Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

ETAT D'URGENCE

Le cadre légal : klik

****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****

Non à la loi renseignement

Infos : klik !

****
Retrouvez toutes

les brochures du C.L.A.P33

****
"Résistons Ensemble"


http://resistons.lautre.net/

****
Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

Notre flux Rss




https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

http://blog.cgtbayard.org/public/solidar.jpg


 

9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 16:05


http://autrou.20minutes-blogs.fr/media/02/02/3682777254.jpg
Depuis Secours Rouge, le 6 février 2013.

Dans une circulaire publiée le 30 janvier, le gouvernement français souligne ’les risques d’incidents ou d’éventuelles menaces sur l’outil de production en cas de radicalisation d’un conflit’.

Dès lors, les services de renseignements de la police ont reçu comme instruction de ’suivre au plus près les entreprises en difficulté afin d’anticiper une éventuelle radicalisation des mouvements sociaux’.

Manuel Valls, ministre de l’intérieur, a récemment déclaré qu’il ne pouvait pas admettre les explosions sociales.
D’ailleurs, un délégué CGT de l’usine Renault à Flins (Yvelines) le confirme : ’Il y a de plus en plus de présence policière autour de l’usine avec plusieurs voitures banalisées. La police a contacté les délégués syndicaux’.

Source:
http://www.secoursrouge.org/France-Le-gouvernement-fait


Repost 0
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 14:19


http://lasserpe.blogs.sudouest.fr/media/00/00/1659508094.jpg
Depuis Le Monde, le 6 février 2013.

Près de 12 000 Roms ont été évacués de campements illégaux en 2012, dont les deux tiers au second semestre, selon un rapport de l'Association européenne pour la défense des droits de l'homme (AEDH).

En 2011, ils n'étaient que 9 396, selon un recensement réalisé par Philippe Goossens, membre du bureau de l'AEDH, en recoupant les témoignages d'associations et les articles de presse.

Le rythme des évacuations s'est accéléré cet été : 66 % des personnes évacuées l'ont été au second semestre. Sur les 63 évacuations de sites réalisées depuis juillet, seules 15 ont été accompagnées d'une solution partielle de relogement, selon M. Goossens.

Au total, 80 % des expulsions se sont faites par la force.

"POLITIQUE DESTRUCTRICE ET NOCIVE"

"En dépit des discours d'ouverture, le nouveau gouvernement socialiste a développé dans la réalité une politique au moins aussi destructrice et nocive que ne l'avait fait le gouvernement précédent", en conclut le militant.

De 15 à 20 000 Roms, essentiellement venus de Roumanie, sont installés en France selon les associations. Le ministre de l'intérieur, Manuel Valls, a indiqué à plusieurs reprises qu'il n'accepterait "jamais les campements sauvages qui mettent en cause le vivre-ensemble".

Une circulaire interministérielle publiée à la fin août oblige toutefois les autorités à "accompagner" ces démantèlements en proposant des solutions de relogement.

Source :
http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/02/06/pres-de-12-000-roms-evacues-de-leurs-campements-en-2012_1828037_3224.html


Repost 0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 09:20


http://www.sudouest.fr/images/2012/12/28/un-indiviul-a-vole-un-smartphone-dans-la-voiture-controlee_1015437_460x306.jpg
Le 29 janvier 2013

Deux policiers municipaux ont abusé de leur fonction afin de toucher de l'argent de la part des commerçants du marché.

Leur peine a débuté le 28 octobre dernier, quand le procureur de la République et les gendarmes arrêtèrent ces deux policiers municipaux d'Hossegor qui étaient hier matin jugés par le tribunal correctionnel de Dax. « Il n'y a pas un jour sans que je ne pense à ce que j'ai fait ; je ne mérite pas ma fonction », avoua, à l'issue des débats et de plusieurs excuses, celui qui avait été nommé chef du service en l'an 2000.

