Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

ETAT D'URGENCE

Le cadre légal : klik

****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****

Non à la loi renseignement

Infos : klik !

****
Retrouvez toutes

les brochures du C.L.A.P33

****
"Résistons Ensemble"


http://resistons.lautre.net/

****
Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

Notre flux Rss




https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

http://blog.cgtbayard.org/public/solidar.jpg


 

11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 12:10


http://s1.lemde.fr/image/2012/06/07/540x270/1714626_3_851f_des-sans-papiers-attendent-le-3-juillet-2002_b07e9721f7b05fb735c24f7b3a426ec1.jpg
Le 7 juin 2012

C'est un premier pas de la France vers une remise en cause de la garde à vue des étrangers au seul motif qu'ils sont sans papiers. Dans un avis rendu mardi 5 juin, la Cour de cassation estime que ce délit de séjour irrégulier ne saurait suffire à un placement en garde à vue dans le cadre d'une procédure d'expulsion.

La décision définitive de la chambre civile de la haute juridiction est encore attendue. Si elle entérine cet avis, quel changement marquera-t-il dans la jungle du droit des immigrés clandestins ?

Avant 2008

La France incarcère les sans-papiers depuis 1938, rappelle un article du Monde, et la loi prévoit un an de prison et 3 750 euros d'amende pour séjour irrégulier. D'où la possibilité de les placer en garde à vue, celle procédure ne pouvant concerner qu'une personne soupçonnée d'un délit passible d'une peine de prison. 

En UE, la "directive retour"

En 2008, la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) entre en contradiction avec cette juridiction nationale : elle estime que le séjour irrégulier d'un étranger ne justifie pas une peine d'emprisonnement. C'est la "directive retour", qui signe une "limite à la criminalisation des sans-papiers", estime David Rohi, responsable de la commission nationale éloignement de la Cimade (Comité inter-mouvements auprès des évacués). 

Celle-ci fixe en effet les différentes étapes de la procédure de retour des étrangers clandestins : en priorité, le départ volontaire de la personne arrêtée dans un délai de 7 à 30 jours ; s'il n'a pas lieu, l'éloignement forcé "en employant les mesures les moins coercitives possibles" ; et enfin, si cet éloignement est "compromis par le comportement de la personne", la rétention - "la plus courte possible", de 18 mois maximum, et séparément des prisonniers de droit commun.   

En 2011, la CJUE envoie une piqûre de rappel (PDF) avec l'arrêt El Dridi - du nom d'un Algérien condamné à un an d'emprisonnement en Italie car il ne s'était pas conformé à un ordre de quitter le territoire. Même dans ce cas, souligne-t-elle, l'emprisonnement "est susceptible de compromettre la réalisation de l'objectif visant à instaurer une politique efficace d'éloignement et de rapatriement dans le respect des droits fondamentaux".

Suite et source :
http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/06/07/ce-que-changerait-la-fin-des-gardes-a-vue-des-immigres-sans-papiers_1714475_3224.html

Repost 0
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 01:32


http://www.ouest-france.fr/photos/2012/06/10/120610075226595_24_000_apx_470_.jpg
Le 9 juin 2012

L'accident s'est produit dans le cadre d'un contrôle de police, pas après une course-poursuite, précisent le commissaire de police et le procureur. Qui ont sans doute en mémoire les émeutes d'il y a cinq ans... Le ministre de l'Intérieur s'est rendu sur place.

Ils roulaient en scooter sans casque, explique le commissaire de police. Un peu trop vite manifestement. Dans la quartier Puits La Marlière, à Villiers-le-Bel, dans le Val d'OIse.

Quatre policiers de la BAC les aperçoivent, tentent de les arrêter. Mais le scooter fait demi-tour sur le trottoir, disparaît... avant de resurgir entre deux voitures, et heurter la voiture de police, à l'avant-gauche.

L'un des jeunes est légèrement blessé, il est à l'hôpital de Gonesse ; l'autre, plus grièvement : il a été héliporté jusqu'à l'hôpital Necker, à Paris.

