Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

ETAT D'URGENCE

Le cadre légal : klik

****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****

Non à la loi renseignement

Infos : klik !

****
Retrouvez toutes

les brochures du C.L.A.P33

****
"Résistons Ensemble"


http://resistons.lautre.net/

****
Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

Notre flux Rss




https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

http://blog.cgtbayard.org/public/solidar.jpg


 

26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 17:18

DSCN9768.JPG2012 : étape Autorisation de vols

En France, 2012 a été l’année de la réglementation sur l’usage des drones civils, soit l’autorisation des drones à voler dans l'espace aérien civil français sous l'autorité de la direction générale de l'aviation civile (DGAC), rattachée au ministère des Transports.

Ce cadre juridique permet aux opérateurs d'obtenir plus facilement les autorisations nécessaires auprès de la  DGAC pour l’exécution des missions. La liste des opérateurs de drones licenciés par la DGAC est régulièrement mise à jour sur le site du ministère de l’écologie et du développement durable.

Ce texte est une première mondiale. La France a été le premier pays au monde à se doter d’une réglementation pour l’utilisation commerciale des petits drones. Il définit un cadre réglementaire qui va permettre à l’industrie française de se développer, avant toutes les autres, sur un créneau très porteur pour les années à venir.

  • Arrêté du 11 avril 2012 relatif à la conception des aéronefs civils qui circulent sans aucune personne à bord, aux conditions de leur emploi et sur les capacités requises des personnes qui les utilisent

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000025834953&dateTexte=&categorieLien=id

Deux textes du 11 avril 2012 définissent la réglementation pour l’usage de drones :

  • un arrêté relatif aux conditions d’insertion dans l’espace aérien ;
  • un arrêté relatif à la conception, aux conditions d’utilisation et aux capacités requises pour les télépilotes.

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/tableau-synthese-aeronefs-telepilotes.pdf

Depuis la levée de ce point bloquant de son développement, le marché français des drones civils explose, la filière de production s’organise, le temps 2013 de l’expérimentation s’est achevé pour réussir le temps de l’industrialisation.

Lors du salon UAV Show Europe (Bordeaux Mérignac - septembre 2012), la DGAC a remis à Delair-Tech, société toulousaine spécialisée dans la conception et la fabrication de mini-drones de longue endurance, la première autorisation particulière permettant à un aéronef civil de réaliser des vols de 100km dans l’espace aérien français.

Les 15 prochaines années promettent une très forte croissance.

 

Le FAA (Federal Aviation Administration) table sur un effectif de 10 000 drones en 2017 et de 30 000 drones en 2025 aux Etats-Unis

S’il peut en être un symbole, face à l’intensification de l’utilisation de drones à des fins commerciales et pour répondre au mieux aux attentes de ses clients, le cabinet Kramer Levin Naftalis & Frankel LLP, gros cabinet d’avocats made in USA a mis en place un groupe dédié à ce secteur en pleine expansion.

2014 : étape Invasion en bonne et due forme de l’espace public aérien

L’objectif avoué est maintenant de « permettre l’insertion de drones dans l’espace aérien sans limitation de masse ou de vitesse, les exigences de sécurité pourraient in fine être comparables à celles applicables aux systèmes avions et hélicoptères certifiés »

 « Nous allons donc faire évoluer les règles pour accompagner les initiatives et les ambitions des usagers des drones. L’avenir se prépare déjà avec des réflexions sur l’intégration de drones dans la circulation aérienne générale : dans le cadre de projets européen, la DGAC organisera en novembre 2014, une campagne de vols d’un avion léger dronisé, piloté à distance, mais quand même avec pilote de sécurité à bord, dans l’espace aérien de Bordeaux. »

Discours prononcé par Alain Vidalies lors de l’inauguration du Salon du drone « UAV Show » à Bordeaux

http://www.developpement-durable.gouv.fr/Discours-prononce-par-Alain.html

Cet article est une contribution du Collectif Contre Les Abus Policiers de Bordeaux, C.L.A.P.33, à la campagne « Alerte Coopérative Anti-drone sécuritaire ».

Notre espace public aérien est aussi une Zone A Défendre et doit rester une Zone Anti-Drone.

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Drones
commenter cet article
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 16:57

12oz-Essam-Drone-NYPD-Animal_New_York-1-664x374.jpgForte du soutien inconditionnel des politiques publiques, la filière Drone est sous-tendue par 2 filières organisées de poids et, la 3e édition des salons ADS Show (salon international de l'aéronautique de défense) et UAV Show (systèmes de drones) tenue en septembre 2014 à la BA 106 (Bordeaux Mérignac) ne s’y trompe pas quand elle associe la filière Aéronautique et Spatiale(1) et la filière Nationale de la Sécurité(2).  

Drone : filière aéronautique et spatiale(1)

La filière aéronautique et spatiale regroupe les entreprises dont l'activité concourt in fine à la construction d'aéronefs, d'astronefs ou de leurs moteurs, quel que soit leur usage (civil ou militaire).

Faire croître les emplois, contrat de performance, objectifs liés au marché, renforcer une position d’excellence, valoriser le potentiel d’innovation, promouvoir la politique de développement….sont les leitmotivs d’organisations et réseaux bien dotés d’argent public et vitrines politiques parmi lesquels :

Le pôle de compétitivité mondial Aerospace Valley associe les régions Midi-Pyrénées & Aquitaine, constituant ainsi le premier bassin européen d’emplois dans le domaine de l’aéronautique, de l’espace et des systèmes embarqués : 130 000 emplois industriels / 1 600 établissements /1/3 des effectifs aéronautiques français, plus de 50% dans le domaine spatial /8 500 chercheurs / 2 des 3 Grandes Ecoles françaises aéronautiques et spatiales.

Aerospace Valley est labellisé GOLD par l’EACI - European Cluster Excellence Initiative (mis en place par l'Europe en 2009 pour récompenser la qualité de la gouvernance des clusters européens) et l’organisation est fortement mobilisée dans le Programme H2020, HORIZON 2020, programme cadre de l’Europe pour le financement de la Recherche et de l’innovation sur la période 2014-2020.

http://www.aerospace-valley.com/

 AETOS, Cluster Aquitain, Services et Systèmes de Drones s’affiche comme un réseau de compétences de haut niveau pour le développement et l’exploitation des systèmes de drones. http://www.aetos-aquitaine.fr

Il soutient AQUIDRONES, tremplin pour les drones civils dont l’objectif est d’encourager l'utilisation des drones dans les applications civiles.

Le cluster AETOS n’a pas manqué le UAV Show, 1ère convention d'affaires entre tous les acteurs de la filière Drone au niveau international

http://www.uavshow-europe.com/fr/

 

La Fédération Professionnelle du Drone Civil (FPDC) est une association régie par la loi de 1901 qui fédère les acteurs privés du secteur du drone français, notamment les constructeurs et les prestataires de prise de vue aérienne. Elle compte aujourd’hui plus de 280 adhérents (3).

