Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

ETAT D'URGENCE

Le cadre légal : klik

****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"


C'est par là : klik !

****
Agenda des luttes

 
http://demainlegrandsoir.org/IMG/arton913.png

  En ligne ici : klik !

*****

Non à la loi renseignement

Infos : klik !

****
Retrouvez toutes

les brochures du C.L.A.P33

***
"Résistons Ensemble"


http://resistons.lautre.net/

***

Et encore...

Notre flux Rss




https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

http://blog.cgtbayard.org/public/solidar.jpg


 

16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 10:15


http://www.letelegramme.com/ar/imgproxy.php/PhotoIntuitions/2011/09/27/1445130_militaire.jpg?article=20111025-1001477929&aaaammjj=20111025
Le 1er mars 2012

Un décret du ministère de la Défense sur l'encadrement de type militaire des mineurs délinquants a été publié jeudi au Journal Officiel (JO), permettant la mise en œuvre de ce dispositif.

La loi du 26 décembre 2011, issue d'une proposition de loi du député UMP Eric Ciotti, a prévu que l'Etablissement Public d'Insertion de la Défense (Epide), qui accueille depuis 2005 dans ses centres de jeunes majeurs en difficulté, s'ouvre aux mineurs de 16-18 ans ayant commis des faits de faible gravité, pour un "service citoyen" de six à douze mois.

La mesure sera prononcée par les juges, dans le cadre par exemple d'une peine avec sursis et mise à l'épreuve, mais l'accord des mineurs sera nécessaire.

Source :
http://www.europe1.fr/France/L-encadrement-militaire-des-mineurs-au-JO-970115/

Repost 0
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 18:47


http://sarkopitheque.files.wordpress.com/2008/09/1msur2.jpg
Depuis Le Monde, le 11 mars 2012

Avec 66 445 personnes incarcérées, le nombre de détenus dans les prisons françaises a atteint un nouveau record historique le 1er mars, selon les statistiques mensuelles de l'Administration pénitentiaire (AP), publiées lundi 12 mars, soit une hausse de 6 % par rapport au mois de mars 2011. Le précédent record était de 65 699 détenus un mois plus tôt, au 1er février.

Selon le communiqué du ministère de la justice, le parc pénitentiaire comptait 57 213 places opérationnelles au 1er mars 2012 ce qui représente un taux d'occupation de 116,13 % en mars (114,8 % un mois plus tôt).

Le nombre de personnes en détention provisoire s'élevait à "16 512 pour 49 933 personnes condamnées, soit 24,8 % des personnes incarcérées", ajoute le texte, soit une baisse de 1,4 % par rapport à l'année précédente. 715 détenus sont des mineurs, soit 1,1 % de l'ensemble des personnes incarcérées.

Enfin selon le texte du communiqué, 11 881 personnes bénéficient d'un aménagement de peine sous écrou, soit 19,8 % de l'ensemble des personnes écrouées condamnées.

Un projet de loi prévoyant la création de 24 000 places de prison dans les cinq ans, pour porter leur nombre à 80 000 à la fin 2017, a été voté à la fin de février par le Parlement. Les députés et sénateurs PS ont déposé un recours devant le Conseil constitutionnel, contestant la procédure de partenariat public-privé prévue pour la création d'une partie de ces places.

Source :
www.lemonde.fr/societe/article/2012/03/12/66-445-detenus-dans-les-prisons-francaises-un-nouveau-record_1656792_3224.html

Repost 0
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 10:08


http://prison.eu.org/IMG/arton93.png
Transmis par Ban Public, le 11 mars 2012

La rédaction de Ban Public vous recommande un message du site http://prison.eu.org

***
De l’Enfermement au Bannissement : « la dette cachée »

La réintégration des personnes dans la communauté, après une peine de prison, est théoriquement l’objectif qui devrait être poursuivi dès le 1er jour de la mise à exécution de la peine privative de liberté.

Celle-ci ne peut en effet se contenter d’être afflictive.

Pourtant, les conditions d’incarcération, au sens large, vont très souvent à l’encontre de cet objectif.

En outre, la réintégration après la peine est difficile car de nombreux empêchements dans la vie sociale génèrent des situations discriminatoires, voire des situations vectrices de récidive.

