Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

ETAT D'URGENCE

Le cadre légal : klik

****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****

Non à la loi renseignement

Infos : klik !

****
Retrouvez toutes

les brochures du C.L.A.P33

****
"Résistons Ensemble"


http://resistons.lautre.net/

****
Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

Notre flux Rss




https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

http://blog.cgtbayard.org/public/solidar.jpg


 

22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 13:40


http://www.lavie.fr/images/2011/12/15/22573_7.jpg
Quelque 450 personnes au Pays basque français et 1.500 au Pays basque espagnol se sont mobilisés samedi19 mai, à l'appel du mouvement "Herrira" ("Vers le pays" en langue basque), sur 225 sites pour demander "la libération des prisonniers basques".

A Saint-Jean-de-Luz, environ 200 personnes ont formé un cercle sur la grande plage, face à la résidence de la députée UMP Michèle Alliot-Marie située de l'autre côté du pont, à Ciboure, a constaté l'AFP.

Au centre, une lettre et le chiffre 13 pour "U13", peints en bleu, étaient posés sur le sable appelant à une grande manifestation le 13 octobre.

"D'ici le 13 octobre, nous lançons des rassemblements pour mettre fin aux mesures d'exception, à la dispersion, à la libération des prisonniers malades et à la fin de la persécution des réfugiés", a indiqué Emilie Martin, porte-parole du mouvement.

Selon Herrira, la France détient 140 des quelque 700 prisonniers basques.

"Nous demandons également au gouvernement de réagir de façon urgente à la situation de Naia Lacroix" basque française incarcérée à Gradignan, près de Bordeaux, qui "est en grève de la faim depuis cinq jours pour protester contre son isolement", a ajouté Emilie Martin.

"S'il n'y a pas de changement, elle va entreprendre une grève de la soif", a-t-elle estimé.

Par ailleurs, en réaction aux propos du nouveau ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, qui a qualifié vendredi l'ETA d"'organisation terroriste", soulignant que "l'alternance ne change rien à la ligne de fermeté adoptée depuis des années par la France contre le groupe séparatiste basque", des élus de la coalition des partis de la gauche nationaliste, EH Bai, présents lors de la manifestation, ont estimé que "l'ETA a fait un premier pas en mettant fin à la violence".

"C'est au tour de la France et de l'Espagne de s'impliquer dans le processus de paix, nous ne pouvons pas brûler les étapes", ont-ils estimé.

Source :
http://fr.news.yahoo.com/pays-basque-mobilisations-réclamer-libération-prisonniers-194407875.html

Repost 0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 13:12


http://s1.lemde.fr/image/2009/07/30/540x270/1224408_3_7ca0_le-21-janvier-1989-des-milliers-de-basques.jpg
Communiqué d'Herrira (14/0512)

Le mouvement Herrira fait savoir que la prisonnière politique basque Naia Lacroix est entrée en grève de la faim aujourd'hui, lundi 14 mai, pour dénoncer ses conditions de détention et notamment son isolement du reste du Collectif des prisonnier(e)s politiques basques. Elle envisage une grève de la soif à partir de la semaine prochaine.

Arrêtée à Saint-Pée-sur-Nivelle le 14 février dernier, Naia avait dans un premier temps été incarcérée à Fresnes puis transférée et isolée le 23 février à la maison d'arrêt de Gradignan.

Après avoir dénoncé les conditions de traitement des prisonniers lors d'un incendie ayant eu lieu le 26 mars, Naia est entrée en lutte le 1er avril dernier afin de réclamer son regroupement avec d'autres prisonnières basques, refusant alors tous les dimanches de reintegrer sa cellule.

En soutien à la jeune militante, le mouvement Herrira avait appelé à un envoi massif de courriers au directeur de la prison de Gradignan et au juge, puis organisé un bus qui s'était rendu à Gradignan le 28 avril.

Naia Lacroix a depuis été placée au mitard pendant deux semaines. Arkaitz Agirregabiria et Zuhaitz Errasti, incarcérés dans la même maison d'arrêt et menant des actions en solidarité avec Naia, ont également été placés au mitard et y sont encore aujourd'hui.

Un rendez-vous avec le directeur de la prison mais aussi avec le juge a été sollicité par Etxerat.