Lire la suite :
http://www.franceinfo.fr/faits-divers/collision-avec-une-voiture-de-police-deux-jeunes-blesses-a-villiers-le-bel-641479-2012-06-09

****
Le 10 juin 2012

Accident avec la police : Le calme règne à Villiers-le-Bel malgré des versions contradictoires

ACCIDENT - Les témoignages divergent au lendemain de l'accident de scooter au cours duquel deux jeunes ont été blessés...

La situation est calme ce dimanche à Villiers-le-Bel, dans le Val-d'Oise, au lendemain de l'accident dans lequel deux jeunes hommes en scooter ont été blessés, dont un « sérieusement » et dans un état « stationnaire », en heurtant une voiture de police lors d'un contrôle. « Dans la nuit il n'y a rien eu qui puisse être relié à l'accident impliquant la voiture de police », a indiqué à l'AFP Didier Vaillant, le maire PS de Villiers-le-Bel.

Manuel Valls s'est rendu ce dimanche au commissariat de Villiers-le-Bel pour « faire part de son soutien et de sa confiance » aux forces de l'ordre. Le ministre de l'Intérieur, qui s'était rendu samedi soir au chevet du conducteur du scooter, « a également rencontré l'équipage de la BAC (Brigade anti-criminalité) concerné », a précisé le ministère de l'Intérieur, dans un communiqué.

« Plein de policiers pour rien »

« La nuit a été calme », a également raconté à l'AFP Marie, 21 ans, une habitante du quartier et amie du conducteur du scooter, « sérieusement atteint », selon le ministère de l'Intérieur. « Il y a eu plein de policiers pour rien », a-t-elle estimée.

Le dispositif policier se voulait toutefois discret dans le quartier de Puits La Marlière, surnommé le « PLM » par les habitants, où a eu lieu la collision, près de cinq ans après la mort de deux jeunes dans un accident avec la police, qui avait provoqué deux nuits d'émeutes, a constaté un journaliste de l'AFP sur place.

« Le quartier est en état de choc », a expliqué Didier Vaillant: « Quand vous avez un accident qui implique un jeune dans état grave c'est traumatisant d'autant plus qu'on a eu un accident en 2007 qui s'est terminé de manière dramatique ».

Hospitalisé à la Salpêtrière, le conducteur du scooter, Rodrigue, un rappeur de 20 ans connu sous le pseudonyme « Akerone », a été opéré et se trouve ce dimanche « dans un état stationnaire », selon une source proche de l'enquête, après que sa tête a heurté le véhicule banalisé de la police samedi après-midi.

Lire la suite :
http://www.20minutes.fr/societe/950325-accident-police-calme-regne-villiers-le-bel-malgre-versions-contradictoires

Repost 0
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 14:06


http://medias.lepost.fr/ill/2008/02/11/h-4-1000450-1202722293.jpg
Le 1er juin 2012

Dans sa plainte, le détenu, estime avoir fait l'objet, au sein de la maison centrale de Poissy, d'un mauvais traitement de la part d'un surveillant. Il a également porté plainte contre un autre surveillant et le directeur de la prison pour non-assistance à personnes en danger.

Un détenu de la centrale de Poissy (Yvelines) a porté plainte contre un surveillant pour "violences volontaires". Dans sa plainte, le détenu, âgé de 43 ans, estime avoir fait l'objet le 22 mai au sein de la maison centrale de Poissy "d'une agression d'une particulière gravité de la part d'un surveillant de l'administration pénitentiaire". 

Il a fait constaté le jour même ses blessures à un médecin, qui a observé "une plaie superficielle de la lèvre supérieure gauche de 2 cm non suturable, une entorse de la dent 21 qui est mobile, des contusions superficielles latérales au niveau de la face gauche du cou (2 sutures de 4 cm), des traces rouges superficielles au niveau du thorax, partie antérieure des 4 et 5 cotes gauche et droite".