Le temps passé en prison, au lieu d’offrir une chance de construire un projet de sortie, obère souvent les chances de retrouver une place dans la communauté, car il est difficile durant ce temps de maintenir des liens familiaux ou d’accéder à un travail.

Ce ne sont pas une dizaine d’établissements dotés d’unités de vie familiale (UVF) sur un total de 191 établissements, qui peuvent raisonnablement permettre à tous de maintenir des liens familiaux.

Lire la suite :
http://prison.eu.org/spip.php?article13953

Repost 0
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 12:11


http://4.bp.blogspot.com/_rim7z25Xl4U/Sr8xIOaGM0I/AAAAAAAABqk/r7xGF57baaA/s400/Danger-Racailles.jpg
Transmis depuis Vous avez dit sécurité ?

Le 26 février 2012

C’est un pur hasard bien sûr ! Quelques jours après l’entrée en campagne de Nicolas Sarkozy, le ministère de l’Intérieur publie un rapport diffusé (comme d’habitude) par Le Figaro qui, sur ce sujet, a pris la place du service de communication du ministère (en effet, la poignée de journalistes qui écrit ces articles se borne à rendre compte, sans poser de questions ou émettre de critiques, du contenu de rapports toujours très politiques).

Qu’apprend-on ? Que « 313 bandes écument le pays », (…) que leur activisme croissant s'est soldé en 2011 par un bilan de six morts et 252 blessés ».

6 morts, c’est évidemment 6 morts de trop, c’est aussi l’un des chiffres les plus bas depuis 20 ans (voir par exemple Le Monde du 12-09-2007 et du 14-02-2001).

D’autre part, sans savoir s’il s’agit du cœur du rapport ou du cœur de l’article du Figaro, le lien entre bande et immigration est immédiatement posé en pointant le fait que l’analyse des « fluctuations saisonnières » montre un reflux en juillet et août, ce qui s’explique par « les départs estivaux hors du territoire national de certains jeunes ».

Il faut saluer le travail des services de renseignement qui vont jusqu’à collecter les destinations estivales des jeunes en question…

Lire la suite :
http://insecurite.blog.lemonde.fr/2012/02/26/lepouvantail-politique-des-bandes-de-jeunes/

Repost 0
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 08:27


http://www.prave-distribution.fr/Data/Sites/1/videosurveillance1.jpg
Depuis Le Cannois

Convention police nationale et police municipale de Nice : satisfecit général

C’était l’heure du « sentiment unanime » de satisfaction du travail accompli au Palais Sarde pour le bilan 2011 de la convention entre la police nationale et la police municipale de Nice…

Procureur en tête, tous ont salué l’efficacité d’une collaboration qui a participé à la baisse de la délinquance à Nice : du président du Conseil général 06, Eric Ciotti, au président de la Métropole, Christian Estrosi, en passant bien sûr par le maître des lieux, le préfet, Jean-Michel Drevet, accompagné du contrôleur général de la sureté publique, Patrick Chaudet.

Des résultats éloquents

Eric Ciotti a insisté « sur la place de la police municipale, parfaitement reconnue aujourd’hui grâce à la Loppsi 2 » (loi qu’il a présentée à l’Assemblée nationale) tout en désirant aller encore plus loin : « Je souhaite que les policiers municipaux aient le statut d’officier de police judiciaire (OPJ) sous contrôle du procureur de la République et du Conseil constitutionnel ». Pour Christian Estrosi, cette convention a permis d’avoir une police municipale formée, expérimentée, équipée, qui a permis, avec l’aide de la vidéosurveillance, d’avoir de meilleurs résultats à Nice : -6 % sur la délinquance de proximité avec -5 % sur les violences physiques, et -10 % sur les cambriolages.

Au passage, le député-maire de Nice reconnaît un point noir, les cambriolages sur les collines niçoises où il va mettre en place « une centaine de caméras en 2012 ». Au-delà des chiffres, les deux polices ont appris à travailler ensemble avec un agent municipal au PC de la police nationale, à Foch et la multiplicité des patrouilles mixtes (200 en 2011), des opérations conjointes de sécurité routière (50 en 2011) et 700 journées de formation d’agents municipaux.