La Fédération des Drones Civils est ouverte à la participation de tous les autres membres, personnes physiques ou morales, ayant un intérêt direct ou indirect dans le secteur des drones professionnels :

Opérateurs en cours de rédaction de MAP ; Autres constructeurs ; Institutionnels (autorités régulatrices, pôles de compétitivité, structures de soutien à l’innovation) ; Académiques (centres de recherche, universités et laboratoires) ; Donneurs d’ordre et « clients finaux » ainsi que leurs sous-traitants ; Constructeurs de sous-ensembles ; Assureurs ; Avocats.

Drones-Lab fait partie de cette fédération professionnelle et souhaite devenir une plateforme de prestataires de référence pour le jeune secteur du drone civil français.

http://www.federation-drone.org/

Bilan de la filière sept. 2014 (4) : 700 entreprises référencées en France. Parmi elles, 670 opérateurs de drones et 40 constructeurs. On estime à 1100 drones et  2500 emplois l’activité actuelle. Le chiffre d’affaire, de 100 millions d’Euros en 2013, devrait tripler en 2015. 10 000 emplois pourront être créés d’ici 2025

Au niveau européen(5),les drones sont encouragés comme stimulant d’innovation et de croissance.

Drone : filière Nationale de la Sécurité(2)

Cette nouvelle filière sécurité dont la création a été décidée par le Gouvernement suite aux recommandations du Livre blanc pour la défense et la sécurité nationale s’est pavané au salon mondial de la sécurité intérieure des états – Milipol Paris 2013 (2).

Avec 2,8 milliards d'Euros d'achat public, le ministère de l'intérieur est le deuxième acheteur ministériel.

Afin de contribuer efficacement à la constitution d’une Filière Nationale de la Sécurité, les industriels s’expriment depuis septembre 2013 d’une seule voix, celle du CICS (Conseil des industries de confiance et de sécurité)(6).qui regroupent quatre syndicats professionnels – FIEEC, GICAN, GICAT et GIFAS – tous fortement impliqués dans les équipements et solutions de sécurité : FIEEC (Fédération des Industries Electriques, Electroniques et de Communication), GICAN (Groupement des Industries de Construction et Activités Navales), GICAT (Groupement des Industries Françaises de Défense et de Sécurité Terrestres et Aéroterrestres), GIFAS (Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales)

Les domaines de compétence de la filière industrielle de la sécurité en France sont les frontières terrestres et maritimes, les transports (terrestres, aériens et maritimes), les infrastructures critiques, la sécurité civile, la sécurité numérique (cybersécurité, communications, identité), la gestion de crise, la lutte contre le terrorisme et la lutte contre la grande criminalité. Cette industrie représente plus de 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires dont environ 55% de part d’exportation et, emploie directement plus de 50.000 salariés très qualifiés (Source : Livre blanc de la Défense et de la Sécurité).

Cette filière de la sécurité est par ailleurs animée par un comité de filière, le COFIS (Comité de la Filière Industrielle de Sécurité) pour un dialogue public-privé rénové au service de la sécurité du citoyen et de la compétitivité de la France(7).

 

Le choix des drones est en filiation directe avec un business prometteur au cœur de 2 filières : filière aéronautique et spatiale et filière nationale de la sécurité, toujours fièrement présentées comme innovantes, à fort potentiel de croissance et d’emplois et, nécessaires pour notre bien.

Les forts lobbying avides des forts enjeux modèlent notre perception sur les bénéfices associés aux drones et, à l’abri du pouvoir politique, évitent supérieurement de soumettre le développement technologique et économique à notre contrôle démocratique et à notre intérêt collectif.

Cette puissante organisation est partie prenante de l’opération séduction qui amorce l’acceptabilité sociale de l’invasion des drones dans notre espace public aérien et passe sous silence son usage sécuritaire. (Cf. notre article : http://clap33.over-blog.com/article-drone-operation-seduction-de-l-application-a-l-acceptation-sociale-124869864.html )

 

Cet article est une contribution du Collectif Contre Les Abus Policiers de Bordeaux, C.L.A.P.33, à la campagne « Alerte Coopérative Anti-drone sécuritaire ».

Notre espace public aérien est aussi une Zone A Défendre et doit rester une Zone Anti-Drone.

 

(1)Définition de la filière aéronautique et spatiale

La filière aéronautique et spatiale regroupe les entreprises dont l'activité concourt in fine à la construction d'aéronefs, d'astronefs ou de leurs moteurs, quel que soit leur usage (civil ou militaire). Les aéronefs (avions, hélicoptères, planeurs, ULM, dirigeables, drones) et leurs moteurs sont les produits finaux de la filière aéronautique. Les astronefs (lanceurs et véhicules spatiaux, satellites, sondes, missiles balistiques intercontinentaux) et leurs moteurs sont les produits finaux de la filière spatiale. La filière recouvre les activités d'études, de conception, de fabrication, de commercialisation ou de certification de pièces, de sous-ensembles, d'équipements, de systèmes embarqués, d'outils matériels et logiciels spécifiques à la construction aéronautique et spatiale. Elle comprend également les activités de maintenance "lourdes" en condition opérationnelle des aéronefs qui impliquent leur mise hors service sur longue période.

Dossier annuel Midi-Pyrénées n°160 - janvier 2014

http://www.insee.fr/fr/regions/midi-pyrenees/collection.asp?id=27

 

(2)http://www.milipol.com/

Le rôle du Comité de la filière industrielle de sécurité (COFIS) & du Conseil des Industries de la confiance et de la Sécurité (CICS)

http://www.milipol.com/Evenements/Conference-du-COFIS-CICS

 

(3)liste à jour au 28 novembre 2013 des adhérents de la Fédération Professionnelle du Drone Civil

http://www.federation-drone.org/wp-content/uploads/2013/11/Liste-des-adh%C3%A9rents-au-28-novembre-2013.pdf

 

(4) Discours prononcé par Alain Vidalies lors de l’inauguration du Salon du drone « UAV Show » à Bordeaux

http://www.developpement-durable.gouv.fr/Discours-prononce-par-Alain.html

 

(5) Les drones stimulent l'innovation et créent des emplois

http://ec.europa.eu/enterprise/magazine/articles/sustainable-industry-innovation/article_11081_fr.htm

 

(6).Création du CICS (Conseil des industries de confiance et de sécurité)

http://www.globalsecuritymag.fr/Creation-du-CICS-Conseil-des,20131001,39974.html

 

(7).LANCEMENT DE LA FILIERE INDUSTRIELLE DE SECURITE : un dialogue public-privé rénové au service de la sécurité du citoyen et de la compétitivité de la France

http://www.sgdsn.gouv.fr/site_article133.html

 

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Drones
commenter cet article
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 16:19

Drone-sign.pngLu sur le web le 10/09/2014

http://paris-luttes.info/creteil-la-police-va-tester-des 11/09/2014

http://94.citoyens.com/2014/la-police-va-tester-des-mini-drones-a-creteil-lors-du-match-lusitanos-clermont-foot,10-09-2014.html   10/09/2014

Créteil : la police va tester des drones de surveillance lors d’un match de foot

 Supporters du Créteil Lusitanos, préparez vos lance-pierres. La préfecture de police de Paris a décidé de se servir de vous le 19 septembre comme cobayes pour tester ses deux modèles de drones de surveillance.

