Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

LOIS LIBERTICIDES

Contester une amende
pour manif interdite

Juin 2019 : klik !

******

La censure
sur Internet

Avril 2019 : klik !

******
Etat d'urgence


Le cadre légal : klik


****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"



C'est par là : klik !

*****
Notre Facebook

 

C'est par là :
facebook.com/clap33

*****

Agenda des luttes

 En ligne ici : klik !

Et encore...

 



https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

 


 

 

https://a4-images.myspacecdn.com/images04/10/085780129eb0413dbdf3961ab6da8567/full.jpg

 

 

24 mars 2020 2 24 /03 /mars /2020 18:10

Mars 2020 - Par Giorgio Agamben
Giorgio Agamben est un philosophe italien, spécialiste de la pensée de Walter Benjamin, de Heidegger, de Carl Schmitt et d'Aby Warburg

L'une des conséquences les plus inhumaines de la panique qu'ils tentent de répandre en Italie, à l'occasion de la soi-disant épidémie de coronavirus, est l'idée même de contagion, ce qui justifie les mesures d'urgence exceptionnelles adoptées par le gouvernement.

Cette idée, qui était étrangère à la médecine hippocratique, a son premier précurseur involontaire dans le contexte des pestes qui ont dévasté certaines villes italiennes entre 1500 et 1600.

C'est la figure de l'infecteur, immortalisée par Manzoni dans son roman [Les fiancés] et dans l'essai sur l'Infame Storia della Colonna.

Une "annonce" milanaise, publiée lors de la peste de 1576, les décrit ainsi, invitant les citoyens à les signaler :

"Ayant appris par le gouverneur que certaines personnes - guidées par un faux zèle de charité, et dans le but de terroriser et d'effrayer les habitants de notre ville de Milan et de les exciter à quelque trouble - oignent de fourmis (qu'elles disent pestifères et contagieuses) aussi bien les personnes que les portes et les verrous des maisons et les coins des quartiers de cette ville et d'autres lieux de l'État, sous prétexte de porter le fléau au public et au privé, ce qui entraîne de nombreux désagréments, ainsi qu'une altération importante de la population, surtout de ceux qui sont facilement persuadés, il est décrété que toute personne de quelque statut et condition que ce soit qui, dans les quarante jours suivant cette annonce, dénoncera la ou les personnes qui ont favorisé, aidé ou connu cette insolence, se verra attribuer cinq cents scuti ... "

Mutatis mutandis, les récentes dispositions (prises par le gouvernement italien avec des décrets dont nous aimerions espérer - bien que ce ne soit qu'une illusion - qu'ils ne seront pas confirmés par le parlement, et transformés en lois) transforment en fait chaque individu en un infecteur potentiel, exactement comme les lois sur le terrorisme considéraient, de facto et de jure, chaque citoyen comme un terroriste potentiel.

L'analogie est en effet si claire que l'infecteur potentiel qui ne respecte pas les prescriptions sera puni de prison.

La figure du porteur sain ou involontaire - qui infecte une multiplicité d'individus, incapable de se défendre contre lui, comme on se défendrait contre l'infecteur - est présentée comme extrêmement sinistre.

Plus triste encore que la restriction de la liberté qu'impliquent ces mesures est, à mon avis, la dégénérescence des relations entre hommes qu'elles engendrent.

L'autre, quel qu'il soit, même un être cher, ne doit pas être approché ou touché - et il faut même mettre une distance entre nous et lui.

Selon certains, cette distance devrait être d'un mètre, mais selon les dernières suggestions des soi-disant experts, elle devrait être de 4,5 mètres (ces cinquante centimètres sont intéressants !).

Notre voisin a été supprimé.

Il est possible, vu l'incohérence éthique de nos dirigeants politiques, que ces dispositions découlent, dans l'esprit de ceux qui les ont prises, de la même peur qu'ils entendent provoquer.

Mais il est difficile de ne pas penser que la situation qu'elles finissent par créer est exactement celle que nos dirigeants ont souvent essayé d'obtenir : fermer enfin les universités et les écoles et transférer toutes les leçons en ligne, faire en sorte que nous cessions de nous rencontrer et de parler de politique ou de culture, en nous poussant au simple échange de messages numériques afin que, chaque fois que cela est possible, les machines puissent remplacer tout contact - toute contagion - entre les êtres humains.

