Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

ETAT D'URGENCE

Le cadre légal : klik

****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"


C'est par là : klik !

****
Agenda des luttes

 
http://demainlegrandsoir.org/IMG/arton913.png

  En ligne ici : klik !

*****

Non à la loi renseignement

Infos : klik !

****
Retrouvez toutes

les brochures du C.L.A.P33

***
"Résistons Ensemble"


http://resistons.lautre.net/

***

Et encore...

Notre flux Rss




https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

http://blog.cgtbayard.org/public/solidar.jpg


 

3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 16:30


http://www.opa33.org/IMG/arton293.jpg?1393955917
Transmis par Christian le 25 février 2014

Bilan des arrestations suite à la manif du 22 février à Nantes

D'après la Préf, il y aurait eu 14 arrestations, dont deux sans suites judiciaires.

Des 12 personnes ayant des suites pénales, 5 sont passées en comparution immédiate ce lundi après-midi, et les 7 autres sont convoquées au tribunal dans quelques mois.

Les 5 personnes passées en comparution immédiate ont toutes été condamnées, la plupart à de la prison, mais personne n'a été incarcéré sous mandat de dépot (c'est-à-dire, dès la sortie du tribunal).
Ils auront donc un rendez-vous avec le ou la juge d'application des peines, avec qui ils pourront négocier des aménagements de peine (bracelet électronique, semi-liberté, et tout ce genre de mesures pourries qui permettent d'enfermer encore plus de gens sans saturer les taules).

4 d'entre eux étaient jugés pour "violence sur agent dépositaire de l'autorité pubique" (en gros, pour avoir balancé des projectiles sur les flics), puis "participation à un attroupement armé" (en gros, participation à une manif ou un rassembement où ils considèrent que les projectiles sont des armes par destination).

***
Le détail du délibéré des comparutions immédiates est le suivant

- La personne arrêtée à 15h15 a été condamnnée à 5 mois d'emprisonnement ferme + 1 mois de sursis avec mise à l'épreuve.

- Le deuxième, qui s'était fait controler dans la rue, a était condamné pour "port d'arme catégorie d" (en gros, un couteau-cutter !) à 100h de TIG ("travaux d'intérêt général").

- Les 3 autres, interpelés ensemble par des BAC-eux vers 20h, ont été condamnés respectivement à 5 mois avec sursis, 5 mois ferme, puis 12 mois ferme + 500 euros comme provision pour le BAC-eu qui dit avoir été blessé (un autre procès aura lieu le 13 juin à 14h pour déterminer le reste de la somme à verser aux flics).

Ils ont pris bien cher, vu qu'ils se sont fait arrêter sur des lieux d'émeutes.

Par contre, c'est réjouissant d'apprendre que personne n'était inculpé pour des dégradations ; sinon, ils ou elles auraient pris encore plus cher et seraient sûrement parti-e-s en taule direct.

D'ailleurs la proc n'a pas arrêté de répéter comment c'était dommage que les "vrais coupables" des dégradations "intolérabes" n'aient été interpelés ce jour là.

Les enquêtes quant aux dégradations sont visiblement en cours, alors gare au risque de perquisitions dans les jours ou semaines qui viennent (à Nantes comme ailleurs).

***
Une bonne cinquantaine de personnes sont venues au tribunal soutenir ces personnes inculpées.

La presse était aussi en nombre et à l'affut de n'importe quel détail croustillant, ils ont d'ailleurs été les premiers à s'installer dans la salle avec leurs gros appareils, jusqu'à ce qu'ils se fassent dégager en dehors de la salle avant le début de l'audition.

Quant à l'accueil policier, bizarrement, les portes du tribunal n'étaient pas blindées de CRS comme il arrive souvent pour des procès médiatiques ou tout simplement anti-aéroport (peut être les CRS ont eu leur journée de repos...).

Par contre, les policiers à l'intérieur du tribunal n'étaient pas moins chiants que d'habitude et ont empêché des gens d'accéder à a salle, bien remplie certes, mais où il restait des places disponibles.

Le meilleur gag a été la scène en dehors de la salle où l'avocate qui défendait les flics "blessés" brandissait (très dramatiquement) un pavé face aux caméras de la presse.

Alors une personne, ayant perdu son oeil suite à un tir de fashball il y a quelques années à Nantes, a demandé aux journalistes s'ils allaient également parler des personnes blessées, en montrant aux caméras une balle en caoutchouc récupérée dans la rue samedi après un tir de fashball. C'est alors que les flics se sont rués sur lui pour l'écarter du groupe en l'accusant de porter une arme...

Rappelons que samedi plusieurs dizaines de personnes ont été blessées, dont quelques unes très grave (perte d'un oeil, perte d'une falange, etc.) ; certainement d'ici quelques jours une estimation du nombre de blessé-e-s pourra être faite.

