Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

ETAT D'URGENCE

Le cadre légal : klik

****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"


C'est par là : klik !

****
Agenda des luttes

 
http://demainlegrandsoir.org/IMG/arton913.png

  En ligne ici : klik !

*****

Non à la loi renseignement

Infos : klik !

****
Retrouvez toutes

les brochures du C.L.A.P33

***
"Résistons Ensemble"


http://resistons.lautre.net/

***

Et encore...

Notre flux Rss




https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

http://blog.cgtbayard.org/public/solidar.jpg


 

21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 10:53


http://www.lesinrocks.com/wp-content/thumbnails/uploads/2013/06/montreuil604-tt-width-604-height-418-attachment_id-400134.jpeg
Le 2 juin 2013

Mardi 21 mai, le journaliste Mikaël Lefrançois porte plainte pour violences aggravées contre Denis Hochard, le directeur de la Tranquillité publique de Montreuil et quelques uns de ses agents.

Les Inrocks produisent aujourd’hui une vidéo de l’altercation qui met en doute la défense des agents municipaux. Derrière ce fait divers, on découvre un service à qui la mairie a, petit à petit, confié des missions de police. Des dérives violentes ont été maintes fois signalées à la maire Dominique Voynet. Sans effet jusqu’à présent. Rencontrée dimanche matin, l’ex-ministre promet désormais des sanctions.

Dimanche 19 mai, deux heures du matin. Mikaël Lefrançois, journaliste pour l’agence de presse TSVP, et un ami, ne peuvent entrer dans le Palais des congrès de Montreuil. Le festival électro pour lequel il se sont déplacés affiche complet.

Sur le trottoir de la rue de Paris, Mikaël Lefrançois aperçoit des agents de la Tranquillité publique, reconnaissables au “ASVP” (Agents de surveillance de la voie publique) ou “Tranquillité publique” scotché dans leur dos.

Censés s’occuper avant tout de dresser des contraventions et de la circulation, ils sont accompagnés de leur directeur de 52 ans, un certain Denis Hochard. Le journaliste connaît le visage de ce cadre municipal, ex patron d’une entreprise de sécurité privée.

L’an passé, il a entamé une enquête sur cet homme et les dérives supposées de son service pour la chaîne télévisée M6.

Lire la suite & voir la vidéo :
http://www.lesinrocks.com/2013/06/02/actualite/video-derives-agents-tranquilite-publique-montreuil-voynet-11400139/

Repost 0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 07:01


http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/dgse-nouveau/logo-dgse-a-la-une/572500-1-fre-FR/logo-dgse-a-la-une_a_la_une.jpg
Transmis par Hacktivismes, le 5 juin 2013.

En ce mois de mai 2013, les parlementaires se sont penchés sur deux rapports concernant les services de renseignement français.

Le premier concerne l’encadrement juridique de leur action, tandis que le second analyse leur fonctionnement « dans le suivi et la surveillance des mouvements radicaux armés ». Et comme les deux portent la griffe du député Jean-Jacques Urvoas, on retrouve un peu de l’un dans l’autre. À la lecture de ces documents, au demeurant fort intéressants (que l’on peut trouver ici et ici), il reste une question en suspens : Faut-il accorder aux agents qui luttent contre le terrorisme des pouvoirs extra-judiciaires ?

De quoi s’agit-il ? De donner à des policiers des pouvoirs de police administrative équivalents à ceux qu’ils détiennent dans le cadre d’une enquête judiciaire : surveillance, captation d’images, de sons, géolocalisation, intrusion occulte dans un domicile, une voiture… Tout cela sur des personnes qui n’ont commis aucun crime, aucun délit. De simples suspects.

Quels sont les services concernés ?

Les principaux acteurs du renseignement français sont au nombre de six, mais trois seulement ont un rôle important dans la lutte contre le terrorisme :

La DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure), autrefois surnommée La Piscine en raison de la proximité de ses bureaux avec la piscine des Tourelles, est chargée du renseignement et de l’action à l’extérieur des frontières. Sous sa forme actuelle, ce service a été créé en 1982. Il a remplacé le SDECE (Service de documentation extérieure et de contre-espionnage), lequel a été rattaché au ministère de la Défense en 1966, après l’affaire Ben Barka. La DGSE n’a aucune relation avec la Justice.

