Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

ETAT D'URGENCE

Le cadre légal : klik

****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"


C'est par là : klik !

****
Agenda des luttes

 
http://demainlegrandsoir.org/IMG/arton913.png

  En ligne ici : klik !

*****

Non à la loi renseignement

Infos : klik !

****
Retrouvez toutes

les brochures du C.L.A.P33

***
"Résistons Ensemble"


http://resistons.lautre.net/

***

Et encore...

Notre flux Rss




https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

http://blog.cgtbayard.org/public/solidar.jpg


 

27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 09:36

Le 15 mars 2017

Il y a un an, l’ACAT publiait son rapport « L’ordre et la force » relatif à l’usage de la force par les policiers et gendarmes français. Elle dénonçait l’opacité criante des autorités sur le sujet, la dangerosité de certaines armes intermédiaires ou certains gestes d’immobilisation, ainsi que les rares et faibles condamnations prononcées par la justice.

Où en sommes-nous depuis ?

Selon Aline Daillère, responsable police/justice à l’ACAT, « L’état des lieux que nous avons rendu public en 2016 est encore largement d’actualité, notamment en ce qui concerne la dangerosité des lanceurs de balle de défense et de certaines techniques d’interpellation.

Les sanctions judiciaires à l’égard des policiers et gendarmes mis en cause pour un usage illégal de la force restent faibles. Le manque de transparence concernant l’usage de la force par la police est le seul aspect pour lequel nous pouvons enregistrer une avancée, qui reste encore à confirmer. »

L’année passée est venue fortement questionner l’évolution de la doctrine française du maintien de l’ordre, ainsi que le cadre des contrôles d’identité. De nombreux témoignages font état de violences ou manquements à la déontologie, lors de manifestations, d’interpellations ou de contrôles d’identité.

Pourtant, ceux-ci n’ont pas fait l’objet de la mise à plat majeure qui s’impose.

Malgré leur dangerosité connue, les armes intermédiaires telles que Flashball, LBD40 et grenades de désencerlement restent massivement utilisées.

L’ACAT recense à ce jour plus de 50 victimes de ces armes. Les Flashball et LBD40 ont à eux seuls causé un décès et 43 blessés graves (dont 21 personnes énucléées ou ayant perdu la vue). Les grenades de désencerclement ont provoqué au moins 7 blessés graves.

Ainsi, pour la seule année 2016, Romain Dussaux, qui participait à une manifestation, a été grièvement blessé à la tête et plongé dans le coma après avoir reçu une munition de grenade de désencerclement. Quelques mois plus tard, Laurent Théron perdait un œil à cause de cette même arme.

L’ACAT dénonçait également avec force le recours à des méthodes d’immobilisation susceptible d’entraîner une asphyxie, notamment le plaquage ventral et le pliage. Malgré les vives alertes lancées, ces techniques perdurent.

L’année 2016 a ainsi été marquée par le décès d’Adama Traoré, asphyxié au cours de son interpellation, après qu’il a été immobilisé ventre au sol sous le poids de trois gendarmes.

Lire la suite :
https://www.acatfrance.fr/communique-de-presse/un-an-apres---le-lourd-bilan-des-violences-policieres

Repost 0
24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 11:28

Le 27 février 2017

Le dossier du Courrier de l'ACAT n°342 est consacré à "La sécurité à tout prix ?". Alors que la ruée vers le "tout sécuritaire" se généralise et que la France est sous état d'urgence depuis 15 mois, l'ACAT ouvre le débat sur le juste équilibre entre exigence de sécurité et respect des droits et libertés.

Face à la montée de la menace terroriste, la ruée vers le "tout sécuritaire" s'est généralisée. Certes, la sécurité est un droit et une exigence, que l'ACAT ne remet pas en question.

Néanmoins, les pouvoirs publics semblent en faire une priorité qui éclipse les autres droits, en s'appuyant sur une instrumentalisation de la peur, comme si la fin justifiait les moyens.

Tant pis si les dérives de ce "tout sécuritaire" sont nombreuses : banalisation des mesures d'exception, atteintes aux libertés et aux droits, à la vie privée et à la présomption d'innocence.

La sécurité est un droit, mais doit-elle prévaloir sur les autres droits fondamentaux ? Ne faut-il pas, au contraire, trouver le juste équilibre entre exigence de sécurité et respect des droits et libertés ?

