Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

ETAT D'URGENCE

Le cadre légal : klik

****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"


C'est par là : klik !

****
Agenda des luttes

 
http://demainlegrandsoir.org/IMG/arton913.png

  En ligne ici : klik !

*****

Non à la loi renseignement

Infos : klik !

****
Retrouvez toutes

les brochures du C.L.A.P33

***
"Résistons Ensemble"


http://resistons.lautre.net/

***

Et encore...

Notre flux Rss




https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

http://blog.cgtbayard.org/public/solidar.jpg


 

28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 08:28


http://www.zebulon.fr/medias/images/actualites/1373803963_Photo-NSA-Microsoft.jpg
Le 12 juillet 2013

Microsoft était déjà accusé de participer, avec d'autres géants du Net, dans "Prism", le programme de surveillance d'Internet de l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA). L'étendue de la coopération de la société fondée par Bill Gates a été un peu plus détaillée par des extraits de documents confidentiels fournis par l'ancien consultant de la NSA Edward Snowden et publiés jeudi 11 juillet par le Guardian.

Microsoft aurait fourni ses clés de cryptage Outlook et Hotmail

Selon le quotidien britannique, Microsoft a notamment fourni ses clés de cryptage à la NSA, permettant à ces dernières d'intercepter les messages envoyés par les utilisateurs de Outlook et Hotmail avant leur cryptage. Ce chiffrement, qui assure théoriquement la sécurité des communications électroniques, intervient entre l'envoi par l'internaute et l'envoi définitif du message après être passé par les serveurs de la société.

Selon un des documents cités par le Guardian, la NSA s'est inquiétée de l'interception des messages de la discussion instantanée d'Outlook dès que cette fonctionnalité a commencé à être testée en juillet 2012. Les services de renseignement américains et Microsoft auraient ainsi travaillé "pendant cinq mois" avant de trouver fin 2012 une solution à ce "problème". "MS [Microsoft], en collaboration avec le FBI, a développé une capacité de surveillance pour régler [le problème]. Ces solutions ont été testées avec succès et sont actives depuis le 12 décembre 2012", explique un document daté du 26 décembre 2012. Le nouveau portail Outlook.com a été lancé en février 2013.

Lire la suite :
http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/07/12/microsoft-aurait-permis-l-acces-de-la-nsa-a-outlook-et-skype_3446801_651865.html

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Surveillance
commenter cet article
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 13:50


http://s1.lemde.fr/image/2013/08/09/534x267/3459440_3_1712_le-journaliste-glenn-greenwald-a-brasilia-le-6_4e46e07be7a5782edb430c58a67fa75e.jpg
Le 18 août 2013

Le compagnon de Glenn Greenwald, le journaliste du Guardian qui, avec le lanceur d'alerte Edward Snowden, est à l'origine des révélations sur la surveillance des communications menée en secret par les Etats-Unis, a été détenu pendant neuf heures par les autorités britanniques à l'aéroport d'Heathrow, rapporte dimanche 18 août le quotidien britannique.

David Miranda revenait d'un voyage à Berlin lorsqu'il a été arrêté par des officiers de police dans l'aéroport londonien. Il s'est vu notifier un interrogatoire en application de l'article 7 de la loi antiterroriste de 2000. Cette loi controversée permet aux autorités d'arrêter, de fouiller et de détenir des individus dans les aéroports, les ports et aux frontières.

L'homme de 28 ans a été relâché après la détention maximale prévue par cette loi, avant un éventuel placement en détention.

David Miranda s'est vu confisquer son téléphone portable, son ordinateur, son appareil photo, ses clés USB, des DVD et des consoles de jeux, précise le quotidien britannique.

Depuis le 5 juin, Glenn Greenwald a écrit de nombreux articles sur les programmes de surveillance électronique de l'Agence de sécurité nationale (NSA) dans le Guardian, basés sur les milliers de dossiers qui lui ont été confiés par l'ancien informaticien de la NSA Edward Snowden.