Tracfin (Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins) est rattaché au ministère des Finances. Ce service a été créé en 1990 pour lutter contre le blanchiment d’argent. Dix ans plus tard, il a vu ses compétences élargies à la lutte contre le financement du terrorisme, et, en 2007, il a rejoint la communauté du renseignement.  Il y a deux ans, une cellule spécifique a été créée pour mieux détecter le financement du terrorisme. Un travail de fourmi. C’est un service d’enquêtes administratives.

La DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur) a été créée en 2008 en mariant la DST (Direction de la surveillance du territoire) et une grande partie de la DCRG (Direction centrale des renseignements généraux). Particularité française, c’est à la fois un service secret et un service de police judiciaire.

Lire la suite :
http://moreas.blog.lemonde.fr/2013/06/05/la-lutte-contre-le-terrorisme-passe-t-elle-par-les-armes-ou-par-le-droit/

Repost 0
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 13:12


http://www.francetvinfo.fr/image/74r52qv79-d43c/908/510/376751.jpg
Transmis par JP le 1er juin 2013

Les Taser et les Flash-Ball ont beau être des "armes non-létales", selon leurs fabricants, ils n'en restent pas moins des armes, dont l'usage est désormais courant chez les policiers et les gendarmes.

Pour la première fois, le défenseur des droits a donc décidé de consacrer un rapport général sur ces "moyens de force intermédiaire", rendu public mardi 28 mai. "Le recours à ces armes, assimilé à l'usage de la force, est soumis à une exigence de stricte nécessité et proportionnalité", rappelle le défenseur, qui est régulièrement saisi d'abus, de mauvaises utilisations et de dérapages.

La liste est édifiante, et ne relève pas toujours de dérives individuelles. Certes, ce policier qui a utilisé le Taser, pistolet à impulsion électrique, en mode contact – il a alors un effet paralysant localisé puissant – n'a pas été tout à fait franc lorsqu'il a évoqué l'"attitude hostile" de la personne qu'il souhaitait interpeller. "L'attitude hostile de la personne s'était en réalité manifestée par le fait de relever ses couvertures et de s'asseoir sur son lit", note malicieusement le rapport.

Mais, de manière plus générale, le texte dénonce le développement d'un usage de confort des Taser en mode contact pour faciliter des interpellations et des menottages.

Chez les gendarmes, le nombre d'utilisations dans ce cadre est passé de 223 à 360 entre 2009 et 2012, et chez les policiers, de 161 à 229 entre 2010 et 2012. Le ministère de l'intérieur les encourage : il estime l'utilisation du Taser "moins dangereuse pour l'intégrité physique de la personne qu'une intervention physique des fonctionnaires de police et des militaires de la gendarmerie".

Lire la suite :
http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/05/28/les-utilisations-irregulieres-des-taser-et-flash-ball-denoncees_3419504_3224.html

***
Le rapport du défenseur des droits :
http://www.defenseurdesdroits.fr/sites/default/files/upload/rapport_deontologie_sur_trois_moyens_de_force_intermediaire_2.pdf

Repost 0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 07:45


http://www.sudouest.fr/images/2013/05/22/1060346_1395213_460x306.jpg
Le 22 mai 2013

Contrairement à la France, le gouvernement d'Euskadi a imaginé une solution pour faire payer les contrevenants étrangers qui échappaient aux radars fixes.

Face aux puissantes cylindrées étrangères, le plus féroce des radars automatiques n’est qu’une vulgaire boîte de tôle inoffensive. Les flashs ont beau crépiter au passage de ces bolides d’un autre État, leurs conducteurs restent toujours impunis. Du moins dans la majorité des cas.

Depuis le 1er juillet 2012, les contrevenants belges, suisses et luxembourgeois sont mis à l’amende sur le territoire français.

Et vice versa.

Les autorités de ces pays européens s’échangent désormais les données des chauffeurs pris en flagrant délit, le pied enfoncé sur l’accélérateur.

Mais le reste de l’espace Schengen peut continuer à sourire sur la photo.

Ces conducteurs étrangers représentent 25 % des véhicules flashés. Jusqu’à 50 % en été. Essentiellement dans les zones frontalières, forcément. De quoi déconcerter police et maréchaussée.

Lire la suite :
http://www.sudouest.fr/2013/05/22/pv-coinces-aux-frontieresrien-ne-vaut-les-jumelles-1060346-4018.php

Repost 0
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 15:00


http://www.leparisien.fr/images/2013/05/23/2826961_act4_545x341.JPG
Le 23 mai 2013.