Sportifs et supporters du club cristolien Lusitanos et du Clermont foot seront sous haute surveillance le 19 septembre prochain, lors de leur rencontre sportive au stade Duvauchelle de Créteil. La préfecture de police et la police nationale vont y expérimenter le recours aux mini drones et micro drones.

Il ne s’agira pas ici d’utiliser ces engins pour jouer les arbitres (quoi-que, cela arrivera peut-être un jour…) mais d’en expérimenter l’usage dans un lieu au public dense. Le recours aux drones comme outils de vidéosurveillance mobile dans le cadre de violences urbaines ou d’interventions policières est en effet à l’étude depuis plusieurs mois.

Un drone micro de moins de 2 kg et un autre, mini, de 20 kg, seront déployés ce jour-là. Ils s’ajouteront aux vigiles, caméras fixes et mobiles pour augmenter encore la surveillance des stades de foot.

Concrètement, seront expérimentés d’une part des micro-drones de 1 à 2 kg, équipés d’une caméra et dotés d’une autonomie d’une demi-heure, et des mini-drones, filaires, d’environ 20 kg avec une hélice de 2,50 m , dotés de deux caméras dont une thermique pour la vision nocturne et d’une autonomie d’environ une heure. Ils seront capables de faire des vols stationnaires et s’élèveront jusqu’à environ 50 mètres d’altitude.

La préfecture tente de rassurer en déclarant qu’elle ne s’en servira pas pour identifier des visages. On a pourtant vu, à travers l’utillisation des images vidéo après les émeutes de Barbès cet été, combien elle était friande de toutes les traces vidéos permettant d’interpeller des personnes, parfois des mois après. Une fois de plus dans l’histoire de la répression, les supporters de foot serviront de cobayes avant un usage plus large.

La police va tester des mini drones de surveillance lors d’un match à Créteil  

Sportifs et supporters du club cristolien Lusitanos et du Clermont foot seront sous haute surveillance le 19 septembre prochain, lors de leur rencontre sportive au stade Duvauchelle de Créteil. La préfecture de police et la police nationale vont y expérimenter le recours aux mini drones et micro drones.

Il ne s’agira pas ici d’utiliser ces engins pour jouer les arbitres (quoi-que, cela arrivera peut-être un jour…) mais d’en expérimenter l’usage dans un lieu au public dense. Le recours aux drones comme outils de vidéosurveillance mobile dans le cadre de violences urbaines ou d’interventions policières est en effet à l’étude depuis plusieurs mois alors que ces appareils sont déjà testés depuis fin 2013 par la SNCF pour inspecter des ouvrages d’art comme le viaduc de Roquemaure ou encore ERDF pour détecter des incidents sur ses lignes électriques tandis que GRDF y recourt pour faire de la thermographie aérienne.

Des micro de moins de 2 kg et des mini de 20 kg

A Créteil, la police testera deux types de drones afin d’étudier à quel type de mission ils sont le plus appropriés. Objectif : « démontrer la plus-value opérationnelle des données recueillies par les caméras embarquées; comparer les performances des différents systèmes de drones; évaluer la complémentarité avec les autres équipements déployés – caméras fixes et mobiles, mais aussi personnels au sol; et tester l’intégration du drone dans l’architecture de commandement, en préalable à la phase d’acquisition de systèmes complets : vecteurs aériens, charges utiles, stations sol et chaînes de transmission« , détaille la préfecture de police de Paris dans sa lettre Pprama (n°331) du 10 septembre.

Concrètement, seront expérimentées d’une part des micro-drones de 1 à 2 kg, équipés d’une caméra et dotés d’une autonomie d’une demi-heure, et des mini-drones, filaires, d’environ 20 kg avec une hélice de 2,50 m , dotés de deux caméras dont une thermique pour la vision nocturne et d’une autonomie d’environ une heure. Ils seront capables de faire des vols stationnaires et s’élèveront jusqu’à environ 50 mètres d’altitude.

De la violence urbaine à la sécurité routière

La préfecture de police indique que les caméras utilisées sur ces engins n’ont pas pour objectif d’identifier des individus et ne pourront pas distinguer clairement un visage. « Aucun survol des personnes ou des espaces privés (terrasses privées, balcons, jardins privatifs…) ne sera possible. Les services de police, tout comme les particuliers qui utilisent ce type d’appareils, doivent respecter la réglementation existante, déterminée par la direction générale de l’aviation civile (DGAC). Ils ne pourront donc pas voler au dessus du public ou suivre des groupes de personnes cheminant dans les rues de Paris…« , détaille le bulletin de Pprama, précisant que l’objectif principal du futur recours aux drones sera d’obtenir des informations sur des zones à risques, afin de ne pas exposer des effectifs de police à un danger potentiel, « que ces utilisations pourront être démultipliées afin de s’adapter aux phénomènes nouveaux de délinquance, mais également en matière de sécurité routière, d’ordre public ou encore d’assistance aux services de secours…« 

 

 

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Drones
commenter cet article
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 15:53

ctropdroneparisabellerabaAlors que l’ère de l’industrialisation du drone civil s’ouvre, l’acceptabilité sociale (1) de cet envol repose essentiellement sur les bénéfices qu’ont martelés la filière économique, le discours politique et la présentation ludico-médiatique, bref toutes les parties prenantes qui se partageront les bénéfices sans s’étouffer avec les inconvénients qui nous incomberont.

 

Le cheval de Troie de ce processus bien rodé d’acceptation sociale repose sur les applications sociales dites utiles des drones civils.

Allons citoyens, n’appréciez que les usages et avantages incontestables de ces innovations et cessez d’interroger les hypothétiques dérives. Seriez-vous contre le progrès ? contre la croissance ? et si vous êtes bien sage, vous pourrez même jouer avec !

Dans le sillon du drone militaire, le drone civil fait le sale boulot en rapportant gros. Comme l’expose sa fédération professionnelle (2) « les drones ont trouvé leurs premières applications militaires dans les tâches dites « 3D » : dirty, dull, dangerous (Sales / Monotones / Dangereuses). Leur transfert vers le secteur civil a permis d’imaginer plusieurs centaines d’applications civiles, ce qui ouvre une croissance potentielle considérable dans des secteurs très variés et nouveaux. »

Les impacts recensés sont souvent positifs car les drones civils sont uniquement référencés comme apporteurs de solutions ou d’affaires.

(3) Du drone chasseur de frelons asiatiques au drone chasseur de taggueurs jusqu’au drone livreur de pizza ou au service des archéologues, les drones civils cartographient, inspectent, filment, surveillent, recherchent, analysent, modélisent, observent, sauvent, et s’invitent même dans les festivals et carnavals.