Lire la suite :
http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/08/18/nsa-le-compagnon-de-glenn-greenwald-interroge-a-heathrow_3463038_651865.html

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Surveillance
commenter cet article
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 10:57


http://lucienhussenetfoot.files.wordpress.com/2011/08/cancre.jpg
Le 11 juillet 2013

C’est une première régionale : des caméras de surveillance équipent depuis quatre mois les bus scolaires qui desservent la ligne Villeneuve-sur-Lot-Fumel.

Signe d’une évolution des mentalités, l’installation en février dernier d’une caméra de protection dans les cars scolaires reliant Villeneuve-sur-Lot à Fumel s’est faite dans une totale indifférence. Aucune association n’est montée au créneau pour stigmatiser une dérive sociétale ou brandir la menace de Big Brother.

Cette expérience est pourtant unique dans la région. Alors que ce dispositif est courant dans les différents types de transports urbains, aucune liaison scolaire n’en est équipée. La ligne lot-et-garonnaise est pionnière en la matière.

Après quatre mois d’essais, les différents acteurs sont unanimes : c’est un succès.

C’est une somme d’incivilités et de petits délits quotidiens qui ont tout déclenché. Le chauffeur travaillant sur cette ligne était confronté tous les jours à une pluie d’insultes, et le car subissait de multiples dégradations des sièges à coups de cutter, de briquet, ou le vol répété du marteau de l’issue de secours. Alain Peyruchaud, responsable des scolaires chez le transporteur Car Évasion, n’en revenait pas : « Je n’ai jamais connu cela depuis vingt-deux ans que je fais ce métier. À la fin, cela devient dangereux pour tout le monde. Un chauffeur ne peut pas conduire en ayant sans cesse un œil dans le rétro pour surveiller ce qui se passe dans le bus. »

Il s’en est ouvert au Conseil général, pour le compte duquel il transporte les élèves. « Il remontait de sérieux problèmes sur cette ligne, mais la vidéoprotection n’était pas trop dans notre culture », avoue Christian Ferullo, vice-président du Département, chargé de l’éducation et du transport scolaire.

Finalement, la demande est acceptée. S’agissant de mineurs filmés, il faut se border juridiquement. Une autorisation est donc demandée à la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil), qui l’accorde, de même que la préfecture.

Lire la suite :
http://www.sudouest.fr/2013/07/11/filmes-dans-le-car-scolaire-les-cancres-se-sont-calmes-1111872-3703.php

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Surveillance
commenter cet article
5 août 2013 1 05 /08 /août /2013 08:21


http://socialmediaraw.com/wp-content/uploads/2012/05/UK-Government-Online-Surveillance.jpg
Le 31 juillet 2013

L'outil qui permet à la NSA d'examiner "quasiment tout ce que fait un individu sur Internet".

L'agence de sécurité nationale américaine (NSA) dispose d'un outil, appelé XKeyscore, qui permet aux agents du renseignement américains d'accéder à l'historique de navigation et de recherche, aux contenus des e-mails, et aux conversations privées sur Facebook, selon des documents publiés le 31 juillet par le Guardian.

Si l'existence de XKeyscore était déjà connue, ces documents en détaillent le fonctionnement et les capacités. On apprend ainsi que la NSA le considère comme son outil dotée de la "portée la plus grande" permettant d'examiner "quasiment tout ce que fait un individu sur Internet". "Qu'est-ce qui peut être stocké ? Tout ce que vous voulez extraire" se félicite ainsi l'une des pages du document.

Et pour cause : XKeyscore ressemble à un véritable Google pour espions. A l'aide d'une interface très simple d'utilisation, les personnes habilitées peuvent rechercher dans le corpus de données amassé par la NSA le contenu des e-mail, des numéros de téléphone ou encore des messages privés échangés sur Facebook et croiser les informations obtenues avec la langue ou le type de logiciel utilisé ou le pays dans lequel l'internaute ciblé se trouve. Le tout en ne justifiant que "vaguement" leur recherche, selon le Guardian.