Le détenu a été transféré

Il vise également dans sa plainte, pour des faits de "non-assistance à personne en danger", un autre surveillant et le directeur-adjoint de la prison. 

Après les faits, le détenu avait été placé à l'isolement, avant d'être transféré le 31 mai à la maison d'arrêt de Bois-d'Arcy, toujours dans les Yvelines, a précisé Me Arakélian. La direction interrégionale des services pénitentiaires de Paris n'a pas pu être jointe dans l'immédiat. La centrale de Poissy, dont la capacité d'accueil est de 230 places, abrite des détenus condamnés à de longues peines. 

Source :
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/un-detenu-porte-plainte-contre-un-surveillant-pour-violences_1121594.html

Repost 0
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 16:27


http://a403.idata.over-blog.com/630x470-000000/0/54/57/92/Les-diables/le-viol.jpg
Le 3 juin 2012

Deux policiers de Lyon ont été mis en examen pour viol et écroués vendredi. "Les deux fonctionnaires de police ont contrôlé sur la voie publique une jeune femme qui se livrait occasionnellement à la prostitution et auraient exercé des contraintes à l'égard de cette personne pour se faire consentir des relations sexuelles", selon une source proche de l'enquête.

La victime est uné étudiante qui se prostituait depuis quelques jours seulement. Les policiers lui auraient imposé une relation sexuelle. Selon les policiers, la victime "était consentante"

Ecouter le reportage :
media.rtl.fr/online/sound/2012/0603/7749008160_la-victime-est-une-etudiante-qui-se-prostituait-depuis-quelques-jours-seulement-les-policiers-lui-auraient-impose-une-relation-sexuelle.mp3

Révélés par la famille de la victime, les faits remontent au mois de juin 2011. "Cette personne n'est pas une prostituée habituelle et les faits auraient été consentis après le service des policiers", a précisé cette source.

Arguant que la jeune femme était "consentante", les deux policiers ont nié les faits qui leur étaient reprochés. Selon Le Progrès, ils étaient en activité dans le 7e arrondissement de Lyon.

Mis en examen pour "viol par une personne dépositaire de l'autorité publique", ils ont été placés en détention sur réquisition du parquet de Lyon.

Source :
http://www.rtl.fr/actualites/article/deux-policiers-lyonnais-ecroues-pour-viol-sur-une-prostituee-7749006998

Repost 0
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 14:01


http://alencontre.org/wp-content/uploads/2010/11/Joachim-ArnaudGhislaine.jpg
Sur Bellaciao le 4 juin 2012

Ghislaine est relaxée. Elle avait le droit d’écrire et de dire : "An band béké profité, volé, Nou ké fouté yo deho !"

Les circonstances dans lesquelles Ghislaine JOACHIM-ARNAUD, secrétaire générale de la CGTM, a été convoquée à comparaître devant le Tribunal correctionnel de Fort- de-France pour « provocation à la discrimination, à la haine, à la violence à l’égard d’un groupe de personnes, en l’occurrence les békés à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation ou une race déterminée » ont déjà commentées sur le site de Chronique Ouvrière.

D’abord, dans une interview mis en ligne le 6 novembre 2010, qui a donné l’occasion à Ghislaine JOACHIM-ARNAUD de nous faire part de sa conviction que « Le 15 décembre prochain, les békés veulent un procès colonial pour faire payer le mouvement de février et mars 2009 ».

Ensuite, dans un commentaire de Marie-Laure DUFRESNE-CASTETS et de Pascal MOUSSY, mis en ligne le 8 mars 2011, « Actualités coloniales. Aujourd’hui, à Fort-de-France, ne pas se laisser exploiter en silence coûte 5001 € ».

Depuis lors, une nouvelle péripétie est intervenue dans l’affaire de Ghislaine. Le 3 mai 2012, la Cour d’appel de Fort-de-France a infirmé en toutes ses dispositions le jugement colonial qui avait été prononcé par le Tribunal correctionnel de Fort-de-France.