Deux lettres anonymes venaient de dénoncer un système mis en place depuis des années et daté par la justice du mois d'août 2006 au 29 septembre 2010. Dans ces courriers - dont un fut adressé au président de la République - le chef de la police municipale et l'un de ses hommes étaient accusés d'avoir gardé des sommes d'argent de 17 et 22 euros initialement destinées aux caisses de la commune. Ces taxes perçues lors des marchés d'Hossegor auprès des commerçants ambulants.

Quel préjudice ?

« L'enquête de gendarmerie a permis de recueillir le témoignage de 22 commerçants qui affirment avoir payé 10 euros sans recevoir de justificatif en retour », releva le président, Jérôme Carbonell. Des faits reconnus par les deux hommes, âgés de 55 et de 43 ans. Et si le tribunal fit savoir que « leur train de vie n'a rien laissé paraître de notable », l'ampleur des sommes oubliées pour les finances hossegoriennes reste et restera une approximation. Frédérique Loubet Porterie, le procureur de la République, sembla s'y résoudre en prélude à ses réquisitions : « Nous ne parviendrons jamais à connaître le montant des sommes perçues. C'était au petit bonheur la chance, à la tête du client sur ce marché qui était devenu un marché parallèle. »

Un flou toutefois accentué par la municipalité d'Hossegor elle-même, partie civile dans cette affaire, mais dont l'estimation et les calculs présentés par Me Frédéric Lonné apportèrent plus d'interrogations que de réponses.

Avec une centaine de commerçants susceptibles d'être taxés au cours des 65 marchés annuels de la ville, la recette théorique aurait dû être de plus de 100 000 euros... Mais « elle n'a jamais dépassé 40 000 euros », selon l'avocat.

Un écart de chiffres dont s'emparèrent les deux avocats des policiers municipaux, Me Sylvie Tavard et Me Alain Guilhemsang. « Nous ne sommes pas au marché de Saint-Ouen, mais sur la commune d'Hossegor. Il n'y avait pas d'esclandre sur le marché, tout le monde était bien content de les avoir, à mon avis, on a toléré et laissé faire », attaqua la première.

Une pique enfoncée à sa suite par l'ancien bâtonnier dacquois, rebondissant sur la « légèreté » des deux prévenus dénoncée par le Conseil de la Ville. « Tous deux assument leurs responsabilités. On ne peut pas en dire autant de l'autre côté, où on ne sait pas qui est chargé de vérifier les comptes d'un système que tout le monde connaissait plus ou moins à Hossegor. »

Venus assister à l'audience, Xavier Soubestre, le premier magistrat de la commune, et Max Domecq, son adjoint à la sécurité, encaissèrent sans ciller. Tous deux avaient été rassurés par les propos du ministère public : « C'est une mairie qui a péché par excès de confiance, mais ce n'est pas elle la coupable. »

Délibéré le 11 mars

Assis face au tribunal, les deux policiers gardèrent tout au long de l'audience le regard las de ceux qui savent qu'ils ont commis une faute. « Ce n'était pas un système, ça c'est fait comme ça, bêtement. Je n'ai pas d'excuse », reconnut le chef de la police. L'autre prévenu avait quant à lui diversifié la malversation en prélevant aussi une partie des taxes de séjour perçues annuellement.

Le délibéré de cette affaire sera rendu le 11 mars prochain.

Au niveau pénal, le procureur de la République a requis 18 mois d'emprisonnement avec sursis, une amende de 5 000 euros et l'interdiction d'exercer certaines professions. Les dommages et intérêts demandés par la municipalité d'Hossegor, incluant une atteinte à l'image de la commune, avoisinent les 500 000 euros. Un compte précis, celui-ci...

Source :
http://www.sudouest.fr/2013/01/29/une-mairie-qui-a-peche-par-exces-de-confiance-949310-3350.php

Repost 0
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 09:31


http://i.huffpost.com/gen/958477/thumbs/r-PISTOLET-ADN-large570.jpg?6
Transmis par CDM le 26 janvier 2013

ARMES - Une société de sécurité britannique Selectamark a créé une arme d'un nouveau genre, le pistolet ADN.