- Contenu et destinataires des e-mails
XKeyscore permet par exemple de chercher sur les pages web indexées par la NSA, mais également dans les champs "destinataire", "copie carbone" ("CC") et "copie carbone invisible" ("CCI") de lire les e-mails ou de trouver une adresse e-mail à partir d'un nom ou d'un pseudo.

- Facebook et messageries instantanées
Combiné à un outil appelé DNI Presenter, les analystes de la NSA sont en mesure de lire les messages privés échangés sur Facebook par un internaute donné, à partir d'un simple nom d'utilisateur.

- La navigation et les recherches sur Internet
C'est un des aspects les plus surprenants de ces nouvelles révélations. En scrutant l'activité HTTP, la NSA est capable de retrouver l'historique de navigation d'un utilisateur, des sites visités ou recherches effectuées, toujours selon les documents publiés par le Guardian. L'agence est également capable d'obtenir les adresses IP de toute personne qui visite un site défini par l'analyste.

Lire la suite :
http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/07/31/l-outil-qui-permet-a-la-nsa-d-examiner-quasiment-tout-ce-que-fait-un-individu-sur-internet_3455916_651865.html

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Surveillance
commenter cet article
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 13:02

http://medias.lepost.fr/ill/2008/09/08/h-4-1260510-1220887964.jpg
Le 9 juillet 2013.

Que contiennent les métadonnées transmises par Google à la National Security Agency (NSA) américaine ou celles qu'observe en France la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) ?

Les métadonnées sont l'enveloppe d'une donnée, son contenant. Dans le cadre d'une conversation téléphonique, ce seront par exemple les fadettes, les factures détaillées des appels émis et reçus et les numéros contactés, mais pas le contenu de la conversation. Dans le cas d'un courrier électronique, ce sera le nom et l'adresse de la personne à qui l'on écrit, le volume de courriers envoyés et reçus, etc.

L'accès à ces données techniques constitue-t-il de l'espionnage ? C'est tout le débat depuis que l'ampleur de la collecte de données par les autorités américaines a été révélé, il y a quelques semaines, par l'ancien consultant de la NSA Edward Snowden.

Le tout nouvel outil Immersion, développé au Massachusetts Institute of Technology (MIT) par le professeur César Hidalgo et ses étudiants, apporte d'intéressants éléments de réponse à cette question, et montre qu'avec les seules métadonnées, on peut en savoir beaucoup sur une personne, ses fréquentations et ses réseaux.

Pour en faire l'expérience, il suffit d'autoriser l'application à accéder à son compte Gmail (une option permet de se déconnecter à la fin du test et d'effacer toutes ses données). Après un temps de collecte des données qui peut prendre de quelques minutes à plus d'une demi-heure, selon la taille de sa boîte email, Immersion traduit les informations recueillies en un graphique dynamique de bulles évolutives.

Tous les contacts sont regroupés en réseaux. En cliquant sur un nom, on peut voir depuis quand on est en relation avec ce correspondant, par quel biais on a été introduit l'un à l'autre, à quels autres contacts cette personne nous a introduit, etc. Sans même connaître les contenus de nos messages, Immersion est capable de distinguer les différentes sphères avec lesquelles nous communiquons.

Lire la suite :
http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2013/07/09/matrix-ce-que-nos-donnees-gmail-revelent-de-notre-vie-sociale/

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Surveillance
commenter cet article
20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 07:59


http://i.huffpost.com/gen/1236035/thumbs/r-YOUGOV-large570.jpg?7
Le 11 juillet 2013.

ESPIONNAGE - En plein scandale de l'affaire Snowden, les révélations du journal Le Monde sur l'existence d'un Big Brother français avaient fait grand bruit. Dans une enquête publiée le 4 juillet dernier, le quotidien du soir révélait que la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) "intercepte la totalité des communications" en France pour les stocker "pendant des années", et ce en dehors de tout contrôle politique.

