plusieurs rassemblements d'une vingtaine de jeunes ont été contrariés par des contrôles policiers. Un véritable jeu du chat et de la souris. Les policiers ont donc mis en place un dispositif mobile de prévention et d'alerte autour des principaux lieux de rassemblement, dont la place Stalingrad ou celles des Quinconces. Avec invariablement le même scénario : contrôles, dispersion.

Source :
http://www.sudouest.fr/2013/03/09/au-jeu-du-chat-et-de-la-souris-avec-les-policiers-989506-2780.php

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Divers faits locaux
commenter cet article

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
 le 19 Mars 2009 à Bordeaux !
 
Infos :  klik !
 

 

L'oeil de Pancho

D'autres dessins de Pancho : klik

Retour à la page d'accueil