Lire la suite :
http://www.askatasuna-uztaritze.org/index.php?option=com_content&view=article&id=861:la-prisonniere-politique-basque-naia-lacroix-entame-une-greve-de-la-faim&catid=22:prisonniers&Itemid=31

Repost 0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 10:19


http://paris.indymedia.org/IMG/jpg/Javier_NB.jpg
Depuis Indymedia Paris - Dimanche 20 mai 2012

Le procès a lieu à la 10ème chambre du Palais de Justice de Paris, Métro Cité. Il reprendra les lundi et mardi 21 et 22 mai à 13h30.

Un rendez-vous est prévu pour faire un point d’information à la fin du procès, le mercredi 23 mai à 19h30 au CICP (21ter rue Voltaire, Métro Rue des Boulets, Paris 11ème).

Il s’agit d’un procès sous juridiction antiterroriste devant une chambre correctionnelle. Six personnes comparaissent : Ivan, Bruno, Inès, Frank, Damien et Javier. La chambre est composée de la juge Simon et de ses deux assesseurs, ainsi que d’un procureur, d’un huissier et d’un greffier.

On constatera au fil des jours que la juge Simon connaît bien le dossier, se montre en apparence compréhensive et à l’écoute des prévenus, pour mieux les coincer.

Premier jour, lundi 14 mai :

Beaucoup de monde s’est retrouvé dans et devant la salle, afin de manifester bruyamment leur solidarité. Un compte-rendu relate ce qui s’est passé à l’extérieur.

La journée s’est déroulée en deux parties : d’abord les présentations d’usage, puis deux premiers interrogatoires, à savoir ceux de Bruno et Ivan.

La juge a commencé par l’appel des prévenus, puis chacun a dû décliner brièvement son état civil : date et lieu de naissance, adresse, (sans) profession, revenus (type et montant, Rsa pour tous).

Ensuite la juge a rappelé les accusations pour chacun, c’était assez long. En résumé, les six camarades sont accusés de :

* Participation à un groupement formé en vue de la préparation d’actes de terrorisme (pour les six)

* Fabrication d’engins explosif ou incendiaire (pour Damien, Inès et Javier)

* Tentative (ou complicité de tentative) de dégradation ou de destruction d’un bien appartenant à autrui (pour Damien, Inès et Javier)

* Détention et transport de produits incendiaires ou explosifs (pour Inès, Frank, Ivan et Bruno)

* Refus de se soumettre au prélèvement ADN (pour Ivan, Bruno, Damien)

* Refus de soumettre aux prises d’empreintes digitales (pour Ivan, Bruno et Damien)

A noter que les cinq derniers délits sont tous « en lien avec une entreprise terroriste ».

Lire la suite :
http://paris.indymedia.org/spip.php?article10900

Repost 0
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 04:11


http://www.leparisien.fr/images/2012/05/11/1995546_sans-titre_640x280.jpg
Le 11 mai 2012

Situation extrêmement tendue, vendredi après-midi, à l’université Paris-8 de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) où la police est intervenue, à la demande du président de la faculté Pascal Binczak.

Vers 17 heures, deux étudiants ont été emmenés dans une voiture de police tandis que ses camarades et des enseignants tentaient d’empêcher son interpellation.

Des enseignants éberlués s’indignent: «on n’a jamais vu ça depuis 25 ans». Les deux jeunes-hommes ont été relâchés vers 20 heures.

A l’origine: la tenue d’un conseil d’administration (CA) qui doit entériner l’entrée de Paris-8 dans un Pôle de recherche et d’enseignement supérieur (Pres) avec Paris-X Nanterre (Hauts-de-Seine).

A 15 heures, une centaine de personnes représentant six syndicats de personnel et d’étudiants opposés au projet se sont invitées dans la salle du CA.

Le président a accepté que dix d’entre eux seulement restent. Les manifestants ont refusé. Le président a levé la séance. Les opposants ont alors fermé la salle.

Décidé à organiser le CA coûte que coûte

Pascal Binczak a fait appel aux agents de sécurité de l’université. Un moment plus tard, il a réussi à sortir et s’est réfugié au PC sécurité avec les membres de son cabinet. Il a appelé la police.

Une quarantaine de fonctionnaires de la BAC (brigade anticriminalité) et du commissariat sont venus jusqu’au PC sécurité, tandis qu’un groupe de manifestants se tenaient à l’extérieur.