« On n’a pas le droit à des états d’âme »

Et même sur les différends entre procureur et maire de Nice, Christian Estrosi s’est voulu conciliant, parlant de « franchise de nos échanges qui ne nous ont pas empêché de bien travailler ensemble, notamment sur la prévention de la délinquance ou le foyer de l’enfance, malgré de petites divergences qui font partie de la qualité d’une relation ».

Une parfaite entente partagée par le contrôleur général, Patrick Chaudet et par son homologue à la police municipale, Sylviane Casanova. Le préfet, Jean-Michel Drevet, est allé encore plus loin, assurant « n’avoir jamais vu ailleurs, une manière de travailler aussi aboutie qu’à Nice entre les deux polices », ajoutant qu’en matière de sécurité, « on n’a pas le droit à des états d’âme ».

Sur l’autre point noir, le vol de deux roues, des dispositifs spécialisés ont été mis en place « qui ont donné déjà des résultats » selon Patrick Chaudet. Tous ont reconnu « le rôle exemplaire joué par la police municipale en parfaite complémentarité avec la police nationale ». C’était l’heure du satisfecit général…

Source :
http://www.lecannois.fr/node/46811

Repost 0
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 08:00


http://www.numerama.com/media/attach/bd-censure.png
Transmis depuis Numérama, le 24 février 2012

L'histoire était pour nous révélatrice des dangers de la loi Loppsi, qui prévoit de faire bloquer les sites réputés pédopornographiques avant-même le moindre jugement. Mais nous n'imaginions pas que l'histoire puisse aller si loin.

En novembre dernier, nous avions rapporté les mésaventures de Pirate Sourcil, un auteur de bandes dessinées qui avait été contacté par les services de police, parce qu'il avait publié sur son blog une BD racontant l'histoire d'une enfant trop dévergondée, abusée par un maître d'école pédophile.
http://www.numerama.com/magazine/20632-loppsi-une-bd-en-ligne-censuree-par-ceux-qui-pourront-filtrer-sans-juge.html

L'histoire était certes maladroite, mais elle n'avait selon nous rien d'illégal. Elle ne montrait absolument aucune image explicite. Son seul tort était d'avoir voulu faire de l'humour avec une histoire qui aurait été parfaitement acceptée si elle avait été présentée comme un drame.

L'histoire était révélatrice car le service de police qui avait contacté Pirate Sourcil pour le menacer de poursuites judiciaires était l'OCLCTIC (Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication). Or c'est précisément ce service du ministère de l'intérieur qui doit établir sans le regard d'un juge la liste des sites à bloquer par les FAI.
http://www.numerama.com/magazine/20411-bientot-1000-sites-bloques-en-france-sans-controle-judiciaire.html

Autrement dit, le blog du dessinateur aurait été ajouté à la liste pour une bande dessinée qui, selon nous, n'a absolument rien de répréhensible au regard de l'article 227-23 du code pénal.
http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006418095

On croyait l'histoire oubliée, mais voilà qu'elle resurgit. Pirate Sourcil a fait savoir vendredi qu'il faisait l'objet d'une enquête de police judiciaire. "Après quelques mois de silence, la gendarmerie a débarqué chez moi aujourd'hui, ont pris en otage tout mon matériel, et donc tout mon travail. Sans oublier bien entendu toutes mes informations personnelles", raconte-t-il. "Je suis convoqué cet après midi. Vous imaginez à quel point je suis outré qu’une petite BD soit l’objet de telles procédures !".
http://www.forzapedro.com/2012/02/mais-cest-moi.html

ça doit être ça, la France forte.

Source :
http://www.numerama.com/magazine/21818-censure-par-la-police-du-net-l-auteur-d-une-bd-se-fait-saisir-son-materiel.html

Repost 0
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 14:58


http://www.tunibox.com/images/posts//2010/05/censure.jpg
Transmis depuis La Quadrature Du Net, le 16 février 2012

Paris, 16 février 2012 – La Cour de Justice de l'Union Européenne vient de rendre une nouvelle décision en faveur des libertés sur Internet dans l'affaire SABAM c. Netlog, en déclarant que forcer un hébergeur à surveiller et à filtrer les contenus en ligne est contraire au droit de l'UE. Cette décision cruciale vient à point nommé, alors que des initiatives comme ACTA ou la révision prochaine de la directive IPRED cherchent à généraliser la censure privée et automatique en ligne dans le but de défendre un droit d'auteur dépassé.