Ce dossier du Courrier de l'ACAT propose plusieurs pistes de réflexion afin d'ouvrir le débat, dans un contexte où le discours sécuritaire est érigé en pensée unique.
Sommaire du dossier "La sécurité à tout prix ?"

Au nom de la sécurité (Sylvie Bukhari-de Pontual)

Les États ont progressivement développé une politique sécuritaire, qui fait de la sécurité, ainsi que de la lutte contre la délinquance et le terrorisme une priorité. Ce discours semble incontestable au sein du débat public, à tel point qu'il est érigé en "pensée unique".

Bienvenue dans l'ère sécuritaire

Sociologue et militant anti-sécuritaire, Mathieu Rigouste est notamment l'auteur de État d'urgence et business de la sécurité, paru en 2016 chez Niet Éditions. Il revient sur le rôle de la peur dans l'avènement de ce qu'il nomme "l'ère sécuritaire".

L'urgence de libérer le temps

Voilà 15 mois que la France est sous État d'urgence. Mais cet état d'exception tient-il toutes ces promesses en matière de lutte contre le terrorisme ? La réponse en une infographie, éclairée par les propos de la magistrate Odile Barral qui rappelle les dérives d'une gouvernance par et dans l'urgence.

Tous sur écoute ?

Les avancées technologiques et législatives ont permis une surveillance accrue de nos moindres faits et gestes. Pourtant, la collecte et l'exploitation massives de nos données personnelles sont des pratiques qui portent en elles l'atteinte aux droits fondamentaux.

Tour du monde des mesures sécuritaires

Partout dans le monde, la lutte contre le terrorisme et le crime armé justifie le recours à des mesures restreignant les libertés. Tour d'horizon de l'arsenal mis en place dans certains pays, dont des grandes démocraties et dont on ne cesse de repousser les limites.

Télécharger le dossier "La sécurité à tout prix ?" (Courrier de l'ACAT n°342)
https://www.acatfrance.fr/public/c342-dossier_3.pdf

Source :
https://www.acatfrance.fr/actualite/la-securite-a-tout-prix--

Repost 0
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 11:19

Transmis par Svati

Revivez le concert de soutien à Adama Traoré qui s'est tenu à la Cigale le 2 février dernier.
Avec Youssoupha, Kery James, Fianso, Mac Tyer, Dosseh, Black M, Arsenik, Medine, Lino ...

TRACKLIST :
00:00:25 - 93 KARA
00:13:30 - DOUM'S
00:17:27 - TITO PRINCE
00:27:45 - DOSSEH
00:37:50 - DISCOURS FAMILLE
00:44:45 - MEDINE - Prose Élite
00:46:15 - MEDINE - Rappeur 2 force
00:54:00 - MEDINE - Allumettes
00:58:20 - MAC TYER - Tu sais qui je suis
01:02:30 - MAC TYER - 93 tu peux pas test
01:04:00 - MAC TYER - Tu casses tu payes
01:07:10 - MAC TYER - Bobo
01:12:00 - MAC TYER - Je suis une légende
01:17:00 - DISCOURS FAMILLE
01:26:10 - ARSENIK
01:47:25 - FIANSO - 93 Empire
01:52:30 - FIANSO - R #Jesuispasséchezso
01:55:30 - FIANSO - Tout l'monde s'en fou
01:59:00 - YOUSSOUPHA - Menace de mort
02:01:20 - YOUSSOUPHA - Dreamin'
02:02:50 - YOUSSOUPHA - Chanson française
02:08:45 - YOUSSOUPHA - A Cause de Moi
02:13:00 - BLACK M + YOUSSOUPHA - Je suis chez moi
02:17:00 - KERY JAMES - Mouhammad Alix
02:18:40 - KERY JAMES - Le Retour Du Rap Français
02:21:55 - KERY JAMES - Racailles
02:23:58 - KERY JAMES - Banlieusards
02:26:25 - KERY JAMES + YOUSSOUPHA + LINO - Musique nègre
02:33:35 - DISCOURS FAMILLE
02:41:00 - YOMGUI & J WHITE

Repost 0
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 11:34

Le 9 février 2017

Emission politique dont la 1ère thématique est : Les violences policières.

Amal Bentounsi (porte parole du collectif UNPA et sœur d'Amine Bentounsi), Omar Slaouti (Collectif Ali Ziri), Nacira Guénif-Souilamas (sociologue, professeure des universités à Paris VIII), Olivier Le Cour Grandmaison (politologue, maître de conférences en science politique à l'université d'Evry-Val d'Essonne).

