Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

ETAT D'URGENCE

Le cadre légal : klik

****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"


C'est par là : klik !

****
Agenda des luttes

 
http://demainlegrandsoir.org/IMG/arton913.png

  En ligne ici : klik !

*****

Non à la loi renseignement

Infos : klik !

****
Retrouvez toutes

les brochures du C.L.A.P33

***
"Résistons Ensemble"


http://resistons.lautre.net/

***

Et encore...

Notre flux Rss




https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

http://blog.cgtbayard.org/public/solidar.jpg


 

9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 12:49


http://cache.20minutes.fr/img/photos/afp/2008-12/2008-12-08/article_photo_1228779067536-1-0.jpg
Transmis par Nenex le 3 juin 2012

Hier, jeudi 31 mai, jour du procès d'appel du prisonnier politique basque Ion Kepa Parot, environ 55 personnes se sont rassemblées devant la mairie de Bayonne. Voici le texte qui a été lu par HERRIRA.

Ce jeudi 31 mai, notre indignation et notre action visent tout particulièrement la situation vécue par les Preso qui croupissent au fond des cellules de prison depuis des années, voire des décennies. Celles et ceux que l'on appelle les "longues peines".

Nous sommes ici pour dénoncer cette inhumaine situation de mise à mort sociale. A la peine de mort abolie en 1981 - en France- s'est substituée une sanction aux conséquences effrayantes ; la désocialisation voire la dévitalisation rampante. La lame de l'échafaud a été remplacée par la détention durable, voire infinie. Nous sommes là face à un traitement barbare !

En solidarité totale avec Ion Kepa PAROT, Txistor HARAMBURU, Jakes ESNAL et l'ensemble des membres du Collectif des prisonniers politiques basques et leur famille, nous disons aujourd'hui aux responsables politiques des Etats français et espagnols que nous refusons de voir nos frères et sœurs, père et mère, ami-e-s, croupirent ainsi dans leurs prisons. Nous exigeons qu'ils/elles ne soient pas sacrifié-e-s sur l'hôtel de la vengeance d'Etat.

Aujourd'hui Ion Kepa avait son procès d'appel et il a été annulé, parce qu'un juge n'est pas venu. C'est une honte ! Le procès a été reporté au au 18 juin.

Nous demandons que cesse immédiatement l'acharnement répressif dont font l'objet les prisonnier-e-s politiques basques, les réfugié-e-s et leur famille.

Aujourd'hui 3 prisonniers ont la condamnation à perpétuite en France et 52 sont sous la doctrine Parot en Espagne.

20 prisonniers sont conditionnables dans l'Etat français et 149 en Espagne.

Fin des longues peines d'emprisonnement, maintenant !

Source :
http://www.askatasuna-uztaritze.org/index.php?option=com_content&view=article&id=866:proces-ion-kepa-parot--texte-du-rassemblement

Repost 0
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 23:27


http://www.mouton-noir.net/uploads/images/11.01-police-illustration.-930620_scalewidth_630.jpg
Transmis par J.C le 6 juin 2012

DES POLICIERS FONT PRESSION  SUR LA PRESIDENTE DU DAL 37, ELLE REFUSE D'ETRE UNE BALANCE !

CONFERENCE DE PRESSE EN PRESENCE DE J.B. HERRAULT PORTE PAROLE NATIONAL DU DAL

Ce mercredi 6 juin, le Canard Enchainé publie un article relatant les pressions faites par des policiers du commissariat de Tours sur la Présidente du DAL 37.

Au cours d'un entretien qui s'est déroulé le 17 avril 2012 au commissariat de Tours, des policiers lui proposent, contre certains renseignements sur des actions de militants tourangeaux, d'intervenir auprès du juge des enfants pour que la présidente du DAL 37 puisse de nouveau vivre avec son fils. Il est actuellement placé dans une famille d'accueil.

De même, il lui propose de faciliter ses recherches d'emploi. Depuis plusieurs mois ils exerçaient des pressions de même nature sur son téléphone portable.

Comment des policiers peuvent-ils affirmer, dans l'exercice de leur fonction, qu'ils sont en mesure d'influencer le juge pour enfant ? Comment des policiers peuvent-ils affirmer, dans l'exercice de leur fonction, qu'ils sont en mesure de faciliter des recherches d'emploi ?

On ne peut accepter que des fonctionnaires de police fassent pression sur une femme en instrumentalisant son sentiment maternel !

Ils voulaient qu'elle serve indic pour mieux surveiller des militants tourangeaux.

LA PRESIDENTE DU DAL 37 REFUSE !

L'attitude de ces policiers fait preuve d'abus de pouvoir, de maltraitance envers une personne en essayant d'agir sur des sentiments très sensibles. Ils laissent entendre que la police peut influencer la justice !