Un appel à projets de reconnaissance faciale des voyageurs a été lancé.

Objectif : fluidifier le trafic et, surtout, lutter contre la fraude. L’étude est finalement enterrée.

Faudra-t-il bientôt présenter son visage à une caméra de « reconnaissance faciale » pour pouvoir prendre les transports en commun? Comme dans les films hollywoodiens? La question vient de quitter le domaine de la science-fiction.

Pendant quelques jours seulement, la création d’un système d’identification biométrique dans le métro parisien a été officiellement évoquée dans un « appel à compétences » lancé par le pôle d’ingénierie de la RATP. Devant la levée de boucliers qu’a provoquée en quelques heures seulement ce projet sur les réseaux sociaux, la régie parisienne a finalement fait marche arrière et a annoncé hier le retrait du projet d’étude.

Source :
http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/la-ratp-fait-marche-arriere-sur-une-arme-secrete-antifraudeurs-23-05-2013-2826845.php

Repost 0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 13:06


http://s1.lemde.fr/image/2012/12/02/534x267/1798883_3_dd7e_dassault-a-lance-le-neuron-en-partenariat-avec_b9a68143593320db9863770ed19577b2.jpg
Le 19 mai 2013.

Jean-Yves Le Drian estime "indispensable" l'acquisition de drones de surveillance et souhaite que les Européens envisagent d'en produire.

La France est "en discussion avec les États-Unis et Israël" pour l'achat en urgence de drones de surveillance, a indiqué Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, invité dimanche du Grand Rendez-vous Europe 1/i>Télé/Le Parisien-Aujourd'hui en France. "Il nous faut aujourd'hui ces moyens à court terme. Il y a aujourd'hui deux pays au monde qui construisent des drones, les États-Unis et Israël", a-t-il expliqué.

Le ministre de la Défense estime que l'acquisition de ces aéronefs sans pilote est "indispensable" en attendant que la France puisse en produire. "La France a raté le rendez-vous des drones, pour des tas d'histoires, on pourrait en faire un livre, il faut remonter 20 ans en arrière", a-t-il regretté.

Remplacer les drones actuels

Et d'insister : "Il faut, sur ce sujet, une solution pérenne. Il faut se préparer à construire au niveau européen une nouvelle génération susceptible de remplacer les drones d'observation actuels. Il faut que les industriels français et européens se mettent en relation", notamment avec "les Allemands et les Britanniques" qui sont désireux de tels projets, selon le ministre.

"Quant au drone de combat européen, capable de rivaliser avec les avions de chasse, son horizon est plus lointain : 2030", expliquait Le Monde, vendredi.

Le ministre avait déjà souligné lundi dernier, devant l'armée de terre à Saint-Maixent-l'École (Deux-Sèvres), l'obligation pour la France d'acquérir "dans les délais les plus rapides" les drones tactiques qui lui font défaut. La France rachètera notamment deux drones de surveillance à moyenne altitude Reaper à l'armée de l'air américaine pour soutenir ses opérations au Mali, avait rapporté vendredi le magazine Air et Cosmos.

Source :
http://www.lepoint.fr/monde/bientot-des-drones-europeens-19-05-2013-1669789_24.php

Repost 0
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 16:35


http://md0.libe.com/photo/519324-des-policiers-devant-un-lycee-a-strasbourg-le-17-mai-2013.jpg?modified_at=1368810919&ratio_x=03&ratio_y=02&width=476
Le 17 mai 2013.

Plus de 750 policiers et gendarmes ont été déployés vendredi à titre préventif devant les 59 lycées du département du Bas-Rhin, dans l'est de la France, après qu'un adolescent eut menacé sur internet de commettre une fusillade.

"Homicide ou canular, nous restons très attentifs et prenons toutes les précautions", a résumé lors d'une conférence de presse le procureur de Strasbourg, Michel Senthille.

Cette mobilisation exceptionnelle fait suite à un long message anonyme, intitulé "Tout s'arrête bientôt", et posté mardi soir sur un forum internet.

"J'habite dans une certaine ville, où se trouve un certain lycée, et vendredi, je laisse ma trace dans l'histoire", a écrit l'inconnu, ajoutant : "La vie de beaucoup de gens, dont la mienne, finira ce jour-là", selon le fac-similé du message publié sur le site de Rue89 Strasbourg.