Dans la deuxième partie, retrouvez l’intervention de la famille de Théodore Lusaka.

Source :
http://parolesdhonneur.com/

Repost 0
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 10:56

Le 17 mars 2017

Actualité du Guide d'autodéfense juridique "face à la police / face à la justice"

Il y a plus d’un an le collectif CADECOL sortait la 2ème édition du guide d’autodéfense juridique  « face à la police / face à la justice » qui a suscité votre intérêt (présentation ici : http://www.actujuridique.com/2eme-edition).

Or depuis sa sortie le droit pénal et sa procédure ont déjà fait l’objet d’au moins quatre réformes. Le collectif CADECOL s’est donc attelé à mettre à jour le guide et à publier les modifications sur son nouveau site internet : http://www.actujuridique.com/

Votre guide, en version papier ou numérique, reste donc pleinement utilisable. Il vous suffit de rechercher les mises à jours sur http://www.actujuridique.com/.

Elles sont organisées pour qu'il soit facile de les imprimer et de les glisser dans votre guide !

Le site internet fait peau neuve pour être facile d'utilisation, n'hésitez pas à le consulter. Le guide, en version numérique gratuite, s'y trouve également.

Pour recevoir une version papier, le livre est disponible en librairie.

Pour les collectifs, associations, syndicats, bibliothèques auto-gérées, il est toujours possible de contacter directement notre collectif-auteur pour d'autres modalités d'acquisitions ou pour envisager des tournées de présentation/discussion.

Bien à vous,

K. pour le collectif CADECOL

Repost 0
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 10:49

Le 15 mars 2017

Bonjour,

Voici en pdf, le No 161, mars 2017, du petit journal mobile recto-verso A4 "RESISTONS ENSEMBLE" du réseau contre les violences policières et sécuritaires.

Il est destiné à être photocopié et à être diffusé localement, si le journal vous plaît. Vous êtes invitEes à participer à son élaboration, à sa rédaction, à se joindre à l'équipe de rédaction. Nous attendons vos contributions, propositions, critiques ...

A bientôt.
L'équipe de rédaction

Pour télécharger ce bulletin mis en page au format pdf :
http://resistons.lautre.net/spip.php?article571

*****
Au sommaire

  > « Une révolution pour faire plier la mauvaise France »


  > chronique de l’arbitraire
     Le viol comme méthode d’interpellation
     La BST d’Aulnay : l’exception ou la norme ?
     Ripostes : la révolte est légitime
     L’État s’acharne et la famille Traoré ne se tait pas…
     Affaire Wissam : le spectre du non-lieu
     Un mort tué au flashball : 6 mois avec sursis pour le policier !

  > Agir

Repost 0
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 12:34

Le 1er mars 2017

Nous avons pu entendre, suite aux manifestations et aux émeutes en réaction au viol de Théo, cette vieille rengaine qui va de l’extrême-droite à l’extrême gauche : les quartiers populaires sont absolument dépolitisés, et les éruptions de violence face à la police relèvent du mystère ou de la manipulation.

Cette petite chanson, selon qui l’entonne, sert à dissimuler la situation réelle dans les quartiers ou à délégitimer avec paternalisme toute la colère qui n’accepte pas de se laisser contenir dans les formes classiques de la politique.

Après avoir interviewé Samir du Mouvement de l’Immigration et des Banlieues, un lecteur de lundimatin est allé rencontrer Skalpel, du collectif de rappeurs Première Ligne.

Lire la suite :
https://lundi.am/Entretien-Skalpel

Repost 0
4 mars 2017 6 04 /03 /mars /2017 12:39

Le 16 février 2017

Depuis que les exactions des policiers d’Aulnay-sous-bois ont été rendues publiques, les émeutes nocturnes en banlieue parisienne ne semblent pas vouloir s’arrêter et ce malgré les appels au calme et les menaces de l’exécutif.

Un lecteur de lundimatin a donc jugé pertinent de nous faire parvenir l’entretien qu’il a mené avec Samir, militant issu du Mouvement de l’immigration et des banlieues.

Ce dernier revient sur sa politisation en banlieue dans les années 90, sur les émeutes de novembre 2005, sur le rôle des associations de quartier et nous donne son point de vue sur le mouvement actuel #justicepourtheo.

Il livre ici une analyse particulière sur le prolongement de l’émeute dans l’action militante, voire politique et dans la jonction avec d’autres formes de luttes.