***
Si jamais tu es l'une des personnes qui est passée en garde-à-vue puis t'es convoquée pour être jugée, n'hésite pas à contacter la "legal team" qui pourra te soutenir dans la préparation de ta défense (contacts d'avocats de confiance, soutien financier, conseils ou accompagnement avec les démarches juridiques,...).

Le numéro de la legal team : 0675.30.95.45

http://zad.nadir.org/

Repost 0
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 15:25


http://www.opa33.org/IMG/arton290.jpg



Bordeaux le 8 février 2014 - Communiqué du Droit Au Logement de Gironde

Le mercredi 9 avril 2014, cinq membres du Droit Au Logement de Gironde (D.A.L33) sont convoqué-e-s au tribunal correctionnel afin de répondre des faits suivants : « S’être à Bordeaux, entre le 6 mars 2013 et le 12 juillet 2013, en tout cas depuis un temps non couvert par la prescription et sur le territoire national, introduits ou maintenus dans le domicile de Odette L. à l’aide de manœuvres, menace, voies de fait ou de contrainte, en l’espèce en fracturant la porte d’accès, en effectuant le changement de serrures de l’appartement, en y pénétrant pour y installer plusieurs familles étrangères, en imposant la présence des ces dernières dans le domiciles, sans le consentement du propriétaire. »

Ce procès fait suite aux perquisitions et gardes à vue de l’été dernier après la plaine contre X déposée par Mme L. pour la violation de son domicile rue Planterose à Bordeaux.

Lire ici :
http://dal33.over-blog.com/nouvelle-garde-%C3%A0-vue-pour-les-militants-du-dal33

Pour les faits qui leurs sont reprochés les membres du D.A.L33 encourent une peine d’un an de prison et 15 000 euros d’amendes.

Alors que des centaines d’individus et de familles sont à la rue, que la loi de réquisition n’est toujours pas appliquée bien que Bordeaux regorge de 10 411 logements vacants (chiffre INSEE, recensement 2010), alors que des expulsions ont lieu en plein hiver et que l’on mure des bâtiments pour que personne ne puisse pas s’y abriter, ces membres du D.A.L33 , solidaires des sans abris, sont donc aujourd’hui trainé-e-s devant les tribunaux et risquent de la prison ferme pour s’être mobilisé-e-s pour l’application du droit de chacun-e à un « logement convenable, y compris à une protection légale contre l’expulsion » (Cf. Déclaration Universelle des droits de l’Homme).

Le Droit Au Logement vous appelle à faire preuve de solidarité et d’indignation.

Nous vous donnons d’ores et déjà rendez-vous le mercredi 9 avril à 14h au tribunal correctionnel de Bordeaux, 30 rue des Frères Bonies.

Un comité de soutien est en train de se constituer afin d’organiser ce rassemblement et appeler au soutien financier. Celui-ci vous contactera dès que les bases en seront posées.

Soyons nombreux/euses à nous mobiliser contre la criminalisation de la solidarité et pour un toit pour tous !

Merci de faire suivre ce communiqué dans vos réseaux.

Droit Au Logement 33

Contacts - DAL33 (Droit Au Logement de Gironde)

Tel :
06 95 43 53 23

Mail :
dal33gironde@gmail.com

Blog :
http://dal33.over-blog.com/

***
Appel à la création d’un comité de soutien

Lundi 24 février 20h - 8 rue de la Course - Bordeaux Tram C - Arrêt Paul Doumer

Bonjour à tous !

Le Parquet de Bordeaux attaque 5 membres de l’association Droit Au Logement 33 sous prétexte d’une prétendue violation de domicile.

Ils encourent 1 an de prison et 15000 euros d’amende.

Rappel des faits : Le 12 Juillet la police est intervenue pour vider un immeuble vacant, rue Planterose occupée par des familles sans logis en détresse avec enfants bas âge.

Ces personnes ont été expulsées le 16 Juillet suite à une forte médiatisation.

Le 19 Juillet, 4 militants du DAL33 sont mis 12h en garde et vue.

Leurs logements sont perquisitionnés et leurs effets personnels sont saisis. La garde a vue a été renouvelée le 19 Septembre.

(Pour plus de détails :  http://dal33.over-blog.com/communiqu%C3%A9-du-d.a.l-gironde)

Au travers de ces poursuites judiciaires contre 5 membres d’une même association, c’est le droit de chacun à relever les déficiences de l’état et tenter d’aider les plus démunis, qui est remis en cause. Nous assistons à une forme de criminalisation de la solidarité face à laquelle nous ne resterons pas sans réagir.

Parce que :

- à défaut de non application de la loi de réquisition de 1945, le squat devient inévitablement une solution temporaire de dernier recours pour de nombreux sans-abris ;

- on ne peut faire taire tous ceux qui sont critiques envers l’Etat ;

- à défaut d’une vraie politique qui combat la crise du logement, l’État doit au minimum assurer l’hébergement d’urgence pour tous ceux qui en ont besoin en vertu de l’arrêté du conseil d’État du 10 février 2012 ;

- il est trop facile d’accabler les militants qui œuvrent et s’exposent sur le terrain au côté des démunis ;

nous vous invitons à la première réunion d’organisation du comité de soutien au DAL33 et aux 5 accusés, le 24 Février 2014 à 20h au local 8 rue de la Course 33000 Bordeaux.