"Mon oncle a un fusil de chasse, j'en ai profité pour lui "emprunter" son semi-automatique. Je sais comment l'utiliser, et je l'utiliserai croyez-moi", ajoute l'anonyme.

Les enquêteurs ont diffusé une photo du jeune suspect. Le cliché, extrait des images de vidéosurveillance du cybercafé où il a écrit ses menaces, montre un adolescent vêtu d'une capuche de couleur foncée. Ce cybercafé est situé à Strasbourg, ce qui a conduit la police à concentrer les recherches dans cette ville et dans le département.

Source :
http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1634946/2013/05/17/Vaste-deploiement-de-police-devant-des-lycees-en-France.dhtml

Repost 0
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 14:42


http://www.youphil.com/sites/default/files/images/2011-05/ophelielatil1.jpg
Le 5 mai 2013

Après trois années d'âpres négociations, la Commission européenne a annoncé, vendredi 26 avril, qu'un accord avait enfin été trouvé par les Etats membres sur un système d'asile commun. Ils ont désormais deux ans pour transposer ces dispositions. Manuel Valls, ministre de l'intérieur, explique la réforme qui va être lancée en France.

L'une des mesures-clés de l'accord européen est l'uniformisation des délais d'examen des demandes d'asile de "six à neuf mois". C'était aussi une promesse de François Hollande. Etes-vous prêt ?

Manuel Valls : Oui, et pas seulement du fait des négociations européennes. Il y a dans le monde des personnes qui subissent l'arbitraire, la terreur et les persécutions. C'est l'honneur de la France de protéger ceux qui, sans son aide, seraient en grand danger. Mais notre système d'asile est à bout de souffle, je ne l'accepte pas. Il faut le réformer. Depuis 2007, les demandes d'asile ont augmenté de 70 %. Avec 61 000 demandes en 2012, la France est le deuxième pays européen le plus sollicité.

La hausse de la demande d'asile n'est pas nouvelle et ne dépasse pas le pic de 1989 (61 400)...

Je ne fais pas de comparaison. Aujourd'hui, les délais d'examen des dossiers sont en moyenne de seize mois, sans compter la phase en amont de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (l'Ofpra). Les centres d'hébergement des demandeurs d'asile (CADA), qui devraient être la norme, sont, eux, saturés et proposés à seulement 30 % des demandeurs. On a donc recours de façon massive à l'hébergement d'urgence, au détriment des demandeurs d'asile comme des finances publiques. Tout le monde est perdant.

Comment allez-vous faire ?

Je vais lancer une grande consultation nationale avec les associations et les élus locaux à partir de juillet. Elle sera animée par un parlementaire et se conclura à l'automne. Il faut en effet tout revoir : la qualité de l'accueil, celle de l'hébergement, l'accessibilité de la procédure... Il y a une trop grande concentration des demandeurs d'asile : plus de 45 % arrivent en Ile-de-France. Des départements comme l'Oise sont débordés, ainsi que des grandes villes comme Lyon, Rennes ou Dijon. Sur certains aspects, comme le logement, nous procéderons par voie réglementaire. Les dispositions européennes pourront, elles, être intégrées à un projet de loi.

Lire la suite :
http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/05/04/manuel-valls-il-faut-reformer-notre-systeme-d-asile-a-bout-de-souffle_3170996_3224.html

Repost 0
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 08:42


http://alencontre.org/wp-content/uploads/2011/09/photomariebolg-300x224.jpg
Depuis le Ministère de la Régularisation de Tous les Sans Papiers

Le 26 avril 2013

La guerre aux migrants a fait 18 000 morts (au moins)

Plusieurs vidéos sur le lien :
http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2013/04/24/la-guerre-aux-migrants-a-fait-18-000-morts-au-moins/

La semaine dernière, Frontex, l'"agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures", annonçait fièrement dans son rapport annuel que "les franchissements irréguliers des frontières extérieures de l'UE ont été divisés par deux en 2012 grâce aux renforcements des contrôles aux frontières", au déploiement de 1 800 gardes-frontière en Turquie, et à la construction d'une clôture en fil barbelé à la frontière gréco-turque longue de 10,3 km chacune et d'une hauteur de 2,5 à 3 mètres :

    Quelque 72 430 franchissements illégaux ont été dénombrés en 2012, ce qui représente une baisse de 49 % par rapport aux 141 060 détectés l'année précédente.