Peu avant 17 heures, Pascal Binczak est sorti encadré par des policiers et s’est rendu dans le bâtiment G, décidé à tenir le conseil d’administration coûte que coûte. Les manifestants ont voulu une nouvelle fois envahir les lieux mais se sont heurtés à la police. Le préfet Christian Lambert et le commissaire de police de Saint-Denis sont sur place.

Source :
http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/saint-denis-deux-etudiants-interpelles-a-la-fac-11-05-2012-1995422.php

Repost 0
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 12:52


http://s1.lemde.fr/image/2009/07/30/540x270/1224408_3_7ca0_le-21-janvier-1989-des-milliers-de-basques.jpg
Transmis par Nenex, le 27 avril 2012

Naia Lacroix sanctionnée par 13 jours de mitard - Communiqué d'Herrira (27/04/2012)

La jeune de militante de Senpere Naia Lacroix, arrêtée le 14 février dernier, se trouve à la prison de Gradignan isolée des autres prisonnières basques. Demandant son regroupement avec ces dernières, elle a entamé une lutte début avril. Ainsi, elle refuse de rentrer en cellule après la promenade chaque mercredi et dimanche. Elle vient d'être condamnée pour cela par la prison à 13 jours de mitard.

Lire la suite :
http://www.askatasuna-uztaritze.org/index.php?option=com_content&view=article&id=859:naia-lacroix-sanctionnee-par-13-jours-de-mitard&catid=22:prisonniers&Itemid=31

***
Ibai Peña victime de mauvais traitements à la prison de Seysses - Communiqué d'Herrira (27/04/2012)

ETXERAT, l'association des familles, a dénoncé la situation du jeune Ibai Peña, arrêté le 29 mars dernier et en attente de la décision de la Cour de Cassation sur l'acceptation du MAE émis contre lui par les autorités espagnoles par le Tribunal de Pau, et qui fait l'objet à la prison de Seysses d'un traitement inadmissible.

Lire la suite :
http://www.askatasuna-uztaritze.org/index.php?option=com_content&view=article&id=860:ibai-pena-victime-de-mauvais-traitements-a-la-prison-de-seysses&catid=22:prisonniers&Itemid=31

Repost 0
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 07:23


http://static.mcetv.fr/img/2012/05/adlene-hicheur-5-ans-de-prison.png
Note C.L.A.P33

Le 4 mai, Adlène Hicheur, physicien, a été condamné à 5 ans de prison pour un délit de pré-terroriste.

Lire ici :
http://fr.euronews.com/2012/05/04/5-ans-de-prison-pour-un-delit-de-pre-terrorisme-pour-le-physicien-franco-/


****
A lire sur Le Monde en date du 30 avril 2012 une tribune de :

Jean-Pierre Lees, physicien, directeur de recherche au CNRS
Mathieu Burnel, mis en examen dans l'affaire de Tarnac
Halim Hicheur, frère d'Adlène Hicheur
Rabah Bouguerrouma, porte-parole du Collectif viennois de soutien à Adlène Hicheur

Non au délit de "pré-terrorisme"

Si nul ne peut croire sérieusement que le 6 mai 2012 puisse altérer quoi que ce soit au cours de nos existences, il n'en va pas de même du 4 mai prochain, date du verdict dans le procès d'Adlène Hicheur.

Ce jour-là, nous saurons enfin si le simple fait d'écrire sur des forums virtuels des propos peu amènes pour l'Occident constitue un acte de terrorisme passible de plusieurs années de prison.

Ce jour-là, l'autorité judiciaire déterminera enfin si l'on a ou non le droit de considérer que le déploiement des armées occidentales en Irak et en Afghanistan est un acte de guerre, voire un acte d'invasion, et non une simple opération de police menée pour le bien de l'humanité dans une extension récente du territoire américain. Et si une telle opinion constitue en soi l'expression caractérisée de sympathies "prodjihadistes".

Si la juge Rebeyrotte devait condamner Adlène (même à une peine qui se limite à couvrir les deux ans et demi de préventive qui viennent de lui briser le corps), il conviendra d'en tirer toutes les conséquences.