Nous demandons la suspension immédiate des deux policiers impliqués dans cette affaire. Nous allons informer les ministres de l'intérieur et de la justice et leur demander ce qu'ils comptent faire.

La présidente du DAL 37 portera plainte dans les jours à venir. La fédération nationale du DAL apporte tout son soutien à cette militante pour le droit au logement.

Jean Baptiste HERRAULT, son porte parole, sera présent jeudi 7 juin à 15 h 30 pour participer à une conférence de presse au Centre social place du Commandant TULASNE à Tours (quartier du Sanitas, en face du LIDL)

Tours, le 6/06/2012

DAL 37

06 83 00 88 76

dal37tours@gmail.com

Repost 0
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 12:29


http://you.leparisien.fr/fr/textes/politique/2012-05-06/14820/noisy-le-sec-marche-blanche-en-hommage-a-amine-bentounsi/package/31196-2012-05-05-marche-blanche-amine-bentounsi-noisy-le-sec-copyright-jenb-productions.jpg
Transmis par Wissan le 4 juin 2012

Bonsoir mes amis, pour ceux qui ne me connaissent pas je m'appelle Mounir, et je suis le secrétaire du comité justice et vérité pour Wissam (que Dieu lui fasse miséricorde, lui ainsi que toutes les victimes pour lesquelles nous tous nous combattons ensemble).

L'HEURE EST GRAVE ! ÇA CONTINUE !

Samedi 2 Juin, à Noisy-le-Sec, lors d'une manifestation organisée par Amal ben Bentousi, la soeur d'Amine Bentousi, froidement abattue d'une balle dans le dos par un agent de police, organisait une manifestation afin de recueillir des témoignages.

Lors de cette manifestation pacifique, organisée avec autorisation de la préfecture, un brigadier-chef, s'en est tout d'abord pris verbalement à la soeur d'Amine. Le brigadier, ainsi que sa brigade, n'ont pas supporté une des banderoles où était inscrit : « non aux flics voyou » !

Soudainement ce même brigadier-chef, frappera de coups de matraque un des manifestants, celui-ci sera emmené à l'hôpital !!!

Un autre manifestant sera mis en garde à vue !!! (pour des raisons que je ne connais pas à l'heure actuelle..

DEUX MANIFESTATIONS, SANS AUTORISATION PAR LA POLICE SUITE À LA MORT D'AMINE, ET HIER L'ATTAQUE DES MANIFESTANTS PACIFIQUES !!!

Cela montre bien combien les forces de l'ordre agissent dans une impunité totale !


Depuis samedi soir, je tente de nous mettre en contact. J'ai pu parler à Amal, la soeur de la victime, et d'autres personnes en France.

A Lyon, Clermont-Ferrand, Paris, et bientôt je l'espère du fond du coeur, avec vous, et aussi avec tous les autres qui n'ont pas été encore contactés, les familles doivent réfléchir et valider une action spontanée, coordonnée, et synchronisée à mettre en place rapidement, à savoir le samedi 9 juin, samedi prochain. Il serait judicieux, recommandable, voir indispensable de nous organiser au mieux pour être le plus nombreux à faire une action tous ensemble, en même temps, chacun dans nos villes. Tous ces éléments seront bien sûrs, validés par chacun d'entre nous pour que l'on puisse réussir cette action dans la plus grande cohésion.

Une telle action est simple à mettre en place, en tous cas plus simple que de réunir plusieurs familles des quatre coins de la France a un même endroit. Et cette même action pourrait être lourde de conséquences, et faire avancer nos affaires à tous, donc faire avancer la cause. Soyons solidaires, organisons-nous, montrons-nous que nous sommes capables d'agir de manière coordonnée, avec deux grandes priorité :

- Le respect du nom, de chacune des victimes, que Dieu leur fasse miséricorde, et donc le grand respect des spécificités de chaque affaire.

- La mise en place d'un cadre, d'un socle commun, adapté à chaque action, nous permettant d'agir dans l'union.

Je vous invite à rentrer en contact avec nous, et à rentrer en contact avec vos propres réseaux, vous pouvez aussi nous envoyer un mail auquel nous ne manquerons pas de répondre. Ensemble il nous faut choisir, un même emplacement symbolique, dans un même créneau horaire, avec un même mot d'ordre issu de nos discussions.

C'EST UNE ACTION SPONTANÉE, DE RÉACTION À L'INADMISSIBLE, UNE RÉACTION NÉCESSAIRE POUR NOUS TOUS !

Bonne réception à vous, et n'hésitez pas à nous contacter pour toute information.

Mounir, secrétaire du comité justice et vérité pour Wissam. Clermont-Ferrand

06-60-75-56-63
cjvpourwissam@gmail.com

Bonne réception et que la paix soit avec vous mes amis.