Présenté à Las Vegas lors d'un salon spécialisé, le Selecta DNA High Velocity System, un pistolet ultra rapide, agit comme un véritable marqueur.

Disponible sous forme de pistolet ou de fusil, il permettrait aux forces de l'ordre de tirer une balle contenant un code ADN unique sur des suspects au milieu d'une foule, tout en se tenant à bonne distance (30 à 40 mètres) puis de les interpeller lorsque la situation le permet grâce à la marque laissée par l'ADN.

http://i.huffpost.com/gen/958555/original.jpg
Cette société de sécurité s'est fait une spécialité de produire des systèmes de sécurité autour de la reconnaissance de l'ADN.

Sa dernière création utilise des capsules d'un gramme d'ADN fabriquées en laboratoire qui, lorsqu'elles touchent leur cible, laissent une trace biologique durable (plusieurs semaines) qui permettra aux autorités de confirmer ou non l'implication d'une personne dans une affaire. Cette preuve biologique pourra "mener une arrestation ou une mise en accusation" selon le PDG de Selectamark.

Une arme non létale mais dangereuse pour la présomption d'innocence.

Comme le pointe l'un des internautes dans les commentaires du site Gizmodo : "Que se passera-t-il si un innocent est marqué par accident ?". Sera-t-il condamné ?

Source :
http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/01/25/le-pistolet-a-adn_n_2550891.html

Repost 0
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 14:25


http://juralib.noblogs.org/files/2013/01/0124.jpg
Depuis Le Jura libertaire le 27 janvier 2013

ENQUÊTE. Soirées huppées dans les grands hôtels, protection de stars : des policiers parisiens mènent de très discrètes missions annexes…

Les invités n’ont rien vu. Il est 1 heure du matin, ce 28 novembre 2012, au Shangri-La, dernier-né des palaces parisiens, et la foule des VIP réunie par le joaillier Chopard dans le restaurant de l’hôtel dîne et devise comme si de rien n’était.

Sous l’imposante verrière construite à la fin du XIXe siècle pour le prince Roland Bonaparte, ex-propriétaire des lieux, des mannequins virevoltent pour présenter les dernières créations de la manufacture suisse, dont les parures ou les montres de luxe séduisent les stars et les politiques, de Tom Cruise à Sophie Marceau en passant par Bill Clinton ou le prince Charles.

Solitaires de saphir, colliers de perles ou pendentifs d’émeraude. Est-ce l’éclat des bijoux ou celui de leurs présentoirs vivants, drapés dans des robes Elie Saab ? Le chanteur Lionel Richie, vieille gloire des années 1980, semble ne se rendre compte de rien et continue d’applaudir à tout rompre.

La “police” des vigiles

Mais, dans les coulisses, c’est la panique.

Des inspecteurs du Cnaps, le Conseil national des Activités privées de Sécurité, la “police des vigiles”, ont débarqué à l’improviste et passent en revue la trentaine de gardes du corps déployés pour l’occasion. Plus de la moitié sont en infraction ! Certains ne possèdent pas de carte professionnelle et d’autres, étrangers, n’ont même pas de titre de séjour… Les responsables de Startcom, la société qui sécurise la soirée, sont introuvables. L’équipe du Cnaps dresse des procès-verbaux, interroge, saisit.

À 3 heures du matin, la fête s’achève. Un à un, les invités prennent congé, sans oublier de poser pour les traditionnelles photos à paraître dans les rubriques people. Lionel Richie étreint la présidente de Chopard, la Suisse Caroline ScheufeleGruosi, il sourit sous les flashes, puis monte dans sa limousine. Dans le restaurant déserté ne restent que les extras qui entassent verres et assiettes sur les chariots et les petites mains qui rangent les bijoux dans leurs écrins.