Nous tenons à vous rappeler que le DAL est indépendant idéologiquement, politiquement et financièrement.

Venez en nombre, votre soutien est particulièrement important dans ces moments critiques.

Le Comité de Soutien DAL33

Repost 0
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 15:00

 


Transmis par Aadesh Sa Nyi-ma Wamblitanka le 10 février

Salut m. !

Je te fais parvenir ce modeste témoignage d'une scène de répression sans pitié devenu ordinaire de nos jours.

Il n'y avait aucune intention de violence mais nous avons été harcelés méchamment pendant de très longues minutes avec quatre interpellations très musclé.e.s à la clé dont un mineur,

Des blessé.e.s légers sont aussi à déclarer...

Les gazeuses, les télésco, les courageux poings gantés, et les ranger's sécurisées ont bien faire leur travail.

Perso, j'ai été gazé à bout portant par un baqueux trop zélés (ils l'étaient tous).

Voilà si tu pouvais le faire tourner sur le blog d'info de ton groupe et sur celui du C.L.A.P33.

J'espère que tu recevrais mon message et en te remerciant par avance de ton attention..

La lucha sigue...

Repost 0
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 14:20


http://img.over-blog-kiwi.com/0/66/42/42/20140207/ob_843622_1472904-552572044811066-506196771-n.jpg
Transmis par Jean-Charles le 5 février 2014

Bonjour à toutes, bonjour à tous

Un compte rendu du délibéré de mon procès pour récidive de refus de prélevement ADN (découlant du même fait initial et déjà jugé et condamné 2 fois )

Le match a duré 25 secondes, victoire du procureur et du parquet de Mont de Marsan qui combattait à domicile... 1 mois de prison avec sursis, la nullité n'a pas été retenue, les autres arguments même pas pris en compte.

Le prochain combat se jouera au tribunal de Pau, puisque décision est prise de faire appel du jugement, je ne peux laisser en l'êtat un jugement qui légitime le délit continu de refus de prélevement ADN.

Pas d'autre choix non plus, puisque comme l'a rappelé la procureure au cours de l'audience "Puisque Monsieur....... refuse et refusera toujours le prélevement,, au nom d'une certaine idéologie, le parquet poursuivra et poursuivra toujours Monsieur.......pour le respect de la loi"

Je remercie toutes les personnes qui m'ont soutenu pour cette première étape dans ce combat contre le fichage et son utilisation comme controle continu des non-résolu/e/s à un ordre établi et totalitaire dont on constate de plus en plus les dérives les plus flagrantes.

La lucha sigue
Amour et luttes

Jean-Charles

Repost 0
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 14:14


http://img.over-blog-kiwi.com/0/66/42/42/20140207/ob_6f5c16_1477506-552572108144393-1622052221-n.jpg
Transmis par Rody le 30 janvier 2014

Procès en appel pour refus de prélèvement ADN : Verdict.

Ce Mardi 28 Janvier a eu lieu le rendu de mon procès pour un double refus de prélèvement ADN et violence (imaginaire) sur un fonctionnaire de police lors d'une manifestation anti-aéroport en 2011.

A celles et ceux qui n'ont pas suivi ou ne se souviennent plus, je vous joins le texte d'appel ainsi que celui sur le déroulement du procès.

Pour les deux refus de don d'ADN jugés en première instance à un mois et deux mois de prison avec sursis, et pour le délit de violence (imaginaire) envers le fonctionnaire de police Xavier Loridan, jugé en première instance à 12 mois d'emprisonnement avec sursis : La cour d'appel de Rennes a maintenu a l'identique les peines de première instance.

Un verdict de plus au service de Vinci et de sa milice d'état !

S'ils n'ont pas su entendre en cour d'appel les arguments contre le fichage ADN, peut-être l'entendrons t-il en cassation ?

Pour ma part je souhaite poursuivre mon combat contre le contrôle génétique avec toutes les personnes désireuses de résister avec entrain.

De futur rendez vous sont d’ores et déjà à prévoir pour les semaines ou mois à venir pour apporter une nouvelle consistance à cette lutte et tenter de lui donner une ampleur nationale.

Je tiens vivement à remercier toutes les personnes qui m'ont soutenu lors de ce procès.

A bientôt à la manifestation du 22 Février 2014 à Nantes contre l'aéroport et son monde … ou ailleurs.

Non au fichage ADN !
Non a l' aéroport !

Rodolph Balej / Rody.