Malgré les démentis du gouvernement et de plusieurs responsables parlementaires, l'affaire démontre que la frontière est fine entre les impératifs de sécurité nationale et le respect des libertés fondamentales. Interrogés par l'institut YouGov pour Le HuffPost, 46% des Français jugent injustifié le principe même de surveillance des télécommunications. Un sentiment particulièrement partagé dans l'électorat de gauche (51%) et d'extrême gauche (56%).

A l'inverse, les sympathisants du centre sont 44% à juger cette surveillance justifiée, 49% à droite et 53% chez les sympathisants d'extrême droite.

Dans un monde dominé par les technologies numériques, la défiance quant à l'utilisation des données collectées est patente. 58% des personnes interrogées estiment que le programme de surveillance est utilisé à d'autres fins que la protection de la sécurité nationale.

Un tiers des Français auraient accordé l'asile à Snowden

En réaction à l'article du Monde, Matignon avait affirmé que les assertions du quotidien étaient "inexactes". "Plusieurs services font des interceptions de sécurité, DGSE, DCRI et douanes. L'ensemble de ces interceptions sont régies par la loi de 1991. C'est une décision du Premier ministre (de procéder à des interceptions) après avis de la CNCIS qui a ensuite le pouvoir de contrôler et de vérifier les interceptions", explique-t-on.

Lire la suite :
http://www.huffingtonpost.fr/2013/07/10/sondage-big-brother-francais-francais-surveillance-communications-injustifiee_n_3573857.html?utm_hp_ref=france

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Surveillance
commenter cet article
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 15:45


http://www.altermonde-sans-frontiere.com/local/cache-vignettes/L323xH465/compteur-linky-dcb61.jpg
Depuis Pièces et Main d'oeuvre, le 11 juillet 2013.

Afin d’offrir aux écologistes de son gouvernement des prétextes pour y rester, et d’ouvrir un nouveau marché à l’innovation, Jean-Marc Ayrault annonce mardi 9 juillet 2013 le remplacement de tous les compteurs électriques par des compteurs intelligents Linky pour un montant de 5 milliards d’euros. « Trois millions de compteurs Linky seront installés par ERDF d’ici 2016 et tous les logements en seront équipés d’ici 2020 ».

Pour Pascal Durand, numéro 1 d’Europe-Ecologie Les Verts, « c’est une vraie rupture et le début d’une transition ». On ne saurait mieux dire. Avec Linky, l’Enfer Vert (1) s’installe à domicile. Un progrès pour le techno-totalitarisme dans notre pays, dont le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, refuse l’asile à Edward Snowden, traqué par les Etats-Unis pour avoir étalé leur programme d’espionnage électronique mondial.

Logique : la France, comme son allié américain, ramasse de façon légale et illégale (quelle différence ? sauf pour les niais qui tiennent avant tout à être espionnés dans les formes) des milliards de données sur notre vie privée. Quelle importance, diront les radicalistes, « la vie privée, c’est politique ». Les données sont la matière première de la police des populations par le pouvoir politique et économique : suivi des individus, profilage des consommateurs. Et voilà comment, en effet, la vie privée devient politique sous l’œil du pouvoir, et des voyeurs du voisinage réunis en assemblée générale.

Le comptage intelligent du troupeau

Équipé d’une puce électronique à radio-fréquences (RFID), Linky transmet à distance nos données personnelles de consommation électrique. Soit, dans un monde où tout fonctionne à l’électricité, le détail de votre vie domestique. Vous prenez votre douche le matin. Vous avez des invités à la maison. Vous regardez trop la télévision. Vous avez changé de rythme de vie. Etc. Ce mouchard à domicile fait partie des « Technologies-clés » recensées par les décideurs pour doper l’industrie. Dans le rapport « Technologies-clés 2015 » remis en son temps au gouvernement Fillon, Linky figure au chapitre 74 : « Comptage intelligent ».