Lire la suite :
http://juralib.noblogs.org/2013/01/27/niquer-la-police-cest-permis-mais-faut-payer-la-bac-paris-fait-la-pute-dans-les-beaux-quartiers-sans-vouloir-manquer-de-respect-aux-prostituees/

Repost 0
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 03:24


http://static.ladepeche.fr/content/photo/biz/2013/01/25/201301251520_w350.jpg
Transmis par CDM le 25 janvier 2013

150 policiers et gendarmes ont investi l'aire d'accueil des gens du voyage de Castres hier matin dans le cadre de plusieurs affaires mettant en cause des gitans.

Le réveil a été brutal hier matin pour les gens du voyage qui séjournent sur l'aire d'accueil de la Vivarié. Près de 150 gendarmes et policiers ont encerclé puis investi le camp. C'est vers 7h que cette importante opération conjointe des forces de l'ordre a été effectuée.

Et c'est plutôt dans le calme que s'est déroulé cette intervention et les perquisitions dans plusieurs caravanes. Il faut dire que le dispositif était impressionnant comme souvent dans ce genre d'opération considérée à risques.

Trois pelotons de l'escadron de gendarmerie mobile de Mirande, soit une cinquantaine d'hommes, ont été déployés en renfort de la cinquantaine de militaires tarnais mobilisés et issus notamment des pelotons de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (Psig) de Gaillac, Albi et Castres.

Les policiers du commissariat de Castres étaient, eux, une quarantaine dont une quinzaine de renforts albigeois.

Une opération coordonnée qui a permis à chacun des services, police et gendarmerie, de vérifier des éléments ou de boucler des affaires.

Lire la suite :
http://www.ladepeche.fr/article/2013/01/25/1544719-castres-les-forces-de-l-ordre-ont-investi-le-camp-de-gitans-de-la-vivarie.html

Repost 0
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 15:45


http://www.enquete-debat.fr/wp-content/uploads/2012/08/flash-ball_compact.jpg
Le 30 décembre 2012

Un jeune a été blessé à la main par un tir de flashball, à Bagneux (Hauts-de-Seine), dans la nuit de vendredi à samedi, lors d’une altercation avec deux policiers qui étaient «caillassés» par une dizaine de personnes, a-t-on appris dimanche de source policière.

«Deux agents de police qui se rendaient sur une intervention à la cité de la Pierre-Plate pour un contrôle se sont retrouvés encerclés par une dizaine de jeunes et ont été caillassés. L’un des agents a fait usage de son flashball et un jeune a été blessé à la main», a indiqué cette source, confirmant une information du Parisien.

Selon la même source, le jeune blessé a refusé d’être conduit à l’hôpital pour y être soigné. Il a finalement été interpellé, ainsi qu’une autre personne, pour «outrages et rébellion sur personnes dépositaires de l’autorité publique».

Source :
http://www.dna.fr/actualite/2012/12/30/bagneux-policiers-caillasses-un-jeune-blesse-par-un-tir-de-flashball

Repost 0
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 11:25


http://www.linternaute.com/actualite/politique/photo/les-plus-belles-perles-des-politiques/image/patrick-balkany-526203.jpg
Le 4 janvier 2013

Levallois-Perret : enquête sur de présumées dérives à la police municipale

Des syndicats de policiers municipaux ont alerté le parquet de Nanterre sur de possibles dérives au sein de la police municipale de Levallois-Perret, ville des Balkany, relançant une enquête ouverte en mai.

Policiers utilisés comme chauffeurs, policiers non assermentés et enregistrements de conversations téléphoniques illégales... Des syndicats de policiers municipaux ont alerté le parquet de Nanterre sur de possibles dérives au sein de la police municipale de Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine, a indiqué vendredi le parquet, confirmant des informations de presse.