Etrangement, Frontex n'évoque pas, par contre, le nombre de migrants morts aux frontières de l'Europe. En 2011, j'avais contribué à créer une carte interactive répertoriant plus de 14 000 hommes, femmes & enfants "morts aux frontières" de l'Europe, depuis 1993.

Printemps arabe "aidant", l'ONG en charge de cette macabre comptabilité a depuis recensé 4 000 victimes supplémentaires, en seulement 2 ans... Une vingtaine d'ONG ont lancé, il y a de cela un mois, une campagne internationale pour dénoncer cette "guerre" que l'Europe a décidé de lancer contre "un ennemi qu'elle s'invente".

A l'exception d'un article sur Slate.fr, des articles et de l'émission « De Big Brother à Minority Report » que le Vinvinteur (l'émission de télévision où j'officie aussi désormais) a consacré à cette guerre qui ne dit pas son nom, aucun média n'en a parlé. Aucun. 18 000 morts en 20 ans, dont 4 000 ces deux dernières années. Aux portes de l'Europe. Dans l'indifférence quasi-générale...

Lire la suite :
http://www.ministere-de-la-regularisation-de-tous-les-sans-papiers.net/joomla1.5/index.php?option=com_content&view=article&id=1089:la-guerre-aux-migrants-a-fait-18-000-morts-au-moins&catid=15:actualites

***
Complément d'info

Calais : des réfugiés aux doigts brûlés

Plusieurs vidéos sur le lien et article :
http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2009/09/26/calais-et-ses-refugies-aux-doigts-brules/

Repost 0
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 10:33


http://2.bp.blogspot.com/_Ep0gUk3Y2M0/SkE-ocZ1YKI/AAAAAAAAAQU/_3mMB7X4P9c/S220/dcri2.png
Le 6 avril 2013.

Wikimédia France tient à signifier sa totale incompréhension et sa stupeur face aux agissements dont a été victime un administrateur de Wikipédia de la part d’agents de la Direction Centrale du  Renseignement Intérieur (DCRI), ce jeudi 4 avril 2013.

La DCRI a contacté début mars la Wikimedia Foundation, organisation à but non lucratif et hébergeur de Wikipédia, au sujet d’un article publié dans la Wikipédia en français et concernant une installation militaire française. La DCRI estimait que cet article portait atteinte au secret de la défense nationale, et exigeait la suppression immédiate de  l’article.

La  Wikimedia Foundation a opposé un refus aux exigences de la DCRI, considérant qu’en l’état des informations qui lui étaient fournies, rien ne permettait de déterminer le caractère litigieux de l’article incriminé.

La Wikimedia Foundation est habituée à collaborer sur requête judiciaire avec les autorités des différents pays de diffusion de Wikipédia. Elle reçoit des centaines de demandes de  retrait de contenu chaque année, et coopère de son mieux pour régler ce genre de problèmes lorsque les requêtes sont claires et juridiquement motivées.
 
Insatisfaite de cette décision, la DCRI a convoqué dans ses locaux, ce jeudi 4 avril 2013, un contributeur bénévole de Wikipédia, faisant partie des personnes ayant accès aux outils pour supprimer des pages sur l’encyclopédie.

Ce bénévole a été contraint de supprimer devant les agents l’article incriminé, sous peine d’être placé sur le champ en garde à vue et mis en examen, et ce en dépit de ses explications sur le fonctionnement de Wikipédia. Devant les pressions exercées, il n’a pu faire autrement que de s’exécuter et de prévenir les autres administrateurs qu’ils risquaient le même traitement en cas de restauration de l’article.

Ce bénévole n’a aucun rapport avec l’article incriminé : il n’est pas l’auteur du contenu de l’article concerné, et a découvert son existence dans les locaux de la DCRI.

Ce bénévole a été visé et convoqué parce qu’il était facilement identifiable publiquement, par ses actions régulières de promotion de Wikipédia et des projets Wikimedia en France.

Wikimédia France ne comprend pas et n’admet pas que l’on utilise intimidation et méthodes expéditives contre un bénévole œuvrant pour un accès libre et gratuit à la connaissance pour le plus grand nombre.

Wikimédia France a pour objectif de soutenir la connaissance libre, et a le devoir de dénoncer les actions de censure et d’intimidations menée contre des citoyens français donnant de leur temps pour cette œuvre collective, ce bien commun qu’est Wikipédia.