On aura alors à coeur d'interdire tous les blogs anarchisants qui appellent à pendre les patrons, voire à bouffer les riches, tous les groupuscules marxistes qui défendaient la "résistance irakienne" contre l'"agression impérialiste US", tous les propalestiniens qui soutiennent ceux qui luttent contre l'"occupant sioniste" ou, dans un autre registre, tous les xénophobes qui appellent sans rire à égorger des Arabes le jour de l'Aïd, comme tous les satanistes en herbe qui étalent une volonté farouche de brûler une à une les églises de notre pays.

Avec un peu de persévérance, on se rendra bientôt compte que les forums virtuels les plus anodins sont remplis d'intentions criminelles impunies.

Lire la suite :
http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/04/30/non-au-delit-de-pre-terrorisme_1693299_3232.html

Repost 0
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 08:10


http://www.droits-sociaux.fr/IMG/jpg/DalNet.jpg
Paris le 30 Avril  2012.

Communiqué DAL : Poitiers :

La fédération Droit Au Logement dénonce les attaques lancées par les autorités politiques et policières en direction de sans abri et du DAL local, qui ont occupé un immeuble vacant depuis 15 ans, le 5 avril dernier.

Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier vers 3h du matin, un feu sans gravité a nécessité l’intervention des pompiers. Les trois sans logis et mal logés dormant sur place ont été évacués, puis mis en garde à vue pendant 13h, traitement particulièrement expéditif s’agissant, rappelons le, de sinistrés d’un incendie, manifestement d’origine accidentelle.

Pendant cette garde à vue, le propriétaire, un professionnel de l’immobilier, a pu tranquillement procéder à ce qui s’apparente à une expulsion sans jugement, sous protection de la police.

Les trois sans-abris ont été libéré et cités à comparaitre devant le tribunal correctionnel le 12 juillet pour « pour dégradation involontaire de bien  par incendie en utilisation de bougie sans surveillance  » … des tags ont été relevés à l’intérieur de cette grande maison bourgeoise qui avait été par le passé et à plusieurs reprises déjà squattée  …

Outre cet incendie bien opportun, le DAL local et deux de ses militants ont été mis au banc d’accusation par le Maire de Poitiers,  via une tribune publiée sur le site de la Municipalité, aussi odieuse que truffée de contre vérité (VOIR)

La fédération Droit Au Logement dénonce cette répression des autorités policières contre des sans abris qui luttent pour leur dignité et pour leurs droits afin de les décourager, et cette attaque publique et violente menée par le Maire en direction du DAL et deux de ses militants qui défendent les sans toit, les soutiennent, et les appuient pour mettre en place des solutions concrètes.

La Fédération Droit Au logement demande la relaxe des trois personnes harcelées et poursuivies injustement,  le retrait immédiate de la tribune diffamatoire du maire de Poitiers, et l’instauration d’un dialogue afin de satisfaire aux revendications du DAL de Poitiers et reloger décemment les sans logis et mal-logés en lutte.

Un toit c’est un droit !

Application de la loi de réquisition sur les logements vacants !

Respect de la loi DALO et du Droit à l’hébergement jusqu’au relogement !

Fédération Droit Au logement – 29 Avenue Ledru Rollin – 75012 Paris
tél : 01 40 27 92 98fax 01 42 97 40 18

Source :
http://dal86.fr/2012/04/30/communique-dal-poitiers-les-sans-logis-reprimes-le-dal-et-ses-militants-diffames/

Repost 0
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 03:30


http://www.article11.info/spip/local/cache-vignettes/L450xH302/1-20-ead5e.jpg
Transmis depuis Indymedia Bruxelles, le 26 avril 2012

Ce mardi 24 avril 2012 devait donc être lu le verdict du procès dit "Noborder" dont les diverses phases ont déjà été relatées.

Bien entendu, le désormais habituel et intimidant déploiement policier est en place, nuance ; seuls 1 combi et un van d'arrestation sur la place.

A l'intérieur 12 policiers, barrage, passage au détecteur de métal, présentation CI, liste, fouille des sacs et vestes et remise du gsm.

Après l'arrivée tardive de l'interprète, le juge commence sa lecture.  Il rappelle que la défense (c'est-à-dire L et D) avaient par leurs avocats demandé la levée du dispositif policier, la destruction de la liste etc., etc.