L'enquête avait été ouverte en mai 2012 par le parquet de Nanterre, après la réception d'une lettre anonyme dénonçant des écoutes sur les appels sortants passés depuis leur central par les policiers de la municipalité gérée par les époux Balkany, a confirmé à l'AFP le procureur de la République Robert Gelli. Mi-décembre, les syndicats USSPM et SNPM-FO ont sollicité un rendez-vous avec le procureur pour lui remettre un courrier dénonçant un certain nombre de dérives dans le fonctionnement de la police municipale.

Utilisation de la police municipale comme chauffeurs ?

Dans cette lettre, les syndicats font état d'agents qui exerceraient leurs missions sans être agréés ni assermentés, d'enregistrements de conversations téléphoniques sortantes non déclarées à la Cnil (commission nationale de l'informatique et des libertés), et d'utilisation de membres de la police municipale comme chauffeurs pour le compte du maire Patrick Balkany et de son épouse et première adjointe Isabelle.

"Ces éléments nouveaux portés à la connaissance du parquet méritent une vérification", a indiqué à l'AFP le procureur Robert Gelli.

Contactée par l'AFP, Mme Balkany dément toute dérive, estimant qu'il s'agit d'un "règlement de comptes entre le syndicat SNPM-FO et le directeur de la police municipale".

Dans le cadre de l'enquête confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne de la police judiciaire parisienne, "des auditions vont être effectuées, dans un premier temps avec des membres de la police municipale", a ajouté M. Gelli.

Plusieurs policiers municipaux de Levallois ont manifesté le 3 janvier 2013 à l'appel des syndicats SNPM-FO et USPPM, protestant contre "une direction autocratique", a rapporté vendredi le site d'information Mediapart. "On demande la suspension à titre conservatoire du directeur de la police municipale et de la directrice de la sécurité publique", avait expliqué Frédéric Foncel, secrétaire général du SNPM-FO.

Source :
http://lci.tf1.fr/france/justice/levallois-perret-enquete-sur-la-police-municipale-des-balkany-7752538.html

Repost 0
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 09:58


http://www.rue89lyon.fr/wp-content/uploads/2013/01/Roms-Saint-Fons-Une-1.jpg
Par Laurent Burlet le 9 janvier 2013

Suite au caillassage d’un de leurs véhicules, la police a fait une descente dans le principal bidonville de Roms de l’agglomération lyonnaise, à Saint-Fons. Une intervention en mode « lutte contre les violences urbaines », particulièrement musclée aux dires des occupants.

Mardi soir, les policiers de la banlieue sud-est de Lyon sont intervenus dans ce qui est, depuis le mois d’août, le principal bidonville de Roms de l’agglomération, à Saint-Fons, coincé entre deux autoroutes. Jusque là, rien de très original puisque la police procède régulièrement à des contrôles d’identités de ses 200 occupants, roumains pour l’immense majorité d’entre eux.

Mais cette fois-ci, la vingtaine de policiers a fait le déplacement en mode « lutte contre les violences urbaines ». C’était vers 18h30 et cela faisait suite au caillassage d’un de leurs véhicules sérigraphiés, comme l’explique l’état major de la police lyonnaise :

« En fin d’après-midi, lors d’une patrouille boulevard Sampaix à Saint-Fons, un équipage de police a été victime de jets de projectiles dont un a brisé la lunette arrière du véhicule et a atteint le chauffeur ».

A partir de là, entre le récit de la police et celui des Roms du campement, deux versions s’opposent.

La police face à « 30 individus hostiles »

Alertés par l’association anti-raciste MRAP (Mouvement contre le raciste et pour l’amitié entre les peuples) de cette descente de police, quelques journalistes lyonnais ont cherché à contacter la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP). Chose inhabituelle, la DDSP s’est rapidement fendue d’un communiqué pour donner sa version des faits.

On apprend notamment que la police s’est trouvée en fâcheuse posture :

- Une opération de police a été organisée de 18h30 à 19h30 afin d’identifier et interpeller les auteurs du caillassage.