Ainsi défini par les technocrates : « Le comptage intelligent consiste en la mise en réseau de fonctions clés liées au bâti (ventilation, chauffage, fluides, etc.), par la mise en place de capteurs, actionneurs et logiciels. (…) Il s’agit de compteurs communicants, capables de recevoir et d’envoyer des données sans intervention humaine, pour la mesure et la gestion des flux. De tels compteurs permettent de suivre en temps réel la consommation énergétique d’un bâtiment, foyer ou entreprise. » Avec cette précision : « En termes d’acceptabilité, le problème de l’atteinte à la vie privée est soulevé par plusieurs associations de consommateurs. La question de la rétention des données doit donc être traitée de manière attentive. »

Parmi les acteurs français de ce marché porteur figurent le Commissariat à l’énergie atomique, STMicroelectronics, ERDF, Schneider Electric ou Google Power Meter. Le CEA et Google dans nos maisons pour enregistrer notre activité sur le vif : un gage d’optimisation pour le flicage électronique.

Lire la suite :
http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=423

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Surveillance
commenter cet article
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 16:35


http://referentiel.nouvelobs.com/file/5974632-snowden-bloque-depuis-15-jours-a-moscou-poursuite-des-revelations.jpg
Le 7 juillet 2013

Les révélations sur la surveillance par les Etats-Unis des communications mondiales se poursuivaient dimanche cependant que l'ex-consultant du renseignement américain Edward Snowden était bloqué depuis 15 jours dans la zone de transit de l'aéroport Moscou-Cheremetievo.

Invisible depuis son départ le 23 juin de Hong Kong, d'où il avait fourni des informations fracassantes sur un programme américain secret de surveillance des communications mondiales, le jeune homme a toutefois fait parler de lui dimanche, avec une interview parue dans Der Spiegel.

Dans l'entretien accordé à ce journal allemand avant d'avoir fait ses premières révélations, il affirme que les pays occidentaux, qui se sont indignés de l'espionnage auquel se livre l'Agence nationale de Sécurité (NSA) américaine, coopèrent en fait avec elle depuis longtemps.

Der Spiegel a publié ces informations avec en toile de fond le refus cette semaine de plusieurs capitales européennes de donner suite à la demande d'asile à cet Américain âgé de 30 ans.

Par ailleurs, le quotidien brésilien O Globo a rapporté dimanche, citant des documents d'Edward Snowden, que les services de renseignement des États-Unis avaient intercepté des millions de courriers électroniques et d'appels téléphoniques au Brésil.

"Le Brésil, avec ses grands réseaux numériques publics et privés et ses grands opérateurs de téléphonie et d'internet, apparaît, dans les documents de la NSA, comme une base de données privilégiée en matière de télécommunications et d'internet aux côtés de nations telles que la Chine, la Russie, l'Iran et le Pakistan", souligne l'article.

Le porte-parole du ministère brésilien des Affaires étrangères a qualifié ces informations d'"extrêmement graves".

Le sort du jeune Américain, recherché par Washington pour espionnage, restait incertain, même si trois pays d'Amérique latine - la Bolivie, le Venezuela et le Nicaragua - se sont dit en fin de semaine disposés à l'accueillir.

Lire la suite :
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20130707.AFP8784/snowden-bloque-depuis-15-jours-dans-un-aeroport-de-moscou.html

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Surveillance
commenter cet article
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 13:59


http://paris.indymedia.org/IMG/jpg/BBA2013.jpg
Transmis par Hacktivismes, le 28 juin 2013.

Après deux années d'absence, les Big Brother Awards ont fait leur retour mercredi 26 juin à Montreuil. Un palmarès pas si loufoque que ça...