4 projets drones étaient présentés sur le parcours de l'innovation de NOVAQT organisé par le conseil régional d'Aquitaine, Aquitaine Développement Innovation et Aerocampus Aquitaine en décembre 2013 :

Le drone aquatique Droneo de R&Drone pour surveiller la profondeur et la qualité des eaux ; le robot VITIROVER pour entretenir de grandes surfaces enherbées, permettant d’éviter les désherbants chimiques ; le drone Vitidrone de Fly-n-Sense et Vitivista pour apporter un service de télédétection réactif, précis et peu coûteux, à partir de drones autonomes sur l’échelle d’une exploitation viticole ; l’innovant contrôle gestuel d’un essaim de drones du Labri et de l'Université de Bordeaux : Développement d’un démonstrateur pour piloter plusieurs drones simultanément à l’aide d’un capteur de mouvements de type Kinect. Le contrôle est réalisé par des gestes de l’opérateur, après un apprentissage de 2 à 3 minutes.

 

L’opération séduction est gonflée par les premiers pas des acteurs industriels au label grand public « ils leur ont fait confiance donc ayez confiance » (4)

RESEAUX : EDF, GRTgaz, ERDF, RTE, SNCF, RFF (observation des voies ferrées, des réseaux de lignes électriques à haute tension, des pipelines et des gazoducs ; reconnaissance d’incidents et d’actes de malveillance).

ENVIRONNEMENT, BTP : Veolia, Groupe Monnoyeur (dépollution sous-marine, mesure de la qualité de l’air… Inspection des ouvrages d’art, pathologies des bâtiments, gestion améliorée des grands chantiers).

AGRICULTURE, FORETS : Magrez, chambre d’agriculture de la Somme (analyse spectrale de la végétation, mesure du stress hydrique et de la présence de maladies dans les cultures, optimisation des intrants, calcul du volume de bois dans une forêt).

MINES ET CARRIERES : Lafarge (imagerie 3 D pour l’évaluation des stocks de minerais extraits, relevés des courbes de niveaux pour suivre l’avancée de l’exploitation).

INDUSTRIE LOURDE : ArcelorMittal (observation des sites Seveso, détection de fuites thermiques et chimiques, mesure des pollutions, surveillance des installations sensibles).

ENERGIE : Total, Areva, Cerap (Suez Environnement), GrDF (inspection technique en zones à risque : plates-formes offshore, méthaniers, centrales nucléaires).

ENERGIES RENOUVELABLES : EDF Énergies Nouvelles, Alstom (maintenance des éoliennes et intervention rapide en hauteur, inspection des barrages, détection des cellules photovoltaïques défectueuses).

 

Quand les drones civils surveillent et contrôlent, on se réfère plus volontiers aux feux de forêt, lignes électriques haute tension, aux régions éloignées et peu accessibles, aux zones de pêche, aux niveaux de pollution atmosphérique ou en mer, au trafic routier….qu’aux frontières, populations, migrants, manifestations…

 

Cette opération séduction amorce l’acceptabilité sociale de l’invasion des drones dans notre espace public aérien et passe sous silence son usage sécuritaire.

Ce qui préserve de projets industriels aujourd’hui c’est la non-acceptabilité sociale.

Ce n’est pas l’acceptabilité d’un projet par la majorité : l’opposition d’une minorité peut bel et bien suffire à bloquer un projet. (1)

Pour résister à l’invasion des drones dans notre espace public aérien face à l’arme communication-séduction, créons notre propre indice d’acceptabilité sociale : NON

Cet article est une contribution du Collectif Contre Les Abus Policiers de Bordeaux, C.L.A.P.33, à la campagne « Alerte Coopérative Anti-drone sécuritaire ».

Notre espace public aérien est aussi une Zone A Défendre et doit rester une Zone Anti-Drone.

 

 

(1) http://www.enea-consulting.com/wp-content/uploads/ENEA-Consulting-Lacceptabilit%C3%A9-des-projets-industriels.pdf

 

(2) http://www.federation-drone.org/les-drones-dans-le-secteur-civil/les-applications-civiles/

 

(3) ex drones civils

http://www.sudouest.fr/2013/10/22/un-drone-pour-chasser-le-frelon-asiatique-1206527-3571.php#xtor=EPR-260-[Newsletter]-20131022-[zone_info

 

http://www.smartplanet.fr/smart-technology/des-drones-pour-attraper-sur-le-fait-des-auteurs-de-graffiti-26303/

 

http://www.smartplanet.fr/smart-technology/les-drones-futurs-livreurs-de-pizza-26418/

 

http://www.futura-sciences.com/magazines/high-tech/infos/actu/d/technologie-drone-quadricoptere-service-archeologues-51400/

 

(4) http://www.usinenouvelle.com/article/les-drones-attaquent-l-industrie.N235484

 

 

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Drones
commenter cet article
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 17:05


http://www.opa33.org/IMG/arton302.jpg

 

[Drones] : Salon de la Croissance par la Destruction Durable et liaisons fatales
Le 8 septembre 2014
Par le collectif Contre Les Abus Policiers (C.L.A.P33) - Bordeaux

ADS SHOW (Aéro Défense Support) (1) et UAV SHOW (Unmanned Aerial Vehicule – véhicule aérien sans pilote, drone civil) (2) s’affichent en grande pompe à Mérignac, les 9, 10 et 11 septembre 2014, 3ème édition depuis 2010.

Pompe à Fric et Pompes funèbres

La base arrière du drone civil, le militaire, est choyé sous le langage séducteur de l’ADS SHOW : emploi, croissance, filière économique, forte progression du secteur, potentiel, innovation, investissement, entreprises, recherche et développement, relations internationales…

Echanger, se rencontrer et nouer des accords autour d’outils innovants de violence, de mort et de surveillance, en détruisant jusqu’aux mots qui dénoncent les démonstrations dynamiques sur les civils victimes, qui interrogent la nécessité de l’état de guerre, la légitimité de la croissance par la destruction durable, c’est une évidence pour la communication officielle politique et économique qui nous assomme de chiffres prometteurs (3).
 
Pourtant, des voix réunies dans le collectif girondin pour une paix durable et juste s’insurgent et appellent au rassemblement contre la présence israélienne au Salon des drones de Mérignac, ce 10 septembre 2014 (16h, devant l’église de Beutre, entrée de la BA 106, 227 avenue de l’Argonne à Mérignac (33700) (4)

Effectivement, Tsahal y prend ses salons, ADS & UAV, au n° 112, Israeli Pavillon du show.

Aussi certain que le drone détache le bourreau de ses victimes, que peut dire le C.L.A.P en écho à ces voix pour rattacher ce show à sa cynique réalité ?
 