Pour entrer en voie de condamnation, les premiers juges s’étaient (un peu laborieusement) employés à expliquer pourquoi ils retenaient comme fondée l’accusation de provocation à la discrimination raciale.

Les conclusions d’appel, ainsi que les plaidoiries des quatre défenseurs de Ghislaine, ont fait ressortir que les propos incriminés ne mettaient aucunement en cause une personne ou un groupe de personnes à raison de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, mais un groupe social économiquement dominant, constitué à la Martinique par les békés ou les grands patrons de la région.

Lire la suite :
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article128248

Repost 0
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 10:31


http://www.capatv.com/wp-content/uploads/logo-garde-a-vue-def-500x281.jpg
Tranmis par W. le 6 juin 2012

Il n'est plus possible de placer en garde à vue un étranger pour la seule raison qu'il est sans papiers : mardi 5 juin, la Cour de cassation a mis un terme au flou qui entourait jusqu'ici la loi. La France incarcère en effet les sans-papiers depuis 1938, et la loi prévoit un an de prison et 3 750 euros d'amende pour séjour irrégulier.

Mais la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), saisie du cas d'un Algérien entré illégalement en Italie, avait estimé le 28 avril 2011, au regard de la "directive retour" européenne, qu'il n'était pas possible de l'écrouer au seul motif qu'il était en séjour irrégulier, même en violation d'un ordre de quitter le territoire. C'est l'arrêt El-Dridi, qui a provoqué une série de remises en liberté de sans-papiers.

L'affaire s'est compliquée avec un nouvel arrêt de la Cour de justice, le 6 décembre 2011, appliqué à la France mais si byzantin que la Cimade, une association de soutien aux étrangers, s'était félicitée que le gouvernement ait été "encore une fois désavoué par la justice européenne", alors que les ministres de l'intérieur et de la justice de l'époque avait "pris connaissance avec satisfaction de l'arrêt".

La Cour de cassation a tranché : une garde à vue, depuis la loi du 14 avril 2011, ne peut être décidée "que s'il existe des raisons plausibles de soupçonner" que le suspect a commis une infraction "punied'emprisonnement".

Or, la directive européenne du 16 décembre 2008, "telle qu'interprétée par la Cour de justice de l'Union européenne", impose qu'un étranger mis en cause pour une infraction au séjour "n'encourt pas l'emprisonnement" : "Il ne peut donc être placé en garde à vue à l'occasion d'une procédure diligentée de ce seul chef."

La chambre civile de la Cour, qui avait sollicité l'avis de la chambre criminelle, n'est pas tenue de le suivre, mais elle devrait désormais logiquement appliquer ce raisonnement aux pourvois en cassation qui lui ont été soumis.

Près de 500 personnes sont condamnées en France tous les ans pour séjour irrégulier, dont 200 à de la prison ferme.

Source :
http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/06/06/fin-des-gardes-a-vue-des-etrangers-pour-defaut-de-papiers_1713672_3224.html

Repost 0
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 12:24


http://s.tf1.fr/mmdia/i/15/6/pirate-clavier-piratage-hadopi-2546156_1713.jpg
Le 1er juin 2012

Jérôme Bourreau-Guggenheim, un salarié de TF1 licencié après avoir envoyé un courrier critiquant la loi Hadopi à sa députée, a fait l'objet d'un licenciement "sans cause réelle et sérieuse", ont tranché les prud'hommes de Boulogne-Billancourt, rapporte PCinpact. La chaîne de télévision devra lui verser 27 000 euros.

En février 2009, M. Bourreau-Guggenheim, alors directeur du pôle innovation Web de TF1, avait écrit à sa députée, Françoise de Panafieu, pour exprimer son opposition au projet de loi Hadopi et demander à l'élue de voter contre le texte.

Son courriel, très mesuré, avait alors été transmis au ministère de la culture, qui l'avait à son tour transmis à la direction de TF1. Le message était accompagné d'un commentaire laconique : "Vous avez manifestement des salariés qui aiment tirer contre leur camp".