Dans cette décision importante, la Cour de Justice de l'UE suit un raisonnement similaire à celui tenu il y a quelques mois dans l'affaire SABAM c. Scarlet1, en concluant que le fait de contraindre un hébergeur à surveiller toutes les communications électroniques de ses utilisateurs, dans le but de bloquer les échanges non-autorisés d'œuvres soumises au droit d'auteur, était contraire au droit de l'UE et aux droits fondamentaux. La Cour se base notamment sur la directive « services en ligne » de 2000 (également surnommée directive « eCommerce ») et la Charte des droits fondamentaux2.

Alors que plusieurs propositions comme l'ACTA ou la révision prochaine de la directive IPRED cherchent à lutter contre le partage de la culture sur Internet au travers de la privatisation des missions de police et de justice, cette décision vient à point nommé. Elle affirme clairement qu'encourager des entreprises privées à faire la police sur leurs réseaux et leurs services, pour prévenir de possibles atteintes au droit d'auteur, n'est pas compatible avec les valeurs démocratiques de l'Union européenne.

Lire la suite :
http://www.laquadrature.net/node/5313

Repost 0
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 09:48


http://s3.e-monsite.com/2011/01/09/07/resize_550_550//prison_291.jpg
Depuis Le Nouvel Obs, le 17 février 2012

Le nombre de détenus dans les prisons françaises a atteint le 1er février un nouveau record historique, avec 65.699 personnes incarcérées, selon les statistiques mensuelles de l'administration pénitentiaire (AP) publiées vendredi 17 février.

Le précédent record était de 65.262 détenus au 1er décembre 2011.

Le nombre de 65.699 personnes incarcérées au 1er février représente une hausse de 6,4% sur un an (61.771 au 1er février 2011) et de 1,4% sur un mois (64.787 au 1er janvier 2012).

Il y a au 1er février 57.213 places de prison disponibles, ce qui représente un taux d'occupation de 114,8% (113,2% au 1er janvier).

Le nombre de personnes prévenues (en attente de jugement) s’élève à 16.463, soit le quart des personnes incarcérées.

Les mineurs détenus sont 723 au 1er février, en hausse de 1,5% par rapport au mois précédent (712).

Source :
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20120217.OBS1668/le-nombre-de-detenus-atteint-un-nouveau-record-historique.html

Repost 0
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 14:01


http://www.addictions-infos-gard.org/_depot_site/fiche/17/17_22_img.jpg
Transmis par Agnès, le 8 février 2012

Conseil pour les Droits et Devoirs des Familles (CDDF) : Proposition de Loi à "10.000 habitants".

Richard MALLIE, député UMP des Bouches-du-Rhône, vient de déposer au 22 décembre 2011, une proposition de loi pour rendre obligatoire les CDDF cette fois, à toutes les villes d'au moins 10.000 habitants...

Pour mémoire, la possibilité de créer un CDDF a été instituée par la loi Prévention de la Délinquance du 5 mars 2007 et laissée à l'appréciation des Maires et de leur Conseil Municipal.

Ne déchainant pas vraiment un enthousiasme délirant chez les élus locaux, ils ont été rendu obligatoires, dans les villes de plus de 50.000 habitants par un article de la LOPPSI 2, adoptée en mars 2011.

L'exposé du motif de la proposition actuelle de Richard MALLIE d'élargir à toutes les villes d'au moins 10.000 habitants, indique :

"Initialement, ce CDDF avait interpellé légitimement bon nombre d’élus, qui ne semblaient pas vouloir s’engager dans cette voie. Toutefois, les statistiques montrent aujourd’hui une véritable adhésion des maires à ce dispositif : au cours des 12 derniers mois, le nombre de CDDF a plus que doublé, passant de 102 fin 2010, à plus de 230 aujourd’hui. Compte tenu du succès rencontré par les CDDF, il est donc nécessaire de les généraliser aux communes de plus de 10 000 habitants."

Restons juste logique :
S'il y avait vraiment cette "véritable adhésion des maires à ce dispositif"..., il n'y aurait pas besoin que l'UMP dépose une proposition de loi pour augmenter encore l'obligation !