Compte-rendu du procès :
http://data.over-blog-kiwi.com/0/66/42/42/20140207/ob_4f7dc3_compte-rendu-proces-adn-rody.pdf

 

Mes gènes m'appartiennent :
http://data.over-blog-kiwi.com/0/66/42/42/20140207/ob_ee9d47_mes-genes-m-appartiennent.odt

Repost 0
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 08:18


http://img.over-blog-kiwi.com/0/66/42/42/201311/ob_498ad91984434e7a42cf4c13e234b11c_jean-charles.jpg
Le 18 novembre 2013

Communiqué de L'Orchestre Poétique d'Avant-guerre - O.P.A

Yep !

La vigilance que nous vous avons demandé d'observer lors de notre dernier bulletin d'info ne vaut pas que pour l'attention à porter aux suites de l'affaire de m. et de ses camarades du D.A.L

Des camarades, harcelés, il y en a malheureusement d'autres et nous devons les soutenir à l'heure où la répression s'abat sur eux.

Nous vous avons ainsi appelé à soutenir Rodolphe, camarade qui passe en procès en décembre pour refus de prélèvement A.D.N suite à une action militante à Notre Dame Des Landes.
http://opa-infos.over-blog.com/2013/11/refus-fichage-adn-campagne-nationale-soutien-rodolphe.html

Aujourd'hui, nous attirons votre attention sur Jean-Charles, camarade anti-nucléaire multicarte qui subit à cause de cela une oppression et une répression - à vocation sans doute exemplaire - de la part de l'Etat.

La justice complice se borne à appliquer des lois injustes et ... Enfin, vous connaissez la suite !

Une fois de plus, nous vous appelons donc au soutien d'un militant qui, n'ayant pas renoncer à nos rêves, se retrouve au coeur de la tourmente, celle où l'Etat décide de vous briser, de vous faire plier comme un roseau.

Jean-Charles a toujours été un camarade à la solidarité sans faille. Il fait partie de ceux/celles qui savent à quel moment doit cesser la guerre idéologique pour faire bloc.

Nous exigeons que cesse dès aujourd'hui le harcèlement policier et judiciare dont il est l'objet.

Nous exigeons que lui soit rendu immédiatement sa liberté de circulation et d'expression.

Nous exigeons que le prélèvement A.D.N et le fichage généralisé de la population cesse.

Que Jean Charles sache qu'O.P.A marche à ses côtés et que nous sommes nombreux à refuser l'inacceptable.

Nous ne laisserons pas le pouvoir mettre en cage la liberté !

Solidairement,

L'Orchestre Poétique d'Avant-guerre - O.P.A

Contact du collectif de soutien à Jean-Charles :
justiceetpaix@riseup.net

Sa page de soutien FesseBouc :
https://www.facebook.com/pages/Soutien-%C3%A0-JC-M51/184367531754256

**
Source :
http://www.opa33.org/o-p-a-soutien-a-jean-charles.html

Repost 0
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 03:43


http://npa2009.org/sites/default/files/images/BDS-ok.preview.jpg
Le 12 novembre 2013

 

Et un de plus…. Hier devait se tenir devant la cour d’appel de Paris un nouveau procès – le quinzième  ! – de militants appelant au boycott des produits israéliens. Cette fois, ils étaient quatre à la barre, dont Olivia Zemor, confondatrice de l’association EuroPalestine, tous poursuivis pour avoir mis sur Internet des vidéos d’actions menées dans des supermarchés.

 

En première instance, ils avaient été relaxés.

 

Las, le parquet a décidé de faire appel. Ce qui n’étonne pas Olivia. «  Cela fait des années que nous sommes victimes d’un véritable harcèlement judiciaire.  »

Lancée en 2005, la campagne Boycott Desinvestissement Sanctions (BDS) s’inspire de la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud. Et consiste à mener des actions non violentes, notamment dans les hypermarchés. Les militants y distribuent des autocollants, chantent des slogans et traquent les produits – souvent maquillés sous de fausses provenances – importés des territoires occupés. Des actions citoyennes qui «  ne visent pas la société israélienne ni les individus qui la composent mais la politique coloniale d’occupation israélienne et ses partisans  », soulignent les militants.

Mais voilà. Alors que ce mouvement ne cesse de s’amplifier dans le monde entier, il fait l’objet d’une répression surréaliste en France. Où une mécanique judiciaire bien huilée s’est mise en place depuis février 2010. À l’époque, Michèle Alliot-Marie est ministre de la Justice.

 

Et, sous couvert de lutte contre l’antisémitisme, elle adresse aux procureurs généraux une circulaire leur demandant une répression «  ferme et cohérente  » de ces appels au boycott qu’elle assimile à une «  provocation publique à la discrimination envers une nation  ». Un délit passible d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende.

 

Lire la suite :
https://lille.indymedia.org/spip.php?article28136

Repost 0
5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 14:00


http://www.76actu.fr/files/2013/10/aLeopold-Jacques-630x0.jpg
Le 2 octobre 2013.

Au Havre, Léopold Jacquens, 70 ans, militant, a été condamné, mercredi 2 octobre 2013 pour avoir rédigé de fausses attestations pour aider une sans-papier. Récit.