 

Repost 0
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 07:56


http://a3.ec-images.myspacecdn.com/images01/3/443b744cfcc4b60283346b245b04a3e2/l.jpg
Transmis par Christel le 4 juin 2012

Justice pour les quartiers déjà attaqué par la mairie...

Notre volonté : lancer une dynamique... :

Depuis maintenant 5 jours, nous, Justice pour les quartiers, avons pris l'initiative d'installer une tente place du marché de la Gauthière afin d'offrir un espace d'activités socio-culturelles et de rencontre pour les habitants du quartier et deuxièmement protester contre l'abandon du quartier par la municipalité depuis 6 mois, soit juste après le décès de Monsieur El-Yamni, tué par la police le soir du nouvel an.

...Car le quartier est abandonné par les services publics

Sous le prétexte de l'insécurité (selon les dires de Mr Pourret, lors d'un entretien avec la Montagne où il explique pourquoi les salles municipales du quartier sont fermées), la municipalité a déserté le terrain, laissant toute une population à l'abandon : plus aucune activité n'est proposé aux enfants, aucune association ne peut continuer son travail ; le quartier depuis le traumatisme du mois de janvier est doublement puni.

Outre de ne pas remplir son rôle de médiateur et d'acteur sociaux, la mairie cherche à criminaliser toutes formes d'organisation indépendante qui émane du malaise de la population de la Gauthière. Nous pouvons donc dire que la municipalité crée elle même l'insécurité.

MAIS ENCORE UNE FOIS NOUS SUBISSONS UNE PRESSION POLITIQUE DE LA MAIRIE QUI VEUT UN VIDE ORGANISATIONEL DANS LE QUARTIERS !

Notre mouvement se voit encore aujourd'hui attaqué, poursuivit au Tribunal Administratif par la Mairie de Clermont-Fd sous le motif d' « occupation illégale d'une place publique » (Le jugement ayant eu lieu ce matin dans la précipitation, nous attendons le délibéré cette après-midi.) : au lieu de dialoguer avec nous, la mairie préfère le faire par avocats interposés et nous menacer à de lourdes sanctions, pour avoir fait ce qu'elle ne faisait plus depuis 6 mois !

Pourquoi user d'autant d'énergie et d'argent, pour nous criminaliser plutôt que de dialoguer et de chercher des solutions à nos problèmes ?

Nous demandons d'être relogés dans un premier temps par la mairie dans l'une des salles municipales disponibles, plutôt que d'être menacé d'expulsion et de réquisition de notre matériel ! Nous souhaitons ouvrir un dialogue public avec les responsables municipaux, afin que des solutions soient trouvées rapidement.

PARCE QUE LA JUSTICE POUR NOS QUARTIERS NOUS SEMBLE INDISPENSABLE,
NOUS DEMANDONS JUSTICE POUR LA GAUTHIÈRE ET SES HABITANTS !

Nous vous invitons à venir nous rencontrer dans notre tente place du Marché à la Gauthière ou de nous contactez  :

MAIL :
justicepourlesquartiers@gmail.com

BLOG :
http://justicepourlesquartiers.over-blog.com/

TEL :
06.67.95.09.19

Repost 0
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 08:54


http://www.lesinrocks.com/wp-content/thumbnails/uploads/2011/07/villierslebel2-604x404.jpg
Depuis Rebellyon le 26 mai 2012

Le Journal Officiel vient de publier la réponse du précédent ministère de l’Intérieur à un député concernant les rumeurs sur l’utilisation d’armes de guerre pour du maintien de l’ordre, suite à un décret paru en douce en juin 2011.

L’été der­nier, un décret publié au Journal Officiel lan­çait une rumeur sur Internet : les gen­dar­mes mobi­les auraient doré­na­vant le droit de tirer dans une mani­fes­ta­tion avec des armes de guerre, des fusils de pré­ci­sion à répé­ti­tion dotés de muni­tions 7,62 x 51.

A l’époque, la rumeur per­sis­tante avait été désa­mor­cée par Maître Eolas. Dans son billet Pas de gilet pare-balle à la pro­chaine Gay Pride, il rap­pe­lait qu’effec­ti­ve­ment l’usage des armes à feu pour « le main­tien de l’ordre » est prévu de longue date, mais dans un cadre de « légi­time défense » à courte dis­tance : fusil à pompe, arme de poing…

Toutefois, en octo­bre 2011, un député dépo­sait une ques­tion par­le­men­taire au minis­tre de l’Intérieur, Claude Guéant, pour cla­ri­fier ces nou­vel­les dis­po­si­tions.