Google, Jean-Marc Ayrault, EADS, le conseil général de Seine-Saint-Denis, Orange, la RATP, et l'Office français de protection des réfugiés et apatrides ont un point en commun : ils figuraient parmi les heureux sélectionnés aux Big Brother Awards (BBA) 2013. Le collectif remet chaque année des prix aux individus, aux entreprises, aux villes, aux ministères, qui "se sont illustrés par leur mépris de la vie privée et des libertés".

Une trentaine de candidats avaient été présélectionnés par le comité BBA France. Répartis en catégories, ils ont été départagés par un jury composé de journalistes, juristes, militants. Parmi les critères les plus "appréciés", il y a le "détournement de nos données personnelles", le "durcissement sécuritaire des cadres législatifs" ou la "multiplication des dispositifs de surveillance".

"Pour être éligibles, les candidatures doivent être basées sur des faits avérés et étayés par des sources publiques", souligne le comité BBA. Les prix "Orwell" ont été décernés mercredi 26 juin lors d'une cérémonie publique. Inutile de préciser que les heureux gagnants n'étaient pas présents pour récupérer leur distinction honorifique.

Lire la suite + voir la vidéo :
http://www.lepoint.fr/high-tech-internet/video-big-brother-awards-les-cesars-du-monde-securitaire-28-06-2013-1687009_47.php

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Surveillance
commenter cet article
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 13:38


http://www.estrepublicain.fr/fr/images/E3B82323-3C05-46BE-80B7-BB441B04281A/LER_15/selon-le-specialiste-seules-une-dizaine-de-villes-en-france-utilisent-ce-dispositif-intelligent-photo-jean-luc-gillme.jpg
Le 18 juin 2013.

Plus besoin d’hommes derrière les écrans ! Avec le nouveau centre de supervision urbaine, les caméras traquent seules, nous dit-on, les délinquants.

Dissuasion, prévention, élucidation : voilà le triptyque qui préside à l’installation de caméras de surveillance dans nos villes. Les élus (socialistes) de Montbéliard s’y sont convertis. Aujourd’hui, la cité des Princes abrite 92 caméras de surveillance fixes. Dix de plus, subventionnées à 50 % par l’État (à cause du classement de la Petite-Hollande en zone de sécurité prioritaire), devraient être installées d’ici la fin de l’année.

Trois caméras vidéo mobiles (dont une en maintenance) s’ajoutent à ce dispositif. Pour une ville de cette taille, il n’y a là rien d’impressionnant. Ce qui l’est beaucoup plus, dixit le maire, Jacques Hélias, c’est le centre de supervision urbaine (CSU) dont Montbéliard vient de se doter. « Il est unique en Franche-Comté », affirme fièrement le premier magistrat.

Alertes automatiques

Situé au centre des Alliés, en dessous des locaux de la police municipale, ce CSU se trouve dans un espace sécurisé, façon bunker (très) amélioré. « Le local n’est pas exposé au vandalisme ni même aux voitures bélier ! », détaille un représentant de Cegelec Franche-Comté Sud Alsace, l’entreprise erbatonne qui a installé ce centre.

La nouveauté n’est pas là mais bien dans la technicité du dispositif : grâce à un paramétrage préalable -et toujours modifiable- les 29 caméras reliées au CSU (1) détectent les mouvements anormaux. « Elles enregistrent et analysent l’image en même temps. S’il y a un attroupement, la caméra peut se centrer dessus et envoyer, par mail ou SMS, une alerte », explique le technicien. « Elle peut aussi détecter les colis suspects, les personnes qui courent etc ».

Ce que ses promoteurs appellent « la vidéosurveillance intelligente ». [...?]