Le prévenu avait été jugé devant le tribunal correctionnel du Havre, mardi 27 août 2013. Léopold Jacquens, 70 ans, ancien salarié de Renault, militant associatif depuis de nombreuses années et détenteur d’un casier judiciaire vierge, a finalement été condamné, mercredi 2 octobre 2013, à 500 euros d’amende avec sursis. Son avocat a déjà annoncé qu’il fera appel.

La Ligue des droits de l’homme « scandalisée »

Marie-Hélène Boileau, la présidente de la section du Havre de la Ligue des droits de l’homme se dit « scandalisée ». Le retraité était poursuivi pour « fausse déclaration par personne physique ». La justice lui reproche d’avoir établi, en 2011 et 2012, deux fausses attestations d’hébergement en faveur d’une Congolaise sans-papiers d’une cinquantaine d’années afin qu’elle puisse déposer une demande de titre de séjour.

Lors de l’audience, des militants de la Ligue des droits de l’homme, d’Amnesty International, mais aussi monseigneur Jacques Gaillot avaient fait le déplacement pour dénoncer « le retour du délit de solidarité ». Délit qui permettait de poursuivre un Français ayant « tenté ou facilité » le séjour de sans-papiers sur le territoire, mais qui a été abrogé le 31 décembre 2012.

Source :
http://www.76actu.fr/delit-de-solidarite-avec-les-sans-papiers-un-militant-condamne-au-havre_53216/

Repost 0
2 novembre 2013 6 02 /11 /novembre /2013 14:46


http://www.lesinrocks.com/wp-content/thumbnails/uploads/2011/01/Police_CRS_Affiche_604-tt-width-604-height-450.jpg
Le 29 octobre 2013.

Samedi 19 octobre à Paris se tenait un rassemblement dans le cadre de la "Journée européenne contre le logement cher, la spéculation et pour le droit au logement". Il s’agissait par ailleurs de dénoncer la politique de logement de ce gouvernement et de réclamer le relogement de 300 familles.

Alors que le rassemblement avait été déposé en préfecture et que les personnes rassemblées commençaient à quitter les lieux du fait de l’attitude menaçante des policiers, elles ont été violemment attaquées par les CRS présents. Les policiers se sont déchaînés et une dizaine de personnes ont été blessées, notamment le porte-parole de l’association Droit au logement (DAL), Jean-Baptiste Eyraud, auquel les forces de l’ordre ont réservé un traitement particulier en lui brisant deux côtes.

Dix personnes ont porté plainte contre ces violences policières qui ont occasionné des interruptions de temps de travail allant de deux jours à une semaine chez sept militantes et militants.

Voilà comment ce gouvernement traite celles et ceux qui luttent pour le droit au logement dans ce pays : il envoie sa police, largement conquise aux idées d’extrême droite, tabasser des militantes et militants. Voilà la politique de logement de ce gouvernement d’incapables et de nantis. Bien installés dans leur confort de bourgeois, dans leurs cocons ministériels, ils et elles ne sont certainement pas en mesure de saisir l’urgence vécue par des millions de personnes à travers le pays sur la question du logement.

La loi Duflot qui vient d’être votée n’est qu’une miette de pain envoyée pour résoudre une famine. La mesure phare de la loi, qui soi-disant consiste à encadrer les loyers, ne vise en réalité qu’à encadrer la hausse de ces loyers. Pourtant ceux-ci ont augmenté de plus de 35 % en 10 ans et représentent une moyenne (logements sociaux compris) en dépense de 27 % des revenus par ménage. Dans le privé, c’est 40 % des revenus !

Depuis dix ans, le nombre d’expulsions a doublé, comme le nombre de sans-abri, à mesure que les loyers et l’immobilier flambent, que la précarité, la pauvreté salariale et le chômage s’étendent, que les charges, l’énergie, les transports, les soins, et les produits alimentaires de base augmentent !

Pourtant des solutions existent et certaines sont même inscrites dans la loi ! Ainsi, les lois sur le droit au logement opposable (Dalo) et sur la Solidarité et le renouvellement urbain (SRU) ne sont pas appliquées par des gouvernements soucieux avant tout de préserver le droit des spéculateurs alors que des millions de logements sont vacants !

Alternative libertaire condamne la répression dont ont été victimes les militantes et militants pour le droit au logement le samedi 19 octobre et exprime sa solidarité avec ces derniers.

Alternative libertaire revendique la réquisition des logements vides, l’expropriation des spéculateurs et l’interdiction d’acheter des logements si c’est pour ne pas pour les habiter.

Alternative Libertaire.

Source :
http://www.alternativelibertaire.org/spip.php?article5529

Repost 0
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 13:06

arrêtezViolences policières contre les mal logés : voir la vidéo

http://www.youtube.com/watch?v=bZCMBYawPKE#t=201

 

transmis par des amies d'Attac France, 

Le Mardi 22 octobre 2013 13h56, Attac France <attacfr@attac.org> a écrit :

Jean-Baptiste Eyraud passé à tabac par les CRS: deux côtes cassées, silence radio ?