Par ailleurs, depuis 2007, il nous est donné des chiffres prétendus sur le nombre supposé des CDDF créés, mais toujours pas la liste des villes. La décision de création doit être votée en Conseil Municipal, elle est donc de diffusion publique. Par ailleurs puisque les maires ont une "véritable adhésion", il n'y a aucun empêchement à ce que le gouvernement publie la liste des villes en étant si fières.

Curieusement, la liste du décompte du ministère de l'Intérieur est gardée confidentielle...

Pourquoi donc ? :-)
 
Voir cette courte proposition de loi : 
http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion4135.asp

Repost 0
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 14:41


http://medias.lepost.fr/ill/2011/10/13/h-20-2613479-1318540115.jpg
Transmis par Gérard depuis Le Parisien, le 14 février 2012

L’Epide, une école de la deuxième chance sous tutelle, notamment, du ministère de la Défense, est désormais autorisé à prendre en charge des mineurs délinquants âgés de 16 à 18 ans. Objectif : les réinsérer au plus vite.

Un encadrement « militaire » pour remettre les jeunes délinquants dans le droit chemin. L’idée avait été évoquée par Ségolène Royal en 2007, puis par Nicolas Sarkozy en 2011. Finalement, une loi en ce sens a été adoptée en décembre dernier à l’Assemblée nationale.

Le décret d’application a été publié en début de semaine dernière et permet donc à quinze Etablissements publics d’insertion de la défense (Epide) de l’Hexagone — dont celui de Margny-lès-Compiègne — d’accueillir des mineurs en passe d’être jugés pour des délits ou déjà condamnés. Jusqu’alors, ces établissements, qui proposent un encadrement d’inspiration militaire, n’accueillaient que des jeunes majeurs de 18 à 25 ans, sans emploi, en proie à des difficultés scolaires et parfois en rupture sociale.

« Ça ne changera strictement rien à nos méthodes. Les mineurs seront intégrés aux autres jeunes. Chacun est là pour des raisons différentes, mais c’est justement le brassage qui fait la force de notre école », explique Eric Nicaise, le directeur de l’Epide de Margny-lès-Compiègne.

Son établissement accueille pour l’instant 166 jeunes, tous en internat. Ils seront rejoints par une quinzaine de mineurs âgés de 16 à 18 ans, originaires de l’Oise ou du Val-d’Oise, qui intégreront l’établissement pour une durée de six mois ou un an, sur décision du juge des enfants.

« Tous les jeunes majeurs que nous accueillons sont volontaires. Ce sera exactement pareil pour les mineurs. Pour que ça fonctionne, quatre acteurs doivent être d’accord : la juge, le jeune, ses parents et l’Epide. Sinon, ça ne marche pas », prévient Eric Nicaise.

Les jeunes mineurs dont la candidature sera retenue par les centres seront appelés « volontaires juniors ». Ils suivront des cours de remise à niveau si nécessaire et des formations correspondant à leur projet professionnel. Ils auront donc le même rythme de vie et les mêmes contraintes que les majeurs, même si des adaptations pédagogiques liées à leur âge sont prévues.

Tout au long de leur parcours, les mineurs resteront placés sous la responsabilité de la direction de la Protection judiciaire de la jeunesse (DPJJ) et le juge sera tenu en permanence informé du déroulement du séjour du mineur.

Eric Nicaise, qui s’apprête à rencontrer un candidat potentiel dans un centre de détention pour mineurs du département, tient à clarifier les choses : « Le séjour à l’Epide n’est pas une alternative à la prison. Avec nous, ils ont un rythme et une hygiène de vie compatibles avec une activité professionnelle. L’idée maîtresse, c’est de prendre en charge ces jeunes le plus tôt possible avant qu’ils ne dérapent. »

Source :
http://www.leparisien.fr/oise-60/encadrement-de-type-militaire-pour-mineurs-delinquants-14-02-2012-1860225.php?xtor=EREC-109----20403@1
 

Repost 0
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 08:51


http://www.nikopik.com/wp-content/uploads/2012/02/Hadopi-seffondre.jpg
Transmis par Gérard depuis Nikopik, le 7 février 2012

Déjà que la Hadopi est constamment critiquée à chaque annonce d’une nouvelle actualité la concernant, démontrant la totale incompréhension qu’elle peut avoir de l’avis des internautes et d’experts objectifs, le fait de regarder dans le passé la suite d’évènements qui a conduit à sa création, ses énormes échecs et ses prises de position passées conduit à un bilan accablant pour cette autorité.