Avec ce décret et dans les situa­tions pré­vues au qua­trième alinéa de l’arti­cle R. 431-3 du code pénal (lors­que des vio­len­ces ou voies de fait sont exer­cées contre la force publi­que ou lors­que cette der­nière est dans l’impos­si­bi­lité de défen­dre autre­ment le ter­rain qu’elle occupe), il sera pos­si­ble aux forces de sécu­rité d’uti­li­ser le fusil de cali­bre 7,62 à répé­ti­tion qui est une arme de guerre.

[Le député Jean-Jacques Candelier] aime­rait savoir, puis­que la France n’est ni en état de siège ni sous le coup d’une guerre civile, si ce décret va être abrogé, car il met en péril la vie des citoyens qui mani­fes­tent, excé­dés par la poli­ti­que actuelle.

Lire la suite :
http://rebellyon.info/Confirmation-officielle-de-Gueant.html

Repost 0
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 18:06


http://pix.toile-libre.org/upload/original/1305380323.jpg
Le communiqué des camarades du centre social auto-géré du CREA de Toulouse montre que malgré quelques effets d'annonces, sur le terrain militant, le changement pour la police, ce n'est visiblement pas pour maintenant...

Transmis le 1er juin 2012

Communiqué de presse du 30 mai 2012

Dans la cadre de la semaine de mobilisation contre la procédure d’expulsion du Centre Social Autogéré (70 allée des Demoiselles), les membres de la Campagne de réquisition ont appelé à une manifestation contre toutes les expulsions, déposée en préfecture, ce mercredi 30 mai.

Le départ était prévu à 14h au 70 allée des demoiselles et, alors qu’une centaine de personnes s’était rassemblée devant le bâtiment, la police et les représentants de la préfecture ont bloqué le départ de la manifestation sous prétexte qu’elle n’était pas déclarée.

Après avoir présenté les justificatifs prouvant la légalité des rassemblements et de la manifestation, ceux-ci ont malgré tout refusé de nous laisser partir.

Nous nous sommes alors retrouvés encerclés pendant plus deux heures par des CRS, des gardes-mobiles et des policiers de la BAC.

Face à ce déploiement massif, les familles avec enfants désireuses de participer à cette marche contre les expulsions ont dû se réfugier à l’intérieur du bâtiment. Le reste des manifestants ont été forcé de se disperser pour ensuite se retrouver à Jean Jaurès et tenter tant bien que mal de manifester.

Au final malgré l’acharnement de la préfecture, la manifestation fût un succès, prés de 200 personnes ont rallié le cortège finissant en rassemblement au Capitole.

Par le plus grand des hasards, Daniel Cohn-Bendit se trouvait sur la place, le cortège en a profité pour l’interpeller sur l’urgence de la situation du Centre Social Autogéré. Celui-ci, nous a gracieusement donné le numéro de téléphone personnel de Cécile Duflot que nous tentons de joindre depuis cet instant.

Lire la suite :
http://creatoulouse.squat.net/communique-de-presse-du-30-mai-2012/

***
Complément d'info

Toulouse : le CREA expulsé vendredi ?

http://carredinfo.fr/wp-content/uploads/2012/05/DSC_1569-CREA-TAGS-597x396.jpg
Vendredi 1er juin le tribunal administratif devrait prononcer l’expulsion des militants et familles qui habitent depuis plus d’un an au 70 allées des Demoiselles. Pariant sur le changement de majorité présidentielle, le Collectif pour la Réquisition l’Entraide et l’Autogestion (CREA) enchaîne manifestations et actions pour stopper cette procédure qu’il juge expéditive. Retour sur un an de centre social auto-géré.

Romain est pressé et un peu stressé. Il prend le temps de poser son paquet de tracts pour réparer la chaîne du petit vélo de Carlo. Romain a moins de 30 ans, il veut mettre fin au capitalisme et à l’État. Hier après-midi il a participé à l’action péage gratuit à la sortie Nord de Toulouse.

Avec une quarantaine de membre du CREA, ils ont tenu les barrières du péage levées durant trois-quarts d’heure et ont tracté auprès de conducteurs plus ou moins réceptifs. L’objectif ? Faire parler d’eux pour alerter sur la menace d’expulsion du 70 allée des Demoiselles.

Lire la suite :
http://carredinfo.fr/toulouse-le-crea-expulse-vendredi-11642

Repost 0
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 15:17


http://turbulences-sociales.org/wp-content/uploads/2011/09/banderole.jpg
Transmis par JC le 23 mai 2012

FACE A LA REPRESSION CONSTRUISONS LA SOLIDARITE !

On nous veut isolé-e-s, dociles et impuissant-e-s

Comment essayer de faire taire des militant-e-s luttant pour le droit au logement, la régularisation de tous-tes les sans papiers, la libre circulation et installation, contre le racisme et la xénophobie d'Etat, la précarité, l'autoritarisme, l'antisexisme, la marchandisation du monde, la destruction du vivant,... ? Comment empêcher d'agir ceux et celles qui par exemple n'acceptent pas que les espaces publics soient envahis par la pub ou qui essayent de préserver les arbres dans l'espace urbain ? Comment faire passer sous silence les brutalités, les assassinats policiers ? Etc., etc., etc.