USA et Israël, les 2 mamelles des drones français de surveillance de théâtre
 
La nouvelle programmation militaire 2014-2019 du 18 décembre 2013 (5) « adapte notre défense à l'avenir et aux conflits de demain.» sans les opposer. « Elle conforte la priorité accordée au renseignement en prévoyant l'acquisition de satellites d'observation et d'écoute, ainsi que des drones de diverses catégorie. »

Vers l’horizon 2025, le politique nous affirme que les forces terrestres offriront une capacité opérationnelle de l'ordre d'une trentaine de drones tactiques, les forces aériennes comprendront 12 drones de surveillance de théâtre (6) (7).
Les drones de théâtre de moyenne altitude et longue endurance (MALE) sont employés prioritairement au niveau du commandement des opérations mais la France accuse un « retard » capacitaire dans ce domaine en terme d’équipement et de solution industrielle pour leur construction.
Les seuls équipements disponibles sont produits aux Etats-Unis et en Israël.

Au 30 juin 2014, l’armée de l’air comptent 6 drones (vecteurs aériens) :
4 Harfang  / 2 Reaper.

>Les forces armées françaises sont actuellement équipées du Système Intérimaire de Drone MALE (SIDM-Harfang) élaborés par l'entreprise Cassidian France (groupe EADS) sur la base d'une collaboration avec Israel Aerospace Industries (sur la base du porteur israélien Eagle réalisé par IAI).
La France a déployé ce système depuis 2008 en Afghanistan, en Libye et plus récemment au Mali et elle l'a utilisé pour plusieurs missions intérieures (14 juillet 2012, G8 de Deauville en 2011, visite du Benoit XVI à Lourdes)

>Le système Harfang approchant de sa fin de vie opérationnelle, et en l'absence d'offre européenne sur ce segment, les nouvelles acquisitions (une dizaine) se feront « sur étagère » américaine dans la continuité des 2 drones MQ-9 Reaper acquis en urgence en 2013 à l'industriel américain General Atomics. (GAASI)
(la France a également mené des négociations avec les Israéliens pour le drone Héron-TP)
Le premier vol du système MQ-9 Reaper, opéré par l’escadron de drones 1/33 Belfort de la BA 709 de Cognac, a eu lieu en janvier 2014.
 
Les drones tactiques, employés en appui direct des opérations aéroterrestres ou aéromaritimes, ne sont pas en reste de coopération internationale avec Israël : Thales prépare son drone tactique "Watchkeeper", développé en partenariat avec l'armée britannique. Le Watchkeeper s'appuie sur le transfert des technologies de "Hermes 450" de l'israélien Elbit Systems.

Vols assassins au-dessus de lignes directrices

La profession de mauvaise foi (8)
 
En juillet 2013, la Commission européenne a émis des lignes directrices qui rendent les entités israéliennes établies dans le territoire palestinien occupé, ainsi que tout projet mené dans ce territoire, inéligibles aux subventions, prix et instruments financiers financés par l'UE à partir du 1er janvier 2014.

L'Union européenne et Israël sont parvenus, le 26 novembre 2013, à un accord garantissant que les dispositions du programme H2020, HORIZON 2020, programme cadre de l’Europe pour le financement de la Recherche et de l’innovation sur la période 2014-2020, ne s'appliqueraient pas aux Territoires occupés par Israël depuis juin 1967.

L'article 2 de cet accord prévoit en effet qu'en cas de violation des droits de l'Homme, les échanges peuvent être suspendus
La France énonce une position claire : Israël doit - conformément au droit international - être distingué des Territoires occupés. La colonisation est illégale au regard du droit international.

Dans son sillage, elle relance le Haut conseil franco-israélien pour la science et la technologie (visite présidentielle en novembre 2013)…
 
Les drones assassinent extra-juridiquement
 
>>Même si les sociétés et universités ont leur siège en Israël, il n’en demeure pas moins que le tragique théâtre de leur démonstration de force et de destruction est la Palestine.
(Elbit Systems Ltd., Haifa – IAI, Tel Aviv Ben Gurion International Airport)
 
>>Même si les chiffres de la mort par drone n’occupent jamais l’affiche, dans les coulisses du show, ils garantissent l’efficacité, l’opérationnalité et stimulent les ventes sans conditions particulières.
 
De même qu’ Human Rights Watch et Amnesty International dénoncent les violations des droits humains commises par les drones au Yémen et au Pakistan par les USA -
"Le secret entourant le programme des drones donne au gouvernement américain un droit de tuer supérieur aux tribunaux et aux normes fondamentales du droit international", affirme Mustafa Qadri, analyste pour Amnesty International au Pakistan (9)

On constate qu’Israël mène des attaques notamment de drones visant délibérément des civils ou des biens de caractère civil (logements, centres médicaux, écoles, bâtiments publics...), ce qui constitue des crimes de guerre.
 
Parmi les victimes mortes ou blessées,

Avant l’été meurtrier de 2014,
Le 21 novembre 2012, à Gaza, Mahmoud, 13 ans, a été tué dans la rue tout près de chez lui dans le quartier d’Al Manara, touché par un missile tiré par un drone israélien. Il n’avait sur lui qu’une pièce de monnaie, avec laquelle il allait acheter un stylo pour sa petite sœur. (10)
 
Depuis cet été, le conflit a fait plus de 2.000 morts parmi les Palestiniens parmi lequel Mohammed qui se remet de son amputation : Il a été frappé le 30 juillet dernier à Cheyjaia par un drone israélien qui a tué 3 de ses enfants. (11)
 
Alors Show, investissement, destruction ou Boycott, désinvestissement et sanctions ?

Respirer plus fort que le souffle du bourreau et que le bruit des drones
Salutation Anti-fascistes

Le collectif Contre Les Abus Policiers - Bordeaux - C.L.A.P33
http://clap33.over-blog.com/

(1) http://www.adsshow.eu/
Aéro Défense Support ou MCO Aéronautique de Défense
Le maintien en condition opérationnelle (MCO) peut être défini comme l'ensemble des moyens (matériels, techniques, humains ou financiers), procédures et prestations nécessaires pour qu'un matériel reste, durant sa durée d'utilisation, apte à l'emploi qui lui est assigné.
La cohérence du nouveau modèle d'armée défini par le Livre blanc 2013 nécessite que ses capacités, moindres, soient pleinement opérationnelles.

(2) http://www.uavshow-europe.com/
 
(3) Parmi tant d’autres articles de la presse économique
Mérignac Magazine n°60 – P 8 et 9 – Grand beau sur l’aéro
http://www.merignac.com/sites/default/files/MLM-60.pdf
http://www.merignac-capitale-aeronautique.com/merignac-destination-affaires/1006-capitale-aeronautique.html
http://www.merignac-capitale-aeronautique.com/16-agenda/717-salon-des-drones-et-de-la-maintenance.html
http://www.lacub.fr/actualite/uavads-show-a-merignac
 
(4) Non à la présence israélienne au Salon des drones à Mérignac - 10 septembre 2014
http://coordinationbds33.blogspot.fr/2014/08/non-la-presence-israelienne-au-salon.html
 
Le politique
(5) http://www.assemblee-nationale.fr/14/dossiers/loi_programmation_militaire_2014-2019.asp#ECRCM
(6) http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-45999QE.htm
(7) http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-29423QE.htm
(8)
http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-63317QE.htm
http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-57577QE.htm
http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-56227QE.htm
http://questions.assemblee-nationale.fr/pdf/q14/14-56222QE.pdf
http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-54682QE.htm
 
(9) http://www.france24.com/fr/20131025-infographie-guerre-drones-americains-yemen-pakistan/
 
(10) http://www.amnesty.org/fr/news/year-deadly-israelgaza-conflict-nightmare-continues-2013-11-14
 
(11) http://www.franceinter.fr/depeche-gaza-compte-ses-mort-mais-aussi-ses-blesses
http://www.franceinter.fr/depeche-gaza-compte-ses-mort-mais-aussi-ses-blesses

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Drones
commenter cet article
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 09:45


http://img.over-blog-kiwi.com/0/66/42/42/20140306/ob_e71ecb_i-facebook-description-1.jpg
Le 4 mars 2014

Facebook serait en discussion pour racheter Titan Aerospace, un fabricant de drones à énergie solaire, selon TechCrunch. Objectif : connecter le monde à internet.