Source :
http://www.estrepublicain.fr/faits-divers/2013/06/18/montbeliard-de-la-videosurveillanceintelligente

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Surveillance
commenter cet article
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 11:34


http://www.lavenir.net/Assets/Images_Upload/Actu24/2013/06/22/PID_$548715$_06bffe54-db04-11e2-b1dc-642366b8da00_web_scale_0.15_0.15__.jpg
Le 22 juin 2013

Facebook : une panne provoque la fuite des données personnelles de 6 millions d'utilisateurs

Les numéros de téléphone et adresses mails de 6 millions d'utilisateurs ont été rendus publics par erreur à la suite d'une panne de logiciel au sein du réseau social.

Facebook a fait savoir vendredi avoir été victime d'une panne. Conséquence : cette panne a pu permettre que "certaines informations de contact d'une personne (son adresse mail ou son numéro de téléphone) soient devenues accessibles à des gens qui avaient, soit des informations de contact sur elle ou bien des connections avec elle", explique le réseau social dans un communiqué.

Selon les explications fournies dans ce communiqué, c'est le logiciel qui permet de faire des recommandations d'amis qui est en cause. Les données qu’utilise Facebook pour faire ces recommandations ont été associées à des comptes Facebook.

Ainsi, une personne qui cherchait à télécharger un historique de ses données Facebook, via l'outil qui le permet (Download Your Information, DYI), téléchargeait en même temps les numéros de téléphones et d'adresse mails des personnes suggérées par l'outil de recommandation.

Lire la suite :
http://www.sudouest.fr/2013/06/22/facebook-une-panne-provoque-la-fuite-des-donnees-personnelles-de-6-millions-d-utilisateurs-1093941-5166.php

***
Le 23 juin 2013

La lettre d'excuses de Facebook, "pris de court par un bug".

Facebook s'embourbe encore dans sa communication, après qu'une gigantesque faille de sécurité a été découverte vendredi, au cours d'un programme "White hat", c'est-à-dire par des hackers travaillant dans l'intérêt des internautes.

Six millions d'utilisateurs sont concernés, sur un milliard, par la fuite de données personnelles.

C'est presque une broutille si l'on en croit le ton des excuses formulées par le réseau social, qui s'attache au fait qu'il n'y ait "pas de preuve que cette panne ait été utilisée malignement". On croit rêver.

Les informations privées, dont les adresses courriel et numéros de téléphone mobile, "ont pu" être dévoilées à des personnes qui n'auraient pas dû y avoir accès, explique Facebook.

Lire la suite :
http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/guerric-poncet/la-lettre-d-excuses-de-facebook-pris-de-court-par-un-bug-23-06-2013-1685090_506.php

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Surveillance
commenter cet article
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 13:21


http://www.francetvinfo.fr/image/74vvmv45r-2e00/658/370/2152674.jpg
Transmis par Hacktivismes, le 17 juin 2013.

Après les mises en examen, en avril, de deux responsables du magasin Ikea Avignon-Vedène, trois responsables de l'établissement de Reims (Marne) ont été placés en garde à vue ce lundi dans l'enquête sur la surveillance illégale de salariés et de clients du groupe.

« Il y a eu une perquisition dans les locaux du magasin» Ikea de Thillois (ouest de Reims), a indiqué un enquêteur, confirmant une information du site «Mediapart », A l'issue de cette opération, «le directeur, le responsable administratif et financier ainsi que la directrice des ressources humaines du magasin ont été placés en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire de Reims», a-t-il ajouté.

Des accords passés avec des enquêteurs privés

En février 2012, des révélations du «Canard Enchaîné» avaient ébranlé le géant suédois de l'ameublement. Selon l'hebdomadaire, la «direction risque» d'Ikea avait passé un accord avec des enquêteurs privés lui fournissant des informations issues du fichier policier Stic, de celui des cartes grises ou des permis de conduire, concernant des salariés avant embauche, des syndicalistes, voire des clients en cas de différend commercial.

Les syndicats FO et CGT avaient déposé plusieurs plaintes, amenant la justice à ouvrir une information judiciaire en avril 2012.