- Au cours de leur progression dans le parc, les policiers ont été confrontés à une trentaine d’individus hostiles qui s’est opposée à leur présence.

- Les policiers ont été dans l’obligation de faire usage de gaz lacrymogène pour les repousser et poursuivre l’opération.

Lire la suite :
http://www.rue89lyon.fr/2013/01/09/a-saint-fons-la-police-a-t-elle-gaze-gratuitement-des-roms/

Repost 0
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 09:23


http://db2.stb.s-msn.com/i/42/1DD8512652FE65A749DD28D3DF238.jpg
Le 26 décembre 2012

Un rapport d’expertise judiciaire, réalisé à la demande d’un détenu, dénonce l’insalubrité de la maison d’arrêt de Colmar (Haut-Rhin). Selon ce document, dont l’Agence France-Presse a obtenu une copie le lundi 24 décembre 2012, les douches sont « dans un état de vétusté avancé », le chauffage est « sommaire, voire inexistant » et les détenus peuvent se trouver à trois dans une cellule de 9,01 m2, sans disposer d’aucune intimité.

Une demande d’indemnisation du détenu

Ce rapport a été rédigé par un expert-architecte après une visite effectuée le 22 octobre à la demande de la cour administrative d’appel de Nancy, qui avait été saisie par le détenu. L’avocat de ce dernier, Me Fabien Arakelian, doit désormais déposer un recours devant le tribunal administratif de Strasbourg pour obtenir réparation des conditions de détention « indignes » imposées à son client. Cet avocat des Hauts-de-Seine a déjà contraint l’État, en juillet 2011, à indemniser des détenus des maisons d’arrêt de Nanterre (Hauts-de-Seine) et de Bois-d’Arcy (Yvelines).

Une prison installée dans un bâtiment médiéval

D’après le site Internet du ministère de la justice, la maison d’arrêt de Colmar, qui date de 1791, est installée dans un bâtiment remontant au Moyen Âge.

Il s’agit d’un établissement « très ancien », situé en centre-ville et dont la capacité d’accueil est de 120 détenus.

« Cela fait longtemps que nous disons qu’à Colmar les conditions sont indignes, et pour les détenus, et pour le personnel qui y travaille », a commenté dans le journal « L’Alsace » Éric Gemmerlé, secrétaire général du syndicat pénitentiaire Ufap-Unsa.

Début décembre, le contrôleur des prisons avait lancé un cri d’alarme sur les conditions de détention « inhumaines » à la prison des Baumettes à Marseille, conduisant l’Observatoire international des prisons (OIP) à demander la fermeture immédiate de cet établissement.

PASCAL CHARRIER

Source :
http://www.la-croix.com/Actualite/France/Un-rapport-denonce-l-insalubrite-de-la-prison-de-Colmar-_NG_-2012-12-26-892133

Repost 0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 03:52


http://3.bp.blogspot.com/-CTRhdRKHo0Y/UNI6qAaKBFI/AAAAAAAABC0/NH62bnqdJHU/s400/149%2Bch%2B1.jpg
Le 21 décembre 2012

Des squatteurs expulsés sur ordre du Parti communiste, une opération de police rondement menée, les matelas sortis sur le trottoir dans l’obscurité, deux jeunes interpellés et ramenés au commissariat, les autres à la rue…

Mercredi soir, vers 20h30, une vingtaine de policiers ont expulsé une petite dizaine de squatteurs d’une maison au 149, rue du Château (XIVe), propriété du Parti communiste.