Giorgio Agamben, le 11 mars 2020

*****
Et quelques réflexions supplémentaires :

La peur est un mauvais conseiller, mais elle fait apparaître beaucoup de choses que l'on prétendait ne pas voir.

Le problème n'est pas de donner des avis sur la gravité de la maladie, mais de s'interroger sur les conséquences éthiques et politiques de l'épidémie.

La première chose que montre évidemment la vague de panique qui a paralysé le pays, c'est que notre société ne croit plus qu'à la vie nue.

Il est évident que les Italiens sont disposés à sacrifier pratiquement tout - les conditions normales de vie, les relations sociales, le travail, voire les amitiés, les affections et les convictions religieuses et politiques - au danger de tomber malade.

La vie nue - et le danger de la perdre - n'est pas quelque chose qui unit les gens, mais qui les aveugle et les sépare.

Les autres êtres humains, comme dans le cas de la peste décrite dans le roman d'Alessandro Manzoni, sont désormais considérés uniquement comme de possibles propagateurs de la peste qu'il faut éviter à tout prix et dont il faut se tenir à une distance d'au moins un mètre.

Les morts - nos morts - n'ont pas droit à des funérailles et on ne sait pas ce qu'il adviendra des corps de nos proches. Notre voisin a été annulé et il est curieux que les églises restent silencieuses sur ce sujet.

Que deviennent les relations humaines dans un pays qui s'habitue à vivre de cette manière pendant Dieu sait combien de temps ?

Et qu'est-ce qu'une société qui n'a d'autre valeur que la survie ?

L'autre chose, non moins inquiétante que la première, que l'épidémie a fait apparaître avec clarté, c'est que l'état d'exception, auquel les gouvernements nous ont habitués depuis un certain temps, est vraiment devenu la condition normale.

Il y a eu des épidémies plus graves dans le passé, mais personne n'a jamais pensé pour cette raison à déclarer un état d'urgence comme celui que nous connaissons actuellement, qui nous empêche même de bouger.

Les gens ont été tellement habitués à vivre dans des conditions de crise et d'urgence perpétuelles qu'ils ne semblent pas remarquer que leur vie a été réduite à une condition purement biologique et qu'elle a non seulement toutes les dimensions sociales et politiques, mais aussi humaines et affectives.

Une société qui vit dans un état d'urgence perpétuel ne peut pas être une société libre.

Nous vivons en fait dans une société qui a sacrifié la liberté à de prétendues "raisons de sécurité" et qui s'est donc condamnée à vivre dans un état perpétuel de peur et d'insécurité.

Il n'est pas surprenant que pour le virus, on parle de guerre.

Les mesures d'urgence nous obligent en effet à vivre dans des conditions de couvre-feu.

Mais une guerre avec un ennemi invisible qui peut se cacher dans chaque autre personne est la plus absurde des guerres. Il s'agit en réalité d'une guerre civile.

L'ennemi n'est pas à l'extérieur, il est en nous.

Ce qui est inquiétant, ce n'est pas tant le présent ou pas seulement le présent, mais ce qui vient après.

Tout comme les guerres ont laissé en héritage à la paix une série de technologies peu propices, des fils barbelés aux centrales nucléaires, il est également très probable que l'on cherche à continuer même après les expériences d'urgence sanitaire que les gouvernements n'ont pas réussi à concrétiser auparavant : fermer les universités et les écoles et ne donner des cours qu'en ligne, mettre un terme une fois pour toutes aux rencontres et aux discussions pour des raisons politiques ou culturelles et n'échanger entre eux que des messages numériques, en remplaçant chaque fois que possible par des machines tout contact - toute contagion - entre les êtres humains.

Giorgio Agamben, 17 mars 2020.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

Guides juridiques - C.L.A.P33
Porter plainte contre la police
Garde A Vue, manifs - Conseils

*****

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
le 19 Mars 2009 à Bordeaux !

Infos : klik !

******
Violences Policières

France - Quatre rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !
Bastamag :  klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Retrouvez toutes nos vidéos

klik là !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A