La vaste enquête avait ensuite donné lieu à des perquisitions, notamment au siège social d'Ikea France. Plusieurs personnes ont été mises en examen, notamment Jean-François Paris, responsable du département «risque» de 1998 à 2012, et son ancienne adjointe.

Condamnant des «pratiques regrettables, contraires aux valeurs et standards éthiques» de l'entreprise, la direction d'Ikea France s'était séparée, un mois plus tard, de quatre dirigeants, dont son ancien directeur général (de 1996 à 2009) Jean-Louis Baillot.

L'actuel directeur général d'Ikea France, Stefan Vanoverbeke, avait annoncé en avril 2012 une série de mesures éthiques visant à redorer le blason de l'entreprise et à tirer les leçons de ce scandale.

Source :
http://www.leparisien.fr/faits-divers/espionnage-chez-ikea-trois-responsables-du-magasin-de-reims-en-garde-a-vue-17-06-2013-2904695.php

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Surveillance
commenter cet article
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 13:56


http://www.lexpress.fr/pictures/1193/611254_photo-prise-le-17-janvier-2012-a-paris-du-directeur-central-du-renseignement-interieur-bernard-squarcini.jpg
Le 19 juin 2013.

L'ex-patron du renseignement intérieur, Bernard Squarcini, est renvoyé en correctionnelle dans l'affaire des fadettes, relative à l'espionnage téléphonique d'un journaliste du Monde en marge du dossier Bettencourt, a-t-on appris mercredi de source proche du dossier.

Les juges d'instruction Sylvia Zimmermann et Alain Nguyen-The ont ordonné le 17 juin le renvoi en procès de M. Squarcini pour "collecte de données à caractère personnel par un moyen frauduleux, déloyal ou illicite", a-t-on précisé.

M. Squarcini est poursuivi pour avoir à l'été 2010 fait requérir et analyser les factures téléphoniques détaillées ("fadettes") du reporter du Monde Gérard Davet et d'un conseiller du ministère de la Justice, David Sénat, dans le but d'identifier la source du quotidien.

Le Monde venait de révéler les déclarations à la police du gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, qui mettaient en difficulté Eric Woerth, alors ministre de Nicolas Sarkozy. Dans cette affaire, qui pose la question de la protection des sources de la presse, M. Squarcini avait reconnu devant les juges d'instruction avoir cherché la source du reporter en faisant analyser ses fadettes.

Mais il s'en est justifié en affirmant avoir agi dans un cadre totalement légal et prévu par la loi de 1991 sur le secret des correspondances, en particulier de son article 20 qui autorise leur contrôle aux "fins de défense des intérêts nationaux".

Pour les juges d'instruction, l'article 20 "ne permet en aucun cas de recueillir des données individualisables, visant des personnes déterminées".  M. Squarcini "ne peut donc sérieusement prétendre (...) qu'une violation du secret de l'enquête concernant une affaire de droit commun, aussi médiatique soit-elle, entre dans l'une de ces notions", estiment-ils en référence à la définition de la "défense des intérêts nationaux".

La révélation des déclarations de M. de Maistre lors de sa garde à vue "ne pouvait que justifier éventuellement" la saisine de la justice pour violation du secret de l'enquête, ajoutent-ils.
La collecte de données à caractère personnel par un moyen frauduleux, déloyal ou illicite est un délit passible de cinq ans de prison et 300.000 euros d'amende.

Source :
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/06/19/97001-20130619FILWWW00424-fadettes-l-ex-patron-de-la-dcri-bernard-squarcini-renvoye-en-proces.php

Repost 0
Publié par C.L.A.P33 - dans Surveillance
commenter cet article

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

****
Bordeaux - 18 mars 2017

Journée contre

les violences policières

Notre appel : klik !

*****
Violences Policières

France - Trois rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
 le 19 Mars 2009 à Bordeaux !
 
Infos :  klik !
 

 

L'oeil de Pancho

D'autres dessins de Pancho : klik

Retour à la page d'accueil