Mais en fait, il a constaté que personne n'a été empêché d'assister à l'audience, il n'a pas eu de plaintes en ce sens, donc la demande est non fondée ; de plus ce n'est pas à lui de gérer l'extérieur de la salle d'audience où effectivement il a fonction de police, pour le reste cela dépend du Ministère publique et il ne peut donner injonction à celui-ci, donc il est incompétent.

De plus, la mise en place des fouilles était justifiée parce que, la procureure l'avait rappelé, sur internet un appel à soutien et à solidarité avec les inculpés avait été lancé et de plus une photo avait été prise sans l'autorisation de la Cour !

Ben voilà donc, on comprend tout maintenant ! C'est sûr que tout cela était très effrayant effectivement, solidarité quel terme subversif. 

On rentre ensuite dans le vif du sujet, énoncer des préventions a) b) c)... le 26 septembre 2010. Rappel de la situation, ce jour devant le centre fermé (dans lequel l'Etat belge enferme des personnes étrangères dont il organise l'expulsion, aussi appelé centre de rapatriement ou 127bis, bref ce truc inacceptable) il y  avait des personnes qui venaient notamment en commémoration de la mort de Semira Adamu,  mais, donc devant ce centre de la honte, se trouvaient autopompe, cavaliers, police en uniforme et police en civil...

Le juge indique à ce stade que, certes existe la liberté d'expression, mais qu'elle doit se faire dans la limite des droits...Et par ailleurs, le tribunal n'est pas là pour mettre en cause les mesures policières ni le climat qui a régné durant la semaine du camp Noborder à Bruxelles. Non, la question porte sur les faits. 

Ah oui ? Vraiment ?

Pourtant la suite pourrait en faire douter plus d'un, car ce ne seront pas des faits qui seront condamnés mais tout ce qui aurait pu, même sans être vu, se passer.

Lire la suite :
http://bxl.indymedia.org/articles/4618

Repost 0
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 02:18


http://baleiniers.org/images/stories/desboutonshortefeux.jpg
Communiqué du Comité de soutien du 30 avril 2012

En cette fin avril 2012, vous êtes 12 205 à avoir signé la pétition demandant la relaxe des « 4 de Tours » - dont 8746 signataires en ligne sur http://baleiniers.org/la-petition

Le jugement de la Cour d'appel d'Orléans du 10 avril 2012, a aggravé les peines des trois camarades déjà condamnés en première instance par le Tribunal correctionnel de Tours. Il a notamment doublé le montant dû à la Partie civile représentant le Ministre de l'Intérieur, puisque, au motif que la procédure fut « longue et difficile » (sic !), ce sont 6000 euros dont devront s'acquitter, solidairement, les condamnés .

A quoi il convient d'ajouter 120 euros chacun pour frais de justice, et 300 euros chacun de dommages et intérêts – l'amende de 500 euros chacun étant assortie du sursis.

Vous trouverez l'analyse détaillée de ce jugement de la Cour d'appel en allant sur la page CENSURE ET RACKET : LA COUR D'APPEL ENFONCE LE CLOU ! Communiqué du Comité de Soutien du 16/04/12)

Nos trois camarades se sont pourvus en Cassation. Grâce à vos dons, l'état actuel de la caisse de solidarité gérée par le Comité de soutien permet d'avancer les honoraires de leur avocat, qui fait parvenir le pourvoi à la Cour dans les tous prochains jours.

Mais un pourvoi en Cassation n'est pas suspensif des peines, ni des divers frais. Nous dénonçons avec vigueur ce racket judiciaire dont le but est évidemment de toucher les militants au porte-monnaie. Mais notre détermination à soutenir et épauler nos trois camarades dans leur combat contre l'arbitraire du pouvoir reste entière. C'est pourquoi nous lançons cet appel pressant à la solidarité, pour que le fardeau financier soit partagé entre nous tous, qui demandons leur relaxe parce que nous partageons leur dénonciation de la chasse aux étrangers et des moyens qu'elle emploie – qui rappellent un passé honni. Si nous nous y mettons tous, cette charge sera d'autant plus légère pour chacun.

Voici donc ce que nous vous proposons – au choix, à l'instar de ce qui se pratique dans d'autres luttes collectives qui recourent aux « payeurs volontaires » :

a) Chacune et chacun d'entre vous fait un chèque d'un montant qui peut être très modique (2 ou 3 euros) à l'ordre de « Agent judiciaire du Trésor » (c'est la Partie civile, pour qui il faut trouver 6000 euros) ; vous envoyez ce chèque à Solidaires 37, La Camusière, Maison des syndicats, 18 rue de l'Oiselet, 37550 SAINT-AVERTIN.