Contribuer à Wikipédia doit-elle devenir une activité risquée en France ? La DCRI n’a-t-elle pas l’arsenal juridique nécessaire pour faire respecter si besoin le secret militaire par des méthodes moins brutales ? Nous l’espérions.
 
Lire la suite :
http://blog.wikimedia.fr/la-dcri-menace-un-administrateur-de-wikipedia-pour-supprimer-un-article-5477


***
Complément d'info

Censure sur Wikipédia: au nom du secret défense, la DCRI fait supprimer un article, ensuite rétabli
http://www.zdnet.fr/actualites/censure-sur-wikipedia-au-nom-du-secret-defense-la-dcri-fait-supprimer-un-article-ensuite-retabli-39789080.html

Affaire DCRI / Wikipedia : interview exclusive de Christophe Henner, vice-président de Wikimedia France
http://www.zdnet.fr/actualites/affaire-dcri-wikipedia-interview-exclusive-de-christophe-henner-vice-president-de-wikimedia-france-39789081.html


Repost 0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 14:04


http://www.rue89.com/sites/news/files/styles/asset_img_full/public/assets/image/2013/03/grece_0.jpg


Depuis Rue 89 le 26 mars 2013

Arrestations au faciès, conditions de détention inhumaines… De nombreux migrants accusent la Grèce de mauvais traitements. Sans inquiéter l’Europe, qui va rallonger les budgets de son meilleur « garde-frontière ».

(D’Athènes) En septembre dernier, alors qu’il tentait de gagner le nord de l’Europe par la Turquie, Faraj Alhamauun a été arrêté durant sa traversée de la Grèce.

En dépit d’une grave blessure à la jambe causée par des bombardements sur sa ville natale d’Alep, en Syrie, cet activiste a été emprisonné dans un camp de rétention du nord-est de la Grèce, dans la région d’Orestiada. Ses maigres biens et le peu d’argent qu’il avait lui ont été confisqués lors de son arrestation. Sans jamais lui être rendus.

Aujourd’hui installé à Istanbul, en Turquie, cette ancienne source de Human Rights Watch (HRW) n’a rien oublié du calvaire subi lors de ces mois d’enfermement, victime d’un harcèlement verbal et physique incessant.

Il s’est d’ailleurs plaint de ces mauvais traitements à une délégation de fonctionnaires européens qui visitait le camp Fylakio où il était détenu. « Après leur départ, j’ai été maltraité pour leur avoir parlé. » Faraj a alors commencé une grève de la faim. Résultat : les autorités hellènes l’ont finalement renvoyé vers la Turquie.

90 000 arrestations au faciès

Son cas est loin d’être unique en Grèce : les financements de la Commission européenne pour des opérations d’envergure visant à contrôler le flot massif de migrants ont abouti à un nombre important de violations des droits humains.

Et si les fonctionnaires européens n’ignorent rien des conditions inhumaines de détention des demandeurs d’asile, ils planchent actuellement sur une extension des financements afin que le gouvernement d’Antenis Samaras poursuive cette politique.

En août dernier, la police grecque a déployé près de 1 900 nouvelles recrues le long du fleuve Evros pour l’opération « Aspis » (bouclier), pour tenter de fermer la frontière avec la Turquie par laquelle affluent les réfugiés syriens.

Au même moment, l’opération « Zeus Xenios » (protecteur des étrangers) menée par les autorités sur tout le territoire a conduit aux interpellations de 4 849 sans-papiers. Auxquelles s’ajoutent la « rafle » de plus de 90 000 personnes, arrêtées uniquement selon leur faciès.

Lire la suite :
http://www.rue89.com/2013/03/26/grece-bafoue-les-droits-migrants-laccord-tacite-leurope-240883

Repost 0
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 08:33


http://www.confidentialite.org/public/.Nos-libertes-sont--notre-se_s.jpg
Depuis Secours Rouge, le 13 mars 2013.

Le gouvernement canadien a annoncé hier avoir décidé de financer 26 grands programmes scientifiques destiné à développer des technologies de sécurité.

Ces programmes vont de la cartographie à la biométrie, des technique de détections de matériaux radioactifs à la détection d’explosif à travers la paroi des container, du contrôle des réseaux de communications sans fil à la protection de ces mêmes réseaux contre les appareils pouvant les brouiller.

20 millions de dollars canadiens, soit 15 millions d’euros, ont été débloqués pour le financement de ces programmes.