Lire la suite :
https://lundi.am/Nos-quartiers-ne-sont-pas-des-deserts-politiques

Repost 0
4 mars 2017 6 04 /03 /mars /2017 11:25

Par S.TephanO

Réalisation, montage : S.Téphano
(vimeo.com/stephano/videos)

Images : Taranis News, Doc du réel, Manu + différents médias

Bande son : Mosca – Démissionne
(rapmosca.bandcamp.com/releases)

L'1consolable (L'1consolable - 49.3 (feat. François Hollande)
l1consolable.bandcamp.com/track/493-feat-fran-ois-hollande

Liste des (nombreux) rassemblements à venir pour Théo, contre les violences policières :
nantes.indymedia.org/articles/36908

Carte ici :
framacarte.org/fr/map/rassemblements-contre-les-violences-policieres_7942#6/47.167/2.307

Source :
https://vimeo.com/203574383

Repost 0
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 11:51

Le 27 février 2017

Début février, les conclusions de la police des polices (IGPN) dans l'interpellation de Théo fuitaient dans la presse.

Marianne s'est procuré l'intégralité du document, témoignages des policiers et de Théo compris. Le jeune homme y affirme notamment avoir entendu un policier se moquer : "Il saigne du fion".

« Le 2 février 2017, vers 16h40, l'équipage de la BST (brigade spécialisée de terrain) composé des gardiens de la paix C., D., Cl. et H., intervenait près du centre culturel « Le Cap », sis rue Edgard Degas à Aulnay-sous-Bois (93), pour procéder au contrôle d'individus susceptibles de s'adonner à la revente de produits stupéfiants.

Lors du contrôle de plusieurs personnes, un individu, le nommé Théodore Luhaka, se manifestait par sa véhémence et montrait une certaine arrogance à l'égard des policiers.

Il refusait de se soumettre au contrôle et saisissait le gardien de la paix C. par son vêtement.

Son collègue Cl. intervenait alors, mais était également saisi par les manches de sa tenue. Alors que C. venait assister son collègue, l'individu lui portait un coup de poing au visage.

Le gardien de la paix D. tentait de maintenir l'individu sur place. Il s'ensuivait alors une échauffourée entre ce fonctionnaire et le nommé Luhaka, au cours de laquelle tous deux tombaient à terre, la tête de l'interpellé heurtant le sol.

D. faisait alors intempestivement usage de la bombe lacrymogène qu'il tenait en main.

L'individu parvenait à se relever, et les gardiens de la paix C. et H. tentaient de menotter M. Luhaka. C. faisant l'objet de coups de pied de la part de l'interpellé, il usait de sa matraque télescopique en le frappant aux jambes ».

Source :
https://www.marianne.net/societe/ce-que-disent-le-rapport-de-l-igpn-et-les-temoignages-sur-l-affaire-theo

Repost 0
27 février 2017 1 27 /02 /février /2017 17:51

le 20 janvier 2017

D'après une étude révélée ce vendredi par le Défenseur des droits, les jeunes hommes "perçus comme noirs ou arabes" ont vingt fois plus de chance d'être contrôlés par la police.

Régulièrement dénoncés par les associations de lutte contre les discriminations, les contrôles au faciès sont désormais montrés du doigt par le Défenseur des droits.

Dans une enquête réalisée l'année dernière auprès de 5 117 personnes et révélée ce vendredi, l'institution indique que "si seulement 16 % des personnes déclarent avoir été contrôlées dans les cinq dernières années, cette proportion atteint près de 40 % parmi les jeunes de 18-24 ans".

Et toujours selon cette étude : "Les jeunes hommes du même âge perçus comme noirs ou arabes sont encore plus concernés puisque 80 % d'entre eux rapportent avoir été contrôlés au moins une fois par les forces de l'ordre sur la même période."

Tutoiement et insultes plus fréquentes

Le diagnostic du Défenseur des droits, Jacques Toubon, est sans appel : cette différence de traitement entraîne un "sentiment de discrimination et de défiance envers les institutions policières et judiciaires".

D'autant que, d'après les conclusions de cette enquête, les jeunes hommes "perçus comme noirs ou arabes" témoignent de "relations plus dégradées avec les forces de l'ordre" .

Cela va du tutoiement (40 % contre 16 % de l'ensemble) aux insultes (21 % contre 7 % de l'ensemble), en passant par des brutalités (20 % contre 8 % de l'ensemble).