Ce qui s'est passé samedi après-midi place de la République à Paris est à la fois banal et indigne. Banal parce que la répression contre les mouvements sociaux est devenue une routine quotidienne dans notre pays, sous Manuel Valls  comme sous Brice Hortefeux, et en particulier contre les sans logis ou les sans emploi.
Indigne parce que les forces de l'ordre ont dispersé violemment et illégalement un rassemblement déclaré de façon parfaitement légale par le DAL place de la République. Plusieurs mères de famille ont été frappées. Jean-Baptiste Eyraud, le porte parole du DAL, a été roué de coups de pieds alors qu'il s'était assis par terre en attendant de pouvoir sortir de l'encerclement policier auquel les manifestants étaient soumis. Il a eu deux côtes cassées. Pas de dépêche des agences de presse, pas un mot dans la plupart des quotidiens, silence à la radio.
Les CRS et leur hiérarchie présente sur place ce samedi 19 octobre ne pouvaient ignorer qui est Jean-Baptiste Eyraud. Depuis vingt ans il lutte avec le DAL contre l'indifférence et le silence qui entoure le drame des sans logis et des mal logés. Par son activité inlassable et son énergie communicative, il a permis aux sans logis de disposer d'un outil et une voix écoutée et respectée. Il contribue sans trêve à mettre à nu les contradictions entre les discours et les actes des politiciens, prolixes en promesses mais avares en réalisations.
En frappant Jean-Baptiste Eyraud, les forces de l'ordre n'ont pas agi au hasard: cibler une de ces figures les plus connues vise à répandre la peur dans tout le mouvement social. Ce gouvernement est aussi dur avec les démunis qu'il est prévenant envers les grands patrons et banquiers. La Préfecture de Paris et Manuel Valls doivent cesser leurs agissements brutaux et illégaux. Le gouvernement doit appliquer la loi DALO, le droit à l'hébergement, les réquisitions de logement. En s'engageant dans une politique répressive indigne, le gouvernement saccage les principes de solidarité et de justice, seuls à même de faire barrage à la droite extrême.
Attac France,
Paris, le 22 octobre 2013
A suivre : Le DAL porte planit auprès de l'IGS pour des "violences policières"  - le point - 23/10/13
Repost 0
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 10:09


http://img.over-blog-kiwi.com/0/70/94/03/201309/ob_d4796a1e6985e0d6646e620b11f54315_arton253-jpg.jpeg
Le 29 septembre 2013.

Communiqué du collectif de soutien à m. et de l’Orchestre Poétique d’Avant-guerre

Affaire Planterose - Nouvelle garde à vue pour les membres du D.A.L33

Voilà plus de deux mois aujourd’hui que 25 policiers de Bordeaux ont été mobilisés afin de perquisitionner, à 7h du matin, l’appartement de quatre militant-e-s du D.A.L (Droit Au Logement) et les mener en garde à vue dans le cadre d’une enquête pour « violation de domicile et dégradation ».

Pour m., cueillie au pied du lit, cette perquisition surprise la prive d’un coup de l’ensemble de ses outils de création et de communication.

La police repart en effet avec :

    - son ordinateur fixe
    - son ordinateur portable
    - ses deux disques durs externes
    - ses clés USB
    - son téléphone portable
    - divers documents

Lire ici :
http://soutien-m.over-blog.com/o.p.a-perquisition-saisies-garde-%C3%A0-vue-pour-mr

Pour elle, c’est une nouvelle étape dans la répression et l’oppression qu’elle subit depuis plusieurs années.
http://soutien-m.over-blog.com/de-l-oppression-%C3%A0-la-r%C3%A9pression-m.-dans-l-oeil-du-viseur

Après 12h de garde à vue, les quatre militant-e-s du D.A.L ressortent libres de l’hôtel de police et le capitaine Merle qui mène l’enquête promet à m. de faire au plus vite pour que ses affaires lui soient rendues la semaine suivante.
http://dal33.over-blog.com/communiqu%C3%A9-du-d.a.l-gironde

Mais l’été se passe et ni m. ni ses camarades ne sont convoqué-e-s afin que leurs affaires leurs soient restituées.

Le 17 septembre, ils reçoivent bien cependant une convocation mais il s’agit de répondre une fois de plus aux enquêteurs.

Le 19 septembre, ils sont 5 à devoir se rendre à l’hôtel de police à 8h du matin sous peine, leurs dit-on quand certains essaient de décaler ce rendez-vous, de se voir immédiatement placés dans le fichier national des personnes recherchées.

Ils s’y rendent donc, déterminés à ne pas faire trainer cette audition libre dont la durée ne peut excéder 4h et qu’ils peuvent quitter à tout moment.

Mais leur détermination ne peut rien face à la machine répressive de l’Etat. Sitôt leur arrivée, les militant-e-s sont de nouveau placés en garde à vue.