Facebook négocie actuellement le rachat de Titan Aerospace, affirme le site spécialisé sur le secteur technologique TechCrunch. Le premier réseau social en ligne mondial offrirait 60 millions de dollars (44 millions d'euros) pour cette société non cotée fondée en 2012. Une goutte d'eau en comparaison des 19 milliards de dollars que la société de Mark Zuckerberg vient de débourser pour s'offrir WhatsApp. Facebook n'a pas fait de commentaire dans l'immédiat.

Que fait Titan Aerospace ?

Titan Aerospace est un fabriquant de drones "atmosats" fonctionnant à l'énergie solaire. Les drones de Titan sont capables de stocker de l'énergie pour se maintenir à 20 kilomètres d'altitude pour une durée de cinq ans, sans avoir à atterrir.

Ils peuvent remplir la plupart des tâches confiées à des satellites géostationnaires, mais sont moins coûteux car ils sont en suspension près de la Terre plutôt que dans l'espace.

Que veut faire Facebook de ces drones ?

Les drones de Titan peuvent servir à surveiller la météo ou à faire des images de la Terre, mais c'est leur usage dans les communications qui intéresse Facebook. Le réseau social compte utiliser les drones comme relais pour des réseaux internet dans les régions qui en sont dépourvues, et prévoit d'en faire fabriquer 11.000 dans un premier temps, avec un déploiement qui commencerait par l'Afrique, selon TechCrunch. La commercialisation des premiers drones de Titan Aerospace est normalement prévue en 2015.

Est-ce une lubie pour Facebook ?

Non. L'entreprise de Mark Zuckerberg est l'un des principaux investisseurs du projet Internet.org, qui vise à relier à internet les cinq milliards de personnes dans le monde qui en sont dépourvus. L'acquisition de Titan Aerospace serait un levier d'accélération considérable pour ce projet, également soutenu par d'autres géants des télécommunications (Samsung, Ericsson, Nokia, Qualcomm). Google a un projet un peu similaire, baptisé Loon, pour lequel il a déjà effectué des tests, où ce sont des montgolfières qui sont utilisées à la place des drones.

Source :
http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/video-trois-choses-a-savoir-sur-le-projet-de-drones-de-facebook_1497367.html

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Drones
commenter cet article
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 14:21


http://referentiel.nouvelobs.com/file/6953788-video-poursuivi-pour-avoir-filme-nancy-depuis-un-drone.jpg
Le 14 février 2014

C'est une première en France. Un homme de 18 ans fait l'objet de poursuites après avoir filmé Nancy depuis un drone afin de réaliser un clip posté sur les réseaux sociaux.

Un jeune homme de 18 ans, qui avait utilisé un drone équipé d'une caméra pour survoler Nancy afin de réaliser un clip posté sur les réseaux sociaux, a fait l'objet de poursuites pour "mise en danger de la vie d'autrui", une première en France, a indiqué jeudi 13 février le procureur de cette ville.

"Manifestement, il ne s'est pas bien rendu compte de ce qu'il faisait, mais l'usage de drones est très réglementé, de même que tout aéronef qui circule dans l'espace aérien", a expliqué le procureur de Nancy, Thomas Pison.

Le jeune homme avait tourné des prises de vues de Nancy fin janvier, notamment de la place Stanislas ainsi que des monuments les plus célèbres de la ville lorraine.

Son clip, posté sur différentes plateformes de partage de vidéos, avait été vu plusieurs dizaines de milliers de fois par les internautes.



Une formation similaire à celle des pilotes d'avions

Mais son succès a alerté les autorités, notamment la Direction de l'aviation civile, qui a rappelé à l'auteur de la vidéo les règles relatives aux drones civils.

Les utilisateurs doivent notamment passer une formation similaire à celle des pilotes d'avions et obtenir une autorisation particulière lorsqu'ils souhaitent faire survoler un drone au-dessus d'un espace urbain.

Après une audition cette semaine par les gendarmes, le jeune homme comparaîtra devant le tribunal correctionnel dans les prochains mois, sous le chef de prévention de "mise en danger de la vie d'autrui".

"C'est la première fois qu'un utilisateur de drone civil est poursuivi en France sous cette qualification", a convenu Thomas Pison, qui a notamment justifié les poursuites par les risques liés en cas d'accident, ainsi que la violation de la vie privée que pouvait entraîner ce type d'engins.

Source :
http://tempsreel.nouvelobs.com/justice/20140214.OBS6368/video-poursuivi-pour-avoir-filme-nancy-depuis-un-drone.html

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Drones
commenter cet article
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 10:29


http://fr.squat.net/uploads/2013/08/drone-uk-35373.jpg
Depuis squat.net le 11 août 2013

Comme il y a quinze-vingt ans avec le début de la prolifération des caméras de vidéo-surveillance, des élans de protestation plus ou moins citoyens (pétitions, déclarations “politiques”, articles de presse, ou actions directes…) sont lancés contre l’arrivée progressive des drones comme moyen civil de surveillance et de contrôle.

Vu la société actuelle, il y a peu de chances que l’on puisse y échapper, à moins d’un bouleversement en profondeur de la société sécuritaire. Pour ça, redynamiser des perspectives révolutionnaires semble nécessaire…

En Grande-Bretagne, des drones débusquent les locataires non-déclarés

Les temps sont durs, c’est la crise, et au Royaume-Uni, tous les moyens sont bons pour remplir les caisses des autorités. Même les grands moyens. À Slough, dans la banlieue londonienne, les techniques militaires d’espionnage les plus sophistiquées sont utilisées.

Ce n’est pas la maison de Ben Laden ou la cachette de Kadhafi qu’a survolé un drone équipé de caméras thermiques ; c’est tout simplement la ville de Slough dans la banlieue ouest de Londres, au nord de la résidence royale de Windsor.

Lire la suite :
https://fr.squat.net/2013/08/11/londres-les-drones-sont-desormais-utilises-comme-armes-anti-squat/

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Drones
commenter cet article
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 11:26


http://www.aviationsmilitaires.net/pictures/pictures/800px-Schiebel_CAMCOPTER_S-100.jpg
Depuis Secours Rouge, le 6 mars 2013.