Entre manipulations, mensonges éhontés, volonté de contourner la justice française et l’avis des Français, dépenses excessives, résultats nuls… il est vraiment difficile, même en restant objectif, de pouvoir trouver la moindre qualité à cette organisation censée favoriser la culture sur le Net.

Voici un résumé de ce qu’a réalisé Hadopi depuis sa création il y a plusieurs années jusqu’aux dernières actualités récentes, démontrant sa parfaite inutilité.

Lire la suite :
http://www.nikopik.com/2012/02/hadopi-un-bilan-accablant.html

Repost 0
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 14:52


http://www.pedagogeeks.fr/wp-content/docs//2011/09/qcm.jpg
Transmis par Caro depuis Le Point, le 1er février 2012

Les candidats à la nationalité française devront dès le 1er juillet passer un QCM d'histoire-géo... d'un niveau de fin de primaire. Extraits.

Dans un temps assez proche, Alain Chabat nous régalait avec son Burger Quiz aux propositions loufoques.

En passant en revue les questionnaires d'histoire-géo qui seront soumis à partir du 1er juillet aux étrangers ambitionnant d'être naturalisés, on a eu l'impression de revenir au bon vieux temps, sur Canal+, avec le sympathique animateur.

Aux yeux des étrangers, le French Kiss va céder la place au French Quiz, le nouveau sésame pour entrer en France ayant désormais les allures d'un jeu télévisuel conçu pour déclencher les rires, volontaires ou non.

Lire la suite :
http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/francois-guillaume-lorrain/la-france-tu-l-aimes-et-tu-la-quizes-01-02-2012-1426179_505.php

Repost 0
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 14:49


http://htc-dev.net/wp-content/uploads/2012/01/ACTA.jpg
Transmis par Gérard, le 6 février 2012

Depuis La Quadrature du Cercle

Paris, le 6 février 2012 – La Commission européenne défend sans relâche ACTA, l'accord commercial anti-contrefaçon, qui provoque une vague d'opposition en Europe et au-delà. En présentant ACTA comme un accord sans danger, la Commission ouvre la voie à une politique de protection du droit d'auteur ultra-répressive, comme le révèlent des documents tout juste publiés.

Les citoyens européens et leurs représentants élus doivent dénoncer cette dangereuse dérive du processus politique, vouée à saper les libertés en ligne et la structure même d'Internet, et exiger en lieu et place une réforme approfondie du droit d'auteur.

La semaine dernière, Neelie Kroes (Commissaire européenne en charge de l'Agenda numérique) et Viviane Reding (Commissaire européenne en charge de la Justice, de la Citoyenneté et des Droits fondamentaux), ont toutes deux apporté leur soutien à ACTA, épaulant Karel De Gucht, Commissaire européen chargé du Commerce international, dans sa promotion auprès du Parlement européen de cet accord illégitime.

Le commissaire De Gucht a passé beaucoup de temps en lobbying au Parlement européen la semaine dernière, rencontrant divers groupes politiques pour les convaincre que l'opposition à ACTA est fondée sur de la désinformation, et que le Parlement doit accepter cet accord.

Voir Neelie Kroes et Viviane Reding rester ainsi indifférentes aux nombreuses critiques exprimées contre ACTA est très préoccupant. Comme le souligne La Quadrature dans un document1 participatif, les arguments avancés par les Commissaires européens en faveur de l'ACTA ne résistent pas à l'analyse.

Lire la suite :
http://www.laquadrature.net/node/5202?Imwhashingcat=1

Repost 0

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

****
Bordeaux - 18 mars 2017

Journée contre

les violences policières

Notre appel : klik !

*****
Violences Policières

France - Trois rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
 le 19 Mars 2009 à Bordeaux !
 
Infos :  klik !
 

 

L'oeil de Pancho

D'autres dessins de Pancho : klik

Retour à la page d'accueil