Ils apprennent qu’elle est la suite normale de leur première deux mois auparavant. Il faut savoir qu’une garde-à-vue pour des délits passibles d’au moins un an de prison (ce qui est le cas pour la violation de domicile) peuvent aller jusqu’à 48h et que les enquêteurs ont tout le loisir de « saucissonner » la durée de cette garde-à-vue à leur convenance.

Voilà donc de nouveau les militant-e-s emprisonné-e-s pour 10h.

Au moment de leur libération, alors que la chaine de solidarité mise en place a bien fonctionné et qu’une trentaine de personnes sont venues les attendre, le capitaine Merle promet de nouveau à m. que la semaine suivante toutes ses affaires lui seront rendues.

Elle lui répond qu’elle a déjà entendu ça il y a deux mois et que tant qu’aucun papier officiel ne lui indiquera qu’elle peut venir récupérer son bien, elle ne le croit pas.

La semaine s’achève et pas de papier officiel à l’horizon...

Il parait que M. Valls a été ému par l’article du Figaro relatant l’affaire Planterose et nauséabondement intitulé « Bordeaux - Une octogénaire mise à la rue par des Bulgares ».

Avec tout ce que l’on sait de lui maintenant, il n’est pas surprenant qu’il veuille se montrer ferme en tout endroit qui pourrait flatter les basses pensées des Français.

Lire la suite :
http://www.opa33.org/nouvelle-garde-a-vue-pour-m-et-les-membres-du-d-a-l-33.html

Repost 0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 17:45


http://www.opa33.org/IMG/arton254.jpg
Pour signer la pétition :
http://www.change.org/fr/pétitions/france-soutien-à-m-non-au-harcèlement-policier-et-à-la-répression

***
Soutien à m.  - Pour que cessent le harcèlement policier, la répression et l'oppression !

m. est une poète, militante, activiste qui met sa voix, sa plume, son cœur et beaucoup de  son énergie dans une lutte pacifique aux cotés des exclu-es et des opprimé-es de Bordeaux et d'ailleurs.

Elle participe à construire et à diffuser une vision alternative d'une société où l'autonomie, le partage des savoirs, la solidarité, l'Amour sont les bases d'un monde juste, cet autre monde possible qui est en marche.

Depuis plus de 15 ans, au sein du collectif d'artistes l'Orchestre Poétique d'Avant-guerre [O.P.A], elle organise et/ou participe à de nombreux concerts de soutien, écrit et met en scène des spectacles poétiques, à caractère souvent social.

Pour elle, l'acte doit être joint à la parole et la politique - tout comme la rue - demeure un espace à se réapproprier.

Lire ici son parcours militant :
http://soutien-m.over-blog.com/parcours-militant-m.-c%C3%B4t%C3%A9-pile

Mais la France n'est pas/plus cet Etat de droit où l'on peut militer pacifiquement sans craindre les foudres du pouvoir.

Depuis 2006, m. est la cible d'une oppression et d'une répression tout à fait symptomatiques du recul de la liberté d'expression et de la liberté tout court dans notre pays pourtant auto-qualifié de "démocratique".

Au fur et à mesure de la mise en place de la société de contrôle - dont nous voyons tous les jours les effets pervers -, m., comme nombre de militant-e-s considéré-e-s comme des dangers pour la sécurité intérieure, connaît un harcèlement policier qui va sans cesse croissant.

De sa première arrestation en 2006 pour avoir distribué des tracts appelant au boycott des élections municipales à la perquisition de son appartement en juillet 2013, en passant par son passage à tabac par les forces de l'ordre en 2009, m. vit une oppression quotidienne qui aujourd'hui l'oblige à user de prudence et à tenter de se défendre face à la machine à broyer étatique.

Lire ici la chronologie de sa répression :
http://soutien-m.over-blog.com/de-l-oppression-%C3%A0-la-r%C3%A9pression-m.-dans-l-oeil-du-viseur

En juillet 2013, depuis l’affaire de l’occupation d’un immeuble de Bordeaux par des familles de migrants, le Droit Au Logement, association dont m. est un membre actif, est dans le collimateur de l’extrême-droite et de la police.

Le 18 juillet, la police, qui jusque là n'avait jamais trouvé de prétexte pour rentrer chez m., sonne chez elle à 7h du matin pour lui signifier sa garde à vue immédiate et la perquisition complète de son domicile.

Les policiers en sont repartis avec :
- son ordinateur fixe ;
- son ordinateur portable ;
- ses deux disques durs externes ;
- ses clés USB ;
- son téléphone portable ;
- son carnet de notes et divers documents personnels.

Voir ici les explications de m. en vidéo :
http://soutien-m.over-blog.com/o.p.a-perquisition-saisies-garde-%C3%A0-vue-pour-m

Cette perquisition la prive donc de tous ses outils professionnels, de 25 années de travail et l'empêche concrètement de poursuivre ses projets en cours.

Aujourd'hui, m. ne peut plus se défendre seule face au danger qui la menace et la censure dont elle est l'objet.