Le Camcopter S-100 est un drone hélicoptère de reconnaissance tactique, soutien d’artillerie, surveillance maritime, construit par la société autrichienne Schiebel. L’appareil peut être programmé pour effectuer des vols autonomes ou être piloté à distance.

Dans les deux modes, il est stabilisé par guidage inertiel et GPS. À masse maximale de 200 kg, son autonomie est de 6 heures. Sa vitesse maximale est de 220 km/h à un plafond maximal d’environ 5 500 mètres.

Il peut embarquer diverses charges utiles comme des capteurs électro-optiques et infrarouge.

Le mois passé, le S-100 a réalisé des essais en vol avec un système radar I-Master de Thales sur le site d’essais de Schiebel à Wiener Neustadt, en Autriche.

L’I-Master est adapté à la surveillance tout-temps, ainsi qu’à la détection et à la reconnaissance des objectifs sur des zones étendues, le tout en maintenant une importante distance de sécurité.

L’appareil a été testé par plusieurs marines (et commandé par trois) mais également par la Guardia Civil espagnole.

Source :
http://www.secoursrouge.org/Autriche-Encore-un-drone-de

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Drones
commenter cet article
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 23:57


http://www.bbec.lautre.net/www/spip_truks-en-vrak/local/cache-vignettes/L485xH333/0201-droneimcb05-ab993.jpg
Transmis depuis Truks en Vrak

Drones • les meurtriers ont le bras long

Nicola Abé | Der Spiegel courrierinternational.com | jeudi 3 janvier 2013

Pendant plus de cinq ans, Brandon Bryant a travaillé dans un container allongé de la taille d’une caravane, sans fenêtres, à température constante de 17 °C, et dont la porte était condamnée par mesure de sécurité.

Devant les yeux de Brandon et de ses collègues scintillaient quatorze écrans.

Sous leurs doigts, quatre claviers.

Il suffisait que Brandon presse un bouton au Nouveau-Mexique pour qu’un homme meure à l’autre bout de la planète.

A l’intérieur du container, des ordinateurs ronronnent. C’est le cerveau d’un drone. Dans l’US Air Force, on appelle cette pièce un “cockpit”. A cette différence près que les pilotes du container ne volent pas – ils se contentent de piloter.

Brandon était l’un d’entre eux.

Il se souvient très précisément des huit que décrivait le Predator dans le ciel afghan, à plus de 10 000 kilomètres de l’endroit où il se trouvait.

Dans le réticule du drone, une maison aplatie en terre, avec une étable pour les chèvres, se rappelle-t-il.

Lorsque l’ordre de faire feu tombe, Brandon presse un bouton de la main gauche, “marque” le toit au laser, et le pilote assis à côté de lui déclenche le tir à l’aide d’un joystick. Le drone lance un missile de type Hellfire.

Il reste alors seize secondes avant l’impact.

“Les secondes s’écoulent au ralenti”, se souvient Brandon aujourd’hui.

Enregistrées au moyen d’une caméra infrarouge orientée vers le sol, les images sont transmises par satellite et apparaissent sur son moniteur avec un décalage de deux à cinq secondes.

Plus que sept secondes, pas l’ombre d’un humain.

A cet instant, Brandon aurait encore pu détourner le missile roquette.

Trois secondes.

Brandon scrute le moindre pixel sur l’écran.

Soudain, un enfant qui court à l’angle de la maison.

Au moment de l’impact, le monde virtuel de Brandon et le monde réel d’un village situé entre Baghlan et Mazar-e Charif se télescopent.

Brandon voit une lueur sur l’écran – l’explosion. Des pans du bâtiment s’écroulent. L’enfant a disparu. Brandon a l’estomac noué.

“On vient de tuer le gamin ?” demande-t-il à son collègue assis à côté.
“Je crois que c’était un gamin”, lui répond le pilote.
“C’était un gamin ?” continuent-ils de s’interroger dans la fenêtre de messagerie instantanée qui s’affiche sur leur écran.

C’est alors que quelqu’un qu’ils ne connaissent pas intervient, quelqu’un qui se trouve quelque part dans un poste de commandement de l’armée et qui a suivi leur attaque : “Non, c’était un chien.”

Lire la suite :
http://www.bbec.lautre.net/www/spip_truks-en-vrak/spip.php?article3979

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Drones
commenter cet article
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 01:50


http://img.directindustry.fr/images_di/photo-m2/drones-a-voilure-tournante-quadrirotors-100893-2961025.jpg
INVITATION
Noël Mamère, Député - Maire de Bègles, Avocat
Clément Rossignol, Physicien et Vice- Président de la Communauté Urbaine de Bordeaux organisent une soirée-débats

« Drones, usages et enjeux de société » jeudi 25 octobre 2012 à 20 h au Parc de l’Intelligence Environnementale à Bègles

Pourquoi un débat sur le développement des drones civils ?

L'agglomération bordelaise accueille dorénavant le salon européen des drones civils et militaires. Jusque-là exclusivement utilisés à des fins militaires, ces avions sans pilote s'ouvrent à des applications civiles allant de la surveillance incendie au maintien de l'ordre public.

Cette filière technologique prometteuse est en plein essor dans la région, avec l’aide des collectivités locales et laisse entrevoir des applications qui intéresseront la protection civile et la sécurité urbaine. Certes, une réglementation de l’usage des drones civils vient de voir le jour en mai dernier mais il y a-t-il eu dans ce cadre une réflexion sur les limites à ne pas franchir afin de garantir les libertés publiques ?

Cette soirée réunira des décideurs politiques, des associations, des entreprises et structures de recherche sur les drones. Elle consistera à mieux faire connaître les potentiels et usages possibles de cette nouvelle technologie, d’engager une réflexion sur ces usages, ainsi que sur les risques d’atteinte aux libertés publiques et à la vie privée.

« Quand, dans un État, vous ne percevez le bruit d'aucun conflit, vous pouvez être sûr que la liberté n'y est plus » Edouard Herriot

Comment s’y rendre ?
213 Cours Victor Hugo à BEGLES
S’y rendre en transport public :
Liane 15 arrêt Salengro

Contact :
Clément Rossignol
05 56 99 89 34
crossignol@cu-bordeaux.fr

PROGRAMME SOIREE - DEBATS
Drones, usages et enjeux de société

Ouverture de la soirée et introduction du sujet par Clément Rossignol
Avec la participation écrite de Michel Sainte-Marie, Député-Maire de Mérignac

Intervenants :
- François Baffou, Directeur de Bordeaux Technowest
- DGAC Aquitaine
- Universitaire spécialiste des drone
- Chef d’entreprise, start up drone
- Jean-Claude Guicheney, Président Ligue des droits de l'Homme 33
- André Vitalis, Professeur Université Bordeaux 3, Directeur Groupe de Recherche et d'étude des Médias, sciences de l'information et de la communication

Conclusion de la soirée par Noël Mamère

Sera abordé au cours de la soirée :

Le poids économique des drones civils en Aquitaine.