Sous couvert de démocratie, de justice indépendante (si, si, ils en parlent encore, cela relève de la méthode coué !), nous sommes convoqué-e-s devant les tribunaux, condamné-e-s à des amendes, à de la prison...

C'est un des moyens qu'utilise l'Etat pour tenter de nous bâillonner, de nous contraindre à l'inaction.

Nos pensées, nos idées doivent rester dans nos têtes à l'état de chimères et ne pas être partagées en vue d'être concrétisées ! Elles doivent en aucun cas devenir des alternatives concrètes à cette société fondée sur la domination, l'exploitation, la recherche de profits pour quelques uns conduisant à l'appauvrissement des autres.

Envisager le monde au delà de ce que nous impose cet ordre établi, signifie pour l'Etat que nous ne sommes plus démocrates, au sens où les tenant-e-s du système l'entendent : « La démocratie [représentative], ce n'est pas quand le peuple exerce le pouvoir, mais quand la lutte pour y accéder est ouverte et concurrentielle. » (« Le populisme du FN, un dangereux contresens », A. Collovald, Editions du Croquant 2004, page 104). Bien évidemment, cette lutte n'a lieu réellement qu'entre les partis politiques gérant l'Etat.

Une initiative contre l'enfermement individualiste : organiser la solidarité financière.

La solidarité est un des meilleurs moyens pour s'opposer à cet enfermement individualiste qui peut conduire à une sorte d'autisme social : être indifférent-e- au monde et surtout à ce qui s'y passe pour simplement assouvir des désirs immédiats et matériels à travers la consommation d'objets, de territoires (tourisme), d'êtres humains (exploitation, domination, sexisme), de culture limitée au divertissement et transformée en une juxtaposition d'œuvres conduisant à la marchandisation de ce qu'on appelle l'art.

Ce sont toujours des personnes qui sont poursuivies, condamnées. La justice ne reconnaît jamais la dimension collective de nos luttes. En ne laissant pas seul-e-s les copains et copines face à la police, dans leurs cellules, devant les tribunaux et payer leurs amendes, nous pouvons réaffirmer notre volonté d'agir collectivement et solidairement.

C'est pourquoi, nous avons ouvert un compte bancaire (Les pieds dans le plat) pour pouvoir récolter de l'argent et ainsi aider collectivement à payer les amendes auxquelles sont condamné-e-s de plus en plus d'entre nous.

Autre proposition permettant d'exercer sa solidarité : signer des chèques d'un faible montant (sans spécifier l'ordre) qui seront portés collectivement (pourquoi pas lors d'une manifestation) au trésor public et aux parties civiles, comme les flics et autres plaignant-e-s assoiffé-e-s d'ordre social qu'ils veulent immuable.

Pour nous écrire, envoyer des chèques ou d'autres formes de solidarité :
Contre la répression solidarité c/o STAJ 85 rue Deslandes 37000 Tours

SOIF D'UTOPIES :
06 31 56 17 56
soifdutopies@yahoo.fr

DAL 37 :
06 83 00 88 76
dal37tours@gmail.com

LES PIEDS DANS LA PORTE :
06 20 91 20 44
lepieddanslaporte@gmail.com

VELORUTION :
velorutiontours@no-log.org

NI POLICE NI CHARITE !

Repost 0
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 12:40


http://mediatours.noblogs.org/files/2012/05/1336726163.jpg
Depuis Le chat noir émeutier le 21 mai 2012

A l’issue des débats, le procureur a requis des peines allant d’un an de prison dont six mois ferme à trois ans de prison dont un an ferme contre les six personnes accusées d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste.

Dernières déclarations des prévenus avant le réquisitoire. Avant de laisser la parole au procureur puis aux avocats de la défense, les six prévenus ont l’occasion de rajouter quelques mots, de rectifier l’image d’eux-mêmes qui a émergé par bribes contradictoires au fil des débats. Après quatre ans d’instruction et trois après-midi d’audience, ils ont eu le temps d’y réfléchir et déclarent d’un ton posé :

Franck F. : “Ce que je pense n’est pas réductible à des étiquettes collées par le ministère de l’Intérieur. Dans cette “mouvance anarcho-autonome”, on peut faire entrer n’importe quoi, pourvu que ce soit à charge.”

Ivan H. reparle d’une interview donnée par la ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie en janvier 2008, où elle commente son arrestation. “Cela conforte tous nos propos sur la manière dont le dossier est construit.”