Convoqué par sa direction, M. Bourreau-Guggenheim s'était alors vu notifier son licenciement pour "divergence forte sur la stratégie de l'entreprise". Il avait alors porté plainte, au pénal pour discrimination et auprès des prud'hommes pour licenciement injustifié.

Si la plainte au pénal avait été classée sans suite, les prud'hommes ont jugé que le courrier envoyé par M. Bourreau-Guggenheim ne pouvait justifier un licenciement.

L'affaire avait également connu un volet politique à multiples rebondissements.

Le cabinet de Françoise de Panafieu avait expliqué avoir transféré le courriel de M. Bourreau-Guggenheim à titre d'information au ministère de la culture.

Après avoir nié, dans un premier temps, avoir transféré le courriel à la direction de TF1, le ministère de la culture avait reconnu qu'une "erreur" avait été commise. L'auteur du transfert, Christophe Tardieu, avait été suspendu durant un mois de ses fonctions.

Source :
http://www.lemonde.fr/technologies/article/2012/06/01/victoire-aux-prud-hommes-du-salarie-de-tf1-licencie-pour-un-courriel-anti-hadopi_1711085_651865.html

Repost 0
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 10:10


http://www.lefigaro.fr/medias/2012/06/01/6c2e474c-abe8-11e1-aa9d-937d1b09365f-493x328.jpg
Le 1er juin 2012

Les syndicats de policiers ne ronronnent plus. Après une première rencontre sous le signe de la confiance avec Manuel Valls, ces derniers sont très remontés contre le ministre de l'Intérieur. En cause, l'annonce, vendredi 1er juin, que la remise de reçu aux personnes faisant l'objet de contrôles était "en préparation".

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a rappelé vendredi matin sur BFMTV que cette mesure était un "engagement" de campagne du président socialiste François Hollande. Objectif : lutter contre les contrôles "au faciès", et rendre plus "sereines" les relations entre la population et les forces de police.

Un message "de défiance"

Les syndicats ne l'entendent pas de cette oreille. Selon eux, il s'agit d'un message "de défiance" envoyé aux policiers, "inadmissible", "stigmatisant" et décidé sans concertation.  " On stigmatise la police comme étant une police raciste. C'est inacceptable ", explique Jean-Claude Delage, le secrétaire général d'Alliance, 2e syndicat des gardiens de la paix.

" Cela part d'une présomption de discrimination des policiers, qui seraient coupables de pratiquer des contrôles au faciès. Or aujourd'hui, il y a la même diversité dans la police que dans la population qu'elle contrôle ", renchérit Patrice Ribeiro, secrétaire général de Synergie-Officiers, 2e syndicat d'officiers.

Effet pervers sur le terrain

Pour Patrice Ribeiro, cette mesure aura également un effet pervers sur le terrain. " Cela va nous enlever des outils comme la palpation où on peut trouver des armes, de la drogue, assure-t-il. Les voyous contrôlés le matin brandiront un récépissé le reste de la journée et on ne pourra plus les contrôler. Cela va générer une dynamique qui n'est pas saine. "

Plusieurs organisations nationales et internationales, parmi lesquelles Human Rights Watch, ont dénoncé la propension présumée de la police française à opérer des contrôles "au faciès". Quinze personnes qui disent avoir subi des contrôles de police abusifs ont attaqué l'Etat au civil en avril dernier.

Source :
http://www.francetv.fr/info/le-controle-d-identite-premier-accro-entre-valls-et-les-policiers_101749.html

Repost 0
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 15:16


http://www.leparisien.fr/images/2012/05/31/2024688_e94ce798-aaa7-11e1-a194-00151780182c_640x280.jpg
Le 31 mai 2012

Nouvel incident au centre éducatif fermé (CEF) de Combs-la-Ville. Tagué, vandalisé par ses jeunes occupants, l’établissement est à nouveau contraint de fermer ses portes.

C’était l’effet Cocotte-minute tant redouté par le syndicat du personnel. Vers 0h30 dans la nuit de mardi à mercredi, les sept mineurs délinquants multirécidivistes placés au centre éducatif fermé (CEF) de Combs-la-Ville ont saccagé leur établissement.