Quel impact sur le tissu économique de la Région et sur l'emploi ?

L’Aquitaine est un territoire attractif pour cette filière émergente en structuration : les structures existantes telles que de grands groupes et PME innovantes, pôles de recherche, centre de services aéronautique, zone d’essai Drone etc., nourrissent l’ambition de faire de la région un véritable Cluster Drone au niveau européen.

Quels potentiels techniques offrent les drones ?

De nombreuses applications non militaires sont à développer dans les domaines de la sécurité (civile, police, frontières, cotes), de la surveillance (feux, forêts, ouvrages d’art), des télécommunications, de l’agriculture, de la logistique, du cinéma...

Quelle est la réglementation actuelle ?

La France a adopté une des toutes premières réglementations au monde sur l'utilisation des drones civils dans l'espace aérien, ouvrant un secteur prometteur à l'industrie aéronautique.
Jusqu'ici essentiellement cantonnés dans les missions militaires et de sécurité, les avions et hélicoptères sans pilote sont prêts à être utilisés dans l'agriculture, l'audiovisuel, l'inspection des barrages, ou la lutte anti-incendie.

Quelles applications précises seront rendues possibles grâce aux drones en terme de surveillance publique ?

Il sera possible de doter les drones de capteurs ultra-perfectionnés permettant la vision nocturne, l’écoute au travers des murs, le suivi automatique de personnes ou de véhicules...

Développement économique local et participation citoyenne Réussir à lier les choix du développement économique local à un débat citoyen.

Afin de garantir les libertés publiques et la vie privée, doit-on mettre des garde- fous sur ce type d’usages ? si oui, lesquels ?

Vers une charte d'usage des drones civils...

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Drones
commenter cet article
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 13:53


http://www.isae-alumni.net/images/news/1347120753Invitation-Salon-UAV.JPG
Septembre 2012

Dans trois semaines, UAVShow Europe, deuxième édition, s’ouvrira à Bordeaux-Mérignac. Ce salon international du drone, produit par Bordeaux-Technowest, est la seule manifestation de cette importance sur notre continent, disions-nous lors de la clôture de la première édition en 2010.

D’ores et déjà cette affirmation se confirme : fin septembre 2012 des représentants des grandes nations impliquées dans l’aventure des drones, outre la France, seront présents : Etats-Unis, Israël, Allemagne, Espagne, Suisse, Grande Bretagne,  Russie, Belgique, Bahrein, Monaco, Australie…

Plus de 500 utilisateurs de drones, civils et militaires, ont confirmé leur présence, plus de 50 exposants seront sur place dans l’espace statique, dont des grands groupes (EADS, Dassault, Thales, Cassidian, GDF Lyonnaise, le CEA…) et aussi des PME hyperspécialisées dans ces nouvelles disciplines.

Lire la suite sur le site de la mnifestation :
http://www.uavshow-europe.com/

***
Complément d'info

Le 19 avril 2012

Mérignac - Drone - Une filière dans le vent
http://www.sudouest.fr/2012/04/19/une-filiere-dans-le-vent-692057-3001.php

**
Le 13 juin 2012

Mérignac - Le ciel s'ouvre aux drones
http://www.sudouest.fr/2012/06/13/le-ciel-s-ouvre-aux-drones-741639-3001.php

**
Le 28 juillet 2012

Feux de forêt : un drone girondin veille sur la forêt des Landes
http://www.sudouest.fr/2012/07/28/le-drone-girondin-veille-sur-la-foret-des-landes-781215-4723.php

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Drones
commenter cet article
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 11:36


http://s2.lemde.fr/image/2010/05/13/512x256/1350754_3_f2a8_un-missile-est-charge-sur-un-drone-americain.jpg
Pioché sur Le Monde, le 14 décembre 2011

Malgré les cures d'austérité budgétaire, le marché des drones se porte bien. Les dépenses mondiales liées au développement et à l'achat de ces avions sans pilote devraient même doubler en dix ans, passant de 5,9 milliards de dollars à l'heure actuelle à 11,3 milliards en 2020 selon une étude publiée en mars par Teal Group, un cabinet spécialisé dans l'industrie mondiale de la défense.

Lire ici :
http://tealgroup.com/index.php?option=com_content&view=article&id=74:teal-group-predicts-worldwide-uav-market-will-total-just-over-94-billion-&catid=3&Itemid=16

Les avions sans pilote ont convaincu les états-majors après leur déploiement en Irak, en Lybie et surtout en Afghanistan, où ils sont utilisés pour la reconnaissance du terrain mais aussi pour des missions d'attaque. Le crash d'un de ces appareils, américain, sur le territoire iranien, montre que ces engins sont désormais indispensables pour toutes sortes d'opérations de renseignement.

Lire ici :
http://www.lemonde.fr/international/article/2011/12/13/l-iran-nargue-les-etats-unis-qui-reclament-leur-drone_1617757_3210.html

Le nombre de missions d'attaque a d'ailleurs régulièrement augmenté, passant de neuf sur la période 2004-2007 à 118 l'année dernière avant de redescendre à 70 à la mi-novembre 2011 selon la comptabilité tenue par la New America Foundation.

Lire ici :
http://counterterrorism.newamerica.net/drones

ISRAËL ET LES ÉTATS-UNIS LOIN DEVANT

Ce marché plein de promesses profitera-t-il aux industriels européens ? Rien n'est moins sûr tant le Vieux Continent a pris du retard sur les Etats-Unis et Israël, historiquement en pointe dans le développement de ces appareils.

"Les Etats-Unis et Israël sont les seuls à avoir développé une industrie de drones très en amont, dès les années 70 avec la guerre du Vietnam d'un côté et celle du Kippour de l'autre", explique Jean-Pierre Maulny, directeur adjoint de l'IRIS (Institut de relations internationales et stratégiques).

Aujourd'hui les Etats-Unis représentent à eux seuls les deux tiers des achats d'avions sans pilote avec 2,3 milliards de dollars en 2011 et 77 % des budgets de recherche et développement mondiaux dans le secteur, soit 2 milliards de dollars à eux-seuls selon Teal Group.

Pour autant, les positions des acteurs ne sont pas figées. "La particularité du marché des drones est de ne pas avoir été pris en charge par les acteurs traditionnels de l'industrie de la défense à ses débuts. Aujourd'hui, c'est encore un marché peu structuré avec de très nombreuses entreprises", analyse Jean-Pierre Maulny. Même certains grands noms de l'industrie du drone – l'israélien IAI ou l'américain General Atomics – ne comptent pas parmi les cadors de l'armement conventionnel.

Lire la suite :
http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/12/14/la-foire-du-drone-bat-son-plein_1618558_3234.html#ens_id=1618629&%2338;xtor=RSS-3208

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Drones
commenter cet article

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
 le 19 Mars 2009 à Bordeaux !
 
Infos :  klik !
 

 

L'oeil de Pancho

D'autres dessins de Pancho : klik

Retour à la page d'accueil