 Ines M. : “S’il s’agit de réprimer des actes de sabotage ou des incendies pendant le CPE et la période électorale, des milliers d’autres actes ont été commis sans être répertoriés comme actes terroristes.”

Comme nous l’avons écrit lors des comptes-rendus d’audience précédents, les prévenus assument leurs opinions politiques et leurs engagements “contestataires” tout en niant les faits qui leur sont reprochés : avoir, de manière concertée, essayé de commettre plusieurs actes de sabotage en utilisant des engins incendiaires contre une armoire électrique de la SNCF (2006) et une dépanneuse de police (2007).

Lire la suite :
http://lechatnoiremeutier.wordpress.com/2012/05/21/proces-mauvaises-intentions-les-requisitions-du-proc/

Repost 0
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 16:22


http://static.lexpress.fr/medias/40/drapeau-basque-pampelune_180.jpg
Transmis par Nenex, le 23 mai 2012

Communiqué du Mouvement pour une solution démocratique et intégrale au Pays Basque (21/05/2012)

Au lendemain de la déclaration d'Aiete du 17 octobre 2011, une opportunité s'est ouverte en faveur d'une résolution du conflit au Pays Basque. Ainsi dans ce nouveau contexte, il en va de la responsabilité des partis, syndicats, associations et de l'ensemble de la société, de prendre position et d'agir en faveur d'un processus de résolution intégrale du conflit.

Une solution globale, de l'origine politique du conflit à la moindre de ses conséquences.

Mais l'actualité de ces derniers mois nous démontre que l'État Français n'envisage pas de s'investir dans le processus de paix. La seule réponse de l'État demeure la répression par le biais des législations d'exceptions.

« Le mouvement pour une solution démocratique et intégrale au Pays Basque » dénonce fermement la situation inacceptable dont est victime la prisonnière politique Naia Lacroix. Depuis son incarcération à la maison d'arrêt de Gradignan le 23 février des mesures d'exception lui sont appliquées. Des conditions de détention inacceptable, notamment son isolement du reste du Collectif des prisonnier(e)s politiques basques.

Elle est en grève de la faim depuis le 14 mai et a annoncé vouloir entamer une grève la soif à partir du mercredi 23 mai, si la situation ne se débloque pas. En solidarité à Naia Lacroix de plus en plus de prisonniers politiques basques sont également rentrés en grève de la faim.

Il est indispensable que Naia Lacroix puisse bénéficier d'un regroupement afin de pouvoir participer au processus qui est en marche.

Il serait inconcevable de construire un processus dans de telle condition, il va sans dire que la responsabilité de l'Etat Français est plus qu'évidente.

- Nous exigeons la libération des prisonniers malades et conditionnables, le regroupement en Pays Basque et de manière générale l'amélioration des conditions de détention pour faciliter leur participation au processus de paix.

- Nous exigeons l'arrêt de tous les procès politiques, de toutes les formes de répression, l'arrêt immédiat des législations d'exception.

Lire la suite :
http://www.askatasuna-uztaritze.org/index.php?option=com_content&view=article&id=863:communique-du-mouvement-pour-une-solution-democratique-et-integrale-au-pays-basque&catid=22:prisonniers&Itemid=31

Repost 0
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 15:17


http://s1.lemde.fr/image/2009/07/30/540x270/1224408_3_7ca0_le-21-janvier-1989-des-milliers-de-basques.jpg
Transmis par Nenex, le 22 mai 2012

Conférence de presse Herrira du 22 mai 2012

Une fois de plus, nous voici à rendre public des faits et situations que nous avons toujours considéré comme inacceptables, mais qui aujourd'hui, au regard du contexte politique nouveau découlant du processus de Paix en Euskal herri, est non seulement inacceptable mais également irresponsable.

La situation carcérale imposée à Naia LACROIX est de ces situations que l'on peut décrire comme un cas de "répression". En effet, Naia est une militante qui non seulement se voit imposer la privation de liberté par l'incarcération, mais qui plus est, se voit imposer une mesure d'isolement de fait. Entendez par là, qu'elle n'a aucun contact au quotidien avec d'autre prisonnière politique basque. Il y a aujourd'hui 7 prisonnier-e-s politiques basques qui sont soumis à cette mesure. Nous ne l'acceptons pas !

L'isolement, qui est une mesure d'atteinte à l'équilibre des individus qui y sont soumis, est une mesure qui met en danger Naia. Nous ne l'acceptons pas !

Cet isolement empêche Naia d'échanger, de confronter ses idées à d'autres prisonnières politiques basques qui, comme elle, désirent ardemment s'impliquer dans la réflexion et l'action menée aujourd'hui dans le cadre du processus de paix. Nous ne l'acceptons pas !