Une fois la somme atteinte, nos trois camarades déposeront cette multitude de chèques entre les mains de la Partie civile, avec ce message : « des milliers de personnes solidaires partagent la responsabilité politique des actes qui sont reprochés à trois militants ».

b) Vous pouvez aussi faire vos dons de façon plus classique à l'ordre de Solidaires 37, et les envoyer à l'adresse ci-dessus. Ils seront ensuite répartis selon les besoins.

Salutations solidaires.

Tours le 30 avril 2012

Le Comité de soutien aux 4 de Tours.

Contact :
02 47 61 51 08

Mail :
contact@baleiniers.org

Plus d'informations ici :
http://baleiniers.org

Merci de faire circuler largement dans vos réseaux cette information. Et si vous disposez d'un site ou d'un blog, nous vous remercions par avance de la mettre en ligne.

Repost 0
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 12:20


http://tianplus.blogs.nouvelobs.com/media/02/00/2255461532.jpeg
Depuis Libération, le 12 avril 2012

Réclamant plus de moyens, les gardiens de prison en appellent jeudi aux candidats à la présidentielle tandis que les blocages se poursuivent autour de plusieurs établissements.

Une bousculade entre une soixantaine de surveillants bloquant l'accès à la maison d'arrêt de Colmar et des policiers intervenus pour les déloger a fait un blessé, une femme touchée à la tête en tombant, qui a dû être hospitalisée, selon le délégué régional FO pénitentiaire.

«On bloquait l'établissement depuis 6h30 mais ça s'est très mal passé avec les forces de l'ordre», a expliqué à l'AFP le responsable syndical, David Daems.

«Ils ont fait usage de la force alors qu'on était mains nues et qu'on faisait preuve d'inertie : on a été gazés, matraqués. Une collègue a même dû être hospitalisée, elle a perdu connaissance après une chute», a-t-il ajouté.

David Daems a précisé que plusieurs autres surveillants avaient été sérieusement incommodés par les gaz lacrymogènes et avaient reçu des coups.

Une vingtaine de policiers du commissariat de Colmar sont intervenus vers 9h30. Le commandant de police chargé de l'intervention n'était pas joignable jeudi matin.

Appel aux candidats

Les manifestations de surveillants de prisons, qui réclament plus de moyens, ont repris un peu partout en France, jeudi, avec des barrages devant certains établissements et des visites aux QG de campagne des candidats à la présidentielle.

Les prisons de Toulouse-Seysses, Meaux-Chauconin, Annoeulin (Nord), Arras et Longuenesse (Pas-de-Calais), Laon (Aisne) ou Liancourt (Oise) ont également été bloquées jeudi matin. Selon un délégué régional FO, près de 130 personnels sont mobilisés dans le Nord-Est afin d'organiser les piquets pour la journée.

Deux journées de protestation avaient été organisées la semaine dernière à l'appel des syndicats FO et CGT-Pénitentiaire, puis deux autres cette semaine, afin d'alerter sur les conditions de salaires, de statut et de travail des surveillants, très dégradées selon eux.

Le syndicat majoritaire parmi eux, l'Ufap-Unsa Justice, n'appelle pas à ce mouvement, estimant la période pré-électorale plus propice à des rencontres avec les candidats qu'à des manifestations.

FO-Pénitentiaire, en pointe de la mobilisation, et la CGT, disent quant à eux avoir adressé aux candidats des courriers restés sans réponse.

Pour «leur rappeler la situation des prisons françaises et les attentes des personnels», FO-Pénitentiaire a prévu de se rendre en délégation jeudi dans les quartiers généraux de campagne des candidats.

«Les personnels pénitentiaires sont en souffrance et les politiques doivent prendre leurs responsabilités», a affirmé le secrétaire général du syndicat, Christophe Marquès dans un communiqué.

Pneus et palettes enflammés

Une délégation d'une quinzaine de personnes emmenée par Christophe Marquès n'a toutefois pas pu déposer comme prévu une lettre au QG de Nicolas Sarkozy, bouclé au moment où des représentants des salariés de PSA y affluaient pour rencontrer le président-candidat, a constaté l'AFP.

