Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du C.L.A.P33
  • Le blog du C.L.A.P33
  • : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
  • Contact

Recherche

ETAT D'URGENCE

Le cadre légal : klik

****
Kezaco la loi
"Etat d'urgence"


C'est par là : klik !

****
Agenda des luttes

 
http://demainlegrandsoir.org/IMG/arton913.png

  En ligne ici : klik !

*****

Non à la loi renseignement

Infos : klik !

****
Retrouvez toutes

les brochures du C.L.A.P33

***
"Résistons Ensemble"


http://resistons.lautre.net/

***

Et encore...

Notre flux Rss




https://a2-images.myspacecdn.com/images04/2/8050b970040d479da3e063184a2bbb9c/full.jpg

http://blog.cgtbayard.org/public/solidar.jpg


 

28 décembre 2016 3 28 /12 /décembre /2016 11:48

Le 6 décembre 2016

L’opération a été déclenchée le 1er décembre 2016 à Alger. Tous les quartiers où vivent les migrants subsahariens ont été encerclés par la police. Les rafles n’épargnent ni les femmes, ni les enfants.

Un syndicat autonome algérien, le Snapap, dénonce « la plus grande chasse à l’homme noir depuis l’indépendance ».

Les indésirables sont regroupés dans un camp insalubre à la périphérie Ouest d’Alger. Plusieurs centaines d’entre eux ont déjà été transférés à Tamanrasset, une ville du Sud, située à 2000 km de là.
 
Dans la capitale algérienne, les migrants subsahariens ont été arrêtés à leurs domiciles, sur leurs lieux de travail ou sur le chemin du retour à leur domicile. Ceux qui ont échappé aux rafles vivent désormais cachés, la peur au ventre.
 
« On ne peut plus aller au travail, on a peur de sortir parce qu’on va nous arrêter », raconte à RFI une Ivoirienne qui attend avec inquiétude des nouvelles de son mari.
 
« Dès que tu ouvres la porte, on t’embarque. On m’a pris avec tous mes bagages, tout m’a été volé : l’ordinateur, les choses de la maison, le réfrigérateur, l’argent, ils ont tout pris », témoigne un migrant encore sous le choc.

Il fait partie de ceux qui ont été transférés et enfermés dans un camp de Tamanrasset.
 
L’Algérie sur la route de l’Europe

Le 30 septembre, Amnesty International avait tiré la sonnette d’alarme sur la situation des migrants subsahariens en Algérie. Ils seraient près de 150.000, selon la gendarmerie algérienne.

Ils viennent majoritairement du Nigeria, du Niger, du Libéria, du Cameroun, du Mali et de la Guinée.
 
La plupart ont afflué en Algérie dans l’espoir de rejoindre l’Europe en passant par le Maroc ou par la Libye.

Mais faute de moyens, ils ont posé leurs maigres balluchons et opté pour une vie clandestine.
 
Sur le site des Observateurs de France 24, un migrant guinéen vivant à Alger témoigne de leurs conditions de vie déplorables. Contraints de travailler dans l’illégalité pour des employeurs sans scrupules.
 
« Ici, il y a des chantiers partout. On loge dans des chantiers abandonnés, on travaille dans des chantiers en cours : notre vie se résume à ça. On transporte des sacs de sable, des pierres. On fait tout ce que personne ne veut faire. Les patrons nous appellent " camarades ", on a l’impression que ça veut dire " esclaves ". Mais on n’a pas le choix, ce sont les seuls qui acceptent de faire travailler les clandestins », raconte-il, résigné.

« Ils nous prennent pour des putes »

Livrés à eux-mêmes, ces migrants sont aussi rejetés et victimes de racisme. Même les femmes ne sont pas épargnées. Les Algériens voient d’un mauvais œil l’installation des communautés subsahariennes dans leurs quartiers.

Des insultes fusent à longueur de journée, témoigne une migrante qui a échoué dans un quartier populaire d’Oran.
 
« Ils nous prennent pour des putes. Ils nous demandent toujours combien c’est pour coucher avec eux », déplore-t-elle dans un reportage publié par Courrier international. On y découvre des migrants subsahariens marginalisés par les autorités, ostracisés par la population.