Cet isolement est une mesure contraire à l'avis exprimé par des dizaines de milliers de basques ces mois derniers. Car des dizaines de milliers de basques et de non basques –simples citoyens comme personnalités d'horizons divers- ont clairement dit leur volonté de voir les Prisonnier-e-s politiques basques libérés, et acteurs du changement en Euskal Herria. Entendez et respectez la voix populaire !

Lire la suite :
http://www.askatasuna-uztaritze.org/index.php?option=com_content&view=article&id=862:texte-de-la-conference-de-presse-herrira&catid=22:prisonniers&Itemid=31

Repost 0
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 12:49


http://jemmerde.files.wordpress.com/2011/02/boycott-israel1.jpg
Transmis par Sakina, le 22 mai 2012

Pour information

La France est le seul pays ou on condamne des militants qui appellent au boycott d'un état féroce et criminel alors que des ministres peuvent appeler au boycott du Mexique, de la Chine ou de la Corse !

Plus que jamais je continuerai et nous devons appeler massivement à boycotter et à appeler tous les militants des droits de l'homme à être aux cotés de la campagne BDS et surtout à l'amplifier, cette campagne est juste, citoyenne et pacifique, et nous ne pouvons que répondre favorablement à la société civile palestinienne. Y renoncer frise la complicité.

Amitiés,

Sakina


***
La Cour de Cassation, amenée à se prononcer sur l’arrêt de la Cour d’Appel de Bordeaux dans une affaire de boycott des produits "israéliens" dans un magasin Carrefour de la région, vient de rendre public son jugement et de condamner Sakina Arnaud pour discrimination, permettant ainsi au nouveau gouvernement de continuer à criminaliser le boycott d’un seul Etat, l’Etat d’Israël !

Alors que tous les autres magistrats ont, à ce jour, relaxé les militantes et militants qui appellent au boycott des produits exportés par Israël, et que même le Parquet de Paris avait refusé de requérir une peine, le 17 juin dernier, contre Olivia Zémor, estimant que nos appels au boycott n’avaient rien de répréhensibles, les magistrats de la Cour de Cassation viennent de faire un cadeau au lobby israélien.

Interpréter la loi qui punit les discriminations contre les personnes et groupes de personnes à raison de leur race, leur religion, leur ethnie ou leur nation comme s’appliquant à l’Etat d’israël, est tout de même formidable !

Rappelons que le gouvernement Sarkozy qui a demandé aux magistrats de condamner les personnes appelant au boycott d’Israël n’a jamais engagé la moindre poursuite contre toutes les personnes et personnalités qui ont appelé au boycott d’autres Etats, tels que la Chine, l’Iran, le Canada ou le Mexique.

Rappelons qu’en ce qui concerne ce dernier pays, Martine Aubry a été beaucoup plus loin qu’appeler à son boycott : elle l’a mis en pratique, en tant que maire, en se permettant de faire fermer une exposition culturelle sur le Mexique dans sa ville de Lille, parce qu’une Française était emprisonnée dans ce pays !

Et personne n’a bougé. Ni au sein du gouvernement Sarkozy, ni au sein de la "gauche". M. Hollande, qui a apposé sa signature au bas d’une tribune s’élevant contre le boycott d’Israël, n’a rien vu à redire à celui du Mexique par l’une des responsables de son parti !

Il est clair que la décision de la Cour de Cassation est politique et que ce ne sont ni François Hollande, ni Pierre Moscovici, ni Manuel Valls "éternellement attaché à Israël" qui iront le lui reprocher.

Mais le monde entier va être témoin de cette manière unique, dans toute l’Europe, de bafouer la liberté d’expression et de rendre une justice à géographie variable.

Et rien ne pourra empêcher les femmes et les hommes de conscience de poursuivre et d’amplifier la campagne BDS (Boycott Désinvestissement Sanctions) contre l’occupant israélien tant que dure l’occupation et qu’aucun gouvernement ne prend les sanctions qui s’imposent au regard du droit international.

Cette campagne est internationale, et elle est même beaucoup plus avancée dans plusieurs autres pays.

Ainsi en Grande-Bretagne la première chaine de supermarchés a annoncé renoncer à tout commerce avec des entreprises qui exportent des produits en provenance des territoires palestiniens occupés.

Dans les pays scandinaves et anglo-saxons les syndicats sont très nombreux à avoir voté des motions de boycott des relations avec Israël tant que se poursuivront la colonisation et l’occupation. Des dockers ont même refusé de charger ou décharger des bateaux transportant des marchandises "israéliennes".

Le ministre du commerce sud-africain vient de confirmer lundi qu’il n’acceptait plus dans son pays des produits étiquetés "Israël" alors qu’ils viennent des colonies illégalement implantées en Palestine.

Nos juges de la Cour de Cassation auraient-ils condamné le boycott de l’Afrique du Sud de l’apartheid, qui a permis de donner le coup de grâce à la ségrégation dans ce pays ? En tout cas aucun des mouvements de boycott dans l’histoire de l’émancipation des peuples n’a pu être stoppé par la répression. Bien au contraire !