« Ils l’ont tagué, ils ont cassé les vitres des chambres et des cuisines, dont certaines étaient en double, voire triple vitrage… décrit Jean-Michel Tavan, directeur de l’Association de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence (Adsea 77), qui gère le site.

C’est monté en puissance, avec une dynamique de groupe. La situation devenant trop risquée, le nouveau directeur a décidé d’appeler la police. Heureusement, les jeunes ne s’en sont pris qu’au matériel, pas au personnel. »

Montant des dégâts : « 25000 € », précise Bruno Dalles, le procureur de Melun. Quant aux sept mineurs du CEF, ils ont été arrêtés par les policiers de Sénart. « Leurs gardes à vue ont été prolongées », ajoute le procureur. « Le centre n’est plus fonctionnel. Il ne peut plus accueillir de jeunes pour l’instant », regrette Jean-Michel Tavan. La chancellerie a indiqué que « la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) a ordonné une inspection ».

Lire la suite :
http://www.leparisien.fr/combs-la-ville-77380/les-delinquants-saccagent-leur-centre-educatif-31-05-2012-2025669.php

Repost 0
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 11:16


http://www.leparisien.fr/images/2010/07/01/985507_police.jpg
Le 5 juin 2012

Un jeune homme de 24 ans est mort, dans la nuit de lundi à mardi, après avoir tenté d'échapper à un contrôle d'identité en sautant dans la Seine à Melun, a-t-on appris mardi de source judiciaire. Selon la police, le drame est survenu vers minuit, au moment où des policiers procédaient à un contrôle d'identité sur un groupe de plusieurs personnes qui semblaient consommer du cannabis.

Un des membres du groupe, un garçon originaire de Dammarie-les-Lys qui était porteur de stupéfiants, selon la police, a sauté dans l'eau et n'a pu être ramené sur la rive par un de ses amis et un policier qui avaient sauté à sa suite dans la Seine. Il a été repêché mort peu après. La police estime qu'il a pu se noyer sous l'effet conjugué de la drogue et de l'alcool qu'il pourrait avoir consommé.

ENQUÊTE CONFIÉE À LA POLICE JUDICIAIRE

La préfecture a immédiatement dépêché 40 CRS pour sécuriser le quartier et empêcher tout débordement, les morts lors d'opérations de police étant toujours susceptibles de déclencher des violences.

Le procureur a confié à la police judiciaire une enquête pour rechercher les causes de la mort. Ce fait divers survient alors qu'une polémique bat son plein entre les syndicats de police et le nouveau gouvernement de gauche sur un projet d'encadrement des contrôles d'identité.

Source :
http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/06/05/noyade-d-un-jeune-qui-essayait-d-echapper-a-la-police-a-melun_1712655_3224.html

Repost 0
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 15:39


http://www.rfi.fr/sites/filesrfi/dynimagecache/10/43/344/257/344/257/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/432sergegakpe.jpg
Le 1er juin 2012

Empêcher la multiplication des contrôles à la tête du client. Tel est le principal objectif du texte sur lequel travaille le ministre de l'intérieur, Manuel Valls, visant à établir la remise d'un reçu par la police à toute personne contrôlée.

"C'est une mesure qu'on va faire (...) elle est en préparation, le ministre de l'intérieur y travaille", a annoncé le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, vendredi 1er juin, sur BFM TV et RMC. "C'est important de ne pas contrôler trois fois la même personne", a-t-il souligné.


Cette mesure, réclamée depuis des années en France par des associations et hommes politiques de gauche, est un "engagement" de campagne du président François Hollande. Lors de sa campagne, le candidat socialiste avait annoncé son intention de "mettre un terme" aux "contrôles au faciès".

C'est "une discrimination de la vie quotidienne, une injustice que je n'accepte pas", avait-il dit dans un entretien à Respect Mag, "chaque citoyen mérite la même considération, le même respect".