Dans un communiqué, le Défenseur des droits recommande une nouvelle fois la mise en place d'une traçabilité des contrôles d'identité.

Ce serait, selon lui, un moyen pour les victimes d'engager des recours quand un contrôle est jugé discriminatoire.

En 2012, le candidat François Hollande avait promis la mise en place de récépissés, mais l'expérimentation de la mesure a été enterrée par l'Assemblée nationale en juin dernier.

Cette étude est publiée alors que le Conseil constitutionnel se prononcera le 24 janvier 2017 sur une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative à la question des contrôles au faciès.

Source :
https://www.franceinter.fr/societe/les-controles-au-facies-denonces-par-le-defenseur-des-droits

Repost 0
27 février 2017 1 27 /02 /février /2017 17:27

Le 11 février 2017

Les violences policières sont de plus en plus dénoncées dans les quartiers populaires, y compris devant la justice. Mais les contre-plaintes de la police sont quasi systématiques.

Au surlendemain des conclusions de l'IGPN, la police des polices, qui contestent le viol volontaire de la part des forces de l'ordre, un rassemblement est organisé samedi après-midi à 16h devant le tribunal de Bobigny.

Une initiative citoyenne, appuyée par plusieurs familles de victimes de violences policières, pour dénoncer une éventuelle requalification des faits par la justice dans cette affaire, mais aussi un système judiciaire trop souvent "deux poids deux mesures".

Quant à la confiance en l'institution judiciaire, elle est de plus en plus abîmée.

Les organisateurs du rassemblement le répètent : ils ne veulent pas faire pression sur les juges, simplement mettre en évidence les biais insupportables, à l’œuvre selon eux dans le processus judiciaire.

Car devant le tribunal de Bobigny, expliquent les associations, près de 100% des plaintes pour violences policières s'accompagnent de contre-plainte venant de la police pour outrage et rébellion.

Résultat : des classements sans suite le plus souvent, voire des contre-condamnations.

"Les victimes finissent coupables", explique Baki Youssoufou, qui milite contre les contrôles d'identité abusifs. "La justice développe le sentiment d'impunité de la police. Ce n'est plus acceptable. C'est l'image qu'un certain nombre de jeunes ont de la République !"

Une difficulté de l'institution à poser un regard extérieur

Un malaise flagrant dont l'institution judiciaire doit se saisir d'urgence, acquiesce Laurence Blisson, du Syndicat de la Magistrature. Elle confirme le dépôt quasi-systématique de plaintes de la part de la police, et leur traitement souvent plus rapide.

"Juridiquement, la parole d'un policier ne vaut pas plus que la parole d'une personne qui dénonce des faits de violences. Mais de fait, parce que le travail policier est le socle du travail judiciaire, il y a une véritable difficulté de l'institution à poser un regard extérieur."

D'où la nécessité d'ouvrir très vite un débat, soutient le syndicat. Et notamment de se poser la question d'un traitement simultané des différentes plaintes dans ce type d'affaires.

Source :
https://www.franceinter.fr/justice/violences-policieres-comment-les-victimes-peuvent-devenir-des-coupables

Repost 0
27 février 2017 1 27 /02 /février /2017 10:53

Amnesty International toujours sur la brèche !

Mercredi 22 février 2017, l'association a rendu un rapport dans lequel elle dénonce une année "terrible" pour les droits de l'Homme dans le monde, et "très préoccupante" en France.

****
France, vos droits en danger

Etat d’urgence, crise de l’accueil des réfugiés, ventes d’armes, discriminations des Roms… revue de détail d’un sombre bilan en matière de droits humains.

La France vit sous état d’urgence depuis plus d’un an. Un état d’exception qui menace les droits fondamentaux. Des catégories de personnes sont particulièrement visées mais c’est toute la société qui subit cette restriction des droits et des libertés.

Lire la suite :
https://www.amnesty.fr/actualites/rapport-france

****
"Injustifiable", "dangereux"... Amnesty étrille l'état d'urgence en France
http://www.lci.fr/societe/injustifiable-dangereux-amnesty-international-etrille-l-etat-d-urgence-en-france-dans-son-rapport-annuel-2026922.html

Repost 0

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

****
Bordeaux - 18 mars 2017

Journée contre

les violences policières

Notre appel : klik !

*****
Violences Policières

France - Trois rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
 le 19 Mars 2009 à Bordeaux !
 
Infos :  klik !
 

 

L'oeil de Pancho

D'autres dessins de Pancho : klik

Retour à la page d'accueil