L'attention que nous devons porter aux faits que des artistes soient la cible d'une extrême répression doit nous conduire à s'interroger sur la société dans laquelle nous vivons et vivent nos enfants.

Alors que la crise économique monopolise les quelques luttes "massives" que nous consentons à mener ces dernières années, nous sommes si peu nombreux à descendre dans la rue quand la police assassine notre jeunesse et n'est jamais condamnée, quand elle violente les militant-e-s est n'est jamais inquiétée, quand elle enferme, frappe et mutile celles et ceux qui osent dire non et se déclarent insoumis sans qu’elle ne soit jamais montrer du doigt.

Dans le même temps, tant de caméras, de fichages, d'empreintes, de traçages... nous envisagent et nous dévisagent comme autant de délinquant-e-s potentiel-les.

La poésie est une arme et les Etats totalitaires ont toujours éliminé les vecteurs d'une pensée moins archaïque : les poètes en prison sont autant de rage et de combativité arrachées aux muscles et au coeur du peuple.

Il devient donc urgent de se montrer solidaires des lanceurs d'alertes qui comme m. nous tiennent informé-e-s et luttent sans rechigner à la reconquête de nos libertés perdues.

Il devient urgent de refuser qu'une personne véhiculant des idées humanistes soit ainsi harcelée alors que dorment tranquilles les marchands de sommeil, les escrocs financiers, les politicien-nes corrompu-e-s, les grands patrons combinards : tous ces intouchables qui font qu’aujourd’hui en France la justice est un mot auquel il faut donner un sens alors qu’enchaînée au pouvoir politique, elle protège les forts contre les faibles.

Signer cette pétition de soutien à m., c’est faire un geste vers ce désir impérieux de liberté qui nous habite tous et toutes, c’est dire que nous ne laisserons pas les poètes privés de leur plume, c’est refuser un régime de terreur sournoise, c’est faire en sorte que la pression change de camp, et que si l’on ne nous entend pas, la rue est à nous !

Merci de votre signature ! Merci de faire suivre dans vos réseaux.

« Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ! »

Le collectif de soutien à m.

***
Pour signer la pétition :
http://www.change.org/fr/pétitions/france-soutien-à-m-non-au-harcèlement-policier-et-à-la-répression

Le blog de soutien :
http://soutien-m.over-blog.com/

Le facebook de soutien :
https://www.facebook.com/pages/Page-de-soutien-%C3%A0-m-po%C3%A8te-activiste-pour-OPA/498408073560797

Le site officiel d'O.P.A :
http://www.opa33.org/

Le collectif Contre Les Abus Policiers - Bordeaux - (C.L.A.P33) :
http://clap33.over-blog.com/

Les vidéos officielles d'O.P.A :
http://www.youtube.com/33OPA

O.P.A - Informations des Autres Mondes :
http://opa-infos.over-blog.com/

Repost 0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 15:34


http://www.noirgazier.lautre.net/wp-content/uploads/la-zad-est-partout.jpg
Le 8 septembre 2013.

Le mercredi 11 septembre à 9h un jeune militant de la Gauche Indépendantiste bretonne et opposant au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes sera jugé en CRPC au tribunal d’instance de Nantes.

Rappel des faits : le 27 octobre 2012, 11 jours après le début des actions militaires et policières sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, le jeune militant G. participait à une manifestation anti-aéroport. Au passage devant la préfecture de Nantes, il serait alors monté sur la façade et aurait décrocher l’étendard tricolore sous les applaudissements des 3000 manifestants.

Mais la manœuvre n’est pas aisée et le drapeau lui glisse des mains et tombe à terre. Le tissus tricolore est alors ramassé par les policiers qui sont au pied du bâtiment. Sans contact avec les forces de l’ordre et sans contrôle d’identité, le jeune militant rejoint le groupe des manifestants.

    L’affaire pouvait s’arrêter là.

Mais le 31 octobre 2012 au matin, trois policiers se présentent au domicile du militant, et procèdent à une perquisition. Placé en garde à vue, il est emmené au commissariat où on lui fait avouer avoir décroché le drapeau. Puis il a refusé le prélèvement ADN.

Il sera jugé mercredi matin.

Il comparaîtra pour «vol» du drapeau et risque 15 000 euro d’amende et un an d’emprisonnement pour refus de prélèvement ADN. BREIZHISTANCE, le parti de la Gauche Indépendantiste bretonne pour lequel il milite, appelle toutes celles et ceux qui le pourront à aller le soutenir devant le tribunal.

Source :
http://7seizh.info/2013/09/08/un-militant-independantiste-breton-au-tribunal-le-11-septembre-pour-vol-de-drapeau-francais/

Repost 0

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

****
Bordeaux - 18 mars 2017

Journée contre

les violences policières

Notre appel : klik !

*****
Violences Policières

France - Trois rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
 le 19 Mars 2009 à Bordeaux !
 
Infos :  klik !
 

 

L'oeil de Pancho

D'autres dessins de Pancho : klik

Retour à la page d'accueil