Pour voir le détail des programmes :
http://www.forces.gc.ca/site/news-nouvelles/news-nouvelles-fra.asp?id=4680

Source :
http://www.secoursrouge.org/Canada-Nouveaux-investissements

Repost 0
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 07:52


http://img.maxisciences.com/facebook/big-brother-awards-2010-illustration_14261_w250.jpg
Transmis par Hacktivismes, depuis La Gazette,  11 mars 2013.

Après avoir suscité une vive polémique lors de sa création, le dispositif de participation citoyenne suscite aujourd’hui une implication croissante de la population et des communes.

En zone gendarmerie, environ 350 d’entre elles l’ont déjà mis en place. Présenté comme un moyen supplémentaire pour lutter contre les cambriolages, il apparaît également comme une occasion de créer des liens de voisinage.

Lancé officiellement en juin 2011, par une circulaire du ministre de l’intérieur de l’époque Claude Guéant qui en avait fait un élément clé de sa politique de sécurité, le dispositif de “participation citoyenne” avait suscité de nombreuses réserves du côté des associations et des élus locaux qui étaient nombreux à y voir une incitation à la dénonciation. Raison pour laquelle ils avaient été peu enclins à le mettre en place.

Une prudence et un accueil mitigé au départ, pour un dispositif qui, finalement, a fait son chemin depuis la première initiative locale en 2002 à Saint-Paul-de-Vence (Alpes-Maritimes). Inspiré du dispositif de « neighbourhood watch » mis en œuvre notamment aux Etats-Unis depuis 1960, son développement en France semble même à présent s’accélérer. Objectif principal : prévenir les cambriolages par la mise en place d’une solidarité de voisins, organisés pour donner l’alerter aux services de police et de gendarmerie.

Au moins 500 communes concernées - Nombreuses sont les initiatives locales qui ont donc vu le jour depuis 2012. 29 départements avaient déjà mis en place le dispositif lorsque Claude Guéant tentait de convaincre de sa pertinence.
Aujourd’hui, selon la Gendarmerie, 353 communes réparties dans 50 départements l’ont adopté. 225 d’entre eux font l’objet d’un protocole entre la préfecture, la gendarmerie et la commune. D’autres projets sont également en cours de mise en œuvre. Côté police nationale, en revanche, aucune donnée n’est disponible faute de recensement.

Néanmoins, le site internet voisinsvigilants.org, créé en mars 2012 et dédié à l’accompagnement de la démarche, recense pour sa part 500 « communautés de voisinage », soit l’équivalent de 10 000 habitants adhérents inscrits.

Une initiative des habitants - Présentée comme une démarche de veille de faits inhabituels dans un quartier, l’initiative de sa création revient soit à l’État, auquel les élus et la population adhèrent, soit aux citoyens eux-mêmes, ce qui semble être majoritairement la tendance : 70 % des créations sont issues des habitants, selon Thierry Chicha, cofondateur du site.

Première finalité : prévenir les cambriolages. « Le but n’est pas de constituer des patrouilles d’habitants qui sillonneraient le quartier. Au contraire, la vigilance de chacun doit permettre de donner l’alerte aux forces de l’ordre », précise Thierry Chicha.

« Si je n’alerte pas la police … mon voisin le fera », est le slogan qui peut résumer la philosophie du concept. Véhicule en repérage qui circule dans le quartier, maisons marquées par des cambrioleurs, faux démarcheurs : autant de faits anormaux, qui peuvent être portés à la connaissance des policiers ou des gendarmes.

La démarche ne préconise en aucun cas aux habitants d’intervenir. « Jusqu’à présent, le dispositif n’a donné lieu à aucun dérapage. Les 10 000 habitants adhérents du site ont bien compris et adopté l’esprit citoyen du dispositif », se félicite-t-il.

Lire la suite :
http://www.lagazettedescommunes.com/158242/contre-toute-attente-les-voisins-vigilants-gagnent-du-terrain/

On vous en parlait ici :
http://clap33.over-blog.com/article-voisins-vigilants-le-dispositif-s-etend-a-d-autres-villes-88325228.html


Repost 0

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

****
Bordeaux - 18 mars 2017

Journée contre

les violences policières

Notre appel : klik !

*****
Violences Policières

France - Trois rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
 le 19 Mars 2009 à Bordeaux !
 
Infos :  klik !
 

 

L'oeil de Pancho

D'autres dessins de Pancho : klik

Retour à la page d'accueil