Et hier, Sergio, un commerçant voisin, commentait l’opération : « C’est quand même fort de voir les cocos expulser des SDF. » « Etonnant et décevant de la part des communistes, s’agace Celia Blauel, élue (EELV) du XIVe, venue sur place. On note une différence entre les paroles et les actes. »

Une plainte pour dégradation

Hier matin, un maçon était déjà à l’œuvre pour « sceller les portes ». Cette petite maison de ville, ancien local de la section du XIVe, dont les pièces était jadis tapissées de la faucille et du marteau et d’affiches de la Fête de l’Huma, était vide depuis plus de trois ans. Depuis dix jours, des squatteurs, de 25 à 45 ans, s’y étaient installés. « On avait repéré la maison vide, reconnaît Thomas, l’un de ses occupants. On a tous des problèmes de logement. On a ouvert un compteur EDF. »

Au PC, on reconnaît « avoir eu recours aux forces publiques ».

Mais on avance « des raisons d’insalubrité de la maison ». Igor Zamichiei, secrétaire de la fédération du PC à Paris, dénonce dans ce squat une « opération politique ». Selon lui, les squatteurs seraient « des groupes de la tendance anarchiste ».

Thomas rigole : « On ne savait même pas que la maison appartenait aux communistes. Il n’y avait pas de nom sur la boîte aux lettres. »

Reste que les squatteurs du 149, rue du Château, seront poursuivis par le parquet de Paris, à la suite de la plainte déposée, pour « dégradations de biens privés en réunion ».

Des élus murmurent que la maison devait être retapée pour être vendue. Les squatteurs auraient pu contrarier leur belle opération immobilière.

Source :
http://www.leparisien.fr/espace-premium/paris-75/le-pc-expulse-des-squatteurs-21-12-2012-2423947.php

A lire une analyse : "Quand le parti communiste expulse"
http://www.unmilitant.fr/quand-le-parti-communiste-expulse/

Repost 0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 03:32


http://fr.novopress.info/wp-content/uploads/2012/08/Roms-minute.jpg
Le 5 janvier 2013 par Philippe Alain

On croyait avoir tout vu en ce qui concerne les pratiques policières françaises contre les roms. Et bien non, il va falloir se faire une raison.

Après les expulsions et les traques qui ont repris de plus belle avec Hollande et Valls (1). Après les cyclistes verbalisés pour pneus lisses (2). Après les enfants violentés, pourchassés et humiliés par la police (3). Voici le bébé de 12 mois enfermé pendant plus de 4 heures, accusé d’avoir mendié.

Les faits se passent en cette fin d’année 2012.

Mirela (4), rom originaire de Roumanie, sollicite la générosité des passants afin qu’ils lui donnent quelques pièces qui lui permettront d’acheter de quoi manger pour elle et son enfant. Sa main gauche est tendue, la paume ouverte vers le ciel, sa main droite tient fermement la poussette de son enfant de 12 mois.

Mirela vit dans un “camp”, appellation politiquement correcte pour désigner en réalité, un bidonville qui ressemble aux favelas de Rio ou d’ailleurs.

La France est la 5ième puissance économique au monde, mais elle est incapable d’intégrer correctement les 15 000 roms présents sur son territoire dont la moitié sont des enfants.

Comme des centaines de familles, Mirela n’a nulle part où aller.

Le 115 lui répète inlassablement chaque jour que toutes les places d’hébergement d’urgence sont occupées.

Condamnée à rester dans un bidonville avec son enfant, elle doit trouver de l’argent pour survivre et n’a pas les moyens de mettre son bébé à la crèche. Tout le monde pourrait s’en douter.

Tout le monde, sauf nos chers policiers-assistantes-maternelles-la-main-sur-le-cœur qui, outrés par la présence d’un enfant dans la rue, décident de prendre le problème à bras-le-corps et l’enfant sous leurs bras protecteurs. Bien que Mirela ne fasse que tendre la main aux passants, ils trouvent son attitude insupportable et contraire aux lois de la république.

Dans la France de Hollande, Valls et Bauer, un enfant rom dans les bras de sa maman est en effet devenu un danger public. Alors les policiers vont les emmener manu militari au poste où ils vont humilier, insulter et menacer la maman.