PAS UN SOU POUR L’OCCUPANT ISRAÉLIEN !

Campagne B.D.S :
http://www.bdsfrance.org/

Repost 0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 13:40


http://www.lavie.fr/images/2011/12/15/22573_7.jpg
Quelque 450 personnes au Pays basque français et 1.500 au Pays basque espagnol se sont mobilisés samedi19 mai, à l'appel du mouvement "Herrira" ("Vers le pays" en langue basque), sur 225 sites pour demander "la libération des prisonniers basques".

A Saint-Jean-de-Luz, environ 200 personnes ont formé un cercle sur la grande plage, face à la résidence de la députée UMP Michèle Alliot-Marie située de l'autre côté du pont, à Ciboure, a constaté l'AFP.

Au centre, une lettre et le chiffre 13 pour "U13", peints en bleu, étaient posés sur le sable appelant à une grande manifestation le 13 octobre.

"D'ici le 13 octobre, nous lançons des rassemblements pour mettre fin aux mesures d'exception, à la dispersion, à la libération des prisonniers malades et à la fin de la persécution des réfugiés", a indiqué Emilie Martin, porte-parole du mouvement.

Selon Herrira, la France détient 140 des quelque 700 prisonniers basques.

"Nous demandons également au gouvernement de réagir de façon urgente à la situation de Naia Lacroix" basque française incarcérée à Gradignan, près de Bordeaux, qui "est en grève de la faim depuis cinq jours pour protester contre son isolement", a ajouté Emilie Martin.

"S'il n'y a pas de changement, elle va entreprendre une grève de la soif", a-t-elle estimé.

Par ailleurs, en réaction aux propos du nouveau ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, qui a qualifié vendredi l'ETA d"'organisation terroriste", soulignant que "l'alternance ne change rien à la ligne de fermeté adoptée depuis des années par la France contre le groupe séparatiste basque", des élus de la coalition des partis de la gauche nationaliste, EH Bai, présents lors de la manifestation, ont estimé que "l'ETA a fait un premier pas en mettant fin à la violence".

"C'est au tour de la France et de l'Espagne de s'impliquer dans le processus de paix, nous ne pouvons pas brûler les étapes", ont-ils estimé.

Source :
http://fr.news.yahoo.com/pays-basque-mobilisations-réclamer-libération-prisonniers-194407875.html

Repost 0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 13:12


http://s1.lemde.fr/image/2009/07/30/540x270/1224408_3_7ca0_le-21-janvier-1989-des-milliers-de-basques.jpg
Communiqué d'Herrira (14/0512)

Le mouvement Herrira fait savoir que la prisonnière politique basque Naia Lacroix est entrée en grève de la faim aujourd'hui, lundi 14 mai, pour dénoncer ses conditions de détention et notamment son isolement du reste du Collectif des prisonnier(e)s politiques basques. Elle envisage une grève de la soif à partir de la semaine prochaine.

Arrêtée à Saint-Pée-sur-Nivelle le 14 février dernier, Naia avait dans un premier temps été incarcérée à Fresnes puis transférée et isolée le 23 février à la maison d'arrêt de Gradignan.

Après avoir dénoncé les conditions de traitement des prisonniers lors d'un incendie ayant eu lieu le 26 mars, Naia est entrée en lutte le 1er avril dernier afin de réclamer son regroupement avec d'autres prisonnières basques, refusant alors tous les dimanches de reintegrer sa cellule.

En soutien à la jeune militante, le mouvement Herrira avait appelé à un envoi massif de courriers au directeur de la prison de Gradignan et au juge, puis organisé un bus qui s'était rendu à Gradignan le 28 avril.

Naia Lacroix a depuis été placée au mitard pendant deux semaines. Arkaitz Agirregabiria et Zuhaitz Errasti, incarcérés dans la même maison d'arrêt et menant des actions en solidarité avec Naia, ont également été placés au mitard et y sont encore aujourd'hui.

Un rendez-vous avec le directeur de la prison mais aussi avec le juge a été sollicité par Etxerat.

Lire la suite :
http://www.askatasuna-uztaritze.org/index.php?option=com_content&view=article&id=861:la-prisonniere-politique-basque-naia-lacroix-entame-une-greve-de-la-faim&catid=22:prisonniers&Itemid=31

Repost 0

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

****
Bordeaux - 18 mars 2017

Journée contre

les violences policières

Notre appel : klik !

*****
Violences Policières

France - Trois rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
 le 19 Mars 2009 à Bordeaux !
 
Infos :  klik !
 

 

L'oeil de Pancho

D'autres dessins de Pancho : klik

Retour à la page d'accueil