Cette année encore, ils ont été victimes de violences dans les villes de Ouarga, Béchar et Tamanrasset.
Lire ici :
http://www.rfi.fr/afrique/20160327-algerie-habitants-bechar-violences-migrants
 
« Les voyous en ont profité pour tout leur prendre »

La communauté subsaharienne a été traumatisée par les expulsions musclées qui ont visé des milliers de migrants dans la ville d’Oran à la fin de l’année 2014. Une opération qui visait au départ les seuls migrants nigériens.
Lire ici :
http://www.afrik.com/l-algerie-expulse-des-milliers-de-migrants-nigeriens-de-son-territoire
 
« La nuit du 24 au 25 décembre, les forces de police ont ramassé tous les Noirs de la ville. Ils étaient très mal renseignés.
Pourtant, il était facile de savoir où dormaient les Nigériens. Ils ont même arrêté les étudiants subsahariens en situation régulière.
Les voyous en ont profité pour tout leur prendre », se souvient le père Thierry Becker du diocèse d’Oran dont le témoignage est rapporté par Courrier International.

Les dernières expulsions de migrants subsahariens remontaient au mois d’août. Plus de 400 migrants maliens vivant à Tamanrasset avaient été rapatriés à Bamako où ils ont dénoncé des traitements inhumains.
 
« Les Maliens sont considérés comme des bêtes en Algérie », avait dénoncé Boubou Camara, l’un des expulsés en présence du représentant d’Amnesty International-Mali, El Béchir Singaré, qui se demandait comment un pays africain pouvait « se comporter de cette manière avec les ressortissants d’un autre pays africain? »
 
L’Algérie n’est plus un pays de transit

L’expulsion collective en cours de 1400 migrants ouest-africains confirme la volonté du gouvernement algérien de mettre un terme à l’immigration clandestine y compris par la manière forte.

Faire comprendre aux aventuriers que l’Algérie ne doit plus être considérée comme un pays de transit pour les migrants subsahariens.
 
Reste à savoir si la politique du bâton suffira à enterrer le rêve européen des migrants. La plupart restent déterminés et sont prêts à tout pour ne pas rebrousser chemin.

« A quoi bon rentrer et vivre la vie que j’ai déjà vécue et qui m’a fait fuir », lance une migrante dont les propos sont rapportés par Courrier International.

Source :
http://m.geopolis.francetvinfo.fr/algerie-la-chasse-a-l-homme-noir-se-poursuit-dans-les-quartiers-d-alger-127631

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Angela 05/05/2017 12:56

Il est revenu après 9 mois


Bonsoir à toutes et à tous,

Certains d'entre vous se souviendront peut-être de moi et de mon histoire.
J'étais durant 5 ans avec quelqu'un qui m'a quitté pour diverses raisons. Notre rupture a duré 9 mois.
9 mois pendant lesquels j'ai tout fait pour le récupérer et j'ai énormément souffert (dont une tentative de suicide).


Plusieurs personnes du forum me disait : "de contacter marabout SAID qui est un Spécialise du retour Affectif qu'il m'aidera a le faire revenir dans 3 jours".
Et bien voilà c'est fait !

Aujourd'hui il est revenu mon mari grâce a marabout SAID et nous sommes de nouveau ensemble depuis peu.
Nous avons beaucoup discuté et fixé quelles étaient nos priorités respectives.

En y réfléchissant bien, je pense que cette rupture nous a été bénéfique à tous les deux. Elle nous a permis de murir chacun de notre coté et de savoir ce qu'on voulait vraiment.


Aujourd'hui on s'en sort beaucoup plus fort de cette rupture et beaucoup plus proches. On a tiré des leçons de nos erreurs et je pense que c'est une bonne chose.

voilà, ce petit post pour donner du courage à tous ceux et toutes celles qui souffre aujourd'hui,de contacter SAID

Mail: marabout.said@hotmail.fr


Je vous embrasse

Documentation

ACTIONS C.L.A.P33 & Co...

****
Bordeaux - 18 mars 2017

Journée contre

les violences policières

Notre appel : klik !

*****
Violences Policières

France - Trois rapports
ACAT : klik !

Amnesty International : klik !
Paris Luttes Infos : klik !

 

*****
L'impact disproportionné
de l'état d'urgence

Un rapport d'Amnesty  : klik !

****
Hommage aux victimes

21 Mars 2015

 
15 mars 2014
 

19 mars 2011
 

****

" Vétérante "

O.P.A

******
Soutien à m.
Nous n'oublierons pas
 le 19 Mars 2009 à Bordeaux !
 
Infos :  klik !
 

 

L'oeil de Pancho

D'autres dessins de Pancho : klik

Retour à la page d'accueil