Comme la veille, des barricades de pneus et de palettes enflammés ont par ailleurs été dressées tôt jeudi matin devant certains établissements pénitentiaires pour empêcher les extractions de détenus.

Plusieurs dizaines de surveillants ont ainsi bloqué les accès du centre pénitentiaire de Toulouse-Seysses entre 6 heures et 8 heures. Après avoir été délogés par les forces de l'ordre sans incident, les manifestants sont allés organiser un barrage filtrant sur un rond-point voisin, où ils distribuaient des tracts aux automobilistes, a précisé un responsable de FO.

De source syndicale, des mouvements similaires étaient organisés à Montauban et Foix.

En région parisienne, une quarantaine de personnes ont bloqué à partir de 5h30 l'accès au centre pénitentiaire de Meaux Chauconin. «Nous allons empêcher une extraction et nous serons alors délogés par la police, mais cela se fait sans violence», prédisait Christopher Dorangeville, délégué CGT.

Source :
http://www.liberation.fr/societe/2012/04/12/les-gardiens-de-prison-poursuivent-leur-mouvement_811177

Repost 0
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 15:29


http://www.jeunes-ecologistes.org/wp-content/uploads/2011/06/batasuna.jpg
Transmis par Céline, le 13 avril 2012

Batasuna contre la cour d'appel de Pau

BASQUE. La cour d'appel de Pau vient d'ordonner la remise à l'Espagne d'Ibaï Pena Belantzategui. Ce militant basque, incarcéré à la Maison d’Arrêt de Seysses, risque dès lors cinq années d'emprisonnement Outre-Pyrénées.

Les responsables du parti indépendantiste Batasuna à Bayonne y voient une «provocation de plus».

Ibai Pena, 24 ans, est soupçonné d'avoir, «dans le cadre d'une entreprise terroriste», jeté un «un cocktail molotov sur des distributeurs automatiques de la banque Caja Vital à Vitoria occasionnant des dommages été estimés à 14.050 euros», le 13 août 2006.

Soit des faits remontant à plus de cinq ans avant la trêve de la lutte armée décrétée par ETA le 20 octobre 2011.

La justice française qui avait jusque là refusé l’application du mandat d’arrêt européen (MAE) visant ce militant,  vient de considérer, ce 10 avril, que les autorités espagnoles apportaient cette fois «des éléments nouveaux quant à la date des faits reprochés, leur commission et le degré d'implication».

Batasuna n'apprécie que modérement.

Source :
http://www.libetoulouse.fr/2007/2012/04/batasuna-contre-la-cour-dappel-de-pau.html


***
Complément d'info
Communiqué du collectif des acteurs politiques et sociaux contre le mae et pour la résolution démocratique
http://www.askatasuna-uztaritze.org/index.php?option=com_content&view=article&id=856:communique-du-collectif-des-acteurs-politiques-et-sociaux-contre-le-mae-et-pour-la-resolution-democratique&catid=32:le-conflit&Itemid=53

Repost 0
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 16:08


http://baleiniers.org/templates/rhuk_milkyway/images/dmw_header.png
Transmis depuis Indymedia Lille, le 10 avril 2012

COUR D’APPEL : COUR D’ECHO !

La Cour d’appel d’Orléans a rendu le 10 avril 2012 son jugement par rapport aux deux militants de SOIF D’UTOPIES et aux deux de RESF 37. Nous sommes poursuivis, depuis 2010, en raison d’une plainte du Ministre de l’Intérieur de l’époque (Hortefeux). Nous sommes accusés d’avoir diffamé publiquement des administrations publiques.

Dans un communiqué intitulé « Les Baleiniers », nous avions comparé certaines pratiques actuelles de chasse aux sans papiers avec celles utilisées sous Vichy : transformer des enfants en appât (en utilisant, entre autres le fichier Base-élèves) pour pouvoir expulser des familles.

La Cour d’appel confirme les décisions du Tribunal correctionnel de Tours : relaxe de la militante de RESF 37, parce qu’elle n’a pas participé à la rédaction du communiqué ayant participé à la diffusion du texte incriminé, l’autre militant de RESF 37 est condamné.

Il en va de même pour les deux militants de SOIF D’UTOPIES.