" RETROUVER LA CONFIANCE ET LE RESPECT "

Le gouvernement présente cette mesure comme un moyen de rendre plus "sereines" les relations entre la population et les forces de police. "Ça sera utile à tous, aux personnes contrôlées (...) et puis aux policiers aussi, parce que les policiers ont besoin de retrouver la confiance et le respect", a fait valoir le chef du gouvernement. "Une mesure de ce type n'a rien de vexatoire pour eux, c'est simplement pour remettre de la sérénité."

De nombreux chercheurs, en Europe, aux Etats-Unis, ont en effet prouvé que les contrôles au faciès prouvé jouaient un rôle dans les tensions entre police et personnes issues de l'immigration, soulignait Le Monde en avril.

Lire la suite :
http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/06/01/le-gouvernement-veut-empecher-la-multiplication-des-controles-au-facies_1711316_3224.html


Complément d'info :
Contrôles d’identité: « Le gouvernement devrait réfléchir à une expérimentation »

http://delinquance.blog.lemonde.fr/2012/06/01/controles-didentite-le-gouvernement-devrait-reflechir-a-une-experimentation/

Repost 0
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 12:42


http://photo.europe1.fr/infos/politique/manuel-valls6/19754585-1-fre-FR/Manuel-Valls_scalewidth_630.jpg
Depuis Le Monde le 30 mai 2012

Trois nouveaux, certes, mais pas des petits nouveaux. Mercredi 30 mai, trois hommes chevronnés ont été nommés à la tête de la préfecture de police (PP), de la direction générale de la police nationale (DGPN) et de la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) lors du conseil des ministres.

Il s'agit de deux préfets - Bernard Boucault à la PP et Claude Baland à la DGPN - et d'un policier, Patrick Calvar, à la DCRI.

Ce n'est pas une surprise : ils étaient tous les trois pressentis en cas de retour de la gauche au pouvoir. "Je souhaite m'entourer d'hommes expérimentés dont les qualités sont reconnues par tous", résume Manuel Valls, le nouveau ministre de l'intérieur.

Les trois hommes remplacent Michel Gaudin, Frédéric Péchenard et Bernard Squarcini, tous proches de l'ancien président de la République.

Une chasse aux sorcières, comme l'ont dénoncé, par avance, des responsables de l'UMP ?

"Tous ont été reçus longuement par le ministre. Ce sont des hommes en place depuis dix ans, très compétents, mais liés de manière personnelle, même intimement pour certains, à Nicolas Sarkozy, se défend-on dans l'entourage du ministre. Il s'agit de trois postes stratégiques pour l'exécutif et le ministre de l'intérieur. Les changements étaient nécessaires : il fallait des hommes opérationnels qui travaillent en confiance absolue avec le ministre et son cabinet."

Lire la suite :
http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/05/30/nouveau-casting-a-la-tete-de-la-police_1709406_3224.html

Repost 0
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 17:54


http://www.gisti.org/IMG/gif/liberte-bonhomme.gif
Transmis par W. le 1er juin

Moise vient de sortir à l'instant du CRA de Vincennes. Il va pouvoir retrouver ses 8 enfants et sa compagne.

Info. à venir pour les motifs de sa libération,  ce qui est exceptionnel , le T.A. est déjugé cette juge avec !  ( le préfet a reçu beaucoup de coup de téléphone et fax) il faut maintenir la mobilisation pour exiger une carte de séjour , il rentre de plein droit dans la régularisation depuis 2004 , date à laquelle sa carte n'a plus été renouvelée.

S.

Note C.L.AP33 - Lire ici l'appel en faveur de Moïse
http://clap33.over-blog.com/article-actu-appel-pour-la-liberation-moise-diakite-enferme-au-c-r-a-de-vincennes-106057903.html

Repost 0

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
 le 19 Mars 2009 à Bordeaux !
 
Infos :  klik !
 

 

L'oeil de Pancho

D'autres dessins de Pancho : klik

Retour à la page d'accueil