Lire la suite :
http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-alain/050113/un-bebe-en-garde-vue-accuse-d-avoir-mendie

Repost 0
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 17:38


http://www.sudouest.fr/images/2013/01/06/926217_22385771_460x306.jpg
Le 6 janvier 2013

Justice : la pré-plainte en ligne va être généralisée

D'ici au 4 mars prochain, l'ensemble du territoire bénéficiera du dispositif

Après avoir été expérimentée dès 2008 en Charente-Maritime et dans les Yvelines, la pré-plainte en ligne a été étendue, fin 2011, aux départements de la Haute-Garonne et du Bas-Rhin ainsi qu'au 15e arrondissement de Paris et au 4e district des Hauts-de-Seine. D'ici au mois de mars prochain, le système sera généralisé à l'ensemble du territoire en trois phases. Le Grand Sud sera desservi à partir du 4 février après le Grand Ouest (7 janvier) et avant le nord et l'est de l'Hexagone (4 mars).

L'objectif est de faciliter les démarches des plaignants, qui pourront désormais enclencher une procédure depuis le site Internet dédié au dépôt d'une pré-plainte.

Pour des raisons d'efficacité et des impératifs d'enquête, ce dispositif est réservé aux atteintes contre les biens dont la victime ne connaît pas le ou les auteurs des faits (vol, dégradations, etc.).

« Les situations d'urgence nécessitant une intervention immédiate des services de police ou de gendarmerie ne doivent pas passer par la pré-plainte en ligne », précise-t-on au ministère de l'Intérieur. « Sont également exclues de ce dispositif les plaintes contre les personnes connues ou dénommées, car celles-ci peuvent justifier un traitement immédiat et une interpellation rapide de l'auteur. »

Réduire les délais d'attente

Ce service, innovant, ne dispense pas de se rendre dans un commissariat de police ou une brigade de gendarmerie. Le dépôt de plainte ne devient, en effet, juridiquement valable qu'après la signature du procès-verbal par un agent ou un officier de police judiciaire.

La pré-plainte via Internet permet, en revanche, de réduire les délais d'attente, parfois longs.

Après s'être connectée au site, la victime est orientée, s'identifie, décrit les faits et le préjudice et prend rendez-vous pour valider la plainte.

Si l'auteur ne se présente pas pour parapher le procès-verbal, les données nominatives sont automatiquement effacées trente jours après la réception de la déclaration.

« La généralisation de la pré-plainte en ligne constitue une étape importante de la rénovation du dispositif de recueil, d'enregistrement et d'analyse de la délinquance voulue par Manuel Valls », précise le ministère de l'Intérieur.

En Charente-Maritime, ce système a mis du temps à séduire, surtout dans les campagnes. « Les gens ont encore besoin du contact avec le policier, qui peut leur donner un conseil technique, les orienter vers la bonne qualification pénale ou tout simplement rédiger une mention sur la main courante », confie un enquêteur rochelais.

« Il s'agit ni plus ni moins qu'une adaptation au monde moderne, plutôt anodine. »

Le ministre Manuel Valls estime que la pré-plainte en ligne « facilite les démarches des citoyens et permettra de réduire les phénomènes de non-déclaration ».

« Tous les services judiciaires sont aujourd'hui surchargés de travail », constate Aymed Korbosli, secrétaire zonal Sud-Ouest du syndicat Unité SGP Police-FO. « Le système est sclérosé. Il serait souhaitable que ces pré-plaintes permettent aux enquêteurs de se concentrer pleinement sur la procédure pénale. »

Source :
http://www.sudouest.fr/2013/01/06/la-pre-plainte-en-ligne-va-etre-generalisee-926217-7.php

Repost 0

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
 le 19 Mars 2009 à Bordeaux !
 
Infos :  klik !
 

 

L'oeil de Pancho

D'autres dessins de Pancho : klik

Retour à la page d'accueil