Pour avoir reconnu leur participation à la rédaction et/ou à la diffusion du communiqué, ils sont condamnés à 500 € d’amende avec sursis chacun, 300 € de dommages et intérêts chacun, 3000 € collectivement à verser à la partie civile.

La Cour d’appel ajoute 3000 € à payer collectivement pour les mêmes raisons et au même destinataire qualifié de « victime » et 120 € chacun pour frais de procédure.

Encore une fois, comme dans le délibéré du Tribunal correctionnel de Tours, nous sommes devant un jugement uniquement à charge.

Aucune mention n’est faite du contenu des plaidoiries des deux avocates de la défense. Les témoignages des 11 témoins sont résumés ainsi : « Leurs témoignages relèvent plus d’une tribune politique et d’un désir d’exprimer leur opinion, que d’un apport utile et précis aux faits imputés, qu’ils approuvent de façon outrancière. »

L’ensemble des témoins apprécieront !

Les questions de fond posées par les militants de SOIF D’UTOPIES n’ont visiblement pas lieu d’être dans le délibéré de la Cour d’appel d’Orléans.

Lire la suite :
http://lille.indymedia.org/article26918.html

Repost 0
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 01:59


http://www.ism-france.org/photos/entry-denied-0607.jpg


Transmis par Olivia, le 16 avril 2012

L’impressionnante alliance du gouvernement israélien, des gouvernements européens et des compagnies aériennes n’a pu venir à bout, dimanche de la volonté des participants à la mission BienvenuePalestine, dont plusieurs dizaines sont tout de même parvenus à voler jusqu’à l’aéroport israélien de Tel Aviv (Ben Gourion), et à y déclarer, face aux centaines de policiers amassés contre eux : « Je me rends à Bethléem, en Palestine occupée ».

Honneur à nos 27 camarades de la région de Lyon, jeunes pour la plupart mais aussi moins jeunes, qui sont arrivés à la mi-journée à bord d’un vol en provenance de Genève, aussitôt encerclés par des escouades de policiers, et conduits dans  des salles d’interrogatoire, avant de connaître une première nuit en détention.

Honneur aussi à nos camarades venus d’Italie, arrêtés eux aussi.  Honneur à la poignée de militants israéliens qui ont payé d’une arrestation immédiate le simple fait d’avoir déployé une petite pancarte « Welcome to Palestine » à la sortie de l’aéroport.

Et honneur encore à d’autres volontaires,  en vol dans l’après-midi de dimanche, en provenance d’une série d’autres aéroports européens.

Il s’agit d’un camouflet cinglant tant pour les services secrets israéliens, qui se faisaient fort d’identifier tous les membres de Bienvenue Palestine, avec des méthodes pour le moins sommaires puisqu’une série de passagers n’ayant aucun rapport avec la mission se sont retrouvés eux aussi black-listés, et privés de leur voyage.

Les méthodes mafieuses employées par le trio Israël/compagnies/polices complices ont certes réussi à empêcher de voler des centaines de participants un peu partout sur le continent.

Mais elles se sont heurtées à une protestation salutaire de nos camarades, comme en témoignent les nombreuses manifestations qui se sont déroulées ce matin dans les aéroports de Bâle, Bruxelles, Rome, Paris, Nice, Genève ou encore Istanbul.

Surtout, l’initiative a déjà rencontré un écho au niveau mondial, y compris dans les médias israéliens où les mensonges de la propagande officielle sur le caractère « provocateur » de gens n’ayant d’autre tort que de vouloir se rendre en Palestine occupée était largement remis en question.

La bataille continue. A suivre.

MISSION BIENVENUE PALESTINE FRANCE

***
Complément d'info

http://bienvenuepalestine.com/

http://www.franceinter.fr/depeche-israel-pret-a-expulser-des-pro-palestiniens-attendus-d-europe?page=6

http://www.lematin.ma/express/Bienvenue-en-Palestine-_La-police-israelienne-se-mobilise/165333.html

http://fr.news.yahoo.com/isra%C3%ABl-interdit-sol-%C3%A0-pro-palestiniens-route-cisjordanie-094108641.html

 

Repost 0

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
 le 19 Mars 2009 à Bordeaux !
 
Infos :  klik !
 

 

L'oeil de Pancho

D'autres dessins de Pancho : klik

Retour à la page d'accueil